L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment :
WD Green SN350 – Disque SSD interne NVMe M.2 ...
Voir le deal
99.99 €

    George Orwell, Literature and Totalitarianism + Reflections on Gandhi + 1984

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 18918
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    George Orwell, Literature and Totalitarianism + Reflections on Gandhi + 1984 Empty George Orwell, Literature and Totalitarianism + Reflections on Gandhi + 1984

    Message par Johnathan R. Razorback Mer 11 Oct - 20:40

    http://orwell.ru/library/articles/totalitarianism/english/e_lat

    http://www.orwell.ru/library/reviews/gandhi/english/e_gandhi

    « Comment communiquer avec l’avenir. C’était impossible intrinsèquement. Ou l’avenir ressemblerait au présent, et on ne l’écouterait pas, ou il serait différent, et son enseignement, dans ce cas, n’aurait plus aucun sens. »
    « Le crime par la pensée n’était pas de ceux que l’on pouvait éternellement dissimuler. »
    « Quelle certitude avait-il qu’une seule créature vivante pensait comme lui ? Et comment savoir si la souveraineté du Parti ne durerait pas éternellement ? »
    « Il était dehors, dans l’air et la lumière tandis qu’elles étaient aspirées vers la mort. Et elles étaient parce que lui était en haut.
    Il le savait et il pouvait voir sur leurs visages qu’elles le savaient. Il n’y avait de reproche ni sur leurs visages, ni dans leurs cœurs. Il y avait seulement la certitude qu’elles devaient mourir pour qu’il vive et que cela faisait partie de l’ordre inévitable des choses. »
    « Il comprit que le tragique était un élément des temps anciens, des temps où existaient encore l’intimité, l’amour et l’amitié, quand les membres d’une famille s’entraidaient sans se demander au nom de quoi. »
    « Lorsque quelqu’un n’ a pas de point de repère extérieurs à quoi se référer, la tracé même de sa propre vie perd de sa netteté. »
    « Retrouver l’histoire de toute la période, dire qui combattait contre qui à un moment donné était absolument impossible. Tous les rapports écrits ou oraux ne faisaient jamais allusion qu’à l’évenement actuel. »
    « Tout ce qu’on savait, c’est qu’à chaque trimestre un nombre astronomique de bottes étaient produites, sur le papier, alors que la moitié peut-être de la population de l’Océania marchait pieds nus. »
    « Savez-vous que le novlangue est la seule langue dont le vocabulaire diminue chaque année ? »
    « Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. »
    « Est-ce que la nourriture avait toujours eu ce goût-là ? »
    « Le but du Parti n’était pas simplement d’empêcher les hommes et les femmes de se vouer une fidélité qu’il pourrait être difficile de contrôler. Son but inavoué, mais réel, était d’enlever tout plaisir à l’acte sexuel. Ce n’était pas tellement l’amour, mais l’érotisme qui était l’ennemi, que ce fût dans le mariage ou hors du mariage. »
    « L’acte sexuel accompli avec succès était un acte de rébellion. Le désir était un crime de la pensée. »
    « Il y avait un lien direct entre la chasteté et l’orthodoxie politique. »
    « Il y a des genres d’échec qui valent mieux que d’autres. »
    « Chacun désirait d’un endroit où se trouver seul à l’occassion. »
    « Quand on aimait, on aimait, et quand on n’avait rien d’autre à donner, on donnait son amour. »
    « Malgré toute leur intelligence, ils ne s’étaient jamais jamais rendus maîtres du secret qui permettait de découvrir ce que pense un autre homme. »
    « Dès le début du XXème siècle, l’égalité humaine est devenue techniquement possible. »
    « Ainsi, le Parti rejette et diffame tous les principes qui furent à l’origine du mouvement socialiste, mais il prétend agir ainsi au nom du socialisme. »
    « L’esprit discipliné peut seul voir la réalité, Winston. Vous croyez que la réalité est objective, extérieure, qu’elle existe par elle-même. Vous croyez aussi que la nature de la réalité est évidente en elle-même. […] Mais je vous dit, Winston, que la réalité n’est pas extérieure. La réalité existe dans l’esprit humain et nulle part ailleurs. Pas dans l’esprit d’un individu, qui peut se tromper et, en tout cas, périt bientôt. Elle n’existe que dans l’esprit du Parti, qui est collectif et immortel. Ce que le Parti tient pour vrai est la réalité. »
    « Comment puis-je m’enpêcher de voir ce qui devant mes yeux ? »
    « Nous savons que jamais personne ne s’empare du pouvoir avec l’intention d’y renoncer. »
    « Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. »
    « Plus faible sera l’opposition, plus étroit sera le despotisme. »
    « Nous aurons toujours l’hérétique, ici, à notre merci, criant de souffrance, brisé, méprisable, et à la fin absolument repentant, sauvé de lui-même, rampant à nos pieds de sa propre volonté. »
    « Mourir en les haïssant, c’était ça la liberté. »
    « La pensée dépend des mots. »


    "[Théorie de pratique du collectivisme oligarchique, par Emmanuel Goldstein. Chapitre 1 "L'ignorance c'est la force"]: Au cours des époques historiques, et probablement depuis la fin de l'âge néolithique, il y eut dans le monde trois classes: la classe supérieure, la classe moyenne, la classe inférieure. Elles ont été subdivisées de beaucoup de façons, elles ont porté d'innombrables noms différents, la proportion du nombre d'individus que comportait chacune, aussi bien que leur attitude les unes vis-à-vis des autres ont varié d'âge en âge. Mais la structure essentielle de la société n'a jamais varié. Même après 'énormes poussées et des changements apparemment irrévocables, la même structure s'est toujours rétablie, exactement comme un gyroscope reprend toujours son équilibre, aussi loin qu'on le pousse d'un côté ou de l'autre.
    Les buts de ces trois groupes sont absolument inconciliables
    ." (p.245-246)
    -George Orwell, 1984, Gallimard, coll. Folio, 1950 (1949 pour la première édition britannique), 408 pages.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_d%27airain_de_l%27oligarchie



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Dim 25 Fév - 8:55