L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -53%
Balance connectée Xiaomi Mi Body à ...
Voir le deal
18.99 €

    Ravi Iyer, Spassena Koleva, Jesse Graham, Peter Ditto, Jonathan Haidt, Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians + Type de personnalité des libéraux

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7712
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Ravi Iyer, Spassena Koleva, Jesse Graham, Peter Ditto, Jonathan Haidt, Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians + Type de personnalité des libéraux Empty Ravi Iyer, Spassena Koleva, Jesse Graham, Peter Ditto, Jonathan Haidt, Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians + Type de personnalité des libéraux

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 10 Sep - 7:33

    https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0042366

    "In this paper, we document libertarian moral psychology, which, as we show, is distinct from both liberal and conservative moralities. We use this unique group to illustrate how psychological dispositions predispose individuals to endorse particular values and choose coherent ideological identifications, consistent with current models of moral intuitionism, ideological choice, and the moralization of preferences.

    Beyond the Bipolar View of Political Personality

    The “culture war” fought out in American public and political life since the 1980s has often been described in binary terms as a conflict between two visions of morality and moral authority. On the right, the conservative side has insisted that there is an objective moral truth. Traditional institutions are seen as embodying the wisdom of the ages, and therefore closely reflecting this moral truth. On the left, the liberal side has insisted that moral truth is not fixed for all time, but is a work in progress, to be reinterpreted toward the goal of promoting greater well-being for all. Psychologists have been able to measure these differences in moral judgment along with their underlying personality correlates. For example, political conservativism has been found to be associated with greater tolerance of inequality, and lesser tolerance of change, greater conscientiousness, and greater sensitivity to disgust. Political liberals, on the other hand, tend to be more open than conservatives to new experiences and more empathic. This research has been an important first step in understanding the ideology-personality relation, and the psychological organization of political attitudes.
    "

    "Libertarian Ideology

    Modern libertarians are attitudinally diverse, but all types of libertarianism trace their origins back to the enlightenment thinkers of the 17th and 18th century who argued that states, laws, and governments exist for the benefit of the people. The individual is the unit of value, and the liberty of the individual is the essential precondition for human flourishing. John Locke wrote: “the great and chief end, therefore, of men's uniting into commonwealths and putting themselves under government is the preservation of their property” ([18] - Para 123). Locke had an expansive notion of property, which included men's “lives, liberties, and estates.” His ideas were later paraphrased into one of the most famous phrases in the Declaration of Independence: “life, liberty, and the pursuit of happiness.”

    Libertarianism has historically rejected the idea that the needs of one person impose a moral duty upon others. This is one of the major points on which liberals and libertarians diverged in the 20th century. Libertarianism stayed close to Locke's and Mill's notions of liberty as freedom from interference, which the philosopher Isaiah Berlin later called “negative liberty.” But beginning in the progressive era of the late 19th century, the American left began to adopt European ideas about the conditions and entitlements that people need to make the most of their liberty. Government action came to be seen as essential for ensuring “positive liberty” by providing the social conditions – such as education, health care, and financial security – that give people the freedom to pursue their own happiness.

    Seen in this light it becomes clear why American libertarians are sometimes called “classical liberals,” and in Europe, the term liberal is often used in the same way that “classical liberal” is used in the United States. It also becomes clear why libertarian thought is now associated with anti-government and anti-progressive movements. Libertarianism provides an ideological narrative whereby the opposition to high taxes and big government is not just an “economic” position: it is a moral position as well. This narrative provides the basis for principled opposition to a government seen as unfair (because it takes from the productive and gives to the unproductive), tyrannical (because it violates the negative liberty of some people to promote the positive liberty of others), and wasteful (because governments rarely achieve the efficiencies generated by the competition of private firms)
    ."

    "Libertarians seem willing to reject both liberal concerns for social justice and conservative concerns for respecting existing social structure when those concerns conflict with their superordinate interest in maintaining individual liberty. The goal of our first study is to confirm these observations by directly surveying a broad range of moral values and concerns, and testing whether self-described libertarians place a higher value on liberty and a lower value on other moral concerns, compared to self-described liberals and conservatives.

