L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

    Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide Empty Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide

    Message par Johnathan R. Razorback Mar 29 Mar - 12:50

    https://fr.book4you.org/book/2632772/594c4e?dsource=recommend

    "In making the object of critique the real genesis of our actual experience rather than the conditions of all possible experience, Deleuze & Guattari transform Kant’s syntheses of the understanding into passive syntheses of the unconscious. Based on his so-called “Copernican revolution” in epistemology, and speaking in the name of reason, Kant had asserted that the conscious mind utilizes a specific set of processes (which he called the “syntheses of apprehension, reproduction, and recognition”) to arrive at knowledge, and had insisted furthermore that knowledge would have to conform to these processes or else stand condemned as illegitimate. Of crucial importance for Kant was the idea that, since these processes were constitutive of conscious thought, they provided immanent criteria for judging knowledge as valid or invalid, depending on whether it was based on legitimate or illegitimate use of the three syntheses. In a similar way, but speaking not in the name of reason but in the name of desire and especially schizophrenic desire, Deleuze & Guattari insist that the unconscious operates according to a specific set of syntheses to process or constitute experience, and that psychoanalysis must either be shown to conform to these processes or else stand condemned as invalid. While this first transformation renders the syntheses passive and unconscious, a second transformation shifts the locus of the unconscious from the individual subject to the historically specific groups and social formations to which a given subject belongs. The unconscious thereby becomes something like a “collective unconscious”—but one that is specific to historically-situated groups and institutions rather than eternal or universal. The result, finally, is that critique becomes fully social rather than just epistemological: ultimately, schizoanalysis condemns psychoanalysis as a reflection or projection of capitalism; as a historical materialist psychiatry, schizoanalysis will call not just for psychoanalytic doctrine, but for social relations in general, to conform to the syntheses of the unconscious. Schizoanalysis is thus revolutionary in a Marxist sense, whereas psychoanalysis is not. Yet here Deleuze & Guattari’s Marxist analyses acquire a distinctly Nietzschean foundation: the social ideal is not what best represents the interests of the proletariat (or humanity as a whole), but what least contradicts the “logic” of the unconscious and the bodily forces animating its syntheses; revolutionary society, too, will have to conform to these unconscious processes or else stand condemned as repressive."
    -Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide, Bloomsbury, 2013.




    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Mer 1 Juin - 17:43, édité 1 fois


    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide Empty Re: Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide

    Message par Johnathan R. Razorback Mar 29 Mar - 16:22

    "En faisant de l'objet de la critique la genèse réelle de notre expérience effective plutôt que les conditions de toute expérience possible, Deleuze & Guattari transforment les synthèses de l'entendement de Kant en synthèses passives de l'inconscient. S'appuyant sur sa prétendue "révolution copernicienne" en épistémologie, et s'exprimant au nom de la raison, Kant avait affirmé que l'esprit conscient utilise un ensemble spécifique de processus (qu'il appelait les "synthèses de l'appréhension, de la reproduction et de la reconnaissance") pour parvenir à la connaissance, et avait insisté en outre sur le fait que la connaissance devait se conformer à ces processus sous peine d'être condamnée comme illégitime. L'idée selon laquelle ces processus, étant constitutifs de la pensée consciente, fournissaient des critères immanents pour juger de la validité ou de l'invalidité d'une connaissance, selon qu'elle était fondée sur un usage légitime ou illégitime des trois synthèses, était d'une importance cruciale pour Kant. De la même manière, mais en parlant non pas au nom de la raison mais au nom du désir et surtout du désir schizophrénique, Deleuze & Guattari insistent sur le fait que l'inconscient opère selon un ensemble spécifique de synthèses pour traiter ou constituer l'expérience, et que la psychanalyse doit être prouvée conforme à ces processus ou bien être condamnée comme invalide.
    Si cette première transformation rend les synthèses passives et inconscientes, une deuxième transformation déplace le lieu de l'inconscient du sujet individuel vers les groupes et les formations sociales historiquement spécifiques auxquels un sujet donné appartient. L'inconscient devient ainsi quelque chose comme un "inconscient collectif" - mais un inconscient spécifique à des groupes et institutions historiquement situés plutôt qu'éternel ou universel. Le résultat, finalement, est que la critique devient pleinement sociale plutôt que simplement épistémologique : en fin de compte, la schizoanalyse condamne la psychanalyse en tant que reflet ou projection du capitalisme ; en tant que psychiatrie matérialiste historique, la schizoanalyse demandera non seulement à la doctrine psychanalytique, mais aux relations sociales en général, de se conformer aux synthèses de l'inconscient. La schizo-analyse est donc révolutionnaire au sens marxiste du terme, alors que la psychanalyse ne l'est pas. Pourtant, les analyses marxistes de Deleuze et Guattari acquièrent ici un fondement nettement nietzschéen : l'idéal social n'est pas ce qui représente le mieux les intérêts du prolétariat (ou de l'humanité dans son ensemble), mais ce qui contredit le moins la "logique" de l'inconscient et les forces corporelles qui animent ses synthèses ; la société révolutionnaire, elle aussi, devra se conformer à ces processus inconscients, sous peine d'être condamnée comme répressive."
    -Eugene W. Holland, Deleuze and Guattari’s ’A Thousand Plateaus’. A Reader’s Guide, Bloomsbury, 2013.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc - 20:02