L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Aesra Legrand, Le populisme, c’est le camp du peuple (Le Comptoir)

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5783
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Aesra Legrand, Le populisme, c’est le camp du peuple (Le Comptoir) Empty Aesra Legrand, Le populisme, c’est le camp du peuple (Le Comptoir)

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 9 Mar - 15:06

    https://comptoir.org/2017/01/25/le-populisme-cest-le-camp-du-peuple/

    "Le populisme est donc le camp du peuple dans toutes les acceptations du terme : socio-économique, politique et communautaire. En clair, celui qui réunit en une même personne le prolétaire, le citoyen et le Français. S’il ne renie pas la lutte des classes, il en propose une version légèrement différente. Là où la théorie marxiste ne considère que l’antagonisme économique entre prolétaire et bourgeois, le populisme étend l’opposition de classe au demos et à l’ethnos.

    En tant que plebs, le peuple est la force productive créatrice de valeur, la source de toute les richesses de la société. En tant que demos, il est le détenteur du pouvoir politique et commande aux destinées de la nation. En tant qu’ethnos, il est celui qui établit, maintient et perpétue l’histoire, les usages et les coutumes du pays. Ne parle-t-on d’ailleurs pas de traditions et de cultures populaires ?

    Mais la classe dominante, la fameuse “élite”, le dépossède de toutes ses prérogatives. Par le capitalisme, elle vole au travailleur l’outil, le revenu et les moyens de la production. Par la dictature, le système représentatif ou l’article 49-3, elle prive le citoyen de son pouvoir décisionnel sur les affaires publiques. Enfin, elle détruit tout repère culturel ou identitaire qui ne sert pas ses intérêts marchands, en assimilant les nationalités dans le grand melting pot du consumérisme occidental, ou en les forçant à renoncer à leurs particularités pour se conformer à des identités imposées – c’est “l’intégration” que l’on impose aux musulmans, aux roms, aux juifs… Là où le peuple était à la fois maître de la production, souverain politique et essence du pays, la classe bourgeoise l’exproprie. Là où il était travailleur, citoyen et enraciné, la caste le fait prolétaire, gouverné et apatride. Le peuple était tout, il n’est plus rien.

    La lutte des classes populiste a donc pour but non seulement d’abolir les classes sociales, mais également de balayer un corps parasitaire et voleur et de rétablir la souveraineté du peuple, c’est-à-dire son pouvoir direct, sur l’intégralité des aspects de la société
    ."


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Sam 24 Aoû - 4:36