L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Michael Jonas, The downside of diversity. A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ?

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7256
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Michael Jonas, The downside of diversity. A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ? Empty Michael Jonas, The downside of diversity. A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ?

    Message par Johnathan R. Razorback le Sam 1 Aoû - 10:46

    "IT HAS BECOME increasingly popular to speak of racial and ethnic diversity as a civic strength. From multicultural festivals to pronouncements from political leaders, the message is the same: our differences make us stronger.

    But a massive new study, based on detailed interviews of nearly 30,000 people across America, has concluded just the opposite. Harvard political scientist Robert Putnam -- famous for "Bowling Alone," his 2000 book on declining civic engagement -- has found that the greater the diversity in a community, the fewer people vote and the less they volunteer, the less they give to charity and work on community projects. In the most diverse communities, neighbors trust one another about half as much as they do in the most homogenous settings. The study, the largest ever on civic engagement in America, found that virtually all measures of civic health are lower in more diverse settings.

    "The extent of the effect is shocking," says Scott Page, a University of Michigan political scientist.

    The study comes at a time when the future of the American melting pot is the focus of intense political debate, from immigration to race-based admissions to schools, and it poses challenges to advocates on all sides of the issues. The study is already being cited by some conservatives as proof of the harm large-scale immigration causes to the nation's social fabric. But with demographic trends already pushing the nation inexorably toward greater diversity, the real question may yet lie ahead: how to handle the unsettling social changes that Putnam's research predicts.

    "We can't ignore the findings," says Ali Noorani, executive director of the Massachusetts Immigrant and Refugee Advocacy Coalition. "The big question we have to ask ourselves is, what do we do about it; what are the next steps?"

    The study is part of a fascinating new portrait of diversity emerging from recent scholarship. Diversity, it shows, makes us uncomfortable -- but discomfort, it turns out, isn't always a bad thing. Unease with differences helps explain why teams of engineers from different cultures may be ideally suited to solve a vexing problem. Culture clashes can produce a dynamic give-and-take, generating a solution that may have eluded a group of people with more similar backgrounds and approaches. At the same time, though, Putnam's work adds to a growing body of research indicating that more diverse populations seem to extend themselves less on behalf of collective needs and goals.

    His findings on the downsides of diversity have also posed a challenge for Putnam, a liberal academic whose own values put him squarely in the pro-diversity camp. Suddenly finding himself the bearer of bad news, Putnam has struggled with how to present his work. He gathered the initial raw data in 2000 and issued a press release the following year outlining the results. He then spent several years testing other possible explanations.

    When he finally published a detailed scholarly analysis in June in the journal Scandinavian Political Studies, he faced criticism for straying from data into advocacy. His paper argues strongly that the negative effects of diversity can be remedied, and says history suggests that ethnic diversity may eventually fade as a sharp line of social demarcation.

    "Having aligned himself with the central planners intent on sustaining such social engineering, Putnam concludes the facts with a stern pep talk," wrote conservative commentator Ilana Mercer, in a recent Orange County Register op-ed titled "Greater diversity equals more misery."

    Putnam has long staked out ground as both a researcher and a civic player, someone willing to describe social problems and then have a hand in addressing them. He says social science should be "simultaneously rigorous and relevant," meeting high research standards while also "speaking to concerns of our fellow citizens." But on a topic as charged as ethnicity and race, Putnam worries that many people hear only what they want to.

    "It would be unfortunate if a politically correct progressivism were to deny the reality of the challenge to social solidarity posed by diversity," he writes in the new report. "It would be equally unfortunate if an ahistorical and ethnocentric conservatism were to deny that addressing that challenge is both feasible and desirable."

    . . .

    Putnam is the nation's premier guru of civic engagement. After studying civic life in Italy in the 1970s and 1980s, Putnam turned his attention to the US, publishing an influential journal article on civic engagement in 1995 that he expanded five years later into the best-selling "Bowling Alone." The book sounded a national wake-up call on what Putnam called a sharp drop in civic connections among Americans. It won him audiences with presidents Bill Clinton and George W. Bush, and made him one of the country's best known social scientists.

