L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Bart Bonikowski & Paul DiMaggio, Varieties of American Popular Nationalism

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7257
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Bart Bonikowski & Paul DiMaggio, Varieties of American Popular Nationalism  Empty Bart Bonikowski & Paul DiMaggio, Varieties of American Popular Nationalism

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 29 Jan - 21:01

    http://scholar.harvard.edu/files/bonikowski/files/bonikowski_and_dimaggio_-_varieties_of_american_popular_nationalism.pdf

    "We explore attitudes on four dimensions of nationalism simultaneously: national identification (feelings of closeness to the nation); criteria of national membership (what makes someone “truly American”); pride in the nation’s heritage and in specific institutions; and national hubris (beliefs entailing often invidious comparison between the United States and other countries). We exclude attitudes toward policy issues like immigration and economic protectionism that, although plausibly related to views of nationhood, are not themselves constitutive of those views." (p.3)

    "Brubaker (2004:10) defines “nationalism” not as an elite ideology or a specific set of normative beliefs, but as a domain: “a heterogeneous set of ‘nation’- oriented idioms, practices, and possibilities that are continuously available or ‘endemic’ in modern cultural and political life.” We adopt this broader definition, because we wish to understand how a wide range of attitudes that constitute respondents’ nation-schemata— from love of country and bellicosity toward outsiders to critical engagement with the nation—are distributed, how they respond to external events, and how they link to other attitudes and policy preferences." (p.4)

    "Schildkraut (2002, 2011) affirms the existence of Smith’s (1997) three forms of national ideology, adding a fourth, “incorporationism,” that depicts the United States as an immigrant nation continually strengthened by the infusion and assimilation of successive waves of migrants." (p.5)

    "National identification. National identification— the importance of national identity relative to other aspects of personal identity—is a central part of many conceptions of nationalism. Historical accounts of American nationalism (Kohn 1957) have emphasized the critical importance of the shift from the predominance of state identifications to identification with the national government in the early days of the Republic; and the nation fought a Civil War to decide the primacy of national versus regional identification (Faust 1988). According to Citrin and colleagues (1994:2), “nationalism is successful when it takes precedence over available alternative foci of affiliation such as kinship, religion, economic interest, race or language.” GSS respondents were asked, “How close do you feel to your [town or city; state; America; North America].” Respondents were about twice as likely (51 percent) to report feeling “very close” to “America” than to any other region or political unit." (p.6)

    "Criteria of legitimate membership. Most accounts of American nationalism regard answers to the question of “Who is an American?” (or in the wording of the GSS, who is “truly American”) as marking the difference between the creedal (or civic) and ethnocultural traditions (Lieven 2004; Smith 1997; Walzer 1990). The former embraces the liberal creed of tolerance and universalism, whereas the latter draws strong boundaries based on characteristics such as birthplace, language, religion, and race. Historically, the United States has oscillated between the openness to newcomers inscribed on the Statue of Liberty, on the one hand, and recurrent episodes of nativist exclusion on the other (Higham [1955] 1983). Focusing on “characteristics that subjectively define membership in a particular political community,” Citrin, Reingold, and Green (1990:1128) find strong support among a sample of Californians for creedal liberalism, yet substantial support, as well, for the salience of linguistic and religious criteria. A broad consensus emerged among 2004 GSS respondents around the importance to being “truly American” of American citizenship, ability to speak English, feeling American, and “respecting America’s political institutions and laws,” with majorities calling these “very important” and with over 90 percent believing these were “fairly important” or “very important.” Fewer respondents regarded being “born in America” or having “lived in America for most of one’s life” as very important, but these criteria received substantial support nonetheless, with more than three of four respondents selecting “fairly” or “very” important. Respondents were more divided in their views of the centrality of Christianity to national membership: a plurality (48 percent) chose “very important,” but the next most popular response, from 18 percent of respondents, was “not very important.” Overall, 65 percent reported that Christianity was a fairly or very important criterion, whereas 35 percent selected “not very important” or “not important at all.” "(pp.6-Cool

    "National pride. Citrin, Wong, and Duff (2001) define national pride as central to patriotism (which they regard as closely linked to nationalism). Pride is different from but associated with identification, in that emotional gratification from the achievements of an entity increase with the subjective proximity of that entity to the self. As Smith and Kim (2006:127) put it, “National identity is the cohesive force that both holds nation-states together and shapes their relationships with other states. National pride is the positive affect that the public feels towards their country, resulting from their national identity.” GSS respondents were most proud of the United States’ armed forces, history, and scientific and technological achievements: over half the sample described themselves as “very proud” of each, with over 90 percent “very” or “somewhat” proud. Other sources of pride were achievement in sports and achievements in art and literature (over 90 percent somewhat or very proud), the way democracy works (89 percent), the nation’s economic achievements (87 percent), and its geopolitical influence (78 percent). Respondents rated two items lower: fair and equal treatment of all groups (75 percent) and the social security system (just 56 percent)." (p.8 )

    "National hubris. Dictionaries define “chauvinism” as a form of patriotism that is extreme in extent and entails not only pride in one’s own group but assertions of superiority over others. We avoid the term because of its strong value connotations, instead using “hubris” to describe a set of items that reflect national pride in the United States in general and that affirm a preference for the United States compared to other nations (or, in one case, an unconditional view of citizens’ obligations if the United States is at odds with other countries). We use most of the measures that Smith and Kim (2006) refer to as “general” pride (as opposed to “domainspecific”). This construct is also consistent with Citrin and colleagues’ (2001:74–75) distinction between “patriotism” (“feelings of closeness to and pride in one’s country and its symbols”) and “chauvinism” (“an extreme and bounded loyalty, the belief in one’s country’s superiority, whether it’s right or wrong”). A number of authors go so far as to equate these measures with nationalism as a whole. Williams ([1951] 1970:490), in a classic text on U.S. society, defined nationalism as “the belief that U.S. values and institutions are the very best in the world” (see also De Figueiredo and Elkins 2003).  Five GSS agree/disagree items tap this dimension of nationalist belief and sentiment. Two statements reflect judgments that, while invidious, are not necessarily expressive of moral superiority: “Generally speaking, America is a better country than most other countries,” and “I would rather be a citizen of America than of any other country in the world.” The first could be true if “better” refers to certain criteria on which the United States is relatively highly ranked (e.g., rule of law or civil liberties). The second could be motivated by pure self-interest rather than moral evaluation. These views received extensive support, with 90 percent of respondents endorsing the latter and 80 percent agreeing with the former.  Items in the second pair are more directly indicative of feelings of national superiority: “The world would be a better place if people from other countries were more like Americans,” and “People should support their country even if their country is in the wrong.” In contrast to the first pair, agreement with these two statements was far more measured. Just 42 percent reported wishing that people from other countries were more like Americans, with a plurality placing themselves at the midpoint of the five-point scale. Only 37 percent endorsed the view of “my country right or wrong,” with 41 percent taking exception to this position." (p.8-9)

