L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres Radieux EB10
Voir le deal

    Jean-Jacques Becker & Gilles Candar, Histoire des gauches en France, Volume 1: L'héritage du XIXe siècle

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 10763
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jean-Jacques Becker & Gilles Candar, Histoire des gauches en France, Volume 1: L'héritage du XIXe siècle Empty Jean-Jacques Becker & Gilles Candar, Histoire des gauches en France, Volume 1: L'héritage du XIXe siècle

    Message par Johnathan R. Razorback Ven 8 Avr - 10:58

    https://fr.book4you.org/book/18823841/107736

    "Le problème du centre est qu’il est extrêmement difficile à cerner et à analyser, ce qui amène souvent à nier son existence."

    "Marcel Gauchet voit dans la politique le lieu des affrontements autour de l’articulation entre « pouvoirs du privé et puissance publique », se référant aux analyses de Louis Dumont qui définissait la gauche par l’engagement de principe en faveur de l’individualisme face à une droite holiste, qui place les droits de la société au-dessus et contre l’individu." (p.14)

    "Si la République est incontestablement une conquête « de gauche », la gauche et le parti républicain ne s’identifient pas toujours l’un à l’autre, et la République ne procède pas de la seule gauche." (p.16)
    -Jean-Jacques Becker & Gilles Candar, avant-propos à Histoire des gauches en France, Volume 1 "L'héritage du XIXe siècle", Paris, La Découvert, 2004.

    "À chercher l’essence de l’opposition dans sa formule la plus générale, on en arrive presque à un clivage psychologique, ou du moins plus facile à définir en termes psychologiques qu’en termes métaphysiques. Être à droite, c’est être conservateur, que ce soit par traditionalisme catholique ou par « science » sociale comtiste, voire par simple « sagesse », la vertu de la prudence : on sait ce que l’on a, qui est vaguement acceptable, tandis que l’innovation offre des risques qui ne le sont peut-être pas. En face, la gauche est le camp d’un optimisme justifié par le rationalisme : il y a des maux à corriger ; puisqu’il y a eu, dans le passé, des réformes heureuses, prenons le risque de nouvelles pour demain." (p.26)
    -Maurice Agulhon, "La gauche, l'idée, le mot", in Jean-Jacques Becker & Gilles Candar, avant-propos à Histoire des gauches en France, Volume 1 "L'héritage du XIXe siècle", Paris, La Découvert, 2004.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Jeu 26 Mai - 8:09