L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -40%
Lacoste : -40% sur la ceinture sangle siglée ...
Voir le deal
33 €

    Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7712
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism Empty Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 16 Déc - 16:37

     "Liberty has had many different meanings over the course of the history of the term. However, from the Renaissance through the Enlightenment, it commonly appeared as an element in the intellectual tradition that scholars now term classical republicanism. The classical republican tradition flourished throughout Europe from the 16th to the 18th centuries, and among its most notable exponents were Niccolò Machiavelli, Algernon Sidney, James Harrington, and Jean-Jacques Rousseau. Classical republicans drew heavily on ancient models and authorities, but they matched these models with new concerns and examples drawn from the world around them to create a distinct ideology that can be recognized in various forms throughout the history of European political thought.

    Liberty in the classical republican context must be distinguished from both its modern and ancient meanings ; when reading texts of the early modern era, it is important to remember that liberty did not always mean what we may take it to mean today. Nonetheless, the liberty of the classical republicans is in some ways an ancestor of the modern libertarian tradition. At the same time, ironically, it also has played a role in shaping modern collectivist ideologies.

    Therefore, classical republicanism is of crucial importance in the development of modern political thought. Despite its name, classical republicanism did not oppose all monarchies. A “republic” denoted for its adherents what we might today call constitutional government, the rule of law, or simply good government, and this notion was thought consistent with monarchy as one of its components. The classical republicans concerned themselves far more intensely with the proper forms and duties of government, and they were always critical of both monarchs and other government actors who overstepped their prerogatives.

    This concern for limited government is a feature that classical republicans share with the later classical liberal tradition and with modern libertarians. Yet a fuller account of the classical republican worldview reveals differences as well as similarities to the modern libertarian view.

    Classical republicans did not emphasize or even write often about the natural rights of individuals, yet they overwhelmingly agreed that good government was exceedingly fragile and that the vicissitudes of history could sweep it away for no foreseeable reason. Classical republicans often invoked the medieval image of the Wheel of Fortune to describe capricious historical change. Moreover, the reinvigorated study of history that came with the Renaissance convinced them that polities often suffered good and bad turns of fortune. For example, Machiavelli’s most famous work, The Prince, was written to address the proper rule of a state whose republic had lately been overthrown and in which the key question was how best to save what could be preserved. No classical republican would view the collapse of a republic as surprising; for them, republics tended to do just that.

    For classical republicans, the real question lay in how to prevent republics from declining. Therefore, they offered a number of strategies to stave off the threat. Modern libertarians still champion some of these methods, whereas others are rarely encountered or else have been abandoned. Classical republicans held that successful republics, although rare, typically owed their continued existence to a political or civic virtue. The public exercise of civic virtue made for good government and ensured the liberty of the citizens. In turn, civic virtue had several components.

    Above all, citizens were expected to be self-sacrificing for the good of the political community, which was usually conceived of as a local city-state. Far-flung empires tended overwhelmingly toward despotism, classical republicans noted, and they generally disparaged empires for just this reason. To keep vigilant in defense of the republic, citizens were to refrain from luxury, effeminate living, and corruption ; classical republicans held all three to be closely related to each other and ultimately fatal to a republic. As Machiavelli wrote in his Discourses on Livy, “no ordinance is of such advantage to a commonwealth, as one which enforces poverty on its citizens.” In the same work, he praised Lycurgus, the ruler of Sparta, for decreeing that all money should be made of leather, the better to discourage trade and manufacturing.

    Participation in a civic militia was highly prized. Wealthy states might be tempted to hire mercenaries to defend them, but this was a bad idea according to classical republican thought. As Algernon Sidney noted in the Discourses Concerning Government:

    The business of mercenaries is so to perform their duty, as to keep their employments, and to draw profit from them ; but that is not enough to support the spirits of men in extreme dangers. The shepherd who is a hireling, flies when the thief comes; and this adventitious help failing, all that a prince can reasonably expect from a disaffected and oppressed people is, that they should bear the yoke patiently in the time of his prosperity; but upon the change of his fortune, they leave him to shift for himself, or join with his enemies to avenge the injuries they had received. No government should be wealthy enough to hire an independent military force, and all polities should rely on their citizens alone for self-defense. In this way, the liberty of the subject would prove consistent with the success of the state, and citizens would be inclined to defend their governments.