    "Finally, a fifth item measures the degree to which “there are things about America that make me feel ashamed.” Although the question does not explicitly elicit a comparison between the United States and other countries, feelings of shame in the country imply some external reference point from which the respondent renders that judgment. Among the GSS respondents, 26 percent did not feel ashamed of the United States, and 56 percent did feel ashamed (the remaining 18 percent chose the intermediate response category, neither agreeing nor disagreeing with the question prompt)." (p.9)

    "Ardent nationalists. Members of the larger of the extreme classes (24 percent of all respondents), which we call the ardent nationalists, were more likely than members of any other class to feel very close to America; more likely to say it was “very important” for a true American to possess all seven characteristics about which respondents were asked; most likely to report being “very proud” of all 10 potential sources of pride; and more likely than any other to agree or strongly agree with all five measures of national hubris. Even though the ardent nationalists scored highest on every dimension of nationalism— identification, criteria, pride, and hubris—they were not completely indiscriminate in their responses. Large majorities viewed each criterion of being “truly American” as “very important,” nearly all endorsed citizenship, ability to speak English, feeling American, having lived in America most of one’s life, and respecting institutions and laws, but fewer believed it was very important that a true American be born in America (86 percent) or be a Christian (75 percent)." (p.10)

    "Nonetheless, a large majority apparently viewed Jews, Muslims, agnostics, and naturalized citizens as something less than “truly American.”  Nearly all the ardent nationalists reported being “very proud” of America’s armed forces, history, and achievements in science and technology. Considerably fewer expressed great pride in the country’s fair and equal treatment of all groups (51 percent), its political influence in the world (48 percent), or its social security system (28 percent).11 Other pride items fell in between. Every member of this class expressed a preference for being a citizen of the United States and all but six agreed that America is a “better country” than most others. Nearly two thirds (64 percent) felt the world would be a better place if people in other countries were more like Americans, and just 50 percent, even of this most nationalistic group, believed people should support their country if it was in the wrong. More ardent nationalists than members of any other class (43 percent) were unashamed of any aspects of America. As illustrated in Table 2, the typical member of this class was a white male observant Evangelical or Mainline Protestant with relatively little formal education, living in the South. The ardent nationalists were eight years older than the remainder of the sample, with a mean age of 51. They had moderately low incomes and were more likely than others to have discontinued their schooling after high school. Politically, the ardent nationalists were most likely to selfidentify as strong Republicans and were among the least likely to self-identify as Democrats. The minority who self-identified as Democrats were older and had even lower incomes than their Republican counterparts; they were also less likely to identify as white or as Protestant, to live in the South, or to report having no religion. They were, however, very similar in terms of gender and likelihood of having been born in the United States. There is evidence that at least some ardent nationalism is associated with military service. Although data on veteran status were not available, 18 percent of men in the ardent nationalist class (compared to between 5 and 8 percent in the other groups) reported that they belonged to veterans’ organizations." (pp.11-12)

    "The disengaged. The other extreme class was the smallest, making up 17 percent of the sample. It consists of what we call the “disengaged”— disengaged from the nation because they withheld the strongest endorsement of even the most widely held nationalist beliefs and sentiments, because they professed particularly low levels of pride in state institutions, and because they appeared to refrain from wholesale engagement with a national identity. The strongest evidence for the latter inference comes from responses to the national identification item: only 21 percent of respondents in this group reported feeling very close to the nation, compared to 56 percent for the remainder of the sample. They were also least likely to endorse any characteristic as “very important” for being “truly American,” often by wide margins. For instance, just half rated as very important the ability to speak English, which 89 percent of other respondents viewed as constitutive of being truly American. Even citizenship was termed “very important” by just 47 percent. Other criteria, such as being Christian, being born in the United States, or having lived in the United States for most of one’s life, were endorsed as very important by fewer than one in six.  Disengaged respondents were also less likely than members of other classes to express high levels of national pride. Some of these results suggest a negative evaluation of the United States’ performance on elements of the national creed: just 10 percent reported being “very proud” of how American democracy works; 7 percent expressed great pride in equal treatment of all groups; 20 percent expressed pride in American history; and only two people expressed strong pride in the nation’s political influence. But they also expressed lower levels of pride in fields like science and technology (42 percent) and arts and literature (31 percent), where American achievements arguably have been demonstrably significant. Such patterns suggest these respondents were not only critical of the United States on some dimensions, but they also identified less strongly with the country in general, taking less pride in American achievements because their nationality was linked less closely to their sense of self. Not surprisingly, the disengaged were also least likely to endorse any of the hubris items.

    Who were these least nationalistic Americans ? With a mean age of 38 years, they were the youngest of any class. African Americans and respondents in the “other” race category were overrepresented in their ranks, as were respondents born outside the United States. Highly underrepresented in this class; Jews and respondents who chose “no religion” and “other” religion were overrepresented. Although the incomes of the disengaged were the lowest of the four classes, this is a function of their young age; among respondents who were 25 or older, the mean income of the disengaged exceeded that of restrictive and ardent nationalists (but not creedal nationalists). Just under 10 percent of respondents assigned to this class did not hold U.S. citizenship, and another 6 percent were foreign-born citizens. (Nearly half of non-citizens in the sample were classified as disengaged, compared to just about 14 percent of the foreign-born citizens.) It is not surprising that non-citizens would fall into this class. The foreign-born are statusinconsistent—those who were classified as disengaged were highly educated and relatively well paid, but also 62 percent non-white, predominantly non-Christian, and, of course, newcomers to the United States. Five percent of the disengaged were second-generation Americans, but more than three quarters were neither immigrants nor children of immigrants. The native-born members of this class were well educated, young, relatively more likely than respondents assigned to other classes to be non-white, and most likely to describe their religious faith as “none” (36 percent) and their political affiliation as Democrat (80 percent). In other words, the disengaged class mixes a relatively small set of prosperous immigrants whose views may reflect a lack of identification with the United States with a much larger set of relatively young and well-educated native-born respondents who favor Democrats and are often (but not exclusively) members of ethnoracial or religious minorities
    ." (pp.12-14)

    "Restrictive nationalists. Unlike the ardent nationalists and the disengaged, the two remaining classes did not fall into a monotonic continuum from more to less nationalistic. They were, however, moderate in very different ways. One class, which we call the restrictive nationalists, consisted of respondents who expressed only moderate levels of national pride but defined being “truly American” in particularly exclusionary ways. The other class, which we call creedal nationalists because their profile of attitudes suggests fidelity to the American creed of liberal universalism, consisted of respondents who expressed high levels of national pride alongside a reluctance to qualify “truly American” with many strong conditions.  We begin with the former: the restrictive nationalists, who were the largest group, constituting 38 percent of the sample. Members of this group were moderate in their national identification and espoused modest levels of national hubris (less than either the ardent or creedal nationalists): 94 percent preferred to be U.S. citizens, 79 percent agreed that there is no better country than the United States, 43 percent agreed that people in other countries should be more like Americans, and 38 percent endorsed the view that one should support one’s country even when it is wrong. Only 18 percent reported never experiencing shame in the United States. Restrictive nationalists were also similar to, although less extreme than, the ardent nationalists in placing conditions on who should be viewed as a “true American.” Well over half strongly endorsed the view that only Christians can be “truly American”; nearly three in four believed it is “very important” that a “true American” be born in the United States or have lived in the United States for most of one’s life; and 69 percent viewed respect for American political institutions and laws as very important for being truly American. Given their high level of support for restrictive criteria of national membership, surprisingly few members of this class   reported being “very proud” of American achievements. Indeed, their responses to the pride questions were closer—in most cases, much closer—to those of the disengaged than to those of the ardent nationalists or creedal nationalists. Majorities expressed
    great pride only in America’s armed forces and its history. By contrast, just 13 percent reported being very proud of American democracy and just 9 percent expressed great pride in America’s global political influence.