    Putnam claims the US has experienced a pronounced decline in "social capital," a term he helped popularize. Social capital refers to the social networks -- whether friendships or religious congregations or neighborhood associations -- that he says are key indicators of civic well-being. When social capital is high, says Putnam, communities are better places to live. Neighborhoods are safer; people are healthier; and more citizens vote.

    The results of his new study come from a survey Putnam directed among residents in 41 US communities, including Boston. Residents were sorted into the four principal categories used by the US Census: black, white, Hispanic, and Asian. They were asked how much they trusted their neighbors and those of each racial category, and questioned about a long list of civic attitudes and practices, including their views on local government, their involvement in community projects, and their friendships. What emerged in more diverse communities was a bleak picture of civic desolation, affecting everything from political engagement to the state of social ties.

    Putnam knew he had provocative findings on his hands. He worried about coming under some of the same liberal attacks that greeted Daniel Patrick Moynihan's landmark 1965 report on the social costs associated with the breakdown of the black family. There is always the risk of being pilloried as the bearer of "an inconvenient truth," says Putnam.

    After releasing the initial results in 2001, Putnam says he spent time "kicking the tires really hard" to be sure the study had it right. Putnam realized, for instance, that more diverse communities tended to be larger, have greater income ranges, higher crime rates, and more mobility among their residents -- all factors that could depress social capital independent of any impact ethnic diversity might have.

    "People would say, 'I bet you forgot about X,'" Putnam says of the string of suggestions from colleagues. "There were 20 or 30 X's."

    But even after statistically taking them all into account, the connection remained strong: Higher diversity meant lower social capital. In his findings, Putnam writes that those in more diverse communities tend to "distrust their neighbors, regardless of the color of their skin, to withdraw even from close friends, to expect the worst from their community and its leaders, to volunteer less, give less to charity and work on community projects less often, to register to vote less, to agitate for social reform more but have less faith that they can actually make a difference, and to huddle unhappily in front of the television."

    "People living in ethnically diverse settings appear to 'hunker down' -- that is, to pull in like a turtle," Putnam writes.

    In documenting that hunkering down, Putnam challenged the two dominant schools of thought on ethnic and racial diversity, the "contact" theory and the "conflict" theory. Under the contact theory, more time spent with those of other backgrounds leads to greater understanding and harmony between groups. Under the conflict theory, that proximity produces tension and discord.

    Putnam's findings reject both theories. In more diverse communities, he says, there were neither great bonds formed across group lines nor heightened ethnic tensions, but a general civic malaise. And in perhaps the most surprising result of all, levels of trust were not only lower between groups in more diverse settings, but even among members of the same group.

    "Diversity, at least in the short run," he writes, "seems to bring out the turtle in all of us."

    The overall findings may be jarring during a time when it's become commonplace to sing the praises of diverse communities, but researchers in the field say they shouldn't be.

    "It's an important addition to a growing body of evidence on the challenges created by diversity," says Harvard economist Edward Glaeser.

    In a recent study, Glaeser and colleague Alberto Alesina demonstrated that roughly half the difference in social welfare spending between the US and Europe -- Europe spends far more -- can be attributed to the greater ethnic diversity of the US population. Glaeser says lower national social welfare spending in the US is a "macro" version of the decreased civic engagement Putnam found in more diverse communities within the country.

    Economists Matthew Kahn of UCLA and Dora Costa of MIT reviewed 15 recent studies in a 2003 paper, all of which linked diversity with lower levels of social capital. Greater ethnic diversity was linked, for example, to lower school funding, census response rates, and trust in others. Kahn and Costa's own research documented higher desertion rates in the Civil War among Union Army soldiers serving in companies whose soldiers varied more by age, occupation, and birthplace.

    Birds of different feathers may sometimes flock together, but they are also less likely to look out for one another. "Everyone is a little self-conscious that this is not politically correct stuff," says Kahn.

    . . .

    So how to explain New York, London, Rio de Janiero, Los Angeles -- the great melting-pot cities that drive the world's creative and financial economies?

    The image of civic lassitude dragging down more diverse communities is at odds with the vigor often associated with urban centers, where ethnic diversity is greatest. It turns out there is a flip side to the discomfort diversity can cause. If ethnic diversity, at least in the short run, is a liability for social connectedness, a parallel line of emerging research suggests it can be a big asset when it comes to driving productivity and innovation. In high-skill workplace settings, says Scott Page, the University of Michigan political scientist, the different ways of thinking among people from different cultures can be a boon.