    Often agrarian life was valued above the urban because those who owned a piece of land could always make at least a meager living without becoming dependent on others for their livelihood. City life fostered dependence on others, and to classical republicans, this dependence was the first step toward corruption. The capital cities of large empires were especially dangerous because here money, political power, servility, and commerce converged. Imperial Rome was the paradigmatic example of this type of danger. By contrast, one figure much admired by classical republicans was Cincinnatus, a quasi-legendary Roman farmer who was chosen as dictator to repel an invasion. After his triumph, Cincinnatus surrendered all his power and returned to his farm.

    Last, and anticipating much later political thought, classical republicans often advocated a mixed constitution. Machiavelli wrote in his Discourses on Livy that “where we have a monarchy, an aristocracy, and a democracy existing together in the same city, each of the three serves as a check upon the other.” Perhaps the remarkable thing about classical republican thought, however, is that it viewed the abuse of government as a ubiquitous problem, one amenable—perhaps—to human solutions. In an age when many other political thinkers proclaimed the divine right of kings and the notion that the forms of government were absolute, immutable, and God-given, classical republicans were in many respects the most realistic as well as the most libertarian voices to be found. For them, government was fundamentally a human affair, and it was subject to all of the many faults that plagued other human creations. Understandably, they viewed the state with constant anxiety.

    There is much here that a libertarian can admire, but also much with which to take issue. The classical republicans’ admiration for small, mixed republics and their mistrust of empires are consonant with later libertarian thought, as is their love for a citizen militia, which finds expression in the 2nd Amendment’s right to keep and bear arms. The suspicion of standing armies, a key feature of early classical liberalism, comes directly from the classical republican tradition, and modern libertarians likewise wish the military force to be no larger than is necessary for the defense of individuals and their property.

    Yet modern libertarianism embraces money, commerce, and self-interest, and herein lies a key difference between libertarianism and classical republicanism. Classical republicanism viewed self-interest and the desire for wealth as a danger to the public weal. Subsequent social thought overturned this notion and, in the process, altered the meaning of liberty, reconciling individual freedom with commerce where once they had been thought natural enemies.

    Partly in response to classical republicanism and to the rising commercial society around them, thinkers including Bernard de Mandeville and Adam Smith argued that self-interest could motivate individuals toward knowledge, industry, honesty, charity, and peaceful relations with their neighbors, as well as material plenty. It is this later view that modern libertarians champion. Although libertarians do see governmental corruption as a danger, they reject the notion that corruption is an inevitable consequence of wealth or commerce.

    The twilight years of classical republicanism were spent in attempting to counter this relatively new idea, which lies at the heart of 18th- and 19th-century classical liberalism. Understood in this light, the political thought of Jean-Jacques Rousseau was not a radically new contrarian position, but rather a throwback to some old ideas about the nature of commerce in a political community. Libertarians find Rousseau’s account of liberty unconvincing, in part,
    for just this reason.

    Other areas of classical republican thought are objectionable to libertarians as well, most obviously the notion of the need for self-sacrifice in the interests of the state. The idea of a citizen militia has had a darker side as well—namely, conscription. To most modern libertarians, conscription makes a “mercenary” army seem perfectly honorable, whereas classical republicans would not have agreed. Self-sacrifice in the interests of the state is problematic for theoretical reasons as well. Social contract theory holds that we citizens create, alter, or abolish states to preserve our own security and liberty, and that we create states to serve us, not the other way around. Meanwhile, individualist libertarianism draws somewhat different borders around the entire question. Objectivism, for example, mistrusts self-sacrifice for philosophical reasons, yet Ayn Rand held that a man who voluntarily dies fighting for his own freedom is not sacrificing himself because he is working for freedom, and this may just be one of his own highest values.

