L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

-23%
Le deal à ne pas rater :
Niveau Laser Croix vert 30 m – charge USB – support magnétique ...
39.99 € 51.99 €
Voir le deal

    Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7234
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism Empty Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 23 Avr - 20:21

    « Le mot « masochisme » a été inventé par Richard von Krafft-Ebing en 1886, dans son grand œuvre, la Psychopathia sexualis, empruntant le terme du nom du romancier Galizien Leopold von Sacher-Masoch, devenu célèbre grâce à un type de récits dans lesquels une femme puissante et cruelle maltraite un homme, qui est humilié par elle […] La Vénus aux fourrures (1870) est sans doute son œuvre la plus connue.

    Ce trait peut servir d'indice aux rapports complexes d'influence mutuelle entre la littérature et les textes médicaux au XIXe siècle. À vrai dire, dans le cas de la
    Psychopathia sexualis, on peut observer un phénomène de double appropriation : 1) du langage médical et littéraire par les pervers et 2) de la littérature et de l'auto-interprétation des pervers par le médecin.

    Cette maladie est définie comme « une perversion particulière de la
    vita sexualis psychique qui consiste dans le fait que l'individu est, dans ses sentiments et dans ses pensées sexuels, obsédé par l'idée d'être soumis absolument et sans condition à une personne de l'autre sexe, d'être traité par elle d'une manière hautaine, au point de subir même des humiliations et des tortures qui s'accompagne d'une sensation de volupté »[Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, Paris, G. Carré, 1895, p. 121-122]. » -Guillermo de Eugenio Pérez , « Le parcours du masochiste : de la Perversion à la Transgression », Criminocorpus [Online], Sujets déviants, sujets pervers. Pathologie mentale, sexualité et expérience de l'autre, Communications, Online erschienen am: 16 Februar 2017, abgerufen am 23 April 2020.

    "Why would anyone experience pain and humiliation as sexually arousing? The puzzle of sexual masochism has bedeviled psychology for some time now. That a person would derive sexual pleasure from the pain, humiliation, and loss of control associated with the practice is a mystery, as these run counter to the most fundamental functions of the self—namely, to avoid pain, maintain self-esteem, and seek control.
    Unlike other non-mainstream sexual practices (such as anal sex, prostitution, bestiality, group sex, etc.) masochism is largely absent from historical texts, depictions, and testimonials of sexuality prior to the 18th century. What’s more, the practice appears to be a Western cultural artifact, emerging—along with modern conceptions of the self—around the time of the enlightenment. […]

    In the latter part of the 20th century, the broad definition of masochism has found a strong foothold in popular culture and in psychology. The label has been applied to various nonsexual behaviors that result in personal degradation or ruin. For example, gamblers and other addicts were now said to be masochists, returning to receive their punishments again and again.

    This broad conceptualization, however, is problematic. As the psychologist Roy Baumeister had noted, the nonsexual behaviors often characterized as "masochistic" differ qualitatively from sexual masochism in that they tend to be self destructive and self defeating.
    Sexual masochism, on the other hand, is neither destructive nor self defeating. Sexual masochists neither seek nor regularly experience injury. Sexual masochists take great care to protect themselves from actual harm while engaging in carefully negotiated rituals of humiliation and the infliction of pain. Sexual masochism is highly contextualized. Masochists are no more likely than you to enjoy a stubbed toe. Research suggests that sexual masochists do not differ from others in their perception of pain, except in the sexual context.

    Masochism is rarely enacted with strangers. Most often, masochists engage in a well-communicated, trusting, and safe ritual. In other words, sexual masochism is not about destruction, but about construction; it is not about hating, but about relating. Data suggest that sexual masochists as a group are generally normative in all other aspects of their lives and psychologically healthy. At the same time, we know that the sex lives of ordinary folks are threaded with masochistic themes. In a recent survey of over 1,500 Canadian adults, more than one-third of women and more than one-quarter of men reported having fantasized about being spanked or whipped.