    Who were these respondents who defined true Americans so restrictively yet evinced such low levels of national pride ? A rough generalization would depict them as Americans who are disadvantaged with respect to some combination of race, gender, or social class. Women were overrepresented among the restrictive nationalists; average incomes were the second lowest of all the classes; and a relatively small percentage of these respondents continued their education beyond high school. African Americans were strongly overrepresented in this class (68 percent were assigned to this group), as were Hispanics.18 Black Protestants were also represented in large numbers (much more so than in any other class), as were Evangelical Protestants. Not surprisingly given their criteria for “true American” status, relatively few were born outside the United States. Politically, Independents were strongly overrepresented (almost half the Independents in the sample were in this class), suggesting a gravitation to the restricted class by the politically disaffected. Although moderate Democrat and Republican identifiers were nearly equally likely to be assigned to this class, strongly partisan Republicans were underrepresented (most of them were found among the ardent and, to a lesser extent, creedal classes), whereas strong Democrats were overrepresented, reflecting the different socioeconomic positions and racial compositions of these two groups. The vast majority of African Americans in this class were Democrats, even though 14 of the 18 African American respondents who declared themselves Republicans were assigned to this category. In contrast, Hispanic respondents who identified with the Democratic Party were underrepresented and those who identified with the Republican Party were overrepresented in this class. Overall, it seems likely that this form of nationalism reflects ressentiment more than ideology. Given the unexpected prominence of African Americans among restrictive nationalists, we checked to see if these results were artifacts of poorer assignment of non-whites to latent classes due to a combination of smaller numbers with possible model heterogeneity. We thus compared mean individual-level class assignment probabilities for blacks and whites in each of the four classes. The results, presented in Table 3, show that the differences in the precision of classification by race across the four classes are minor. In the case of the restrictive class, the mean classification probabilities for black respondents are actually higher than those for white respondents
    ." (pp.14-15)

    "Creedal nationalists. Creedal nationalism refers to the form of national selfunderstanding associated with a set of liberal principles—universalism, democracy, and the rule of law—sometimes referred to as the American creed (Hartz 1964; Lieven 2004; Lipset 1963). The class of respondents we call creedal nationalists, which accounts for 22 percent of the sample, fits this profile more aptly than any other. Their form of nationalism was high on national pride but placed few restrictions on who can claim to be “truly American.” Creedal nationalists exhibited high levels of national identification, with 65 percent reporting that they felt “very close” to America, a percentage comparable to that of the ardent nationalists. They were less likely than the ardent nationalists to report being “very proud” of American achievements, but more likely to do so than either restrictive nationalists or the disengaged. Fifty-seven percent expressed great pride in the “way democracy works,” compared to just 13 percent of the restrictive nationalists, and 67 percent expressed pride in America’s economic achievements. They rivaled the ardent nationalists in pride in science and technology, with 82 percent reporting high levels. Like all but the disengaged, they strongly endorsed the ideas that America is a better country than most and that it is better to be a citizen of the United States. Although they did not score as high on the hubris variables as did the ardent nationalists, a plurality agreed that the world would be better if others were more like Americans and that one should support one’s country even if it is wrong. Like the ardent nationalists, they were also much less likely than restrictive nationalists or the disengaged to feel ashamed of America. The differences between creedal and restrictive nationalists are especially evident in their responses to the questions about the qualities that are very important in making someone “truly American.” They were more likely than the restrictive nationalists (85 versus 69 percent) to say that respect for American institutions and laws was very important. In contrast, few regarded being a Christian (21 percent), having been born in the United States (16 percent), or having lived here most of one’s life (20 percent) as very important criteria. In other words, although the creedal nationalists differentiated between degrees of Americanness, unlike the restrictive nationalists they did not do so on the basis of ascribed characteristics. Who were these just over one in five Americans whose views most closely approximated what is purportedly the American creed ? For the most part, they were men and women upon whom fate had smiled. They were most likely of any group to hold advanced degrees and to have graduated college; their mean income of $78,582 was almost 40 percent higher than that of the next wealthiest group (the ardent nationalists). Consistent with their economic well-being, they were disproportionately Republican, almost as much so as the ardent nationalists (although with fewer strong partisans). They were more likely than any other group to have been born outside the United States (23 percent), and most of the foreign-born in this group possessed U.S. citizenship. Very few were African American or identified as Black Protestants. This class also included the largest share of respondents who classified themselves as racially other and as Jewish, with Catholics well represented (constituting at 28 percent a religious plurality) but Protestants, especially Evangelicals, less likely to be assigned to this group. Regionally, creedal nationalists were overrepresented in the Pacific and Mountain states and underrepresented in the Northeast and South. In other words, creedal nationalism is, to some extent, the ideology of men and women for whom the American Dream has worked. In many cases, however, their immigrant origins, religious faith, racial identities, or regional locations place them at the periphery of what is often represented as the American mainstream. We suspect this combination of economic success with biographical marginality produces an affinity for a broadly inclusive understanding of the nation." (p.16)

    "Policies related to ethnic and racial minorities. Like the studies reviewed above, we find significant net associations of particular forms of nationalism with a range of attitudes. Even with extensive controls, the disengaged were more supportive of multiculturalism and related positions than were members of other classes. Consistent with their support for civic definitions of a “true American” and their low values on hubris, the disengaged were much more likely than others to endorse the view that the government should “respect and protect the rights of minorities” and that it is better if minorities “maintain their distinctive customs and traditions.” Despite their inclusive views of the criteria for national membership, creedal nationalists did not differ significantly from ardent nationalists in their responses to either item tapping attitudes toward multiculturalism. And although they were more likely to say that government should support minority rights than were restrictive nationalists, they were less so than the disengaged. Interestingly— and somewhat surprisingly—ardent nationalists were more likely than creedal nationalists to support government assistance for protecting minority cultures.