    "Because they see the world and think about the world differently than you, that's challenging," says Page, author of "The Difference: How the Power of Diversity Creates Better Groups, Firms, Schools, and Societies." "But by hanging out with people different than you, you're likely to get more insights. Diverse teams tend to be more productive."

    In other words, those in more diverse communities may do more bowling alone, but the creative tensions unleashed by those differences in the workplace may vault those same places to the cutting edge of the economy and of creative culture.

    Page calls it the "diversity paradox." He thinks the contrasting positive and negative effects of diversity can coexist in communities, but "there's got to be a limit." If civic engagement falls off too far, he says, it's easy to imagine the positive effects of diversity beginning to wane as well. "That's what's unsettling about his findings," Page says of Putnam's new work.

    Meanwhile, by drawing a portrait of civic engagement in which more homogeneous communities seem much healthier, some of Putnam's worst fears about how his results could be used have been realized. A stream of conservative commentary has begun -- from places like the Manhattan Institute and "The American Conservative" -- highlighting the harm the study suggests will come from large-scale immigration. But Putnam says he's also received hundreds of complimentary emails laced with bigoted language. "It certainly is not pleasant when David Duke's website hails me as the guy who found out racism is good," he says.

    In the final quarter of his paper, Putnam puts the diversity challenge in a broader context by describing how social identity can change over time. Experience shows that social divisions can eventually give way to "more encompassing identities" that create a "new, more capacious sense of 'we,'" he writes.

    Growing up in the 1950s in a small Midwestern town, Putnam knew the religion of virtually every member of his high school graduating class because, he says, such information was crucial to the question of "who was a possible mate or date." The importance of marrying within one's faith, he says, has largely faded since then, at least among many mainline Protestants, Catholics, and Jews.

    While acknowledging that racial and ethnic divisions may prove more stubborn, Putnam argues that such examples bode well for the long-term prospects for social capital in a multiethnic America.

    In his paper, Putnam cites the work done by Page and others, and uses it to help frame his conclusion that increasing diversity in America is not only inevitable, but ultimately valuable and enriching. As for smoothing over the divisions that hinder civic engagement, Putnam argues that Americans can help that process along through targeted efforts. He suggests expanding support for English-language instruction and investing in community centers and other places that allow for "meaningful interaction across ethnic lines."

    Some critics have found his prescriptions underwhelming. And in offering ideas for mitigating his findings, Putnam has drawn scorn for stepping out of the role of dispassionate researcher. "You're just supposed to tell your peers what you found," says John Leo, senior fellow at the Manhattan Institute, a conservative think tank. "I don't expect academics to fret about these matters."

    But fretting about the state of American civic health is exactly what Putnam has spent more than a decade doing. While continuing to research questions involving social capital, he has directed the Saguaro Seminar, a project he started at Harvard's Kennedy School of Government that promotes efforts throughout the country to increase civic connections in communities.

    "Social scientists are both scientists and citizens," says Alan Wolfe, director of the Boisi Center for Religion and American Public Life at Boston College, who sees nothing wrong in Putnam's efforts to affect some of the phenomena he studies.

    Wolfe says what is unusual is that Putnam has published findings as a social scientist that are not the ones he would have wished for as a civic leader. There are plenty of social scientists, says Wolfe, who never produce research results at odds with their own worldview.

    "The problem too often," says Wolfe, "is people are never uncomfortable about their findings." "

    -Michael Jonas, The downside of diversity A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ?, 5 août 2007: http://archive.boston.com/news/globe/ideas/articles/2007/08/05/the_downside_of_diversity/?page=full


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7256
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Michael Jonas, The downside of diversity. A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ? Empty Re: Michael Jonas, The downside of diversity. A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ?

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 10 Aoû - 17:39

    "Il est devenu de plus en plus populaire de parler de la diversité raciale et culturelle comme d'une richesse civique. Des festivals multiculturels aux déclarations des dirigeants politiques, le message est le même : nos différences nous rendent plus forts.