    But what might explain the libertarian focus on liberty to the exclusion of other moral concerns ? Recent work in moral psychology suggests that moral attitudes arise, at least in part, from low-level “dispositional traits”, emotional reactions, social function, and the moralization of preferences. These moral attitudes have, in turn, been found to be associated with ideological self-identification.

    This work suggests that one explanation for the unique moral profile of libertarians is that they feel traditional moral concerns less than do most other people. Tetlock, et al. found that libertarians were less morally outraged by “taboo” moral tradeoffs (e.g., buying and selling body parts for transplantation) than were liberals, conservatives, or socialists. Recent research in moral psychology has emphasized the importance of intuitive and emotional reactions in producing moral judgments that appear, on their face, to be based on principled reasoning. Might libertarians be more tolerant on issues of private consensual behavior than conservatives because they exhibit lower levels of disgust sensitivity ? Might libertarians depart from liberals on social justice issues because they have weaker feelings of empathy ? Indeed, libertarian writers have historically been proud of the rational — rather than emotional — roots of their ideology. The possible exception to this rule, of course, is the vigorous reaction libertarians often have to violations of personal freedom. Libertarians' characteristic pattern of emotional reactions (and lack thereof) may constrain the types of concerns that they moralize, which in turn affects their attraction to libertarian self-identification. We investigate this possibility in Study 2.

    Finally, emotional reactions, and the moral principles that derive from them, serve interpersonal functions, such as navigating the social world and forming groups with others. Libertarians may have a dispositional preference for independence, perhaps even for solitude, and therefore less use for moral principles that bind them to others. In The Fountainhead, Ayn Rand writes about the importance of maintaining one's individuality within social relationships. Do libertarians identify less with the people in their lives, with groups, and with their nations? Do they derive less enjoyment from the company of others ? This relative preference for individualism may gradually become moralized into a conscious endorsement of liberty as a moral principle, predisposing them to a libertarian self-identification. We investigate these possibilities in Study 3.
    "

    "In this paper, we let libertarians speak for themselves. We report the results of 16 surveys in which a total of 11,994 self-identified libertarians participated. We show how self-described libertarians differ from self-described liberals and conservatives not just on their moral beliefs, but on a variety of personality measures that, given previous research on the emotional, and social origins of moral reasoning, help us to understand why libertarians may hold their unique pattern of moral beliefs.

    Our goal, however, was not just to describe the moral intuitions and dispositional traits of libertarians. Our second goal was to provide further evidence for the dispositional origins of ideology, the role of intuition in moral attitudes, and the role that social functioning plays in moral thinking. More specifically, we sought to replicate tests of a predictive model of ideological identification that is similar to McAdams' framework of personality. McAdams', three-level account of personality posits that the lowest level consists of global, decontextualized “dispositional traits,” such as the Big 5 or disgust sensitivity. Level 2 refers to a person's “characteristic adaptations” such as values, goals attachment styles, and defense mechanisms. McAdams' third level consists of “integrative life stories,” which are the idiosyncratic stories that people tell themselves about themselves. These stories often weave the level 1 and level 2 constructs into narratives that help people understand and justify their particular moral values. Haidt, Graham, and Joseph modified McAdams' third level for work in political psychology by pointing out that not all of these stories are self-constructed. We do not explicitly examine integrative narratives in this study, but when one gravitates toward an existing political party or ideology, one takes on many of the ideological narratives that have been laboriously constructed over decades by authors such as Ayn Rand (who, not coincidentally, put most of her political philosophy into narrative form in her novels).
    To apply this model to the study of libertarians, we first show that libertarians do indeed have a distinct profile of moral concerns (Study 1). We then show that dispositional traits relate to ideological identification, and that this relationship is often mediated by moral intuitions, which can be thought of as a type of characteristic adaptation in McAdams' terminology (Study 2). In Study 3, we show that specific moral concerns relate to distinct styles of social functioning, and that libertarians' unique moral profile relates to their social preferences. Consistent with theories of parallel constraint satisfaction [37], we show that libertarianism can be understood as a set of relationships between a broad number of dispositional traits, social preferences, and moral values.
    We begin with three general predictions.

    Libertarians will value liberty more strongly and consistently than liberals or conservatives, at the expense of other moral concerns. This expectation is based on the explicit writings of libertarian authors (e.g. the Libertarian party website at lp.org, with the title “The Party of Principle: Minimum Government, Maximum Freedom”).