    Attitudes toward immigrants. We would expect nationalist sentiments—especially sentiments about the nation’s boundaries—to be associated with views of immigrants (Bail 2008), and they were. Restrictive nationalists were significantly more likely than creedal nationalists and the disengaged to believe that immigrants increase crime rates and take jobs away from Americans; and they were significantly more likely than creedal nationalists, the disengaged, and ardent nationalists to disagree that immigration is helpful to the economy and that immigrants improve society by bringing in new ideas and cultures, as well as to agree that there is too much government spending on immigration. Ardent nationalists were also significantly more likely than creedal nationalists (and in most cases, the disengaged) to agree that immigrants cause crime and take away American jobs, that immigrants should not hold the same rights as citizens, and that more needs to be done to prevent illegal immigration. Yet a restrictive view of national membership was not a prerequisite to critical views of immigration: creedal nationalists were also significantly more likely than the disengaged to agree that immigration takes away Americans’ jobs, increases crime rates, and consumes too much government spending, as well as to disagree that immigrants improve society by bringing in new ideas and cultures. They were also more likely than disengaged respondents to favor additional measures against illegal immigration." (p.20)

    "Attitudes concerning America’s boundaries. Attitudes toward immigrants are a special case of responses to the penetration of national boundaries by people, cultures, and money from abroad. Results here were similar, with the disengaged expressing the least agreement, and restrictive nationalists and ardent nationalists expressing the most agreement, with protectionist and isolationist views: both groups were significantly more likely than creedal nationalists or the disengaged to endorse the views that U.S. television programming should favor American content, that foreigners should not be permitted to own land in the United States, and that the United States should cut back on imports. Ardent nationalists appeared even more concerned than restrictive nationalists with cultural intrusions from abroad, as evidenced by their stronger support for the showcasing of American content on U.S. television." (p.21)

    "Pride in the nation’s accomplishments and national identification may inoculate Americans to some degree against the most extreme forms of racial or ethnic exclusion and xenophobia. We see this in the fact that ardent nationalists were less extreme on some variables measuring these dimensions than were the restrictive nationalists." (p.21)

    "A willingness to place ethnocultural restrictions on membership in the national community and what we call hubris are associated with negative views of immigrants and immigration and isolationist and protectionist orientations toward the rest of the world." (p.25)
    -Bonikowski (Bart) et DiMaggio (Paul), "Varieties of American Popular Nationalism", American Sociological Review, 2016, v.81, n.5, pp.949–980.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7257
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Bart Bonikowski & Paul DiMaggio, Varieties of American Popular Nationalism  Empty Re: Bart Bonikowski & Paul DiMaggio, Varieties of American Popular Nationalism

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 21 Fév - 16:30

    "Nous étudions simultanément les attitudes relatives à quatre dimensions du "nationalisme" : l'identification nationale (sentiments de solidarité avec la nation) ; les critères d'appartenance nationale (ce qui fait qu'une personne est "vraiment américaine") ; la fierté de l'héritage de la nation et d'institutions spécifiques ; et l'orgueil national (croyances impliquant une comparaison souvent peu flatteuse entre les États-Unis et d'autres pays). Nous excluons les positions sur des questions politiques comme l'immigration et le protectionnisme économique qui, bien qu'elles soient plausiblement liées à des opinions sur la nation, ne sont pas elles-mêmes constitutives de ces opinions." (p.3)

    "Brubaker (2004 :10) définit le "nationalisme" non pas comme une idéologie d'élite ou un ensemble spécifique de croyances normatives, mais comme un domaine : un ensemble hétérogène d'expressions, de pratiques et de possibilités orientées vers la "nation" qui sont continuellement disponibles ou " omniprésentes " dans la vie culturelle et politique moderne". Nous adoptons cette définition plus large, car nous souhaitons comprendre comment un large éventail d'attitudes qui constituent le schéma national des sondés - de l'amour du pays et de la bellicosité envers les étrangers à l'engagement vital envers la nation - sont réparties, comment elles réagissent aux événements extérieurs et comment elles sont liées à d'autres attitudes et préférences politiques." (p.4)

    "Identification nationale. L'identification nationale - l'importance de l'identité nationale par rapport aux autres aspects de l'identité personnelle - est un élément central de nombreuses conceptions du "nationalisme". Les descriptions historiques du nationalisme américain (Kohn 1957) ont souligné l'importance cruciale du passage de la prédominance des identifications aux États locaux à l'identification au gouvernement national dans les premiers temps de la République ; et la nation a mené une guerre civile pour décider de la primauté de l'identification nationale par rapport à l'identification régionale (Faust 1988). Selon Citrin et ses collègues (1994:2), "le nationalisme a réussi lorsqu'il prend le pas sur les autres foyers d'affiliation disponibles tels que la parenté, la religion, les intérêts économiques, la race ou la langue". Les répondants de l'ESG devaient répondre à la question suivante : "Dans quelle mesure vous sentez-vous proche de votre [ville ou état fédéré ; de l'Amérique ; de l'Amérique du Nord] ? Les personnes interrogées étaient environ deux fois plus nombreuses (51 %) à déclarer se sentir "plus proches" de "l'Amérique" que de toute autre région ou unité politique." (p.6)

    "Critères d'adhésion légitime. La plupart des comptes rendus sur le "nationalisme" américain considèrent les réponses à la question "Qui est américain ? (ou dans la formulation de l'ESG, qui est "vraiment américain") comme marquant la différence entre le credo (ou les traditions civiques) et les traditions ethnoculturelles (Lieven 2004 ; Smith 1997 ; Walzer 1990). La première embrasse le credo "libéral" de la tolérance et de l'universalisme, tandis que la seconde trace des frontières fortes basées sur des caractéristiques telles que le lieu de naissance, la langue, la religion et la race. Historiquement, les États-Unis ont oscillé entre l'ouverture aux nouveaux arrivants inscrits sur la Statue de la Liberté, d'une part, et des épisodes récurrents d'exclusion nativiste, d'autre part (Higham [1955] 1983). En se concentrant sur les "caractéristiques qui définissent subjectivement l'appartenance à une communauté politique particulière", Citrin, Reingold et Green (1990:1128) constatent qu'un échantillon de Californiens est très favorable au "libéralisme" confessionnel, mais qu'ils soutiennent également de manière substantielle l'importance des critères linguistiques et religieux. Un large consensus s'est dégagé parmi les répondants de l'ESG 2004 sur l'importance d'être "vraiment américain", de pouvoir parler anglais, de se sentir américain et de "respecter les institutions politiques et les lois de l'Amérique", avec des majorités qualifiant ces éléments de "très importants" et plus de 90 % estimant qu'ils sont "assez importants" ou "très importants". Moins de personnes interrogées ont considéré que le fait d'être "né en Amérique" ou d'avoir "vécu en Amérique pendant la majeure partie de sa vie" était très important, mais ces critères ont néanmoins reçu un soutien important, plus de trois personnes interrogées sur quatre ayant choisi "assez" ou "très" important. Les sondés étaient plus divisés dans leurs opinions sur la place centrale du christianisme dans l'appartenance nationale : une pluralité (48 %) a choisi "très important", mais la deuxième réponse la plus populaire, de 18 % des sondés, a été "pas très important". Dans l'ensemble, 65 % ont déclaré que le christianisme était un critère assez ou très important, tandis que 35 % ont choisi "pas très important" ou "pas important du tout"." (pp.6-7 )

