L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Robert K. Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7237
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Robert K. Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique Empty Robert K. Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 4 Mai - 21:15

    "Par théorie sociologique, nous entendons des conceptions logiquement reliées entre elles, et d'une portée non pas universelle mais volontairement limitée."

    "Si l'on ne devait soutenir que ce qui est sûr, qui soutiendrait le novice encore incapable de marcher tout seul ?"

    "L'usage de paradigmes formels me paraît avoir une grande valeur sociologique. [...] Ils mettent en pleine lumière le jeu complet de postulats, de concepts et de propositions essentiels employés dans une analyse sociologique. [...] Le paradigme bride cette tendance du théoricien à tromper les autres et soi-même par un emploi négligent et irréfléchi de concepts et de postulats implicites."

    "Étant donné qu'une interprétation sociologique sérieuse suppose inévitablement quelque paradigme théorique, il paraît sage de l'énoncer clairement. Si l'art véritable consiste à dissimuler tous les signes de l'art, la science véritable laisse voir ses échafaudages aussi bien que sa construction définitive."

    "L'histoire récente de la théorie scientifique peut se résumer en deux tendances opposées. D'un côté, nous voyons des sociologues chercher avant tout à généraliser, à arriver aussi vite que possible à formuler des lois sociologiques. Voulant donner un sens au travail sociologique, ils préfèrent analyser les domaines formels de leurs généralisations plutôt que d'en vérifier empiriquement le bien-fondé. Ils négligent la tâche obscure des observations détaillées à petite échelle et essaient de se hausser à des synthèses d'ensemble. A l'autre extrême se tient le groupe hardi de ceux qui se soucient peu des conséquences de leur recherche, mais ont pleine confiance dans l'exactitude de leur compte rendu. Les faits qu'ils exposent sont vérifiables et souvent vérifiés, mais ils ne cherchent guère à relier ces faits entre eux, ou même à expliquer pourquoi ils ont choisi de faire ces observations plutôt que d'autres. La devise du premier groupe semble être: "Nous ignorons si ce que nous disons est vrai, mais nous savons que ça a un sens." Et voici la devise de l'empiriste radical: "Nous ignorons si ce que nous disons à un sens, mais nous savons que c'est vrai."."

    "Un jeu de concepts -statut, rôle, Gemeinschaft, interaction sociale, distance sociale, anomie- ne constitue pas une théorie, bien que ceux-ci puissent entrer dans un système théorique. [...] C'est seulement lorsque ces concepts sont reliés sous la forme d'un schéma qu'une théorie commence à émerger. [...] Quand des propositions ont été logiquement reliées entre elles, alors seulement on a établi une théorie. ."

    "Le fait que l'interprétation suit l'observation, s'oppose au contrôle empirique d'une hypothèse a priori."

    "Quelles que soient les observations on peut toujours trouver une interprétation qui "colle aux faits"."

    "C'est le propre de l'induction de tirer d'une théorie ses conséquences d'abord pour le résultat de l'expérience, inconnu ou virtuellement inconnu, et de ne les confirmer, au moins en puissance, qu'après coup."

    "Pour élucider les relations des généralisations empiriques et de la théorie ainsi que des fonctions de la théorie, il serait bon d'examiner un cas banal où de telles généralisations ont été incorporées à une théorie positive. Ainsi il est établi depuis longtemps, à titre de régularité statistique, que dans un milieu comptant une grande variété de populations, les catholiques accusent un pourcentage de suicides inférieur à celui des protestants. Ainsi exprimée, la régularité posait un problème théorique. Elle constituait simplement une régularité empirique qui, pour avoir une signification théorique, aurait dû découler d'un groupe d'autres propositions, condition que Durkheim avait lui-même établie. Si nous adoptons pour ses postulats théoriques la rédaction ci-dessus, le paradigme de son analyse théorique devient clair:

    1° La cohésion sociale fournit un soutien psychique aux membres du groupe qui sont sujets à des tensions et à des anxiétés violentes.
    2° Le pourcentage de suicides est fonction des anxiétés et des tensions non soulagées auxquelles les personnes sont sujettes.
    3° Les catholiques ont une plus grande cohésion sociale que les protestants.
    4° On doit donc s'attendre à trouver un pourcentage plus bas de suicides chez les catholiques que chez les protestants.

    [...] La pertinence théorique n'est pas intrinsèquement présente ou absente dans les généralisations empiriques [...] elle apparaît quand la généralisation est conceptualisée dans des abstractions d'ordre supérieur (catholicisme - cohésion sociale - anxiétés soulagées - pourcentage de suicides) qui sont incorporées dans des propositions plus générales. Ce que l'on tenait d'abord pour une constante isolée, est formulée à nouveau comme une relation, non entre une affiliation religieuse et un comportement, mais entre des groupes ayant certains attributs conceptualisés (cohésion sociale) et le comportement.

    [...] Servant de fondement logique, la théorie fournit à la prévision une base plus sûre que la simple extrapolation. Ainsi, si le théoricien constatait une diminution de la cohésion sociale chez les catholiques, il prévoirait une tendance à l'augmentation du nombre de suicide dans ce groupe. L'empiriste pur ne pourrait prévoir qu'en extrapolant
    ."

    "Lorsqu'un schéma conceptuel couramment appliqué à certains faits ne permet pas d'en donner une explication satisfaisante, la nécessité s'impose au chercheur de changer l'énoncé du schéma."

    "Les croyances magiques apparaissent pour parer à l'incertitude des entreprises humaines, fortifier la confiance, réduire l'anxiété, et fournir une échappatoire à une impasse apparente."

    "Les exhortations sont suspectes. [...] La propagande par les actes obtient plus facilement l'adhésion."

    "La recherche empirique force à clarifier les concepts."

    "L'hypothèse de l'unité fonctionnelle de la société humaine [la rationalité de toute fonction vis-à-vis de l'ensemble de la société] est constamment contredite par les faits. Des usages et sentiments sociaux peuvent être fonctionnels pour certains groupes et ne pas l'être pour d'autres dans la même société. [...] L'unité de la société entière ne peut pas être posée en principe avant toute observation concrète "

    (p.96)
    -Robert K. Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin/Masson, 1997, 384 pages.




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.


      La date/heure actuelle est Sam 24 Oct - 6:18