    The most recent edition of the DSM, psychology’s diagnostic bible, has responded to these new data by removing masochism from its list of mental disorders. The DSM-V distinguishes between paraphilias and paraphilic disorders. Paraphilias are defined as atypical sexual practices. Paraphilic disorders are behavior patterns that include distress, impairment in functioning, or involve risk of harm to one’s self or others.

    Specifically according to the DSM-V, Sexual Masochism Disorder pertains only to individuals who “report psychosocial difficulties because of their sexual attractions or preferences for being humiliated, beaten, bound, or otherwise made to suffer... In contrast, if they declare no distress, exemplified by anxiety, obsessions, guilt, or shame about these paraphilic impulses and are not hampered by them in pursuing other personal goals, they could be ascertained as having masochistic sexual interest but not be diagnosed with sexual masochism disorder."

    Even as our culture has moved away from fearing and stigmatizing sexual masochism, scientific curiosity regarding its causes has not abated. Over time, the traditional Freudian formulations focusing on the internal dynamics of guilt have been augmented by various other theories.
    For example, learning theorists have argued that masochism may be a learned behavior. First, pain is often followed by relief. Relief is reinforcing, and hence likely to increase the behavior it followed (i.e. pain infliction). Second, much of our behavior is acquired through association. Whatever is present at the time of arousal may become associated with arousal and hence a later cue for it. If a child happens to have an erection while being spanked by a parent, then perhaps an association is created between pain, humiliation, and sexual excitement.
    Third, any behavior that runs counter to our day-to-day habits will be novel, and, as such, arousing. If you spend your days being powerful and in control, the feeling of powerlessness and the loss of control will be novel, and hence likely to produce arousal, which can be channeled toward sexual pleasure.

    The social psychologist Roy Baumeister of Florida State University has proposed that masochism’s defining and perplexing characteristics—that it goes against the fundamental inclinations of the self—in fact reveal its ultimate purpose: to achieve a release from self awareness.
    According to Baumeister, modern life is hard, and many people fail to meet their own self expectations. To be self-aware is to be in the knowledge of our shortcomings. To be self-aware is also stressful, as we are supposed to maintain self control, self poise, self purpose, self care, self presentation, self esteem and self efficacy. It’s exhausting. Just as we need periodic breaks from the stress of work in the form of exotic vacations, so too we need periodic breaks from the burden of the self. Masochism, in its rituals of self oblivion, offers a period of relief from these burdens, stresses, and weighty responsibilities.

    In addition, Baumeister contends that masochism is a response to the need for meaning, in that it offers “an ideal of fulfillment and a means to achieving it.” According to Baumeister, as people in the 18th century began turning away from Christianity, they lost the justifications (word of God) and path to fulfillment (afterlife) that anchored their life schemes.

    Masochism, in this environment, offered a new justification and a new means of fulfillment. In masochism, the relation to the dominant partner (who, like a God, has total control) supplies justification, while providing the fulfillment of emotional closeness to the partner. Moreover, the goal of retaining self dignity and power is replaced by its opposite, and success in self oblivion (becoming a good slave) leads, paradoxically, to fulfillment and a sense of worth.

    Clearly, pushing oneself to the edge of endurance is a common theme in the human quest for meaning and fulfillment. Mountain climbers, explorers, religious ascetics, ultra marathoners, etc. all find meaning and satisfaction in testing the boundaries of their ability to endure suffering. Perhaps masochism, at least in some of its forms, amounts to another version of this human attempt to overcome fears by facing them. Endeavoring to own fear, pain and humiliation—to fully immerse oneself in these experiences—may serve to neutralize their ability to harm.

    Paul Rozin of the University of Pennsylvania and his colleagues have recently proposed the term “benign masochism” to account for the diverse manifestations of negativity-turned-positive. Benign masochism, in Rozin’s view, “exemplifies a type of hedonic reversal, the conversion of a (usually) innate negative experience into a positive experience… Benign masochism refers to enjoying initially negative experiences that the body (brain) falsely interprets as threatening. This realization that the body has been fooled, and that there is no real danger, leads to pleasure derived from “mind over body.”