    "Fierté nationale. Citrin, Wong et Duff (2001) définissent la fierté nationale comme étant au cœur du patriotisme (qu'ils considèrent comme étroitement lié au nationalisme). La fierté est différente de l'identification, mais elle y est associée, en ce sens que la satisfaction émotionnelle des réalisations d'une entité augmente avec la proximité subjective de cette entité par rapport au soi. Comme le disent Smith et Kim (2006:127), "l'identité nationale est la force de cohésion qui maintient les États-nations ensemble et façonne leurs relations avec les autres États. La fierté nationale est l'effet positif que le public ressent envers son pays, résultant de son identité nationale". Les répondants de l'ESG étaient très fiers des forces armées, de l'histoire et des réalisations scientifiques et technologiques des États-Unis : plus de la moitié de l'échantillon s'est décrite comme "très fière" de chacune d'entre elles, plus de 90 % étant "très" ou "assez" fiers. Les autres sources de fierté sont les résultats sportifs et les réalisations dans le domaine de l'art et de la littérature (plus de 90 % se disent assez ou très fiers), le fonctionnement de la démocratie (89 %), les réalisations économiques du pays (87 %) et son influence géopolitique (78 %). Les répondants ont attribué une note inférieure à deux éléments : le traitement juste et équitable de tous les groupes (75 pour cent) et le système de sécurité sociale (seulement 56 pour cent)." (p.8 )

    "L'orgueil national. Les dictionnaires définissent le "chauvinisme" comme une forme de patriotisme d'une ampleur extrême qui implique non seulement la fierté de son propre groupe mais aussi des affirmations de supériorité sur les autres. Nous évitons le terme en raison de ses fortes connotations de valeur, et utilisons plutôt " orgueil " pour décrire un ensemble d'éléments qui reflètent la fierté nationale des États-Unis en général et qui affirment une préférence pour les États-Unis par rapport à d'autres nations (ou, dans un cas, une vision inconditionnelle des obligations des citoyens si les États-Unis sont en conflit avec d'autres pays). Nous utilisons la plupart des mesures que Smith et Kim (2006) qualifient de fierté "générale" (par opposition à "spécifique à un domaine"). Cette construction est également conforme à la distinction faite par Citrin et ses collègues (2001:74-75) entre le "patriotisme" ("sentiments de proximité et de fierté envers son pays et ses symboles") et le "chauvinisme" ("une loyauté extrême et limitée, la croyance en la supériorité de son pays, qu'il soit dans son bon droit ou pas"). Plusieurs auteurs vont même jusqu'à assimiler ces mesures au nationalisme dans son ensemble. Williams ([1951] 1970:490), dans un texte classique sur la société américaine, a défini le nationalisme comme "la croyance que les valeurs et les institutions américaines sont les meilleures du monde" (voir également De Figueiredo et Elkins 2003).  Cinq points d'accord/désaccord de l'ESG exploitent cette dimension de la croyance et du sentiment nationaliste. Deux déclarations reflètent des jugements qui, bien que discutables, n'expriment pas nécessairement une supériorité morale : "D'une manière générale, l'Amérique est un meilleur pays que la plupart des autres pays" et "Je préfère être un citoyen américain plutôt que de n'importe quel autre pays du monde". Le premier pourrait être vrai si "mieux" se référait à certains critères sur lesquels les États-Unis sont relativement bien classés (par exemple, l'État de droit ou les libertés civiles). La seconde pourrait être motivée par un pur intérêt personnel plutôt que par une évaluation morale. Ces points de vue ont reçu un large soutien, 90 % des personnes interrogées approuvant le second et 80 % le premier.  Les éléments de la deuxième paire sont plus directement révélateurs des sentiments de supériorité nationale : "Le monde serait meilleur si les gens d'autres pays ressemblaient davantage aux Américains" et "Les gens devraient soutenir leur pays même si celui-ci est dans l'erreur". Contrairement à la première paire, l'accord avec ces deux déclarations a été beaucoup plus mesuré. Seulement 42 % des personnes interrogées ont déclaré souhaiter que les ressortissants d'autres pays ressemblent davantage aux Américains, une majorité d'entre eux se situant au milieu de l'échelle de cinq points. Seuls 37 % ont approuvé l'opinion selon laquelle il faut soutenir son pays "qu'il ait raison ou tort", 41 % s'étant opposés à cette position." (p.8-9)

    "Enfin, un cinquième point mesure le degré suivant lequel "il y a des choses en Amérique qui me font honte". Bien que la question ne suscite pas explicitement une comparaison entre les États-Unis et d'autres pays, les sentiments de honte dans le pays impliquent un point de référence externe à partir duquel la personne interrogée rend son jugement. Parmi les répondants de l'ESG, 26 % n'avaient pas honte des États-Unis et 56 % en avaient honte (les 18 % restants ont choisi la catégorie de réponse intermédiaire, n'étant ni d'accord ni en désaccord avec la proposition)." (p.9)

    "Les nationalistes ardents. Les membres de la plus grande des classes extrêmes de la distribution des réponses (24 % de l'ensemble des répondants), que nous appelons les "nationalistes ardents", sont plus susceptibles que les membres de toute autre classe de se sentir très proches de l'Amérique ; plus susceptibles de dire qu'il est "très important" qu'un vrai Américain possède les sept caractéristiques sur lesquelles les sondés ont été interrogés ; plus susceptibles de déclarer être "très fiers" des dix sources potentielles de fierté ; et plus susceptibles que tout autre de se dire d'accord ou fortement d'accord avec les cinq mesures de l'orgueil national. Même si les fervents nationalistes ont obtenu les meilleurs scores pour chaque dimension du "nationalisme" - identification, critères, fierté et orgueil - ils n'ont pas répondu de manière totalement indifférenciée. De larges majorités ont considéré que chaque critère d'être "vraiment américain" était "très important", presque tous ont approuvé la citoyenneté, la capacité à parler anglais, le sentiment d'être américain, le fait d'avoir vécu en Amérique la majeure partie de sa vie et le respect des institutions et des lois, mais ils sont moins nombreux a estimé qu'il était très important qu'un vrai Américain soit né en Amérique (86 %) ou soit chrétien (75 %)." (p.10)

