L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -53%
Balance connectée Xiaomi Mi Body à ...
Voir le deal
18.99 €

    Martha Nussbaum, Patriotisme et cosmopolitisme + Creating Capabilities - The Human Development Approach

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7712
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Martha Nussbaum, Patriotisme et cosmopolitisme + Creating Capabilities - The Human Development Approach Empty Martha Nussbaum, Patriotisme et cosmopolitisme + Creating Capabilities - The Human Development Approach

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 7 Aoû - 11:11

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Martha_Nussbaum

    https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=CAPH_128_0099#article

    "En quoi les Américains sont-ils concernés par le fait que le niveau de vie élevé dont ils jouissent ne pourrait très probablement pas être universalisé sans catastrophe écologique, tout au moins étant donné le coût actuel du contrôle de la pollution et la situation économique des pays en développement ? Si nous prenons la morale kantienne au sérieux, comme il se doit, nous devons éduquer nos enfants à être troublés par cela – sinon, nous formons une nation d’hypocrites moraux, qui parlent la langue de l’universalité mais dont l’univers a une portée égoïste étroite.

    Ce point peut paraître présupposer l’universalisme, plutôt qu’être un argument en sa faveur. Mais ici, on peut noter que les valeurs dont les Américains peuvent être, avec raison, les plus fiers sont, au fond, les valeurs stoïciennes : le respect de la dignité humaine et la possibilité pour chaque personne de rechercher le bonheur
    . "

    https://liberalculture.org/fr/liberalisme-besoin-damour/

    "La pensée de Rawls reste pour moi une source d’inspiration incessante. Je le considère comme le plus grand représentant de la pensée politique du XXe siècle, peut-être parce que j’ai toujours été une social-démocrate libérale, mais jamais une marxiste. Lorsque, dans les années soixante-dix, mes amis rejoignaient les groupes marxistes, moi, je collais des enveloppes pour Eugene McCarthy, un sénateur libéral du Minnesota qui s’opposait à la guerre et était candidat à la présidence. J’ai toujours été pour une discussion publique libre et la mise en œuvre de changements progressifs. Dans mon livre Political emotions : why love matters for justice, j’essaie de montrer de quelle manière la culture politique de l’émotion peut consister en la protection, largement comprise, de la liberté de la parole et la liberté du débat public."

    "Je ne crois pas que le patriotisme – que je définis comme une forte émotion, une forme d’amour de la nation – doive être automatiquement identifié à un nationalisme autoritaire."

    "Je crois que les sociétés ont le droit de limiter le nombre des immigrés qu’elles admettent et, dans un certain sens, qu’elles ont même l’obligation de le faire. Et ceci pour la raison que vous avez vous-même donnée : pour que de bonnes normes soient maintenues, il faut freiner l’arrivée trop brutale d’un flux de gens qui ne les ont pas encore apprises. Certains pays tombent néanmoins dans des extrêmes peu amènes : la Finlande, qui a un niveau de vie très élevé, pourrait et devrait recevoir un plus grand nombre d’immigrants, mais elle craint de perdre son homogénéité. Dans la majeure partie des pays européens, il y a cependant une hypocrisie profonde : la population ne se reproduit pas, les immigrés sont donc nécessaires pour servir de main d’œuvre et – une fois admis – ils sont victimes de mauvais traitements comme s’ils ne faisaient pas partie de la population du pays. C’est comme si l’on invitait des gens à déjeuner pour leur servir après des aliments avariés."

    "« De l’assujettissement des femmes » de Mill contient bien plus de vérités importantes qu’aucun autre ouvrage philosophique."
    -Martha Nussbaum, "Le libéralisme a besoin d’amour", Entretien avec Jarosław Kuisz, 22 July 2014.

    "What are people actually able to do and to be ? What real opportunities are available to them ? This question, though simple, is also complex, since the quality of a human life involves multiple elements whose relationship to one another needs close study. Indeed, one of the appealing features of the new approach is its complexity: it appears well equipped to respond to the complexities of human life and human striving. After all, the question it poses is one that people ask themselves often in their daily lives." (p.X)

    "All over the world people are struggling for lives that are worthy of their human dignity. Leaders of countries often focus on national economic growth alone, but their people, meanwhile, are striving for something different: meaningful lives for themselves. Increased GDP has not always made a difference to the quality of people’s lives, and reports of national prosperity are not likely to console those whose existence is marked by inequality and deprivation. Such people need theoretical approaches that can aid their struggles, or at least provoke public debate by drawing attention to them ; they do not need approaches that keep these struggles hidden or muffle discussion and criticism. As the late Mahbub ul Haq, the Pakistani economist who inaugurated the Human Development Reports of the United Nations Development Programme, wrote in the first of those reports, in 1990: “The real wealth of a nation is its people. And the purpose of development is to create an enabling environment for people to enjoy long, healthy, and creative lives. This simple but powerful truth is too often forgotten in the pursuit of material and financial wealth.” ." (p.1)
    -Martha C. Nussbaum, Creating Capabilities - The Human Development Approach, The Belknap Press of Harvard University Press, 2011, 237 pages.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 17 Jan - 13:15