    Libertarians will rely upon emotion less – and reason more – than will either liberals or conservatives. This expectation is based upon previous research on the affective origins of moral judgment, as well as libertarians' own self-characterizations. For example, one of the main libertarian magazines is called, simply, Reason.

    Libertarians will be more individualistic and less collectivist compared to both liberals and conservatives. This expectation is based upon previous research concerning the social function of moral judgment. Libertarians often refer to the “right to be left alone”, and show strong reactance toward social or legal pressures to join groups or assume obligations toward others that are not freely chosen.

    We evaluate these predictions in three studies using large web-based samples and a variety of measures related to morality, cognition, emotion, and social relatedness. Each “study” is actually a collection of separate studies that were conducted via a data collection website (described below), but for presentation purposes, we group them together based on the predictions they address
    ."

    "The analyses presented are based on data from 157,804 participants (45.6% female, median age = 34) who visited YourMorals.org and participated in one or more studies between June 2007 and January 2011. […] As of January 2011, 11,994 American visitors to YourMorals.org had self-identified as “libertarian”."

    "Libertarians were comparable to other participants in terms of education, ethnicity, and age, but were much more likely to be male (79.6%) compared to both liberals (50.6% male) and conservatives (63.0% male). Because of this difference and because many of the distinguishing characteristics of libertarians turn out to be traits on which there are substantial gender differences, we include tables that show the effects separately for males and females."

    "Libertarians were similar to conservatives on the fairness foundation, as both groups scored substantially lower than liberals. However, like liberals, libertarians scored substantially lower on the ingroup, authority, and purity foundations compared to conservatives. Finally, libertarians scored slightly lower than conservatives and substantially lower than liberals on the harm foundation."

    "Our results suggest why libertarians do not feel fully at home in either of the major American political parties. Consistent with our prediction, libertarians were relatively low on all five foundations. Libertarians share with liberals, a distaste for the morality of ingroup, authority, and purity, characteristic of social conservatives, particularly those on the religious right. Like liberals, libertarians can be said to have a two-foundation morality, prioritizing harm and fairness above the other three foundations. But libertarians share with conservatives their moderate scores on these two foundations. They are therefore likely to be less responsive than liberals to moral appeals from groups who claim to be victimized, oppressed, or treated unfairly. Libertarianism is clearly not just a point on the liberal-conservative continuum; libertarians have a unique pattern of moral concerns, with relatively low reliance on all five foundations."

    "Libertarians were unique on two values: benevolence, where they scored moderately below the other two groups, and self-direction, where they scored the highest (slightly higher than liberals and moderately higher than conservatives)."

    "On lifestyle liberty, libertarians scored substantially higher than both liberals (d = .81), and conservatives (d = 1.19)."

    "Our first prediction was strongly supported: libertarians value liberty more strongly and consistently than liberals or conservatives, at the expense of other moral concerns."

    "The libertarian pattern on the Big 5 complements our findings on their explicit values in Study 1. Libertarians report lower levels of the traits that indicate an orientation toward engaging with and pleasing others (i.e., extraversion and agreeableness). Low scores on agreeableness in particular have been said to indicate a lack of compassion and a critical, skeptical nature. In addition, as in Study 1, we see that libertarians share traits with liberals (high openness to experience) as well as conservatives (low neuroticism)."

    "Libertarians scored moderately lower than conservatives and substantially lower than liberals on empathic concern for others."

    "Libertarians score moderately lower than conservatives on measures of disgust within both genders (see Table 3) and across all three classes of disgust.
    Interpretation.
    Previous research has shown that liberals are less disgust-sensitive than conservatives. The low level of disgust sensitivity found in libertarians is consistent with previous research about the relationship between disgust and conservative attitudes on social issues, particularly those related to sexuality (e.g. MFQ-Purity in Study 1). Libertarians may not experience the flash of revulsion that drives moral condemnation in many cases of unorthodox behavior
    ."

    "Libertarians score the lowest of any group on empathizing [empathy and understanding the social world], and the highest on systemizing (also see Figures 3 and 4). In fact, libertarians are the only group that scored higher on systemizing than on empathizing. Given that these traits are known to differ between men and women, it is important to examine these effects in each sex separately. Table 3 shows that the same effects hold when looking only at men, and when looking only at women."

