L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

-9%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur robot Roborock S5 Max au prix le plus bas
299 € 329 €
Voir le deal
anipassion.com

    Eric Hobsbawm, Sexe, symboles, vêtements et socialisme + En Angleterre : révolution industrielle et vie matérielle des classes populaires

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7453
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Eric Hobsbawm, Sexe, symboles, vêtements et socialisme + En Angleterre : révolution industrielle et vie matérielle des classes populaires Empty Eric Hobsbawm, Sexe, symboles, vêtements et socialisme + En Angleterre : révolution industrielle et vie matérielle des classes populaires

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 20 Oct - 13:58

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Eric_Hobsbawm

    https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1978_num_23_1_2604

    "La façon dont les contemporains ont interprété ce tableau ne fait pas de doute: pour eux, cette Liberté n'était nullement une figure allégorique, mais une femme bien réelle (probablement inspirée de l'héroïne Marie Deschamps, dont les exploits ont donné à Delacroix l'idée du tableau), une femme du peuple, appartenant au peuple, à l'aise au sein du peuple [...]
    Balzac la voyait d'origine paysanne: "
    la peau sombre, ardente, l'image même du peuple". Fière et même insolente (toujours selon Balzac), elle représentait l'exacte antithèse de l'image de la femme dans la société bourgeoise. En outre, comme ne manquaient jamais de le souligner les contemporains, elle était sexuellement libérée. Barbier, dont le poème La Curée a certainement été l'une des sources d'inspiration de Delacroix, va jusqu'à inventer toute l'histoire de son émancipation sexuelle." (p.5)

    "La Liberté de Delacroix n'est pas seule et n'a rien de faible. Bien au contraire, elle incarne toute la force concentrée du peuple invincible. Mais cela, en tant qu'être sexuel, ce qui la sépare de la virginale Jeanne d'Arc, par exemple." (p.6)

    "Dans l'ensemble, le rôle de la figure féminine, nue ou habillée, a nettement diminué lorsqu'on est passé d'une conception démocratico-plébéienne de la révolution au mouvement socialiste prolétarien [...] Vers la fin du siècle [...] existence d'emblèmes syndicaux britanniques dépourvus de toute figure féminine, surtout dans des industries aussi purement masculines que les mines, les fonderies, etc." (p.6)

    "La Grande-Bretagne, où, en 1911, seules 11% des femmes salariés étaient mariées, et où 10% seulement des épouses étaient salariées, représente sans doute un cas extrême [...] en Allemagne, en 1907, la proportion d'épouses salariées était de 30% [...] Tendance -qui ne se manifeste vraiment qu'après 1900- à une entrée en masse des femmes mariées dans l'industrie." (p.11)

    "Les révolutions urbaines de l'époque préindustrielle avaient pour caractéristique de n'être pas prolétariennes, mais plébéiennes. Les femmes pouvaient donc y jouer un rôle politique, au sein du menu peuple, coalition socialement hétérogène unie par la pauvreté et une commune "petitesse" plutôt que selon des critères professionnels ou de classe [...] Elles aidaient à construire les barricades. Elles secouraient ceux qui s'y battaient. Elles allaient même jusqu'à porter les armes et combattre. [...] Au contraire, la forme de lutte spécifique du prolétariat, la grève syndicale, a eu pour résultat d'exclure en grande partie les femmes, ou du moins de rendre leur participation beaucoup moins visible." (p.14)

    "En 1896, le nombre total des femmes dans les syndicats britanniques (abstraction faite des enseignants) était de 142 000, soit environ 8%, dont 60% dans l'industrie très fortement organisée du textile. En 1910, la proportion avait dépassé les 10%." (p.14)

    "Le féminisme de Bebel n'est peut-être pas sans rapport avec son admiration pour Fourier, à qui il consacra aussi un livre." (note 50 p.17)

    "Cérès était alors la déesse du communisme [...] Jusqu'en 1917 au moins, le couple nature/fertilité a prévalu sur la technologie dans l'iconographie." (p.16)
    -Eric Hobsbawm, "Sexe, symboles, vêtements et socialisme", Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Année 1978, 23, pp. 2-18.

    https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1962_num_17_6_420915

    https://www.persee.fr/authority/234651



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Sam 28 Nov - 8:19