L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le deal à ne pas rater :
Ventes privées Lacoste : de 30% à 50% de remise
Voir le deal

    Bruno Viard, Pour une psychologie du don

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7712
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Bruno Viard, Pour une psychologie du don Empty Bruno Viard, Pour une psychologie du don

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 27 Mai - 8:17

    https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2002-2-page-328.htm

    https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2004-1-page-302.htm

    https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2006-2-page-305.htm

    https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2011-2-page-149.htm

    "Le sadisme et le masochisme ? C’est l’occasion de mettre en évidence la surcharge de la simple pulsion sexuelle par les vicissitudes de l’amour-propre. Ce dernier, quand il a été blessé, aboutit à des conduites de soumission ou de domination qui peuvent se décliner des plus petits mouvements d’humeur aux plus effrayantes cruautés dans un contexte sexuel ou non sexuel. La loi d’ambivalence qui unit souterrainement l’enflure du moi à sa déflation donne à penser qu’il y a beaucoup moins de distance du masochisme au sadisme que ce qu’on a pu penser. Dans le premier cas, le sujet cherche à se rapprocher de la divinité qu’il adore, dans le second, il prend les poses de la divinité qu’il n’est pas mais qu’il rêve d’incarner. Dans les deux cas, c’est une cicatrice affective mal refermée qui suppure."
    -Bruno Viard, « Essai de psychanalyse du don », Revue du MAUSS, 2011/2 (n° 38), p. 149-159. DOI : 10.3917/rdm.038.0149. URL : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2011-2-page-149.htm

    https://www.brunoviard.fr/




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 17 Jan - 13:52