    "Néanmoins, une grande majorité semble considérer les juifs, les musulmans, les agnostiques et les citoyens naturalisés comme quelque chose de bien inférieur à un "vrai américain".  Presque tous les ardents nationalistes ont déclaré être "très fiers" des forces armées, de l'histoire et des réalisations scientifiques et technologiques des États-Unis. Un nombre nettement moins important d'entre eux ont exprimé leur grande fierté à l'égard du traitement juste et équitable de tous les groupes dans le pays (51 %), de son influence politique dans le monde (48 %) ou de son système de sécurité sociale (28 %).11 D'autres éléments de fierté se situaient entre les deux. Tous les membres de cette classe ont exprimé une préférence pour le fait d'être citoyen des États-Unis et tous, sauf six, ont convenu que l'Amérique est un "meilleur pays" que la plupart des autres. Près des deux tiers (64 %) estiment que le monde serait meilleur si les habitants des autres pays ressemblaient davantage aux Américains, et seulement 50 %, même dans ce groupe le plus nationaliste, pensent que les gens devraient soutenir leur pays s'il était dans l'erreur. Les nationalistes les plus ardents, plus que les membres de toute autre classe (43 %), n'avaient aucune honte à l'égard de quelque aspect que ce soit de l'Amérique. Comme l'illustre le tableau 2, le membre typique de cette classe était un homme blanc, évangélique ou protestant, pratiquant sa religion de façon traditionnelle, avec relativement peu d'éducation scolaire, vivant dans le Sud. Les fervents nationalistes avaient huit ans de plus que le reste de l'échantillon, avec un âge moyen de 51 ans. Ils avaient des revenus relativement faibles et étaient plus susceptibles que les autres d'avoir interrompu leur scolarité après le lycée. Sur le plan politique, les fervents nationalistes étaient les plus susceptibles de s'identifier comme des "républicains" forts et étaient parmi les moins susceptibles de s'identifier comme des "démocrates". La minorité qui s'est identifiée comme démocrate était plus âgée et avait des revenus encore plus faibles que ses homologues républicains ; elle était également moins susceptible de s'identifier comme blanche ou protestante, de vivre dans le Sud ou de déclarer n'avoir aucune religion. Ils étaient cependant très similaires en termes de sexe et de probabilité d'être nés aux États-Unis. Il est prouvé qu'un certain nationalisme ardent est au moins associé au service militaire. Bien que les données sur le statut d'ancien combattant ne soient pas disponibles, 18 % des hommes de la classe des nationalistes ardents (contre 5 à 8 % dans les autres groupes) ont déclaré appartenir à des organisations d'anciens combattants." (pp.11-12)

    "Les désengagés. L'autre classe extrême était la plus petite, représentant 17 % de l'échantillon. Il s'agit de ce que nous appelons les "désengagés" - désengagés de la nation parce qu'ils n'approuvent pas les croyances et les sentiments nationalistes les plus répandus, parce qu'ils sont particulièrement peu fiers des institutions de l'État et parce qu'ils semblent s'abstenir de s'engager à fond dans une identité nationale. La preuve la plus solide de cette dernière inférence provient des réponses à la question sur l'identification nationale : seuls 21 % des répondants de ce groupe ont déclaré se sentir très proches de la nation, contre 56 % pour le reste de l'échantillon. Ils étaient également les moins susceptibles de soutenir une caractéristique comme étant "très importante" pour être "vraiment américain", souvent par de larges pourcentages. Par exemple, seule la moitié des personnes interrogées ont jugé très importante la capacité à parler anglais, que 89 % des autres personnes interrogées considèrent comme un élément constitutif du fait d'être vraiment américain. Même la citoyenneté a été qualifiée de "très importante" par seulement 47 % des personnes interrogées. D'autres critères, tels que le fait d'être chrétien, d'être né aux États-Unis ou d'avoir vécu aux États-Unis pendant la majeure partie de sa vie, ont été jugés très importants par moins d'un répondant sur six.  Les répondants désengagés étaient également moins susceptibles que les membres des autres classes d'exprimer un niveau élevé de fierté nationale. Certains de ces résultats suggèrent une évaluation négative de la performance des États-Unis sur des éléments du credo national : seuls 10 % ont déclaré être "très fiers" du fonctionnement de la démocratie américaine ; 7 % ont exprimé une grande fierté de l'égalité de traitement de tous les groupes ; 20 % ont exprimé leur fierté de l'histoire américaine ; et seulement deux personnes ont exprimé une grande fierté de l'influence politique de la nation. Mais ils ont également exprimé des niveaux de fierté moins élevés dans des domaines comme la science et la technologie (42 %) et les arts et la littérature (31 %), où les réalisations américaines ont sans doute été importantes. Ces tendances suggèrent que ces personnes interrogées ne sont pas seulement critiques à l'égard des États-Unis sur certains points, mais qu'elles s'identifient aussi moins fortement au pays en général, et qu'elles sont moins fières des réalisations américaines parce que leur nationalité est moins étroitement liée à leur sentiment d'identité personnelle. Il n'est pas surprenant que les personnes désengagées soient également les moins susceptibles d'approuver l'un ou l'autre des éléments d'orgueil."

    "Qui étaient ces Américains les moins nationalistes ? Avec une moyenne d'âge de 38 ans, ils étaient les plus jeunes de toutes les classes. Les Afro-Américains et les répondants de la catégorie "autres" étaient surreprésentés dans leurs rangs, tout comme les répondants nés hors des États-Unis. […] Les Juifs et les personnes interrogées ayant choisi "aucune religion" et "autre" religion [que le protestantisme] étaient surreprésentés dans cette classe. Bien que les revenus des désengagés soient les plus faibles des quatre classes, cela est fonction de leur jeune âge ; parmi les répondants âgés de 25 ans ou plus, le revenu moyen des désengagés dépassait celui des nationalistes restrictifs et ardents (mais pas des "nationalistes du credo"). Un peu moins de 10 % des personnes interrogées appartenant à cette classe ne possédaient pas la citoyenneté américaine, et 6 % étaient nées à l'étranger. (Près de la moitié des non-citoyens de l'échantillon ont été classés comme désengagés, contre seulement 14 % environ des citoyens nés à l'étranger). Il n'est pas surprenant que les non-citoyens entrent dans cette catégorie. Les personnes nées à l'étranger ont un statut homogène : celles qui ont été classées comme désengagées sont très instruites et relativement bien payées, mais aussi 62 % de personnes non blanches, principalement non chrétiennes, et, bien sûr, de nouveaux arrivants aux États-Unis. Cinq pour cent des désengagés étaient des Américains de la deuxième génération, mais plus des trois quarts n'étaient ni des immigrants ni des enfants d'immigrants. Les membres de cette classe nés aux États-Unis étaient bien éduqués, jeunes, relativement plus susceptibles que les personnes interrogées dans les autres classes d'être non blancs, et plus susceptibles de décrire leur foi religieuse comme "aucune" (36 %) et leur appartenance politique comme "démocrate" (80 %). En d'autres termes, la classe désengagée mélange un ensemble relativement restreint d'immigrants prospères dont les opinions peuvent refléter un manque d'identification avec les États-Unis avec un ensemble beaucoup plus important de sondés de naissance relativement jeunes et bien éduqués qui favorisent les "démocrates" et sont souvent (mais pas exclusivement) membres de minorités ethnoraciales ou religieuses." (pp.12-14)

    "Nationalistes restrictifs. Contrairement aux nationalistes ardents et aux désengagés, les deux classes restantes ne sont pas tombées dans un prolongement monotone allant du plus nationaliste au moins nationaliste. Elles étaient cependant "modérées" de manière très différente. Une classe, que nous appelons les nationalistes restrictifs, était composée de personnes interrogées qui n'exprimaient que des niveaux modérés de fierté nationale, mais qui définissaient le fait d'être "vraiment américain" de manière particulièrement exclusive. L'autre classe, que nous appelons les nationalistes du credo (parce que leur profil d'attitudes suggère une fidélité au credo américain de l'universalisme libéral) était composée de personnes interrogées qui ont exprimé des niveaux élevés de fierté nationale ainsi qu'une réticence à définir le fait d'être "vraiment américain" avec de nombreuses conditions restrictives.  

