L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Philippe Choulet, Le Spinoza de Nietzsche : les attendus d’une amitié d’étoiles

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5830
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Philippe - Philippe Choulet, Le Spinoza de Nietzsche : les attendus d’une amitié d’étoiles Empty Philippe Choulet, Le Spinoza de Nietzsche : les attendus d’une amitié d’étoiles

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 16 Mar - 14:07

    http://books.openedition.org/psorbonne/195

    "La nature et la teneur des problèmes varient en fonction des périodes : certains relèvent d’une communauté de critique (contre Platon, Descartes, Aristote) et de pensée (l’apologie de la vie, de la joie contre la tristesse ; le retour de l’innocence) ; d’autres montrent le manque de radicalité et les limites du spinozisme, ses préjugés (du causalisme au finalisme : la vie comme conservation, le nom de Dieu, l’éternité sans le devenir, une raison logique, une béatitude abstraite...). En ce sens, on peut douter de la connaturalité entre Spinoza et Nietzsche : la Lettre à Overbeck n’est que l’index d’une amitié lointaine et ignorante sur le fond (de la généalogie). Les textes tardifs indiquent autre chose qu’une différence historique : une incompatibilité de ton, d’humeur, et de terrain, de souche, d’origine. Le tragique baroque l’emporte, finalement, sur l’optimisme théorique classique."

    Philippe Choulet. Le Spinoza de Nietzsche : les attendus d’une amitié d’étoiles In : Spinoza au XIXe siècle : Actes des journées d’études organisées à la Sorbonne (9 et 16 mars, 23 et 30 novembre 1997) [en ligne]. Paris : Publications de la Sorbonne, 2008 (généré le 15 mars 2016). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/psorbonne/195>. ISBN : 9782859448073.


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Mar 17 Sep - 10:44