    "Libertarians may enjoy thinking about complex and abstract systems more than other groups, particularly more than conservatives."

    "Our results suggests that libertarians are particularly unemotional in their moral deliberations."

    "Libertarians were the only group to report a more systematic, rather than empathic, way of understanding the world, a characteristic of men that may explain why libertarianism appeals to men more than women."

    "Libertarians also reported lower levels of agreeableness, measured using items such as “likes to cooperate with others”."

    "Study 3 tests the idea that libertarians will be more individualistic and less collectivist compared to both liberals and conservatives, suggesting that their moral concern for liberty may represent the conversion of this preference into a value."

    "The Individualism-Collectivism scale is a 32-item scale that measures an individual's levels of independence vs. interdependence. Individualists tend to emphasize self-reliance, independence and (sometimes) competition. There are two types of individualism: horizontal individualism reflects a belief that people are separate (independent) but equal entities (e.g. “I am a unique individual”), and vertical individualism emphasizes hierarchy and competitiveness between those separate entities (“It is important that I do my job better than others”). Collectivists, on the other hand, tend to emphasize cooperation, and (sometimes) equality. As with individualism, there are two kinds of collectivism, a more egalitarian (horizontal) dimension (e.g. “The well-being of my coworkers is important to me.”) and a more hierarchical (vertical) one (e.g. “Children should be taught to place duty before pleasure.”). The measure was completed by 2,975 participants (1,468 men; 1,987 liberals, 390 conservatives, and 291 libertarians).
    Results.
    Table 4 shows that libertarians scored lowest on both forms of collectivism, and highest on horizontal individualism, while matching conservatives on their high scores (relative to liberals) on vertical individualism
    ."

    "Table 4 shows that libertarians are less identified with their community compared to both liberals and conservatives. They also scored low (just below liberals) on identification with country, which was the dimension that conservatives most strongly endorsed. In addition, they scored low (equal to conservatives) on identification with people all over “the world,” which was the dimension that liberals most strongly endorsed."

    "Table 4 shows that libertarians showed the lowest levels of loving feelings toward others, across all four categories [(friends, family, generic others, and their romantic Partner).]"
    - Iyer R, Koleva S, Graham J, Ditto P, Haidt J (2012) Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians. PLoS ONE 7(Cool: e42366. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0042366

    https://forum.liberaux.org/index.php?/topic/4314-type-de-personnalit%C3%A9-des-lib%C3%A9raux/&tab=comments#comment-17495



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7712
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Ravi Iyer, Spassena Koleva, Jesse Graham, Peter Ditto, Jonathan Haidt, Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians + Type de personnalité des libéraux Empty Re: Ravi Iyer, Spassena Koleva, Jesse Graham, Peter Ditto, Jonathan Haidt, Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians + Type de personnalité des libéraux

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 1 Mai - 21:28

    « Dans cet article, nous décrivons la psychologie morale libérale / libertarienne, qui, comme nous le montrons, est distincte des morales de gauche [en VO: liberal] et de droite [en VO: conservative]. Nous utilisons cette catégorie unique pour illustrer comment les dispositions psychologiques prédisposent les individus à endosser des valeurs particulières et à choisir des identifications idéologiques cohérentes, conformes aux modèles actuels d'intuitionnisme moral, de choix idéologique et de moralisation des préférences.

    Au-delà de la vision bipolaire de la personnalité politique :

    La "guerre des cultures" qui sévit dans la vie publique et politique américaine depuis les années 1980 a souvent été décrite en termes binaires comme un conflit entre deux visions de la morale et de l'autorité morale. A droite, le camp conservateur a insisté sur l'existence d'une vérité morale objective. Les institutions traditionnelles sont considérées comme l'incarnation de la sagesse des âges et reflètent donc étroitement cette vérité morale. A gauche, le camp progressiste a insisté sur le fait que la vérité morale n'est pas fixée pour toujours, mais qu'il s'agit d'un processus graduel, à réinterpréter dans le but de promouvoir un bien-être accru pour tous. Les psychologues ont été capables de mesurer ces différences de jugement moral ainsi que leurs corrélats de personnalité sous-jacents. Par exemple, le conservatisme politique a été associé à une plus grande tolérance à l'inégalité et à une moindre tolérance au changement, à une plus grande rigueur et à une plus grande promptitude à la répulsion. Les progressistes, d'autre part, ont tendance à être plus ouverts que les conservateurs aux nouvelles expériences et plus empathiques. Cette recherche a été un premier pas important dans la compréhension de la relation entre idéologie et personnalité et de l'organisation psychologique des attitudes politiques. »

