L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment :
Soldes chez LACOSTE : jusqu’à 50% de ...
Voir le deal

    My life as a feminist submissive

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 10150
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    My life as a feminist submissive Empty My life as a feminist submissive

    Message par Johnathan R. Razorback Dim 21 Jan - 22:26

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_Kramer_Bussel

    "A major lesson of feminism for me is to take the time and investigate how society's gendered expectations have molded you as a person. In my case, I resisted submission because I saw it as a rigid gender dichotomy that would deprive me of agency and make me helpless and weak. Instead it's made me a more emotionally aware and confident woman. I am actively negotiating the terms of my relationship based on my wants and needs. Also, my D/s relationship is very sex-positive in that we're actively working to help me get over my body hang-ups and to build my confidence to realize my sexual fantasies.

    What made me so anxious in the beginning was thinking about the classic feminist slogan "The personal is political." When I was sitting at my Dom's feet, did that mean that I was making a political statement about the blanket inequality of women vis-à-vis men? When he called me his slut, did that mean he didn't respect me as his intellectual equal? When he makes me orgasm by saying he owns me, am I insulting the memory of all of the feminists who fought for my political rights? Then I realized how ridiculous that was. Choosing to relate as a submissive does not take away from the fact that I am in all ways my Dom's equal; we both need to consent and participate in order to play with power dynamics like we do.
    "


    -Rachel Kramer Bussel, My life as a feminist submissive, 13 février 2015: http://www.elle.com/life-love/sex-relationships/a26753/my-life-as-a-feminist-submissive-part-two/

    "Ma première année universitaire, il y a quatorze ans, a été le moment décisif où je suis devenue une féministe active. J'ai fait des études sur les femmes et le genre, et j'ai rédigé une thèse axée sur le genre ainsi qu'une thèse de maîtrise similaire dans une école de l'Ivy League. Je suis actuellement la conseillère pédagogique du groupe d'étudiantes du campus. Je considère qu'être féministe fait partie intégrante de ma personnalité.

    Cela ne fait que neuf mois que j'ai admis que je suis une soumise, bien que j'aie tourné autour de cette idée toute ma vie. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu des fantasmes de soumission, comme le bondage ou le fait d'être contrainte à un acte sexuel, ou d'être traitée de salope. Ayant reçu une éducation assez religieuse, ces pensées me mettaient horriblement en conflit, au point de me dégoûter de moi-même en pensant que c'était ce dont j'avais besoin pour avoir un orgasme. Je n'ai jamais partagé ces fantasmes avec mes partenaires ; même mon ex-mari ne connaissait que la partie émergée de l'iceberg. Il me faisait plaisir en me bloquant parfois les bras ou en me donnant une fessée pendant l'acte sexuel, mais lorsque je demandais plus, il me disait qu'il se sentait mal à l'aise de traiter sa femme d'une manière qu'il considérait comme dégradante. Son refus n'a fait que confirmer le jugement que je portais sur moi-même : Les filles respectables ne font pas ça. Les féministes fortes ne demanderaient jamais cela.

    Mon ex-mari n'était pas du genre à prendre les choses en main au lit, et quand je sentais ce manque d'esprit de décision, cela me rendait si anxieuse. Il m'a fait remarquer une fois que je ne savais pas comment rester immobile et me faire baiser, je devais toujours répliquer. À l'époque, j'ai pris ça comme un compliment, la preuve que j'étais une féministe au lit. Mais au fil des années, je me suis rendu compte que lorsque j'assumais ce rôle, j'étais trop souvent dans ma tête, à penser à ce que je devais faire ensuite, à ce que je pouvais faire pour le faire jouir. Je ne pouvais pas être sexuellement multitâche. Quand je prenais les décisions au lit, je ne pouvais pas me perdre dans le moment présent et ressentir ce qui se passait. C'est la principale raison pour laquelle j'ai choisi d'être soumise sexuellement : j'ai besoin que mon Dom me force à sortir de ma tête et à revenir dans mon corps, afin que je puisse me détendre et me concentrer sur les sensations. En tant que soumise, je n'ai pas à penser à ce que je dois faire ensuite ou à m'inquiéter de ne pas avoir encore eu d'orgasme. Je peux éteindre mon monologue intérieur et m'amuser. Le fait d'être attaché ou d'avoir les yeux bandés ne fait qu'ajouter à cette expérience, c'est pourquoi je suis une grand adepte du bondage.

    Un an après notre mariage, la carrière de mon ex-mari a pris fin. Il n'a jamais été capable de se sortir de la dépression et du doute qui en ont résulté. Dans cette crise, j'ai pris les choses en main. J'ai pris des emplois secondaires supplémentaires pour que nous puissions rester à flot ; je l'ai soutenu alors qu'il essayait de se remettre sur pied. Mais peu à peu, notre dynamique a changé, passant du statut d'amoureux à celui d'aidant. Je me sentais forte et indépendante en tant que soutien de famille, mais affamée sur le plan émotionnel. Je ne le considérais pas comme mon partenaire ou mon égal, mais comme une personne à charge. Je suis devenue rancunière et j'ai perdu tout mon respect pour lui. Je suis restée trois ans de plus dans ce mariage avant de le quitter.

