L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment :
Dates stocks PS5 : stocks imminents chez Amazon et ...
Voir le deal

    Jean Quillien (ed.), La Réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècles

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7743
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jean Quillien (ed.), La Réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècles Empty Jean Quillien (ed.), La Réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècles

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 8 Oct - 15:01

    https://books.google.fr/books?id=NzcOegwbMNsC&pg=PA219&dq=la+r%C3%A9ception+de&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjBq5-PjffdAhWUe8AKHWLsDjsQ6AEIPzAE#v=onepage&q=la%20r%C3%A9ception%20de&f=false

    "Il nous importe surtout de savoir comment une philosophie est accueillie philosophiquement. Une audience choisie vaut mieux pour elle qu'un auditoire vulgaire. La description et l'examen de ce dernier ne revêt qu'une importance secondaire et dont l'intérêt relatif est d'autant plus difficile à déterminer que son étude n'a guère été encore entreprise." (p.56-57)
    -Jacques D'Hondt, "La réception profane de Hegel en France", chapitre III in Jean Quillien (ed.), La Réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècles, Presses Universitaires de Lille, 1994, 307 pages, pp.55-72.

    "Camus [...] ignorait l'allemand et connaissait assez peu la civilisation allemande." -Pierre Vaydat, "Albert Camus et la philosophie allemande", chapitre in Jean Quillien (ed.), La Réception de la philosophie allemande en France aux XIXe et XXe siècles, Presses Universitaires de Lille, 1994, 307 pages, p.220.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Sam 23 Jan - 2:39