    Nous commençons par les premiers : les nationalistes restrictifs, qui constituent le groupe le plus important, représentent 38 % de l'échantillon. Les membres de ce groupe étaient modérés dans leur identification nationale et épousaient des niveaux modestes d'orgueil national (inférieurs à ceux des nationalistes ardents ou du credo) : 94 pour cent préféraient être des citoyens américains, 79 pour cent étaient d'accord pour dire qu'il n'y a pas de meilleur pays que les États-Unis, 43 pour cent étaient d'accord pour dire que les gens des autres pays devraient être plus comme les Américains, et 38 pour cent étaient d'accord pour dire qu'il faut soutenir son pays même quand il a tort. Seuls 18 % ont déclaré n'avoir jamais eu honte aux États-Unis. Les nationalistes restrictifs étaient également similaires, bien que moins extrêmes, aux nationalistes ardents en ce qui concerne les conditions à remplir pour être considéré comme un "vrai Américain". Bien plus de la moitié des personnes interrogées ont fortement soutenu l'idée que seuls les chrétiens peuvent être "vraiment américains" ; près de trois personnes sur quatre ont estimé qu'il est "très important" qu'un "vrai Américain" soit né aux États-Unis ou ait vécu aux États-Unis pendant la majeure partie de sa vie ; et 69 % ont estimé que le respect des institutions politiques et des lois américaines était très important pour être vraiment américain. Étant donné leur niveau élevé de soutien aux critères restrictifs d'appartenance nationale, il est surprenant de constater que peu de membres de cette classe ont déclaré être "très fiers" des réalisations américaines. En effet, leurs réponses aux questions sur la fierté étaient plus proches - dans la plupart des cas, beaucoup plus proches - de celles des désengagés que de celles des nationalistes ardents ou des nationalistes du credo. Les majorités ont exprimé une grande fierté uniquement pour les forces armées américaines et son histoire. En revanche, seuls 13 % ont déclaré être très fiers de la démocratie américaine et seuls 9 % ont exprimé une grande fierté de l'influence politique mondiale de l'Amérique.
    "

    "Qui étaient ces personnes interrogées qui définissaient les vrais Américains de manière si restrictive et qui affichaient pourtant un niveau de fierté nationale aussi bas ? Une généralisation grossière les dépeindrait comme des Américains défavorisés par rapport à une combinaison de critères ethniques, de sexe ou de classe sociale. Les femmes étaient surreprésentées parmi les nationalistes restrictifs ; les revenus moyens étaient les deuxièmes plus faibles de toutes les classes ; et un pourcentage relativement faible de ces personnes interrogées ont poursuivi leurs études au-delà du lycée. Les Afro-Américains étaient fortement surreprésentés dans cette classe (68 % ont été affectés à ce groupe), tout comme les Hispaniques. Les protestants noirs étaient également représentés en grand nombre (beaucoup plus que dans toute autre classe), tout comme les protestants évangéliques. Il n'est pas surprenant, compte tenu de leurs critères pour le statut de "vrai Américain", que relativement peu soient nés en dehors des États-Unis. Sur le plan politique, les Indépendants étaient fortement surreprésentés (près de la moitié des Indépendants de l'échantillon appartenaient à cette classe), ce qui suggère une gravitation vers la classe restreinte des personnes politiquement mécontentes. Bien que les démocrates modérés et les républicains aient eu presque autant de chances d'être affectés à cette classe, les républicains fortement partisans étaient sous-représentés (la plupart d'entre eux se trouvaient parmi les ardents et, dans une moindre mesure, parmi les nationalistes du credo), tandis que les "démocrates" convaincus étaient surreprésentés, ce qui reflète les différentes positions socio-économiques et compositions raciales de ces deux groupes. La grande majorité des Afro-Américains de cette classe étaient des "démocrates", même si 14 des 18 Afro-Américains interrogés qui se sont déclarés républicains ont été classés dans cette catégorie. En revanche, les répondants hispaniques qui s'identifiaient au parti démocrate étaient sous-représentés et ceux qui s'identifiaient au parti républicain étaient surreprésentés dans cette classe. Dans l'ensemble, il semble probable que cette forme de nationalisme reflète davantage le ressentiment que l'idéologie.[…]." (pp.14-15)

    "Les nationalistes du Credo [Creedal nationalists]. Le nationalisme du Credo désigne la forme de conception nationale associée à un ensemble de principes "libéraux" - universalisme, démocratie et État de droit - parfois appelé le credo américain (Hartz 1964 ; Lieven 2004 ; Lipset 1963). La catégorie de sondés que nous appelons les nationalistes du Credo, qui représente 22 % de l'échantillon, correspond à ce profil plus que tout autre. Leur forme de "nationalisme" est très fière de leur pays, mais elle n'impose que peu de restrictions à ceux qui souhaitent se déclarer "vraiment américains". Les nationalistes du Credo ont fait preuve d'un niveau élevé d'identification nationale, 65 % d'entre eux déclarant se sentir "très proches" de l'Amérique, un pourcentage comparable à celui des nationalistes fervents. Ils étaient moins susceptibles que les fervents nationalistes de se dire "très fiers" des réalisations américaines, mais plus susceptibles de le faire que les nationalistes restrictifs ou les désengagés. Cinquante-sept pour cent ont exprimé une grande fierté dans la "façon dont la démocratie fonctionne", contre seulement 13 pour cent des nationalistes restrictifs, et 67 pour cent ont exprimé leur fierté dans les réalisations économiques de l'Amérique. Ils rivalisent avec les nationalistes ardents en matière de fierté scientifique et technologique, 82 % d'entre eux faisant état de niveaux élevés. Comme tous les autres, sauf les désengagés, ils ont fortement soutenu les idées selon lesquelles l'Amérique est un meilleur pays que la plupart des autres et qu'il vaut mieux être un citoyen des États-Unis. Bien qu'ils n'aient pas obtenu un score aussi élevé sur les variables d'orgueil que les fervents nationalistes, une multitude d'entre eux ont convenu que le monde serait meilleur si les autres étaient plus proches des Américains et qu'il fallait soutenir son pays même s'il avait tort. Comme les nationalistes fervents, ils étaient également beaucoup moins susceptibles que les nationalistes restrictifs ou les désengagés d'avoir honte de l'Amérique. Les différences entre les nationalistes du Credo et les nationalistes restrictifs sont particulièrement évidentes dans leurs réponses aux questions sur les qualités qui sont très importantes pour faire de quelqu'un un véritable "Américain". Ils étaient plus susceptibles que les nationalistes restrictifs (85 contre 69 %) de dire que le respect des institutions et des lois américaines était très important. En revanche, peu considèrent comme des critères très importants le fait d'être chrétien (21 %), d'être né aux États-Unis (16 %) ou d'avoir vécu ici la majeure partie de sa vie (20 %). […]