    Mais une nouvelle étude de grande envergure, basée sur des entretiens détaillés avec près de 30 000 personnes dans toute l'Amérique, a conclu exactement le contraire. Le politologue Robert Putnam, de Harvard, célèbre pour son livre "Bowling Alone", publié en 2000 sur le déclin de l'engagement civique, a découvert que plus la diversité ethno-culturelle est grande dans une localité, moins les gens votent et moins ils font du bénévolat, moins ils donnent aux œuvres de charité et travaillent à des projets communautaires. Dans les communautés les plus diverses, les voisins se font deux fois moins confiance que dans les milieux les plus homogènes. L'étude, la plus vaste jamais réalisée sur l'engagement civique en Amérique, a révélé que pratiquement toutes les dimensions d'une vie civique harmonieuse sont plus faibles dans les milieux les plus diversifiés.

    "L'ampleur de l'effet est choquant", déclare Scott Page, politologue à l'université du Michigan.

    Cette étude intervient à un moment où l'avenir du melting-pot américain est au centre d'un débat politique intense, de l'immigration aux admissions scolaires fondées sur la race, et elle pose des défis aux défenseurs de tous les camps. L'étude est déjà citée par certains conservateurs comme preuve du tort que l'immigration à grande échelle cause au tissu social de la nation. Mais avec les tendances démographiques qui poussent déjà la nation inexorablement vers une plus grande diversité, la vraie question est peut-être encore à venir : comment gérer les changements sociaux inquiétants que les recherches de Putnam prédisent.

    "Nous ne pouvons pas ignorer les résultats", déclare Ali Noorani, directeur exécutif de la Massachusetts Immigrant and Refugee Advocacy Coalition. "La grande question que nous devons nous poser est : que faisons-nous à ce sujet, quelles sont les prochaines étapes ?

    Cette étude fait partie d'un nouveau portrait fascinant de la diversité qui émerge de récentes études. La diversité, montre-t-elle, nous met mal à l'aise - mais il s'avère que le malaise n'est pas toujours une mauvaise chose. Le malaise face aux différences contribue à expliquer pourquoi des équipes d'ingénieurs de cultures différentes peuvent être idéalement adaptées pour résoudre un problème délicat. Le choc des cultures peut produire un échange dynamique, générant une solution qui aurait pu échapper à un groupe de personnes ayant des antécédents et des approches plus similaires. Dans le même temps, cependant, les travaux de Putnam s'ajoutent à un ensemble croissant de recherches indiquant que des populations plus diverses semblent moins s'accorder sur des besoins et des objectifs collectifs.

    Ses conclusions sur les inconvénients de la diversité ont également posé un défi à Putnam, un universitaire de gauche dont les propres valeurs le placent carrément dans le camp des partisans de la diversité. Se trouvant soudain porteur de mauvaises nouvelles, Putnam s'est battu pour savoir comment présenter son travail. Il a rassemblé les premières données brutes en 2000 et a publié un communiqué de presse l'année suivante pour en présenter les résultats. Il a ensuite passé plusieurs années à tester d'autres explications possibles.

    Lorsqu'il a finalement publié une analyse scientifique détaillée en juin dans la revue Scandinavian Political Studies, il a dû faire face à des critiques pour s'être écarté des données au profit d'un plaidoyer. Son article soutient avec force que l'on peut remédier aux effets négatifs de la diversité, et affirme que l'histoire suggère que la diversité ethnique pourrait éventuellement s'estomper en tant que ligne de démarcation sociale nette.

    "Après s'être rallié aux planificateurs centraux désireux de soutenir une telle ingénierie sociale, Putnam conclut les faits par un discours d'encouragement sévère", a écrit la commentatrice conservatrice Ilana Mercer, dans un récent article d'opinion de l'Orange County Register intitulé "Plus de diversité égale plus de misère".

    Putnam s'est longtemps imposé comme un chercheur et un acteur civique, quelqu'un qui est prêt à décrire les problèmes sociaux et à contribuer à les résoudre. Selon lui, les sciences sociales doivent être "à la fois rigoureuses et pertinentes", répondre à des normes de recherche élevées tout en "s'adressant aux préoccupations de nos concitoyens". Mais sur un sujet aussi chargé que l'ethnicité et la race, Putnam s'inquiète du fait que beaucoup de gens n'entendent que ce qu'ils veulent.

