L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Ninon Grangé, De la guerre civile

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5785
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Ninon Grangé, De la guerre civile Empty Ninon Grangé, De la guerre civile

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 13 Sep - 18:13

    https://books.google.fr/books?id=18cQbgblodsC&pg=PT163&lpg=PT163&dq=carl+schmitt+discrimination+ami+ennemi&source=bl&ots=Dfxn5LYYrZ&sig=In7_7aUFCdvIEq3wH8ZRk98jVOs&hl=fr&sa=X&ved=0CEAQ6AEwBGoVChMI_brSi-fbyAIVCusaCh1LawBS#v=onepage&q=carl%20schmitt%20discrimination%20ami%20ennemi&f=false

    « Faire la guerre consiste à tuer l’adversaire jusqu’à ce qu’il soit sous la domination du vainqueur. » (p.Cool

    « Le principe qui régit toute la polémologie est le suivant : la guerre est une pathologie humaine. » (p.11)

    « G. Bouthoul […] compare […] toute société humaine aux insectes sociaux comme certaines fourmis. De plus, en cantonnant la guerre comme phénomène social à ce type de société hiérarchiquement structurée, Bouthoul s’interdit toute analyse de la guerre dans les sociétés sans Etat. » (note 3 p.11)

    « C’est une expérience décevante que de se demander à brûle-pourpoint quel philosophe a défini la guerre, en énumérer un nombre non négligeable pour s’apercevoir que, finalement, aucun des auteurs cités n’a réfléchi au problème et que chacun a préféré se concentrer sur un problème connexe. Quand la philosophie parle de la guerre, elle entend « guerre classique », c’est-à-dire qu’elle exclut d’une réflexion raisonnable le phénomène de la guerre civile considéré comme trop irrationnel. La philosophie peut donc être prise en flagrant délit de lieux communs. » (p.14)

    « C’est en prenant pour point de départ la guerre civile qu’on peut penser la guerre et même le politique en général. » (p.15)

    « La guerre interne est suicidaire, non pas à cause de l’extinction totale de la population, mais parce qu’il y a mort politique éventuelle ; c’est dire que l’unité politique n’a plus la même substance, ce qui se vérifie la plupart du temps, mais pas nécessairement, par un changement de régime. » (p.18)

    « La guerre est une rupture des relations, pacifiques ou indifférentes, elle est une nouvelle relation régie exclusivement par le rapport de force et l’usage de la violence. » (p.20)

    « La guerre est la situation où la cité (et non nécessairement les seuls dirigeants) considère que la force prime sur la loi. […] Dans cet ordre d’idées, il n’y a pas de différence d’essence entre guerre étrangère et guerre civile. » (p.20-21)

    « La cité dans une guerre étrangère risque l’assujettissement politique, social, économique, et la modification de ses différents régimes d’existence pour la communauté politique : changement de gouvernement, de Constitution, de mode de citoyenneté, de tracé du territoire, d’habitants. Le risque est donc le renouvellement même partiel ou total de l’entité politique. » (p.21)

    « Force est de constater que la guerre civile et la guerre extérieure ont un même but politique : définir et distribuer un certain ordre des valeurs politiques dans la cité. Elles se distinguent par leur mode : l’ordre est soit à conserver, soit à faire advenir. La guerre civile détruit pour re-fonder, la guerre étrangère opère une surenchère puisque la cité, en s’extériorisant, garantit deux fois l’ordre intérieur. » (p.22)

    « La guerre d’agression s’avoue rarement comme telle, et veut le plus souvent se faire passer pour une guerre de défense. » (p.22)

    « La guerre civile cherche l’affirmation et la confirmation d’une unité politique embryonnaire. Une totalité, où à la puissance ne correspond pas une autorité, se rebelle contre l’autorité existante ou une autre totalité ainsi défaite. » (p.24)

    « Ce qui distingue théoriquement la guerre intérieure de la guerre extérieure, c’est le risque de l’extinction totale, parce que l’implosion interne défait immédiatement le lien social et les bases de l’autorité. » (p.25)

