L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

-22%
Le deal à ne pas rater :
Borne de jeu d’arcade Street Fighter 2 – Arcade 1UP + réhausseur
272 € 350 €
Voir le deal

    M. Michel Einfalt, La critique littéraire de "L'Action française"

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7710
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    M. Michel Einfalt, La critique littéraire de "L'Action française" Empty M. Michel Einfalt, La critique littéraire de "L'Action française"

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 8 Jan - 13:40

    https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_2007_num_59_1_1656

    "Dans le "nationalisme intégral" [...] la littérature ne constitue pas une sphère séparée du domaine politique. Charles Maurras, qui depuis longtemps n'a plus publié une oeuvre proprement littéraire, est toujours considéré dans une enquête de 1922 [Pierre Varillon, Henri Rambaud, Enquête sur les maîtres de la Jeune Littérature, Paris, Bloud & Gay, 1923] comme un des maîtres de la jeune littérature." (p.305)

    "L'écrivain mondain de la rive droite." (p.308)

    "La Revue universelle s'adresse au lecteur catholique et cultivé avec ses articles de fond traitant de questions politiques, historiques, littéraires et scientifiques. Dans son ensemble, la revue présente une vision du monde reposant sur un traditionalisme de valeurs établies. La littérature y joue un rôle central, et la critique dans le sens large du terme y est le genre dominant. Auprès du public, la revue profite de sa rigueur idéologique et, tout en restant fidèle au "nationalisme intégral", elle prétend se mettre au service des intérêts de la nation en général. C'est ce qui la distingue le plus de la Revue critique des idées et des livres, vouée à la disparition à cause du succès de la Revue universelle." (p.313-314)

    "La Revue universelle défend donc les valeurs affirmées de l'art bourgeois sans être attirée par une quelconque révolte de la jeunesse. Cela dit, on y est loin d'ambitionner le rôle de novateur au pôle dominant du champ littéraire. La violence qui remplace la révolte apparaît cependant dans la critique. Et c'est surtout à Henri Massis lui-même de défendre la doctrine esthétique de l'Action française contre tous les courants de la littérature moderne. En accord avec la rivalité de sa revue face à la NRF, son adversaire préféré est André Gide, figure emblématique de cette revue." (p.316)
    -M. Michel Einfalt, La critique littéraire de "L'Action française",  Cahiers de l'AIEF, Année 2007, 59, pp. 303-319.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 17 Jan - 6:38