    One question in the history of classical republican scholarship is of particular interest to libertarians—namely, the degree to which classical republicanism influenced the founding of the United States. When the United States was founded, classical republicanism still had powerful defenders, but a new appreciation for money and commerce also was gaining a foothold, and America was already a notably commercial republic. Additionally, theories of individual rights, social contract theory, and the somewhat amorphous political thought of Montesquieu clearly played important roles in America’s founding.

    Yet the founding reflects elements of classical republican thought as well. We observe it when Franklin famously answered that the Constitutional Convention had given Americans “a republic, if you can keep it.” It also can be seen in how Jefferson envisioned a nation of small freehold farmers. Voting rights were denied to the residents of the capital city lest they become too powerful. It was a singularly classical republican gesture when Washington returned—with evident pride—to his farm, first after fighting in the American Revolution and then after two terms as president."
    -Jason Kuznicki (2008). "Republicanism, Classical", in Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism, Thousand Oaks, CA: SAGE; Cato Institute, 2008 (pour la première édition états-unienne), pp. 423–425, 623 pages.

    "Their analysis tended to equate a just price with market prices that were devoid of fraud, monopoly, or coercion." (p.451)

    "Leur analyse tend à considérer comme justes n'importe quel prix de marché qui ne résulte pas d'une fraude, d'un monopole ou de la coercition." (p.451)

    "Lord Acton wrote that, “the greater part of the political ideas of Milton, Locke […] may be found in the ponderous Latin of Jesuits who were subjects of the Spanish Crown, of Lessius, Molina, Mariana, and Suárez.” " (p.451)

    "Sur la question du commerce, plusieurs auteurs ont crédité les Scolastiques tardifs, et en particulier Vitoria, d'avoir été les premiers à défendre le droit au commerce international
    […] Samuel von Pufendorf (1632-1694), en tant que protestant, a servi à bien des égards de relais entre les écrits des Scolastiques tardifs et les Lumières écossaises.
    " (p.451)

    "Anne-Robert-Jacques Turgot (1727-1781) […] a fait ses études dans un séminaire […] [s]es vues étaient en grande partie conformes aux enseignements des scolastiques." (p.451)

    "The Late Scholastics equated market prices with the just price, a price predicated on a theory of value that was determined by subjective elements. As a consequence, they tended to oppose government intervention in prices." (p.452)

    "Les Scolastiques tardifs assimilaient les prix du marché au juste prix, un prix fondé sur une théorie de la valeur qui était déterminée par des éléments subjectifs. En conséquence, ils ont eu tendance à s'opposer à l'intervention de l'État dans les prix." (p.452)
    -Alejandro A. Chaufen, "Scholastics/School of Salamanca", in Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism, Thousand Oaks, CA: SAGE; Cato Institute, 2008 (pour la première édition états-unienne), pp. 450–452, 623 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7712
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism Empty Re: Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism

    Message par Johnathan R. Razorback le Sam 5 Déc - 16:11

    "Le terme de liberté a eu de nombreuses significations différentes au cours de l'histoire. Toutefois, de la Renaissance aux Lumières, il est apparu fréquemment comme un élément de la tradition intellectuelle que les spécialistes appellent aujourd'hui républicanisme classique. La tradition républicaine classique a été florissante dans toute l'Europe du XVIe au XVIIIe siècle, et parmi ses représentants les plus remarquables figurent Niccolò Machiavelli, Algernon Sidney, James Harrington et Jean-Jacques Rousseau. Les républicains classiques se sont largement inspirés des modèles et des autorités antiques, mais ils ont associé ces modèles à de nouvelles préoccupations et à des exemples tirés du monde qui les entourait pour créer une idéologie distincte qui peut être reconnue sous diverses formes tout au long de l'histoire de la pensée politique européenne.

