L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -30%
FAGOR – Appareil combiné 3 en 1 Raclette ...
Voir le deal
42.49 €

    Pierre Marie, Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7453
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Pierre Marie, Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique Empty Pierre Marie, Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 18 Nov - 14:04

    "La période qui suit la Première Guerre mondiale est marquée par une intervention croissante de l’État dans l’enseignement technique. Alors que les initiatives locales avaient précédemment caractérisé les enseignements techniques, l’acteur étatique s’attache, à partir de 1919, à donner une cohérence nationale à ces formations. En 1918, une première loi organise l’enseignement agricole et en 1919, la loi Astier consacre l’obligation de cours pour l’enseignement technique industriel et commercial. Au cours de cette même année, le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) s’impose comme le diplôme validant ces compétences et permet d’harmoniser les critères de formation. La création, en 1925, de la taxe d’apprentissage dote de moyens financiers cette nouvelle architecture d’enseignement. La modernisation et la rationalisation de l’économie dans les décennies suivantes renforcent le rôle de l’État dans l’organisation des formations techniques."

    "L’institution scolaire devient de plus en plus centrale, avec notamment la création du baccalauréat technique en 1946. Une filière complète est ainsi créée allant de l’ouvrier à l’ingénieur et joue un rôle important dans la promotion sociale d’élèves issus des classes populaires.

    Dans la dernière partie de l’ouvrage, Stéphane Lembré traite de l’évolution de ces enseignements techniques depuis 1959 et pose la question de leur place dans l’architecture scolaire en France. L’auteur identifie une progressive montée dans les diplômes, avec notamment l’intégration de filières techniques au sein des lycées généraux et technologiques et des lycées professionnels. L’institution scolaire s’est ainsi imposée comme centrale dans les processus d’apprentissage. L’auteur pointe la dévalorisation de l’enseignement technique, face à l’enseignement général qui constituerait dès lors une référence dans le système éducatif français. Ces filières s’imposeraient alors par défaut. Stéphane Lembré évoque de plus le risque d’une perte d’identité d’un enseignement censé permettre une formation intégrale des travailleurs et favoriser le progrès technique."

    https://journals.openedition.org/lectures/20499




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Sam 28 Nov - 8:04