    « Notons avant toute remarque l’inadéquation de l’expression « guerre civile » héritée de la langue latine et recouvrant des réalités aussi diverses que des révolutions (la guerre civile anglaise ou la France jacobine en proie aux révoltes vendéennes, ou encore la Commune), des rébellions (la guerre de Sécession), des insurrections (la Commune), des fractions assez poussées (Catilina ou Marc Antoine à Rome), des résistances (la Yougoslavie pendant la Deuxième Guerre mondiale), des tentatives pour prendre le pouvoir (la guerre d’Espagne), des subversions armées (généralement multiples, comme la guerre du Liban), des luttes de libération (l’Irlande du Nord) etc. L’expression « guerre civile », calque du latin bellum civile, reprise par de nombreuses langues parlées –le grec moderne parle de polemos emphulios, « guerre à l’intérieur de la lignée »- oblitère la filiation qui aurait été possible à partir de la stasis, que nous sommes bien en peine de traduire aujourd’hui, et que les traducteurs, en matière d’expédient, remplacent en fonction du contexte par tous les noms cités précédemment. Bellum civile apparaît comme une extension monstrueuse de bellum, comme une dégradation de celle-ci. Notre incompréhension, voire notre refus, de considérer la guerre civile se répercute sur l’impossibilité manifeste de la nommer précisément et de la définir. » (p.25)

    « Machiavel, qui pense vraiment la guerre civile, nous éloigne des philosophies qui ne font que l’effleurer. » (p.27)

    « De la faction avortée d’un Catilina à la Révolution russe, l’échelle va de l’échec à la réussite dans la remise en cause de la cité. » (p.28)

    « La guerre civile est un principe de nouveauté politique interne passant par la violence systématique. » (p.28)

    « [Dans la guerre civile] Les parties désolidarisées usent, à des degrés divers, d’une fiction de l’harmonie du tout : chaque faction se présente comme représentative de l’ordre, du peuple, de la raison, de la légitimité. […]
    L’Etat mis en cause oscille entre l’attitude qui consiste à punir sévèrement « tout acte tendant à renverser ou à modifier par la violence, ou même par la menace de violence, le régime politique établi », et celle qui, pour ne pas laisser émerger la contestation violente de sa légitimité, tend à ramener le crime à un crime de droit commun.
    » (p.29)

    « Il semble que l’absence de distance, dans une guerre civile, mène plus directement à l’extermination réciproque qu’une guerre entre étrangers. » (p.32)

    « Ce qui est admis, ce qui est refusé, ce qui est toléré constituent les vraies limites relatives et variables de la guerre, sans aucune doute circonstancielles selon la culture et l’histoire. » (p.35)

    « Les images collectives comme la pensée réflexive dénotent une stupeur et une sidération sans égales devant la guerre interne. » (p.37)

    « Le caractère non duel de la guerre civile interdit apparemment toute tentative de formalisation. » (p.38)

    « Généralement la comparaison se imite au constat de complémentarité –et donc d’exclusion en termes d’essence- entre guerre étrangère et guerre civile : soit la guerre extérieure sert de dérivatif à la violence qui, faute d’ennemi étranger, se retournerait contre l’entité politique ; soit la guerre intérieure entretient un rapport d’imitation, de corruption ou d’amplification de la guerre dite classique. » (p.40)

    « [La guerre civile] est depuis toujours considéré comme le plus grand des maux. » (p.40)

    « La conjuration de la guerre civile est un principe fondateur du politique. » (p.46)

    « Le développement à l’extérieur (ampliare, la montée en puissance) dépend des tumultes à l’intérieur. Le tumulte est cette forme particulière de conflit interne qui oppose deux entités cohabitant dans la cité et dont l’une se soulève soudainement sous l’effet de son désir politique. L’exemple même du tumulte est la sécession de la plèbe à Rome, lorsque celle-ci se retranche sur la colline de l’Aventin pour faire entendre ses revendications, bientôt relayées par les tribuns devant les sénateurs. […] La philosophie de Machiavel tient toute dans la tension continûment maintenue entre le conflit civil fécond et la guerre civile mauvaise. » (p.124)

    « Ce qui se passe quand on se donne la guerre civile comme objet premier d’étude : la cité y est toujours à un moment crucial de son existence. » (p.126)
    (p.200)
    -Ninon Grangé, De la guerre civile, Armand Colin, coll. « L’inspiration philosophique », 2009, 320 pages.

    « Le critère de la guerre civile ne réside certes pas dans le caractère des hostilités : elle peut revêtir la forme d’opérations militaires classiques ou celle, plus fluide, d’une guerre de guérillas ; dans la nature des parties qui s’affrontent : elle peut mettre en présence factions politiques ou classes sociales, ethnies ou groupes religieux ; dans le mobile même du conflit : elle peut avoir pour enjeu le régime d’un Etat existant ou la création, par sécession, d’un nouvel Etat. Du moins, ces divers éléments permettent-ils de distinguer la guerre civile des troubles intérieurs de degré moindre : des émeutes qui sont localisées dans l’espace, limités dans le temps, et dont les acteurs semblent pousser au désordre sans s’être concertés d’avance, et dans des buts encore imprécis. »
    -Charles Zorgbibe, La guerre civile, Paris, PUF, 1975, p.6.


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Sam 24 Aoû - 22:17