    Dans le contexte républicain classique, la liberté doit être distinguée par rapport à d'autres de ses significations modernes ou anciennes ; en lisant les textes du début de l'ère moderne, il est important de se rappeler que la liberté n'a pas toujours eu le sens que nous lui donnons aujourd'hui. Néanmoins, la liberté des républicains classiques est, par certains aspects, un ancêtre de la tradition libérale moderne. En même temps, ironiquement, elle a également joué un rôle dans la formation des idéologies collectivistes modernes.

    Par conséquent, le républicanisme classique est d'une importance cruciale dans le développement de la pensée politique moderne. Malgré son nom, le républicanisme classique ne s'est pas opposé à toutes les formes de monarchies. Une "république" désignait pour ses adhérents ce que nous pourrions aujourd'hui appeler le gouvernement constitutionnel, l'État de droit, ou simplement le bon gouvernement, et cette notion était considérée comme parfois compatible avec la monarchie. Les républicains classiques se préoccupaient beaucoup plus des formes et des devoirs du gouvernement, et ils étaient toujours critiques à l'égard des monarques et des autres acteurs du gouvernement qui outrepassaient leurs prérogatives.

    Ce souci d'un gouvernement limité est une caractéristique que les républicains classiques partagent avec la tradition libérale classique plus tardive et avec les libertariens modernes. Cependant, un examen plus approfondi de la vision républicaine classique du monde révèle des différences et des similitudes avec la vision libérale moderne.

    Les républicains classiques ne mettaient pas l'accent sur les droits naturels des individus, ni même n'écrivaient souvent à ce sujet, mais ils étaient largement d'accord sur le fait qu'un bon gouvernement était extrêmement fragile et que les vicissitudes de l'histoire pouvaient le balayer sans raison prévisible. Les républicains classiques ont souvent invoqué l'image médiévale de la Roue de la fortune pour décrire les changements historiques soudains. De plus, l'étude revigorée de l'histoire qui a accompagné la Renaissance les a convaincus que les politiques ont souvent souffert des bons et des mauvais tours de la fortune. Par exemple, l'œuvre la plus célèbre de Machiavel, Le Prince, a été écrite pour traiter du bon fonctionnement d'un État dont la république avait été récemment renversée et dans lequel la question clé était de savoir comment sauver au mieux ce qui pouvait être préservé. Aucun républicain classique ne considérerait l'effondrement d'une république comme surprenant ; pour eux, les républiques avaient tendance à connaître un tel sort.

    Pour les républicains classiques, la vraie question était de savoir comment empêcher les républiques de décliner. C'est pourquoi ils ont proposé un certain nombre de stratégies pour parer à la menace. Les libéraux modernes continuent à défendre certaines de ces méthodes, tandis que d'autres sont rarement rencontrées ou ont été abandonnées. Les républicains classiques considéraient que les républiques prospères, bien que rares, devaient généralement leur existence continue à une vertu politique ou civique. L'exercice public de la vertu civique permettait de bien gouverner et d'assurer la liberté des citoyens. En retour, la vertu civique avait plusieurs composantes.

    Avant tout, on attendait des citoyens qu'ils se sacrifient pour le bien de la communauté politique, qui était généralement conçue comme une ville-État locale. Les empires éloignés tendaient massivement vers le despotisme, ont noté les républicains classiques, et ils dénigraient généralement les empires pour cette raison. Pour rester vigilants dans la défense de la république, les citoyens devaient s'abstenir de tout luxe, de toute vie efféminée et de toute corruption ; les républicains classiques considéraient que ces trois aspects étaient étroitement liés entre eux et qu'ils étaient finalement fatals à une république. Comme Machiavel l'a écrit dans ses Discours sur Livy, "aucune ordonnance n'est aussi avantageuse pour une république que celle qui impose la pauvreté à ses citoyens". Dans le même ouvrage, il fait l'éloge de Lycurgue, le souverain de Sparte, qui a décrété que tout l'argent devait être en cuir, pour mieux décourager le commerce et la fabrication.