    "Il serait regrettable qu'un progressisme politiquement correct nie la réalité du défi que pose la diversité à la solidarité sociale", écrit-il dans le nouveau rapport. "Il serait tout aussi regrettable qu'un conservatisme ahistorique et ethnocentrique nie que relever ce défi est à la fois faisable et souhaitable".
    [...]
    Après avoir étudié la vie civique en Italie dans les années 1970 et 1980, Putnam s'est tourné vers les États-Unis, publiant en 1995 un article de journal influent sur l'engagement civique qu'il a développé cinq ans plus tard pour en faire le best-seller "Bowling Alone". Ce livre a sonné le réveil national sur ce que Putnam a appelé une forte baisse des connexions civiques parmi les Américains. Il lui a valu des audiences auprès des présidents Bill Clinton et George W. Bush, et a fait de lui l'un des spécialistes des sciences sociales les plus connus du pays.

    Putnam affirme que les États-Unis ont connu un déclin prononcé du "capital social", un terme qu'il a contribué à populariser. Le capital social fait référence aux réseaux sociaux - qu'il s'agisse d'amitiés, de congrégations religieuses ou d'associations de quartier - qui, selon lui, sont des indicateurs clés du bien-être civique. Lorsque le capital social est élevé, dit M. Putnam, les communautés sont de meilleurs endroits où vivre. Les quartiers sont plus sûrs, les gens sont en meilleure santé et plus de citoyens votent.

    Les résultats de sa nouvelle étude proviennent d'une enquête que Putnam a menée auprès des résidents de 41 communautés américaines, dont Boston. Les résidents ont été classés dans les quatre principales catégories utilisées par le recensement américain : noirs, blancs, hispaniques et asiatiques. On leur a demandé dans quelle mesure ils faisaient confiance à leurs voisins et à ceux de chaque catégorie raciale, et on les a interrogés sur une longue liste d'attitudes et de pratiques civiques, y compris leurs opinions sur le gouvernement local, leur participation à des projets communautaires et leurs amitiés. Les communautés les plus diverses ont dressé un sombre tableau de la désolation civique, qui touche tout, de l'engagement politique à l'état des liens sociaux.

    Putnam savait qu'il avait des découvertes encombrantes sur les bras. Il s'inquiétait de subir les mêmes attaques de gauche que celles qui ont salué le rapport historique de Daniel Patrick Moynihan en 1965 sur les coûts sociaux liés à l'éclatement de la famille noire. Il y a toujours le risque d'être cloué au pilori comme porteur d'"une vérité qui dérange", dit Putnam.

    Après avoir publié les premiers résultats en 2001, Putnam dit avoir passé du temps à "taper très fort dans les pneus" pour s'assurer que l'étude avait raison. Putnam s'est rendu compte, par exemple, que les communautés les plus diversifiées avaient tendance à être plus grandes, à avoir des fourchettes de revenus plus larges, des taux de criminalité plus élevés et une plus grande mobilité parmi leurs résidents - autant de facteurs qui pourraient déprimer le capital social indépendamment de l'impact que pourrait avoir la diversité ethnique.

    Les gens disaient : "Je parie que vous avez oublié X", dit Putnam à propos de la série de suggestions de ses collègues. "Il y avait 20 ou 30 X."

    Mais même après les avoir tous pris en compte statistiquement, le lien est resté fort : plus de diversité signifie moins de capital social. Dans ses conclusions, Putnam écrit que les personnes appartenant à des communautés plus diversifiées ont tendance à "se méfier de leurs voisins, quelle que soit la couleur de leur peau, à se retirer même de leurs amis proches, à attendre le pire de leur communauté et de ses dirigeants, à faire moins de bénévolat, à donner moins aux œuvres de charité et à travailler moins souvent à des projets communautaires, à s'inscrire moins souvent sur les listes électorales, à militer davantage pour la réforme sociale mais à avoir moins confiance en leur capacité à faire réellement la différence, et à se blottir lamentablement devant la télévision".

    [...]
    En documentant ce phénomène, Putnam a remis en question les deux écoles de pensée dominantes sur la diversité ethnique et raciale, la théorie du "contact" et la théorie du "conflit". Selon la théorie du contact, plus de temps passé avec ceux d'autres origines conduit à une meilleure compréhension et à une plus grande harmonie entre les groupes. Selon la théorie du conflit, la proximité produit des tensions et des discordes.