    « L'idéologie libérale :
    Les libéraux modernes ont des attitudes diverses, mais tous les types de libéralisme remontent aux penseurs des Lumières des 17e et 18e siècles, qui soutenaient que les États, les lois et les gouvernements existent pour le bien du peuple. L'individu est l'unité de valeur, et la liberté de l'individu est la condition préalable essentielle à l'épanouissement humain. John Locke a écrit : « La grande et principale finalité de l'union des hommes dans les républiques et de leur gouvernement est donc la préservation de leurs propriétés ». Locke avait une notion large de la propriété, qui incluait la « vie, les libertés et les biens des hommes ». Ses idées ont ensuite été paraphrasées dans l'une des phrases les plus célèbres de la Déclaration d'indépendance [des USA] : « la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. »

    Le libéralisme a historiquement rejeté l'idée que les besoins d'une personne imposent un impératif moral aux autres. C'est l'un des points majeurs sur lesquels les libéraux et les progressistes ont divergé au XXe siècle. Le libéralisme est resté proche des notions de liberté de Locke et de Mill en tant que liberté à l'abri de toute ingérence, que le philosophe Isaiah Berlin a appelé plus tard "liberté négative". Mais à partir de l'ère progressiste de la fin du XIXe siècle, la gauche américaine a commencé à adopter les idées européennes sur les conditions et les droits sociaux dont les gens ont besoin pour tirer le meilleur parti de leur liberté. L'action de l'État en est venue à être considérée comme essentielle pour assurer une " liberté positive " en fournissant les conditions sociales - telles que l'éducation, les soins de santé et la sécurité financière - qui donnent aux gens la possibilité effective de rechercher leur propre bonheur.
    http://oratio-obscura.blogspot.com/2019/05/quand-la-gauche-etats-unienne-vole-le.html

    Vu sous cet angle, il devient clair pourquoi les libertariens américains sont parfois appelés "libéraux classiques", et en Europe, le terme libéral est souvent utilisé de la même manière que "libéral classique" l'est aux États-Unis. On comprend aussi pourquoi la pensée libertarienne est maintenant associée à des mouvements antigouvernementaux et hostile au progressisme social-démocrate. Le libéralisme fournit un récit idéologique dans lequel l'opposition aux impôts élevés et aux vastes administrations n'est pas seulement une position "économique" : c'est aussi une position morale. Ce récit jette les bases d'une opposition de principe à un gouvernement perçu comme injuste (parce qu'il prend aux productifs et donne aux improductifs), tyrannique (parce qu'il viole la liberté négative de certaines personnes pour promouvoir la liberté positive des autres) et inutile (parce que les gouvernements réalisent rarement les gains d'efficacité générés par la concurrence des entreprises privées). »

    « Les libertariens semblent prêts à rejeter à la fois les préoccupations de gauche en matière de justice sociale et les préoccupations conservatrices en matière de maintien de la structure sociale traditionnelle, lorsque ces préoccupations entrent en conflit avec leur plus vif souci pour la liberté individuelle. Le but de notre première étude est de confirmer ces observations en examinant directement un large éventail de valeurs et de préoccupations morales et en vérifiant si les personnes qui se définissent elles-mêmes comme libérales accordent une valeur supérieure à la liberté et une valeur inférieure aux autres préoccupations morales, comparativement aux progressistes et aux conservateurs.

    Mais qu'est-ce qui pourrait expliquer l'accent libertarien mis sur la liberté à l'exclusion d'autres préoccupations morales ? Des travaux récents en psychologie morale suggèrent que les attitudes morales découlent, du moins en partie, de "traits de caractère" de bas niveau, de réactions émotionnelles, de la fonction sociale et de la moralisation des préférences. Ces attitudes morales ont, à leur tour, été associées à l'auto-identification idéologique.

