L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment :
Filtre à douche WinArrow WA550 avec cartouche ...
Voir le deal
24.70 €

    Pierre Boudot, Nietzsche et l’au-delà de la liberté. Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7710
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Pierre Boudot, Nietzsche et l’au-delà de la liberté. Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960 Empty Pierre Boudot, Nietzsche et l’au-delà de la liberté. Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 7 Juin - 15:55

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Boudot

    « Dures années de guerres et de désastres, d’inquiétude et de désarroi. Qu’ont pensé de Nietzsche, dans cette période, les écrivains ? » (p.9)

    « On ne peut nier que la pensée de Nietzsche, toujours mêlée de passion ait suscité, même en France […] un goût dangereux pour les solutions de violence. » (p.10)

    « Comment ne pas se sentir d’accord avec lui pour exalter l’homme, pour le pousser aux graves décisions et aux larges projets d’avenir. » (p.11)
    -Genevièvre Bianquis, préface à Pierre Boudot, Nietzsche et l’au-delà de la liberté. Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960, Aubier-Montaigne, 1970, 155 pages.

    « Beaucoup [au début des années 30] ne pensaient pas comme aujourd’hui que l’esprit contemporain doit nécessairement se recommander soit de Marx, soit de Nietzsche. » (p.17)

    « A l’Ecole Normale, deux ans après la mort de Nietzsche, Jean Giraudoux eut comme professeur Charles Andler. » (p.23)

    « Camus parle de Nietzsche dans L’Homme révolté. […] Une partie du chapitre sur Nietzsche a été reprise dans l’article « Nietzsche et le nihilisme », Les Temps Modernes, août 1951. » (p.64)

    « Il aime Nietzsche. « J’emporte Nietzsche sous mon bras. J’aime ce type immensément. Et cette solitude… Il y a des choses que j’adore, -mon cœur où se consume mon été, cet été chaud, court, mélancolique et bienheureux-. » (p.77)

    « Il faut « pousser les hommes vers une vie forte qui entraîne les hommes vers une vie forte qui entraîne des souffrances et des joies, mais qui seule ». » (p.80)

    « Cette pensée nous fait déboucher sur un certain humanisme. Non que l’amour pour l’homme suffise à le fonder. Il y a humanisme lorsque la civilisation et la culture sont créées dans la maîtrise croissante des forces se dirigeant vers l’homme. C’est de l’homme que tout rayonne, et par lui que lui-même, l’art et la science reçoivent leur sens. » (p.84)

    « Quiconque craint la contradiction et demeure logique tue en lui la vie. » (Citadelle)

    « [Nietzsche] remet le corps à sa place au milieu de la vie de l’esprit. » (Drieu La Rochelle, Notes pour comprendre le siècle, Gallimard, 1941)

    « Le totalitarisme [offre] les chances d’une double restauration corporelle et spirituelle à l’homme du XXe siècle. » (Ibid)

    « L’œuvre de Nietzsche […] infiniment dangereuse et infiniment salutaire. » (Gabriel Marcel, L’Homme problématique, Aubier, Editions Montaigne, 1955, p.36)

    « On pourrait notamment s’intéresser aux journaux, particulièrement ceux des partis extrêmes, au cours de cette période. » (p.143)

    « Nietzsche reste l’homme d’une éternelle adolescence et peut-être aussi le modèle de l’adolescence de l’œuvre. » (p.149)
    -Pierre Boudot, Nietzsche et l’au-delà de la liberté. Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960, Aubier-Montaigne, 1970, 155 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 17 Jan - 6:27