L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Raymond Aron, Catégories dirigeantes ou classe dirigeante ? + Raymond Aron, Le concept de classe

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 7237
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Raymond Aron, Catégories dirigeantes ou classe dirigeante ? + Raymond Aron, Le concept de classe Empty Raymond Aron, Catégories dirigeantes ou classe dirigeante ? + Raymond Aron, Le concept de classe

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 12 Fév - 14:34

    https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1965_num_15_1_392834

    http://lunipop.fr/?p=896

    "Nous appelons catégories dirigeantes les minorités qui occupent des positions ou accomplissent des fonctions telles qu'elles ne peuvent pas ne pas avoir une influence sur le gouvernement de la société. Les membres de certaines de ces catégories dirigeantes sont placés au sommet d'une hiérarchie de commandement dans un sous-système (par exemple les chefs d'entreprise prennent les décisions majeures dans leur sphère propre). De même, les chefs de l'armée sont au sommet d'une hiérarchie spécifique. Un illustre professeur est en mesure de favoriser la carrière de ses protégés, un écrivain chargé de gloire répand ses idées qui deviendront, un jour ou l'autre, des forces sociales. Ce qui nous intéresse ici, ce n'est pas de préciser l'organisation du commandement ou de l'influence en chacun des sous-systèmes sociaux, c'est d'énumérer les dirigeants des sous-systèmes qui influent sur le Pouvoir lui-même (le Pouvoir étant défini comme l'ensemble de ceux qui commandent à la société tout entière au nom de tous)." (p.12)

    "Il existe en n'importe quel régime une catégorie que l'on appellera personnel politique, c'est-à-dire une minorité (quelques centaines ou quelques milliers de personnes) qui, conformément à la formule de légitimité et à la traduction institutionnelle de celle-ci, est engagée dans la compétition dont l'exercice du pouvoir est l'enjeu ou encore minorité qui englobe les délégués de ceux qui détiennent le pouvoir. Même en un régime soviétique la compétition subsiste à l'intérieur du personnel politique, mais elle prend une forme proche de la concurrence à l'intérieur des bureaucraties en vue de la promotion. Seuls quelques-uns participent activement, à leurs risques et périls, à la compétition suprême. Dans les régimes où la formule de légitimité exige une compétition ouverte et publique, la plupart des membres du personnel politique attachent leur fortune à l'une ou l'autre des personnalités dominantes entre lesquelles se joue la bataille pour le numéro 1 (chacune de ses personnalités a inévitablement sa clientèle)." (p.12-13)

    -Raymond Aron, "Catégories dirigeantes ou classe dirigeante ?", Revue française de science politique, Année 1965, 15-1, pp. 7-27.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. »
    -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.


      La date/heure actuelle est Sam 24 Oct - 7:00