    Les conclusions de Putnam rejettent ces deux théories. Selon lui, dans les communautés plus diversifiées, il n'y a pas eu de grands liens formés entre les groupes ni de tensions ethniques accrues, mais un malaise civique général. Et, résultat peut-être le plus surprenant de tous, les niveaux de confiance étaient non seulement plus faibles entre les groupes dans des contextes plus divers, mais même entre les membres d'un même groupe.

    "La diversité, du moins à court terme, écrit-il, semble faire ressortir la tortue qui est en chacun de nous".

    Les conclusions générales peuvent être contradictoires à une époque où il est devenu courant de chanter les louanges des diverses communautés, mais les chercheurs sur le terrain disent qu'elles ne devraient pas l'être.

    "C'est un ajout important à un ensemble croissant de preuves sur les défis créés par la diversité", déclare Edward Glaeser, économiste à Harvard.

    Dans une étude récente, Glaeser et son collègue Alberto Alesina ont démontré qu'environ la moitié de la différence entre les dépenses de protection sociale des États-Unis et de l'Europe - l'Europe dépense beaucoup plus - peut être attribuée à la plus grande diversité ethnique de la population américaine. Selon Glaeser, la baisse des dépenses nationales de protection sociale aux États-Unis est une "macro" version de la diminution de l'engagement civique que Putnam a constaté dans des communautés plus diverses au sein du pays.

    Les économistes Matthew Kahn de l'UCLA et Dora Costa du MIT ont passé en revue 15 études récentes dans un document de 2003, qui ont toutes établi un lien entre la diversité et des niveaux plus faibles de capital social. Une plus grande diversité ethnique était liée, par exemple, à un financement scolaire plus faible, à des taux de réponse au recensement et à la confiance dans les autres. Les propres recherches de Kahn et Costa ont documenté des taux de désertion plus élevés pendant la guerre civile parmi les soldats de l'Armée de l'Union servant dans des entreprises dont les soldats variaient davantage en fonction de l'âge, de la profession et du lieu de naissance.

    "Tout le monde est un peu gêné par le fait que ce n'est pas politiquement correct", dit Kahn.

    Alors comment expliquer New York, Londres, Rio de Janeiro, Los Angeles, les grandes villes fondatrices du creuset américain, avec des économies créatives et financières ouvertes su le monde ?

    L'image de la lassitude civique qui entraîne vers le bas des communautés plus diverses est en contradiction avec la vigueur souvent associée aux centres urbains, où la diversité ethnique est la plus grande. Il s'avère qu'il y a un revers à la médaille du malaise que peut causer la diversité. Si la diversité ethnique, du moins à court terme, est un handicap pour la connectivité sociale, une ligne parallèle de recherche émergente suggère qu'elle peut être un grand atout lorsqu'il s'agit de stimuler la productivité et l'innovation. Selon Scott Page, politologue à l'université du Michigan, dans les milieux de travail hautement qualifiés, les différentes façons de penser des personnes de cultures différentes peuvent être une aubaine.

    "Parce qu'ils voient le monde et pensent au monde différemment de vous, c'est un défi", dit Page, auteur de "The Difference" : Comment le pouvoir de la diversité crée de meilleurs groupes, entreprises, écoles et sociétés". "Mais en fréquentant des personnes différentes de vous, vous aurez probablement plus d'idées. Les équipes diversifiées ont tendance à être plus productives".

    En d'autres termes, les membres de communautés plus diversifiées peuvent faire plus de bowling seuls, mais les tensions créatives déclenchées par ces différences sur le lieu de travail peuvent propulser ces mêmes lieux à la pointe de l'économie et de la culture créative.

    Page appelle cela le "paradoxe de la diversité". Il pense que les effets positifs et négatifs contrastés de la diversité peuvent coexister dans la société, mais "il doit y avoir une limite". Si l'engagement civique tombe trop bas, dit-il, il est facile d'imaginer que les effets positifs de la diversité commencent à s'estomper également. "C'est ce qui est troublant dans ses conclusions", dit M. Page à propos des nouveaux travaux de M. Putnam.

