L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Libéralisme et démocratie

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5783
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Libéralisme et démocratie Empty Libéralisme et démocratie

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 28 Déc - 18:06

    https://forum.liberaux.org/index.php?/topic/26038-mes-lectures-du-moment/&page=206

    Beaucoup a été écrit sur les tensions fréquentes entre l'idée libérale et l'idée démocratique. Nombre de libéraux ont insisté sur l'idée que la démocratie n'implique pas nécessairement la liberté.

    "Deux traditions bien distinctes." (p.14)
    -Chantal Mouffe, "Démocratie et libéralisme politique: est-il possible de les concilier ?", in Anne-Marie Dillens et al., Questions au libéralisme, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1998.
    égalité (juridique / politique)

    Arendt Schmitt
    Rousseau.

    I:
    Les démocrates devraient réviser leur opinion sur le libéralisme, car la démocratie présuppose au moins la réalisation de certains aspects de la liberté telle que les libéraux la conçoivent.

    pluralité et tolérance

    concurrence (économique / politique)

    Liberté d'expression

    La liberté d’expression, corollaire de la démocratie.

    Le principe démocratique repose sur la liberté de chaque citoyen d’exprimer ses idées, ses opinions. La démocratie exige donc que chacun tente de convaincre les autres, échange avec les autres, et s’exprime avec les autres.

    La démocratie constitue un socle de la liberté d’expression. Elle offre le cadre permettant une libre expression des opinions politiques, les débats constituant le fondement de la démocratie. La liberté d’expression repose donc sur la diversité, les antagonismes. Elle appelle donc à un respect d’autrui afin que chacun puisse vivre sa citoyenneté de manière libre et égalitaire.

    "I have argued that values other than individual autonomy are needed to explain boththe strength and the nature of our commitment to freedom of intrastate movement. In this section I’m going to argue that the needed values are associated with democracy and political equality. Members of a unitary or federal state share an overarching government. They need to be able to make collective decisions together at election time and to engage in other forms of political participation outside of the election season. In a democracy we assume that for this decision making and participation to be successful and legitimate it needs to be possible for citizens to debate together the issues at hand. Individual citizens need to be able to participate in this debate and to hear what others have to say. This can only happen if there is freedom of movement between different parts of the country. To see this, first consider an extreme case. Democracy requires, minimally, that citizens have the opportunity and ability to participate in elections. Suppose that candidates for the presidency, their aides and so on were unable to travel to different parts of the country, being required by law to stay within their home communities. In that case there would be a serious problem for the candidates of informing voters about their program and trying to convince voters of their suitability for office. Of course, in the modern world some of this can be done by using the mail service, the internet and so on. But it still seems that there would be a substantial democratic loss if candidates were not able to interact with the public through stump speeches, and so on, because voters would lose an important opportunity to gain information about the candidates. There would also be a loss in the opportunity for citizens to participate in politics by relating their concerns and ideas to the politicians." (p.32)

    -Adam Hosein (2013) Immigration and freedom of movement, Ethics & GlobalPolitics, 6:1, 25-37, DOI: 10.3402/egp.v6i1.18188 .

    II: La démocratie est plus favorable à la liberté que les autres régimes politiques, et c'est pourquoi les libéraux qui lui sont hostiles -à l'instar d'un HHH-, sont dans l'erreur.

    Sparte / Athènes.

    "Non, messieurs, la démocratie et le socialisme ne sont pas solidaires l’un de l’autre. Ce sont choses non-seulement différentes mais contraires. Serait-ce par hasard que la démocratie consisterait à créer un gouvernement plus tracassier, plus détaillé, plus restrictif que tous les autres, avec cette seule différence qu’on le ferait élire par le peuple et qu’il agirait au nom du peuple ? Mais alors, qu’auriez-vous fait ? sinon donner à la tyrannie un air légitime qu’elle n’avait pas, et de lui assurer ainsi la force et la toute-puissance qui lui manquaient. La démocratie étend la sphère de l’indépendance individuelle, le socialisme la resserre. La démocratie donne toute sa valeur possible à chaque homme, le socialisme fait de chaque homme un agent, un instrument, un chiffre. La démocratie et le socialisme ne se tiennent que par un mot, l’égalité ; mais remarquez la différence : la démocratie veut l’égalité dans la liberté, et le socialisme veut l’égalité dans la gêne et dans la servitude." (p.545-546)
    -Alexis de Tocqueville, Discours à l’Assemblée constituante sur la question du droit au travail, 13 septembre 1848, Études économiques, politiques et littéraires, Michel Lévy, 1866 (Œuvres complètes, vol. IX, pp. 536-552).

    Les conditions qui rendent possible la défense de la liberté sont mieux assurées sous un régime démocratique. La participation du peuple aux affaires politiques améliorent son aptitude à se sentir apte et légitime à résister contre une forme tyrannique de gouvernement. Exemple du fascisme:

    La démocratie donne l'occasion d'entraîner et d'exercer régulièrement le jugement politique des citoyens. A quoi cela servirait-il de poser un droit naturel de résistance à l'oppression, pour des hommes inaptes à se révolter ?

    "Une constitution et l’existence d’un esprit public chez les gouvernés sont nécessaires pour barrer l’action des gouvernants. Dès lors, la démocratie est une condition nécessaire, mais non suffisante de la préservation de la liberté individuelle."
    -Caroline Guibet Lafaye, "Libéralisme et démocratie sont-ils conciliables ?", in M. Blay, Grand Dictionnaire de la Philosophie, Larousse/VUEF, 2003, p. 609-612.




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Sam 24 Aoû - 4:21