    "Qui étaient ces Américains, un peu plus d'un sur cinq, dont les opinions se rapprochaient le plus de ce que l'on prétend être le credo américain ? Pour la plupart, ce sont des hommes et des femmes sur lesquels le destin a souri. Parmi tous les groupes, ils étaient les plus susceptibles d'être titulaires de diplômes supérieurs et d'avoir obtenu un diplôme universitaire ; leur revenu moyen de 78 582 dollars était supérieur de près de 40 % à celui du groupe le plus riche suivant (les nationalistes fervents). De manière prévisible compte-tenu de leur prospérité économique, ils étaient "républicains" de manière prédominante, presque autant que les fervents nationalistes (bien qu'avec moins de partisans forts). Ils étaient plus susceptibles que tout autre groupe d'être nés en dehors des États-Unis (23 %), et la plupart des personnes nées à l'étranger de ce groupe possédaient la citoyenneté américaine. Très peu d'entre eux étaient afro-américains ou identifiés comme protestants noirs. Cette catégorie comprend également la plus grande partie des personnes interrogées qui se classent dans la catégorie des autres races et des juifs, les catholiques étant bien représentés (constituant à 28 % une minorité religieuse importante), mais les protestants, en particulier les évangéliques, sont moins susceptibles d'être affectés à ce groupe. Au niveau régional, les nationalistes du Credo étaient surreprésentés dans les États du Pacifique et des montagnes et sous-représentés dans le Nord-Est et le Sud. En d'autres termes, le nationalisme du Credo est, dans une certaine mesure, l'idéologie des hommes et des femmes pour lesquels le rêve américain a fonctionné. Dans de nombreux cas, cependant, leurs origines immigrantes, leur foi religieuse, leur identité raciale ou leur situation régionale les placent à la périphérie de ce qui est souvent représenté comme le courant dominant américain. Nous soupçonnons que cette combinaison de succès économique et de marginalité biographique produit une affinité pour une compréhension largement inclusive de la nation." (p.16)

    "Les politiques liées aux minorités ethniques et raciales. Comme les études examinées ci-dessus, nous trouvons des associations nettes entre des formes particulières de "nationalisme" avec un éventail d'attitudes. Ainsi, après des contrôles approfondis, les désengagés étaient plus favorables au multiculturalisme et aux positions connexes que les membres des autres classes. Conformément à leur soutien aux définitions civiques d'un "vrai Américain" et à leurs faibles valeurs d'orgueil, les désengagés étaient beaucoup plus susceptibles que d'autres d'approuver l'idée que le gouvernement devrait "respecter et protéger les droits des minorités" et qu'il est préférable que les minorités "conservent leurs coutumes et traditions distinctives". Malgré leurs points de vue inclusifs sur les critères d'appartenance nationale, les nationalistes du Credo n'ont pas différé de manière significative des nationalistes ardents dans leurs réponses aux deux questions sur les attitudes envers le multiculturalisme. Et même s'ils étaient plus enclins à dire que le gouvernement devrait soutenir les droits des minorités que les nationalistes restrictifs, ils l'étaient moins que les désengagés. Il est intéressant - et quelque peu surprenant - de constater que les nationalistes ardents étaient plus susceptibles que les nationalistes du Credo de soutenir l'aide gouvernementale pour la protection des cultures minoritaires."

    "Attitudes à l'égard des immigrés. Nous nous attendions à ce que les sentiments "nationalistes" - en particulier les sentiments sur les frontières de la nation - soient associés aux opinions sur les immigrés (Bail 2008), et ils l'ont été. Les nationalistes restrictifs étaient significativement plus susceptibles que les nationalistes du Credo et les désengagés de croire que les immigrés augmentent le taux de criminalité et volent des emplois aux Américains ; et ils étaient significativement plus susceptibles que les nationalistes du Credo, les désengagés et les nationalistes ardents de ne pas être d'accord sur le fait que l'immigration est utile à l'économie et que les immigrés améliorent la société en apportant de nouvelles idées et cultures, ainsi que de convenir que le gouvernement dépense trop d'argent pour l'immigration. Les fervents nationalistes étaient également beaucoup plus susceptibles que les nationalistes du Credo (et dans la plupart des cas, les désengagés) de convenir que les immigrés sont à l'origine de la criminalité et qu'ils privent les Américains de leur emploi, que les immigrés ne devraient pas avoir les mêmes droits que les citoyens et qu'il faut faire davantage pour empêcher l'immigration clandestine. Pourtant, une vision restrictive de l'appartenance nationale n'est pas une condition préalable à une vision critique de l'immigration : les nationalistes du Credo sont également beaucoup plus susceptibles que les désengagés de convenir que l'immigration prive les Américains d'emplois, augmente le taux de criminalité et consomme trop de dépenses publiques, et de ne pas être d'accord avec l'idée que les immigrants améliorent la société en apportant de nouvelles idées et cultures. Ils étaient également plus susceptibles que les répondants désengagés de favoriser des mesures supplémentaires contre l'immigration clandestine." (p.20)

    "Attitudes concernant les frontières de l'Amérique. Les attitudes envers les immigrés sont un cas particulier de réponses à la pénétration des frontières nationales par des personnes, des cultures et de l'argent venant de l'étranger. Les résultats ont été similaires, les désengagés exprimant le moins d'accord, et les nationalistes restrictifs et les nationalistes ardents exprimant le plus d'accord, avec des points de vue protectionnistes et isolationnistes : les deux groupes étaient significativement plus susceptibles que les nationalistes du Credo ou les désengagés d'approuver les points de vue selon lesquels les programmes télévisés américains devraient favoriser le contenu américain, que les étrangers ne devraient pas être autorisés à posséder des terres aux États-Unis, et que les États-Unis devraient réduire leurs importations. Les nationalistes ardents semblaient encore plus préoccupés que les nationalistes restrictifs par les intrusions culturelles en provenance de l'étranger, comme en témoigne leur soutien plus marqué à la présentation de contenu américain à la télévision américaine." (p.21)

    "La fierté des réalisations de la nation et l'identification nationale peuvent vacciner dans une certaine mesure les Américains contre les formes les plus extrêmes d'exclusion raciale ou ethnique et de xénophobie. Nous le constatons dans le fait que les nationalistes ardents ont été moins extrêmes sur certaines variables mesurant ces dimensions que les nationalistes restrictifs." (p.21)

    "La volonté d'imposer des restrictions ethnoculturelles à l'appartenance à la communauté nationale et ce que nous appelons l'orgueil sont associés à des vues négatives sur les immigrés et l'immigration et à des orientations isolationnistes et protectionnistes envers le reste du monde." (p.25)
    -Bonikowski (Bart) et DiMaggio (Paul), "Varieties of American Popular Nationalism", American Sociological Review, 2016, v.81, n.5, pp.949–980.

    Les variations du sentiment national aux Etats-Unis. Pas une idéologie politique mais un ensemble d'éléments sentiments et de croyances morales (évidemment susceptible d'avoir une forte influence sur l'orientation politique). Il est ainsi hautement probable que les individus qui appartiennent aux catégories de "nationalistes ardents" ou "nationalistes restrictifs" seront, du point de vue de leur orientation politiques, des nationalistes ou des sympathisants de la droite conservatrice.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.


      La date/heure actuelle est Sam 31 Oct - 13:56