    Entre-temps, en dressant un portrait de l'engagement civique dans lequel des communautés plus homogènes semblent beaucoup plus saines, Putnam a concrétisé certaines de ses pires craintes quant à l'utilisation de ses résultats. Un courant de commentaires conservateurs s'est amorcé - provenant d'endroits comme le Manhattan Institute et "The American Conservative" - soulignant les dommages qui, selon l'étude, découleront de l'immigration à grande échelle. Mais Putnam dit qu'il a également reçu des centaines de courriels de compliments, lacérés de langage fanatique. "Ce n'est certainement pas agréable quand le site web de David Duke me salue comme le type qui a découvert que le racisme est bon", dit-il.

    Dans le dernier quart de son article, Putnam place le défi de la diversité dans un contexte plus large en décrivant comment l'identité sociale peut changer au fil du temps. L'expérience montre que les divisions sociales peuvent finalement céder la place à des "identités plus englobantes" qui créent "un nouveau sens du "nous" plus vaste", écrit-il.

    Ayant grandi dans les années 1950 dans une petite ville du Midwest, Putnam connaissait la religion de pratiquement tous les membres de sa classe de fin d'études secondaires car, dit-il, cette information était cruciale pour la question de savoir "qui était un éventuel compagnon ou compagne". L'importance de se marier dans le cadre de sa foi, dit-il, s'est largement effacée depuis lors, du moins chez de nombreux protestants, catholiques et juifs.

    Tout en reconnaissant que les divisions raciales et nationales peuvent s'avérer plus tenaces, Putnam soutient que de tels exemples sont de bon augure pour les perspectives à long terme du capital social dans une Amérique multiethnique.

    Dans son article, Putnam cite le travail effectué par Page et d'autres, et l'utilise pour l'aider à formuler sa conclusion selon laquelle l'accroissement de la diversité en Amérique est non seulement inévitable, mais aussi, en fin de compte, précieux et enrichissant. Quant à l'aplanissement des divisions qui entravent l'engagement civique, Putnam affirme que les Américains peuvent contribuer à ce processus par des efforts ciblés. Il suggère d'étendre le soutien à l'enseignement de l'anglais et d'investir dans des centres sociaux et d'autres lieux qui permettent "une interaction significative au-delà des lignes ethniques".

    Certains critiques ont trouvé ses prescriptions décevantes. Et en proposant des idées pour atténuer ses conclusions, Putnam a attiré le mépris pour avoir quitté son rôle de chercheur impartial. "Vous êtes juste censé dire à vos pairs ce que vous avez trouvé", dit John Leo, senior fellow à l'Institut de Manhattan, un groupe de réflexion conservateur. "Je ne m'attends pas à ce que les universitaires s'inquiètent de ces questions."

    Mais s'inquiéter de l'état de la santé civique américaine est exactement ce que Putnam a passé plus d'une décennie à faire. Tout en poursuivant ses recherches sur les questions liées au capital social, il a dirigé le séminaire Saguaro, un projet qu'il a lancé à la Kennedy School of Government de Harvard et qui encourage les efforts dans tout le pays pour accroître les liens civiques dans les communautés.

    "Les spécialistes des sciences sociales sont à la fois des scientifiques et des citoyens", déclare Alan Wolfe, directeur du Boisi Center for Religion and American Public Life au Boston College, qui ne voit rien de mal dans les efforts déployés par Putnam pour tirer des prescriptions à partir de certains des phénomènes qu'il étudie.

    Selon Wolfe, ce qui est inhabituel, c'est que Putnam a publié des résultats en tant que chercheur en sciences sociales qui ne sont pas ceux qu'il aurait souhaités en tant que citoyen engagé. Il y a beaucoup de chercheurs en sciences sociales, dit Wolfe, qui ne produisent jamais de résultats de recherche en contradiction avec leur propre vision du monde.

    "Le problème est que trop souvent, dit Wolfe, les gens ne sont jamais mal à l'aise face à leurs découvertes."

    -Michael Jonas, "The downside of diversity A Harvard political scientist finds that diversity hurts civic life. What happens when a liberal scholar unearths an inconvenient truth ?", 5 août 2007: http://archive.boston.com/news/globe/ideas/articles/2007/08/05/the_downside_of_diversity/?page=full



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.


      La date/heure actuelle est Sam 31 Oct - 13:35