    Ce travail suggère que l'une des explications du profil moral unique des libéraux est qu'ils ressentent moins les préoccupations morales traditionnelles que la plupart des autres personnes. Tetlock, et al. ont constaté que les libertariens étaient moins outrés moralement par la violation de certains "tabous" (par exemple, acheter et vendre des parties du corps pour la transplantation) que les progressistes, les conservateurs ou les socialistes. Des recherches récentes en psychologie morale ont souligné l'importance des réactions intuitives et émotionnelles dans la production de jugements moraux qui semblent, à première vue, fondés sur un raisonnement fondé sur des principes. Les libéraux seraient-ils plus tolérants sur les questions de comportement consensuel privé que les conservateurs parce qu'ils sont moins aptes à éprouver du dégoût ? Les libertariens pourraient-ils s'éloigner des progressistes sur les questions de justice sociale parce qu'ils ont des sentiments d'empathie plus faibles ? En fait, les écrivains libéraux ont toujours été fiers des racines rationnelles - plutôt qu'affectives - de leur idéologie. L'exception possible à cette règle, bien sûr, est la réaction vigoureuse que les libertariens ont souvent aux violations de la liberté individuelle. Les réactions émotionnelles caractéristiques des libéraux (et leur absence) peuvent limiter les types de préoccupations qu'ils moralisent, ce qui, à son tour, affecte leur attirance pour l'auto-identification libérale. Nous étudions cette possibilité dans l'étude numéro 2.

    Enfin, les réactions émotionnelles et les principes moraux qui en dérivent servent des fonctions interpersonnelles, telles que la navigation dans le monde social et la formation de groupes avec d'autres. Les libertariens peuvent avoir une préférence pour l'indépendance, peut-être même pour la solitude, et donc moins pour les principes moraux qui les lient aux autres. Dans The Fountainhead, Ayn Rand parle de l'importance de maintenir son individualité dans les relations sociales. Les libéraux s'identifient-ils moins aux gens dans leur vie, aux groupes et à leur nation ? Ont-ils moins de plaisir en compagnie des autres ? Cette préférence relative pour l'individualisme peut peu à peu se moraliser pour devenir une approbation consciente de la liberté comme principe moral, les prédisposant à une auto-identification libertarienne. Nous étudions ces possibilités dans l'étude numéro 3. »

    « Dans cet article, les libéraux ont la parole. Nous présentons les résultats de 16 sondages auxquels ont participé 11 994 libertariens qui se sont identifiés comme tels. Nous montrons comment les libéraux autoproclamés diffèrent des progressistes et des conservateurs autoproclamés, non seulement par leurs croyances morales, mais aussi par une variété de mesures de la personnalité qui, étant donné les recherches antérieures sur les origines émotionnelles et sociales du raisonnement moral, nous aident à comprendre pourquoi les libéraux peuvent avoir leur propre schème de croyances morales. […]

    Nous commençons par trois prédictions générales.
    Nous présumons que les libéraux valoriseront la liberté plus fortement et plus systématiquement que les personnes de gauche ou les conservateurs, au détriment d'autres préoccupations morales. […]
    Les libéraux s'appuieront moins sur l'émotion - et plus sur la raison - que les progressistes ou les conservateurs. Cette attente est fondée sur des recherches antérieures sur les origines affectives du jugement moral, ainsi que sur l'auto-caractérisation des libéraux eux-mêmes. Par exemple, l'une des principales revues libertariennes s'appelle, tout simplement, Reason.
    Les libéraux seront plus individualistes et moins collectivistes que les progressistes et les conservateurs. Cette attente est fondée sur des recherches antérieures concernant la fonction sociale du jugement moral. Les libertariens se réfèrent souvent au "droit d'être laissé seul", et montrent une forte réactivité face aux pressions sociales ou juridiques pour rejoindre des groupes ou assumer des obligations envers d'autres personnes qu'ils n'ont pas librement choisies.
    Nous évaluons ces prédictions dans trois études à l'aide de vastes échantillons en ligne et d'une variété de mesures liées à la moralité, à la cognition, aux émotions et aux relations sociales. Chaque "étude" est en fait un ensemble d'études distinctes qui ont été menées par l'intermédiaire d'un site Web de collecte de données (décrit ci-dessous), mais à des fins de présentation, nous les regroupons en fonction des prédictions qu'elles traitent. »