    La participation à une milice civique était très appréciée. Les États riches pouvaient être tentés d'engager des mercenaires pour les défendre, mais c'était une mauvaise idée selon la pensée républicaine classique. Comme l'a fait remarquer Algernon Sidney dans ses Discours concernant le gouvernement :

    "L'activité des mercenaires consiste à accomplir leur devoir, à conserver leur emploi et à en tirer profit ; mais cela ne suffit pas à soutenir l'esprit des hommes en grand danger. Le berger qui est un mercenaire, vole quand le voleur arrive ; et cette aide fortuite échouant, tout ce qu'un prince peut raisonnablement attendre d'un peuple mécontent et opprimé est qu'il supporte patiemment le joug au temps de sa prospérité ; mais au changement de sa fortune, il le laisse se débrouiller seul, ou se joindre à ses ennemis pour venger les blessures qu'il a reçu. Aucun gouvernement ne devrait être assez riche pour engager une force militaire indépendante, et toutes les politiques devraient compter sur leurs citoyens pour se défendre. De cette façon, la liberté du sujet s'avérerait cohérente avec le succès de l'État, et les citoyens seraient enclins à défendre leur gouvernement."

    Souvent, la vie agraire était plus appréciée que la vie urbaine parce que ceux qui possédaient un morceau de terre pouvaient toujours gagner au moins un maigre revenu sans devenir dépendants des autres pour leur subsistance. La vie urbaine favorisait la dépendance envers les autres, et pour les républicains classiques, cette dépendance était le premier pas vers la corruption. Les capitales des grands empires étaient particulièrement dangereuses parce qu'ici convergeaient l'argent, le pouvoir politique, la servilité et le commerce. La Rome impériale était l'exemple paradigmatique de ce type de danger. En revanche, une figure très admirée par les républicains classiques était Cincinnatus, un fermier romain quasi légendaire qui avait été choisi comme dictateur pour repousser une invasion. Après son triomphe, Cincinnatus a abandonné tout son pouvoir et est retourné à sa ferme.

    Enfin, et anticipant la pensée politique beaucoup plus tardive, les républicains classiques ont souvent préconisé une constitution mixte. Machiavel a écrit dans ses Discours sur Tite-Live que "lorsqu'une monarchie, une aristocratie et une démocratie existent ensemble dans la même ville, chacune des trois sert de frein à l'autre". Mais ce qui est peut-être remarquable dans la pensée républicaine classique, c'est qu'elle considérait l'abus de pouvoir comme un problème omniprésent, qui se prête - peut-être - à des solutions humaines. À une époque où de nombreux autres penseurs politiques proclamaient le droit divin des rois et l'idée que les formes de gouvernement étaient absolues, immuables et données par Dieu, les républicains classiques étaient à bien des égards les voix les plus réalistes et les plus libérales que l'on puisse trouver. Pour eux, le gouvernement était fondamentalement une affaire humaine, et il était soumis à toutes les nombreuses fautes qui affligent les autres créations humaines. Il est compréhensible qu'ils considèrent l'État avec une anxiété constante.

    Il y a là beaucoup de choses qu'un libéral peut admirer ici, mais aussi beaucoup de choses avec lesquelles il peut se sentir en désaccord. L'admiration des républicains classiques pour les petites républiques mixtes et leur méfiance à l'égard des empires sont en accord avec la pensée libérale ultérieure, tout comme leur amour pour une milice citoyenne, qui trouve son expression dans le droit de garder et de porter les armes du 2e amendement [des USA]. La suspicion à l'égard des armées permanentes, une caractéristique clé du libéralisme classique des débuts, provient directement de la tradition républicaine classique, et les libertariens modernes souhaitent également que la force militaire ne soit pas plus importante que ce qui est nécessaire pour la défense des individus et de leurs biens.

    Cependant, le libéralisme intègre l'argent, le commerce et l'intérêt personnel, et c'est là que réside la différence essentielle entre le libéralisme et le républicanisme classique. Le républicanisme classique considérait l'intérêt personnel et le désir de richesse comme un danger pour le bien public. La pensée sociale ultérieure a renversé cette notion et, ce faisant, a modifié le sens de la liberté, en conciliant la liberté individuelle et le commerce alors qu'on les considérait autrefois comme des ennemis naturels.

