L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -36%
PLAYMOBIL 5167 – La Maison Transportable
Voir le deal
33.93 €

    Jacques Roux, « Penser le politique avec Simondon »

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7445
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jacques Roux, « Penser le politique avec Simondon » Empty Jacques Roux, « Penser le politique avec Simondon »

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 10 Nov - 17:41

    "Dans le sens courant du terme, on dit d’une position centriste qu’elle est conciliante, consensuelle, qu’elle veut ménager la chèvre et le chou : elle est déqualifiée comme apolitique. Si l’on suit la voie simondonienne, cette position au centre prend une tournure radicalement différente. Précisément, elle prend un tour radical, non pas au sens du parti radical, mais au sens des radicaux américains. Tenir la position du centre, c’est alors se tenir là où les choses se tiennent attachées, là où les extrêmes sont réunis sous forme d’une tension individuante, là où les choses sont réelles. Cette position au centre renvoie les extrêmes à leur statut de fictions, de pôles qui n’existent que pour ceux qui les occupent, qui n’intègrent pas la situation politique dans son processus réel d’individuation, dans son milieu associé."
    -Jacques Roux, « Penser le politique avec Simondon », Multitudes, 2004/4 (no 18), p. 47-54. DOI : 10.3917/mult.018.0047. URL : https://www.cairn-int.info/revue-multitudes-2004-4-page-47.htm




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Mer 25 Nov - 5:27