    « Les analyses présentées sont basées sur les données de 157 804 participants (45,6% de femmes, âge médian = 34 ans) qui ont visité YourMorals.org et participé à une ou plusieurs études entre juin 2007 et janvier 2011. En janvier 2011, 11 994 visiteurs américains de YourMorals.org s'étaient déclarés " libertariens ". »

    « Les libéraux étaient comparables aux autres participants en termes d'éducation, d'origine ethnique et d'âge, mais étaient beaucoup plus susceptibles d'être des hommes (79,6%) que les progressistes (50,6% d'hommes) et les conservateurs (63,0% d'hommes). En raison de cette différence et parce que bon nombre des caractéristiques distinctives des libéraux s'avèrent être des traits sur lesquels il existe d'importantes différences entre les sexes, nous incluons des tableaux qui montrent les effets séparément pour les hommes et les femmes. »

    « Nos résultats suggèrent la raison pour laquelle les libéraux ne se sentent pas pleinement chez eux dans l'un ou l'autre des deux principaux partis politiques américains. Conformément à notre prédiction, les libéraux étaient relativement peu nombreux sur les cinq fondations. Les libéraux partagent avec les progressistes un dégoût pour la moralité de la tribu, de l'autorité et de la pureté, caractéristiques des conservateurs, en particulier ceux de la droite religieuse. Comme les progressistes, on peut dire que les libéraux ont une morale à deux fondements, privilégiant le mal et l'équité par rapport aux trois autres fondements. Mais les libéraux partagent avec les conservateurs leurs notes modérées sur ces deux bases. Ils sont donc susceptibles d'être moins sensibles que les progressistes aux appels moraux des groupes qui prétendent être victimisés, opprimés ou traités injustement. Le libéralisme n'est clairement pas seulement un point du continuum gauche/droite ; les libéraux ont un schème unique de préoccupations morales, avec une dépendance relativement faible sur les cinq fondations. »

    « Les libéraux étaient singuliers sur deux valeurs : la bienveillance, où ils ont obtenu un score modérément inférieur à celui des deux autres groupes, et l'auto-direction, où ils ont obtenu le score le plus élevé (légèrement plus élevé que les progressistes et moyennement plus élevé que les conservateurs). »

    « En ce qui concerne la liberté du mode de vie, les libéraux ont obtenu des résultats nettement supérieurs à ceux des progressistes (d = 0,81) et des conservateurs (d = 1,19). »

    « Notre première prédiction a été fortement étayée : les libéraux attachent plus d'importance à la liberté que les progressistes ou les conservateurs, au détriment d'autres préoccupations morales. »

    « Le schème libéral des cinq grands groupes complète nos conclusions sur leurs valeurs explicites dans l'étude 1. Les libertariens rapportent des niveaux inférieurs de traits qui indiquent une orientation vers l'engagement et le plaisir vis-à-vis d'autrui (c.-à-d., l'extraversion et l'agréabilité). De faibles notes sur l'agréabilité en particulier ont été attribuées pour indiquer un manque de compassion et une nature critique et sceptique. De plus, comme dans l'étude 1, nous voyons que les libéraux partagent des traits communs avec les progressistes (grande ouverture à l'expérience) et les conservateurs (faible névrose). »

    « Les libéraux ont eu un score modérément plus bas que les conservateurs et beaucoup plus bas que les progressistes sur l'empathie pour les autres. »

    « Les libéraux obtiennent des notes modérément inférieures à celles des conservateurs pour les mesures du dégoût chez les deux sexes (voir le tableau 3) et dans les trois classes de dégoût.

    Interprétation.
    Des recherches antérieures ont montré que les progressistes sont moins aptes au dégoût que les conservateurs. Le faible niveau de sensibilité au dégoût constaté chez les libéraux est conforme aux recherches antérieures sur la relation entre le dégoût et les attitudes conservatrices à l'égard des questions sociales, en particulier celles liées à la sexualité (p. ex. MFQ-Purity dans l'étude 1). Les libéraux n'éprouveront peut-être pas l'éclairs de répulsion qui conduit à la condamnation morale dans de nombreux cas de comportement peu orthodoxe. »