    People who enjoy horror movies may exemplify this type of benign masochism.

    Indeed recent research has suggested that masochism may be sought because it can produce the experience of "flow"—an altered state of consciousness associated with a heightened sense of well-being. Flow states emerge when one’s abilities are challenged at a level that is neither too easy (as to be boring) nor too difficult (as to be overwhelming). Under those conditions of ‘just right’ challenge, people often enter a state of fully concentrated here-and-now presence that is deeply satisfying. Being fully immersed in the experience of pain without fear or panic could create this kind of flow experience.

    In sum, the phenomenon of sexual masochism is not yet fully understood. Still, its seemingly paradoxical nature reveals something about the dynamics of the psyche, while its transformation, in the span of 100 years, from pathological sexual perversion to something more akin to a spiritual quest says something fascinating about the dynamics of culture
    ."
    -Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism", Psychology Today, 17 octobre 2016: https://www.psychologytoday.com/us/blog/insight-therapy/201610/sexual-masochism-torture-and-transcendence-tied-together



    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Sam 2 Mai - 20:39, édité 1 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7234
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism Empty Re: Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 24 Avr - 17:03

    "Pourquoi quelqu'un peut-il ressentir la douleur et l'humiliation comme sexuellement agréable ? L'énigme du masochisme sexuel perturbe la psychologie depuis un moment déjà. Le fait qu'une personne puisse tirer du plaisir sexuel de la douleur, de l'humiliation et de la perte de contrôle associées à certaines pratiques est un mystère, car ces expériences vont à l'encontre des fonctions les plus fondamentales de l'individu, à savoir éviter la douleur, maintenir son estime de soi et rechercher à contrôler la situation.

    Contrairement à d'autres pratiques sexuelles non conventionnelles (telles que les relations sexuelles anales, la prostitution, la bestialité, les relations sexuelles en groupe, etc.), le masochisme est largement absent des textes historiques, des représentations et des témoignages sur la sexualité avant le 18e siècle. De plus, cette pratique semble être un construction culturelle occidentale, qui émerge en même temps que les conceptions modernes de l'auto-surveillance à l'époque des Lumières. […]

    Dans la dernière partie du XXe siècle, la définition élargie du masochisme a trouvé un solide ancrage dans la culture populaire et dans la psychologie. L'étiquette a été appliquée à divers comportements non sexuels qui entraînent la dégradation ou la ruine de la personne. Par exemple, les joueurs et autres drogués étaient désormais considérés comme des masochistes, revenant pour recevoir leurs punitions encore et encore.

    Cette définition élargie est toutefois problématique. Comme l'avait fait remarquer le psychologue Roy Baumeister, les comportements non sexuels souvent qualifiés de "masochistes" diffèrent qualitativement du masochisme sexuel en ce sens qu'ils ont tendance à être autodestructeurs et blessant pour l'estime de soi.

    Le masochisme sexuel, en revanche, n'est ni destructeur ni blessant pour l'estime de soi. Les masochistes sexuels ne cherchent pas à se nuire et ne le font pas régulièrement. Les masochistes sexuels prennent grand soin de se protéger des préjudices réels tout en s'engageant dans des rituels soigneusement négociés d'humiliation et d'infliction de la douleur. Le masochisme sexuel est très contextualisé. Les masochistes ne sont pas plus susceptibles que vous d'apprécier un orteil cassé. Les recherches suggèrent que les masochistes sexuels ne diffèrent pas des autres dans leur perception de la douleur, sauf dans le contexte sexuel.

