L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Francis Delaisi, La révolution européenne

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5783
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Francis Delaisi, La révolution européenne Empty Francis Delaisi, La révolution européenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Sam 10 Jan - 14:19

    http://www.freepdf.info/index.php?post/2012/02/15/Delaisi-Francis-La-revolution-europeenne

    "Les buts de guerre des deux groupes de belligérants sont (cette fois) très clairs.
    Pour les Anglo-Saxons, il s'agit de maintenir le régime universel de l'étalon-or ; aligner les prix des denrées et des matières premières sur ceux des peuples qui ont le plus bas niveau de vie ; vendre les produits fabriqués aux prix les plus élevés fixés par les trusts. Le tout au profit d'une oligarchie de courtiers et de financiers qui n'a d'autre règle que le profit individuel de ses membres.
    Pour les hommes de l'Axe, l'Univers est trop vaste et trop divers, la Nation est trop petite: il faut diviser le monde en "espaces vitaux" autonomes groupant les peuples de même race, de même civilisation, ayant des productions complémentaires ; et diriger leurs entreprises selon des Plans périodiquement établis par les pouvoirs publics en vue de l'amélioration du sort du plus grand nombre
    ."

    "J'ai écrit ce livre.
    Laval, juin 1942.
    " (Delaisi aurait donc été le "nègre" de Laval ?)

    "Ce n'est pas seulement la faillite du système américain que nous allons décrire, c'est celle de l'Économie Libérale toute entière.
    Et cela nous fera mieux comprendre la nécessité où nous sommes de reconstruire l'Europe, tout au moins, selon des méthodes nouvelles
    ."

    "Dans leur ardeur à redresser l'économie mondiale -et à multiplier leurs profits- les banquiers, seuls répartiteurs des crédits avaient dépassé d'un bon tiers les facultés d'épargne du peuple américain. [...] Mais le gouvernement (en vertu du principe "libéral"), n'avait pas à intervenir."

    "La surproduction des capitaux a engendré la surproduction des marchandises."

    "Comme toujours, dans les pays régis par l'économie dite "libérale", quand les entreprises privées sont en bénéfices, elles repoussent toutes les interventions de l'Etat, mais quand elles sont en perte, elles ne manquent jamais de l'appeler au secours."

    "Le "secret des affaires" est le principe même de l'économie libérale."

    "Le Maréchal [Pétain] qui "hait les mensonges qui nous ont fait tant de mal", a discrètement prononcé la déchéance de l'or. Dans son message du 11 octobre 1940, il a déclaré que l'or "ne serait plus affecté qu'à la garantie des règlements extérieurs", et il l'a exclu définitivement de la circulation intérieure "qui se mesurera aux nécessités de la production".
    Plus crûment, en 1933, le Président Roosevelt qui venait de dévaluer le dollar de 40%, écrivait dans son message à la fameuse Conférence monétaire de Londres: "L'or est un vieux fétiche" (il est vrai que c'était au temps où l'homme du New Deal n'était pas encore réconcilié avec les trusts)
    "

    "Voici que l'Angleterre et son "brillant second", la France, prennent ombrage du relèvement de l'Allemagne et finalement lui déclarent la guerre."

    "A la place de l'étalon-or, instrument de concurrence inhumaine, il convient d'en établir un autre. Il devra remplir deux conditions:
    a) libérer les producteurs (ouvriers et patrons) de la concurrence des pays exotiques, au niveau de vie trop bas, en limitant son usage aux hommes de même race, vivant sous le même climat, ayant même civilisation et mêmes besoins, et donc des niveaux de vie facilement ajustables ;
    b) établir entre Européens une commune mesure telle qu'elle détermine un rapport stable entre l'heure de travail, le produit qu'elle crée et les produits qui servent à son entretien.
    Ce sera, si l'on veut l'étalon-travail ou l'étalon du Producteur
    ."

    "Remettre à l'Etat ce privilège que se sont attribué les banquiers privés, d'émettre à leur gré des titres de sociétés sans autre guide que leur caprice et leur profit."

    "L'Etat, seul organe qualifié de l'intérêt général."

    "Sous le couvert de la Démocratie parlementaire s'était instauré finalement le gouvernement d'une oligarchie financière irresponsable et sans contrôle."

    "L'étalon-or universel fonctionnait comme un frein au progrès social."
    -Francis Delaisi, La Révolution européenne.


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Sam 24 Aoû - 12:26