    « Les libéraux obtiennent les scores les plus bas de tous les groupes pour l'empathie [et la compréhension du monde social], et les plus élevés pour la systématisation (voir aussi les figures 3 et 4). En fait, les libéraux sont le seul groupe qui a obtenu de meilleurs résultats en matière de systématisation que d'empathie. Étant donné que l'on sait que ces caractéristiques diffèrent entre les hommes et les femmes, il est important d'examiner ces effets séparément pour chaque sexe. Le tableau 3 montre que les mêmes effets s'observent uniquement chez les hommes et chez les femmes. »

    « Les libéraux aiment peut-être penser à des systèmes complexes et abstraits plus que les autres groupes, en particulier les conservateurs. »

    « Nos résultats suggèrent que les libéraux sont particulièrement peu émotifs dans leurs délibérations morales. » [Remarque du traducteur : d’où leur propension à être perçu comme « froids » ou insensibles, voire dangereux]

    « Les libéraux sont le seul groupe à faire état d'une façon plus systématique, plutôt qu'empathique, de comprendre le monde, une caractéristique statistiquement plus masculine, ce qui peut expliquer pourquoi le libéralisme plaît plus aux hommes qu'aux femmes. »

    « Les libéraux ont également fait état de niveaux d'agréabilité plus faibles, mesurés à l'aide d'éléments tels que "aime coopérer avec les autres". »

    « L'étude 3 teste l'idée que les libéraux seront plus individualistes et moins collectivistes que les libéraux et les conservateurs, suggérant que leur préoccupation morale pour la liberté peut représenter la conversion de cette préférence en valeur. »

    « L'échelle Individualisme-Collectivisme est une échelle de 32 items qui mesure les niveaux d'indépendance et d'interdépendance d'un individu. Les individualistes ont tendance à mettre l'accent sur l'autonomie, l'indépendance et (parfois) la compétition. Il existe deux types d'individualisme : l'individualisme horizontal reflète la croyance que les gens sont des entités séparées (indépendantes) mais égales (par exemple, "Je suis un individu unique"), et l'individualisme vertical met l'accent sur la hiérarchie et la compétitivité entre ces entités séparées ("Il est important que je fasse mon travail mieux que les autres"). Les collectivistes, d'autre part, ont tendance à mettre l'accent sur la coopération et (parfois) l'égalité. Comme dans le cas de l'individualisme, il existe deux types de collectivisme, une dimension plus égalitaire (horizontale) (par exemple "Le bien-être de mes collègues est important pour moi") et une dimension plus hiérarchique (verticale) (par exemple "Il faut apprendre aux enfants à faire passer le devoir avant le plaisir"). La mesure a été complétée par 2 975 participants (1 468 hommes ; 1 987 progressistes, 390 conservateurs et 291 libertariens).

    Résultats.

    Le tableau 4 montre que les libertariens ont obtenu les scores les plus bas sur les deux formes de collectivisme, et les plus élevés sur l'individualisme horizontal, tout en égalant les conservateurs sur leurs scores élevés (par rapport aux progressistes) sur l'individualisme vertical. »

    « Le tableau 4 montre que les libéraux s'identifient moins à leur communauté que les progressistes et les conservateurs. Ils ont également obtenu de faibles résultats (juste en dessous des progressistes) en ce qui concerne l'identification au pays, qui était la dimension la plus fortement soutenue par les conservateurs. En outre, ils ont obtenu un faible score (égal à celui des conservateurs) sur l'identification avec les gens partout "dans le monde", qui était la dimension la plus fortement appuyée par les personnes de gauche". » [Ce qui tend à expliquer pourquoi les libéraux manifestent rarement des sentiments patriotiques (on trouve parmi eux une surreprésentation d’expatriés temporaires ou définitifs), mais également une absence de sympathie pour les idéaux cosmopolites (Etat mondial, citoyenneté mondiale, révolution communiste mondiale, etc.). De même pour les sentiments xénophobes de la droite ou fraternels et humanitaires de la gauche.]

    « Le tableau 4 montre que les libéraux affichaient les niveaux les plus bas de sentiments d'amour envers les autres, dans les quatre catégories [(amis, famille, autres génériques, et leur partenaire romantique)]. »
    - Iyer R, Koleva S, Graham J, Ditto P, Haidt J (2012) Understanding Libertarian Morality: The Psychological Dispositions of Self-Identified Libertarians. PLoS ONE 7(: e42366. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0042366



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 17 Jan - 13:01