L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

-24%
Le deal à ne pas rater :
Grosse réduction sur la TV LG OLED77CX 77″ OLED 4K UHD (modèle ...
3799 € 4999 €
Voir le deal

    Langue allemande : en baisse dans les écoles françaises

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7445
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Langue allemande : en baisse dans les écoles françaises Empty Langue allemande : en baisse dans les écoles françaises

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 22 Nov - 16:06

    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/04/12/01016-20120412ARTFIG00673-langue-allemande-en-baisse-dans-les-ecoles-francaises.php

    "Cette année dans l'académie d'Amiens, ils ne sont que trois. Trois étudiants à avoir choisi de devenir professeurs d'allemand et à s'être inscrits au Capes. La situation de la Picardie n'est pas unique: dans toute la France, moins de 500 personnes se sont inscrites au concours en 2012, selon les chiffres de l'Éducation natio­nale. En 2004, ils étaient encore plus de 1 000, alors que le nombre de reçus dépassait à peine la centaine. La désaffection pour l'allemand est tellement forte que l'Éducation nationale peine à recruter: cette année, 240 postes ont été ouverts pour combler les manques. Dans certaines régions, les professeurs absents ne sont pas remplacés.

    Victime d'une image de langue difficile et élitiste, l'allemand pâtit aussi de l'ouverture d'esprit de ses locuteurs: la plupart des Allemands parlent l'anglais. Apprendre la langue de Goethe et de Schiller peut apparaître comme un effort inutile.

    Regain en Grèce et en Espagne.

    En France, seuls 22 % des élèves du secondaire apprennent encore l'allemand. «Il y a eu un regain d'intérêt avec le groupe de musique Tokio Hotel, mais c'est passé», confie Ingrid, professeur d'allemand dans un collège des Yvelines. Seule enseignante d'allemand dans cet établissement de 540 élèves, elle s'estime «privilégiée». «Les classes bi-langues, où l'on apprend l'allemand et l'anglais dès la sixième, ont sauvé les effectifs», confie-t-elle. Grâce à cette politique volontariste portée par la direction de son collège, cette agrégée enseigne à une centaine d'élèves, de la sixième à la troisième. Mais certains de ses collègues doivent enseigner dans «deux ou trois établissements» pour donner toutes leurs heures de cours.

    Même chez les voisins de l'Allemagne, la désaffection est sensible. Les jeunes Alsaciens, bien qu'ils soient confrontés au chômage chez eux, sont de moins en moins nombreux à parler l'allemand. Pourtant, de l'autre côté de la fron­tière, les entreprises peinent à recruter. Le Land du Bade-Wurtemberg a lancé un appel aux jeunes d'Alsace pour qu'ils apprennent l'allemand afin de pouvoir entrer en apprentissage dans les entreprises de la région. La situation est la même dans le ­reste de l'Europe: aux Pays-Bas, le nombre d'élèves apprenant l'allemand a diminué de moitié entre 2005 et 2010, passant de 86 à 44 %. En Pologne, le dynamisme de l'Allemagne fait moins rêver que l'anglais: seul 53 % des élèves l'apprennent, contre 72 % en 2005, selon des chiffres de Destatis, l'institut statistique allemand."
    -Caroline Bruneau, "Langue allemande : en baisse dans les écoles françaises", 12 avril 2012: https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/04/12/01016-20120412ARTFIG00673-langue-allemande-en-baisse-dans-les-ecoles-francaises.php





    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Mer 25 Nov - 5:29