    En partie en réponse au républicanisme classique et à la montée de la société capitaliste autour d'eux, des penseurs tels que Bernard de Mandeville et Adam Smith ont soutenu que l'intérêt personnel pouvait motiver les individus vers la connaissance, l'industrie, l'honnêteté, la charité et les relations pacifiques avec leurs voisins, ainsi que vers l'abondance matérielle. C'est ce dernier point de vue que les libertariens modernes défendent. Bien que les libertariens considèrent la corruption gouvernementale comme un danger, ils rejettent l'idée que la corruption est une conséquence inévitable de la richesse ou du commerce.

    Les années crépusculaires du républicanisme classique ont été consacrées à tenter de contrer cette idée relativement nouvelle, qui se trouve au cœur du libéralisme classique des XVIIIe et XIXe siècles. Compris sous cet angle, la pensée politique de Jean-Jacques Rousseau n'était pas une position anticonformiste radicalement nouvelle, mais plutôt un retour à certaines idées anciennes sur la nature du commerce dans une communauté politique. Les libéraux trouvent le discours de Rousseau sur la liberté peu convaincant, en partie pour cette raison.

    D'autres domaines de la pensée républicaine classique sont également choquants pour les libéraux, en particulier la notion de nécessité d'abnégation dans l'intérêt de l'État. L'idée d'une milice citoyenne a également eu un côté plus sombre, à savoir la conscription. Pour la plupart des libéraux modernes, la conscription fait paraître une armée de "mercenaires" parfaitement honorable, alors que les républicains classiques n'auraient pas été d'accord. L'abnégation dans l'intérêt de l'État est également problématique pour des raisons théoriques. Selon la théorie du contrat social, nous, citoyens, créons, modifions ou abolissons des États pour préserver notre propre sécurité et notre liberté, et nous créons des États pour nous servir, et non l'inverse. En attendant, l'individualisme libéral trace des frontières quelque peu différentes autour de toute la question. L'objectivisme, par exemple, se méfie du sacrifice de soi pour des raisons philosophiques, et pourtant Ayn Rand estime qu'un homme qui meurt volontairement en combattant pour sa propre liberté ne se sacrifie pas parce qu'il travaille pour la liberté, et c'est peut-être simplement l'une de ses plus hautes valeurs.

    Une interrogation sur l'histoire de la tradition républicaine classique intéresse particulièrement les libéraux, à savoir la mesure: dans laquelle le républicanisme classique a-t-il influencé la fondation des États-Unis ? Lorsque les États-Unis ont été fondés, le républicanisme classique avait encore de puissants défenseurs, mais une nouvelle appréciation de l'argent et du commerce prenait également pied, et l'Amérique était déjà une république nettement commerciale. En outre, les théories des droits individuels, la théorie du contrat social et la pensée politique quelque peu amorphe de Montesquieu ont clairement joué un rôle important dans la fondation de l'Amérique.

    Cependant, la fondation reflète également des éléments de la pensée républicaine classique. Nous l'observons lorsque Franklin a répondu, de façon célèbre, que la Convention constitutionnelle avait donné aux Américains "une république, si vous pouvez la garder". On peut également voir comment Jefferson envisageait une nation de petits agriculteurs propriétaires. Le droit de vote a été refusé aux habitants de la capitale de peur qu'ils ne deviennent trop puissants. Ce fut un geste républicain singulièrement classique lorsque Washington revint - avec une fierté évidente - dans sa ferme, d'abord après avoir combattu dans la Révolution américaine, puis après deux mandats de président".
    -Jason Kuznicki (2008). "Republicanism, Classical", in Ronald Hamowy (ed.), The Encyclopedia of Libertarianism, Thousand Oaks, CA: SAGE; Cato Institute, 2008 (pour la première édition états-unienne), pp. 423–425, 623 pages.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 17 Jan - 13:10