    Le masochisme est rarement pratiqué avec des étrangers. Le plus souvent, les masochistes s'engagent dans un rituel bien informé, sûr et empreint de confiance. En d'autres termes, le masochisme sexuel n'est pas une question de destruction, mais de construction ; il ne s'agit pas de haine, mais de relations. Les données suggèrent que les masochistes sexuels en tant que groupe sont généralement normaux dans tous les autres aspects de leur vie et psychologiquement sains. Dans le même temps, nous savons que la vie sexuelle des gens ordinaires est tissée de thèmes masochistes. Dans une enquête récente menée auprès de plus de 1 500 adultes canadiens, plus d'un tiers des femmes et plus d'un quart des hommes ont déclaré avoir fantasmé sur la fessée ou le fouet.

    La dernière édition du DSM, la bible du diagnostic de la psychologie, a réagi à ces nouvelles données en retirant le masochisme de sa liste des troubles mentaux. Le DSM-V distingue les paraphilies et les troubles paraphiliques. Les paraphilies sont définies comme des pratiques sexuelles atypiques. Les troubles paraphiliques sont des comportements qui comprennent la détresse, une altération du comportement ou qui impliquent un risque de préjudice pour soi-même ou pour les autres.

    Plus précisément, selon le DSM-V, le trouble de masochisme sexuel ne concerne que les personnes qui
    "signalent des difficultés psychosociales en raison de leurs attirances sexuelles ou de leurs préférences concernant l'humiliation, les coups, les liens ou toute autre forme de souffrance... En revanche, si elles ne déclarent aucune détresse, illustrée par l'anxiété, les obsessions, la culpabilité ou la honte de ces pulsions paraphiles et qu'elles ne sont pas gênées par celles-ci dans la poursuite d'autres objectifs personnels, il pourrait être constaté qu'elles ont un intérêt sexuel masochiste mais qu'elles ne souffrent pas de trouble de masochisme sexuel".

    Même si notre culture s'est éloignée de la peur et de la stigmatisation du masochisme sexuel, la curiosité scientifique concernant ses causes n'a pas diminué. Au fil du temps, les formulations freudiennes traditionnelles axées sur la dynamique interne de la culpabilité ont été complétées par diverses autres théories.

    Par exemple, les théoriciens de l'apprentissage ont soutenu que le masochisme pouvait être un comportement acquis. D'abord, la douleur est souvent suivie d'un soulagement. Le soulagement renforce, et donc est susceptible d'augmenter le comportement qu'il a suivi (c'est-à-dire l'infliction de la douleur). Deuxièmement, une grande partie de notre comportement est assimilée par association. Tout ce qui est présent au moment de l'excitation peut être associé à l'excitation et donc à un indice ultérieur. Si un enfant a une érection alors qu'il reçoit la fessée d'un parent, il se peut qu'une association soit créée entre la douleur, l'humiliation et l'excitation sexuelle.

    Troisièmement, tout comportement contraire à nos habitudes quotidiennes est inédit et, à ce titre, excitant. Si vous passez vos journées à être puissant et en contrôle, le sentiment d'impuissance et la perte de contrôle seront nouveaux, et donc susceptibles de produire une excitation, qui pourra être canalisée vers le plaisir sexuel.

    Le psychologue social Roy Baumeister, de l'université de l'État de Floride, a proposé que les caractéristiques déterminantes et troublantes du masochisme -qui vont à l'encontre des inclinaisons fondamentales du moi- révèlent en fait le but ultime de parvenir à se libérer de la conscience de soi.

    Selon Baumeister, la vie moderne est difficile, et beaucoup de gens ne parviennent pas à répondre à leurs propres attentes. Être conscient de soi, c'est être conscient de ses défauts. Être conscient de soi est également stressant, car nous sommes censés garder la maîtrise de soi, l'équilibre, le but, l'attention à soi, une présentation valorisante de soi, de l'estime de soi et manifester de l'efficacité. C'est épuisant. Tout comme nous avons besoin de pauses périodiques pour nous libérer du stress du travail sous la forme de vacances exotiques, nous avons également besoin de pauses périodiques pour nous libérer du fardeau de notre propre responsabilité. Le masochisme, dans ses rituels d'oubli de soi, offre une période de soulagement de ces fardeaux, de ces stress et de ces lourdes responsabilités.

