L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

-40%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte Mémoire MicroSDHC Ultra 128 Go + Adaptateur SD, A1
18.49 € 30.99 €
Voir le deal

    Louis Brunet, L’amitié comme introduction à l’éthique

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7743
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Louis Brunet, L’amitié comme introduction à l’éthique  Empty Louis Brunet, L’amitié comme introduction à l’éthique

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 6 Déc - 18:27

    "Tous admettront facilement que l'avarice, l'égoïsme sous toutes ses formes et le repli sur soi dont des obstacles à la création de liens amicaux." (p.217)

    "Il sera bon de préciser, par ailleurs, que chacun, d'une façon ou d'une autre, éprouve naturellement un amour pour soi qui est désintéressé en ce sens que nul ne cherche à s'instrumentaliser lui-même : il y a toujours une partie de soi qui bénéficie de l'«intérêt» que l'on se porte. […]
    Une conduite mauvaise détruit l'homme qui s'y livre, c'est une sorte de mutilation de soi. Or personne, s'il s'aime véritablement, ne peut le désirer pour lui-même. Ce serait se départir de ce qui le rend aimable et donc se couper de son affection pour soi. On en est alors réduit à se fuir soi-même. On aura alors perdu cet ami qui aurait dû être le plus cher : soi-même. Et tous les autres avec — du moins quant à l'amitié parfaite —, puisqu'on aura perdu à la fois le caractère aimable qui nous rend digne d'entrer dans l'intimité d'un ami véritable et la capacité de souhaiter à d'autres le bien véritable qu'on néglige soi-même. D'où, pour éviter cette situation déplorable, l'extrême importance de développer en soi la bonté morale en se comportant de façon appropriée.
    " (p219)
    -Louis Brunet, "L’amitié comme introduction à l’éthique", Laval théologique et philosophique, 44 (2), 1988, 205–220. https://doi.org/10.7202/400378ar



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Sam 23 Jan - 2:03