    En outre, Baumeister soutient que le masochisme est une réponse au besoin de sens, en ce sens qu'il offre
    "un idéal d'accomplissement et un moyen de l'atteindre". Selon Baumeister, lorsque les gens ont commencé à se détourner du christianisme au XVIIIe siècle, ils ont perdu les justifications (parole de Dieu) et le chemin de l'accomplissement (vie après la mort) qui fondaient leurs projets de vie.

    Le masochisme, dans cet environnement moderne, offre une nouvelle justification et un nouveau moyen de s'épanouir. Dans le masochisme, la relation avec le partenaire dominant (qui, comme un Dieu, a un contrôle total) apporte du sens, tout en permettant la réalisation d'une proximité émotionnelle forte avec le partenaire. De plus, l'objectif de conserver sa dignité et son pouvoir est remplacé par son contraire, et le succès dans l'oubli de soi (devenir un bon esclave) conduit, paradoxalement, à l'épanouissement et au sentiment de sa propre valeur.

    Il est clair que repousser les limites de l'endurance est un thème récurrent dans la quête humaine de sens et d'accomplissement de soi. Les alpinistes, les explorateurs, les ascètes religieux, les marathoniens d'élites, etc. trouvent tous un sens et une satisfaction à tester les limites de leur capacité à endurer la souffrance. Peut-être le masochisme, du moins sous certaines de ses formes, équivaut-il à une autre version de cette tentative humaine de surmonter ses peurs en y faisant face. S'efforcer de s'approprier la peur, la douleur et l'humiliation - pour s'immerger pleinement dans ces expériences - peut servir à neutraliser leur capacité à nuire.

    Paul Rozin, de l'université de Pennsylvanie, et ses collègues ont récemment proposé le terme de "masochisme bénin" pour rendre compte des diverses manifestations de cette négativité rendue positive. Selon Rozin, le masochisme bénin
    "illustre un type de renversement hédoniste, la conversion d'une expérience (habituellement) négative en une expérience positive... Le masochisme bénin désigne le fait de profiter d'expériences au départ négatives que le corps (cerveau) interprète à tort comme menaçantes. Cette prise de conscience que le corps a été trompé, et qu'il n'y a pas de danger réel, conduit à un plaisir découlant de "la maîtrise de l'esprit sur le corps".

    […] En effet, des recherches récentes ont suggéré que le masochisme peut être recherché parce qu'il peut produire l'expérience du "flow" - un état de conscience altéré associé à un sentiment de bien-être accru. Les états de "flow" émergent lorsque les capacités d'une personne sont mises à l'épreuve à un niveau qui n'est ni trop facile (sans quoi il serait ennuyeux) ni trop difficile (sans quoi il serait accablant). Dans ces conditions de défi "juste à la bonne intensité", les gens entrent souvent dans un état de concentration intense et de présence à soi, qui est profondément satisfaisant. Être pleinement immergé dans l'expérience de la douleur sans peur ni panique peut créer ce genre d'expérience du "flow".

    En résumé, le phénomène du masochisme sexuel n'est pas encore totalement compris. Pourtant, sa nature apparemment paradoxale révèle quelque chose sur la dynamique de la psyché, tandis que la transformation de sa perception, en l'espace de 100 ans, d'une perversion sexuelle pathologique à quelque chose qui s'apparente davantage à une quête spirituelle, dit quelque chose de fascinant sur la dynamique de la culture
    ."
    -Noam Shpancer, "Sexual Masochism: Torture and Transcendence Tied Together ? The enduring puzzle of sexual masochism", Psychology Today, 17 octobre 2016: https://www.psychologytoday.com/us/blog/insight-therapy/201610/sexual-masochism-torture-and-transcendence-tied-together




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.


      La date/heure actuelle est Mar 20 Oct - 21:05