    Lorsque je dirigeais notre relation, j'adoptais un état d'esprit hyper-analytique et professionnel qui me déconnectait de mes émotions. Je n'aimais pas mon mari, je le gérais. Ce que je désire plus que tout dans ma relation actuelle, c'est la vulnérabilité, le fait de savoir que, même si je suis parfaitement capable de prendre soin de moi, je choisis de laisser une personne entrer et de lui permettre de prendre soin de moi. C'est ce qu'est la véritable intimité pour moi. Mais comme je me lèverai et écraserai mon partenaire si je sens une faiblesse - on m'a décrit comme le vélociraptor de Jurassic Park qui teste toujours les clôtures électriques pour s'assurer qu'elles sont toujours allumées - j'ai réalisé que j'avais besoin d'une personne beaucoup plus forte, plus capable et dominante pour me sentir suffisamment à l'aise pour me laisser aller.

    Ma relation actuelle a commencé sur OkCupid. J'ai créé un profil et certaines des questions auxquelles on peut répondre sont liées au "kink". Mon Dom m'a depuis dit qu'il ne cherchait que des femmes qui répondaient oui à la question "Savez-vous ce que signifie BDSM ?". Lorsque nous nous sommes rencontrés pour boire un verre, il a mentionné cette question particulière et m'a dit qu'il était un dominant et que c'était une dynamique dont il avait besoin dans une relation. J'ai dit que j'étais intéressée pour essayer. Il a dit que nous devrions aller chez lui, et pour la première fois de ma vie, je suis rentrée avec un gars dès le premier rendez-vous. Je n'y ai même pas pensé.

    De retour chez lui, il m'a dit de me déshabiller et je me souviens avoir été complètement désarmée par la façon dont il me regardait. La plupart des mecs ne regardent pas vraiment, ou nous, les filles, nous nous orientons de manière à être vues sous le meilleur jour. Il m'a regardée - je dirais presque inspectée - et c'était le sentiment le plus incroyable, d'être vue totalement et entièrement, même les parties de moi que je considère comme imparfaites. À partir de cette nuit, notre relation ainsi que notre dynamique D/s ont été établies, mais comme tout couple, nous avons pris du temps pour apprendre à nous connaître et voir si nous étions vraiment compatibles au-delà de cette étincelle initiale. Nous avons téléchargé une liste de pratiques BDSM et établi nos limites douces et dures, et il m'a demandé d'expliquer ce que je pouvais lui offrir dans une relation.

    Le fait de devoir lui présenter ce que je pouvais offrir (enthousiasme, désir de plaire et volonté d'être modelée) m'a fait réfléchir longuement et sérieusement au type de personne que j'étais dans ces relations et, inversement, j'ai pu logiquement comparer sa proposition à ce que j'attendais d'un partenaire. C'est une qualité que j'apprécie vraiment dans mon D/s ; c'est la relation la plus informée, la plus introspective et la plus sensible aux besoins de chacun que j'ai jamais eue.

    Puisque l'une des raisons pour lesquelles j'ai été attiré par le D/s est la discipline et la structuration que cela procure, notre relation a évolué pour inclure un certain nombre de règles que je dois suivre. Les thèmes principaux sont les normes de communication, la façon dont je dois me présenter, et les règles conçues pour repousser mes limites sexuelles. Toutes ces règles ont un problème sous-jacent sur lequel j'essaie de travailler. Par exemple, je n'étais pas vraiment ouverte et vulnérable dans le passé, et c'est pourquoi je dois tenir un journal sur un Google Doc que j'ai partagé avec lui et qui est devenu un blog. C'est une règle que j'ai suggérée, car je trouve qu'il est plus facile de s'exprimer par écrit que dans une discussion en face à face.

    Après que je me sois affichée trop souvent dans un jean ample et un T-shirt, il m'a dit que je ne pouvais plus porter de vêtements qui seraient tout aussi acceptables sur un homme lorsque nous sommes ensemble. L'une de mes règles est de m'efforcer de formuler mes désirs comme une question et de me rappeler de dire "s'il te plaît". Cette règle m'a donné la permission de me laisser aller à ce côté de ma personnalité, alors que pendant si longtemps, j'ai assimilé les robes et les talons à une question de conformisme et à une attitude prude.

    Il m'a imposé des règles sexuelles de façon unilatérale, qui incluent : Je ne peux pas porter de sous-vêtements avec lui ; je ne peux pas me masturber les jours où je dois le voir ; lorsque je me masturbe, je dois lui dire à quoi j'ai pensé ; et je dois demander la permission d'avoir un orgasme. Ma toute dernière règle vise à m'aider à surmonter ma nervosité à l'idée de jouer en public ou avec d'autres personnes. Lorsque je trouve une fille ou un gars que je trouve sexy, je dois aller flirter avec eux et ensuite leur raconter l'expérience. Nous utilisons la terminologie selon laquelle il me possède, ce que nous trouvons tous deux intensément érotique. Nous avons récemment introduit l'idée que mon corps est le sien, et je dois donc dire "son" au lieu de "mon", par exemple "sa chatte, son cul". D'un point de vue freudien, j'ai besoin qu'il passe outre mon surmoi trop rigide pour que mon ça puisse enfin sortir et jouer. Bien sûr, ce qu'il me dit de faire a été intensément discuté et planifié à l'avance.

    Il y a des règles avec lesquelles j'ai eu des problèmes et que je trouve difficiles, comme le fait qu'il a mon consentement pour me toucher quand et où il veut (sauf dans des situations qui seraient préjudiciables à ma carrière ou devant des amis ou de la famille). Cette règle doit m'aider à embrasser mon côté "salope intérieure" et à surmonter ce que je perçois comme le jugement des autres. Lorsqu'il a imposé cette règle, nous en avons discuté et nous avons déterminé pourquoi j'en avais besoin. Je vois logiquement que c'est un domaine dans lequel j'ai besoin d'être poussée, alors j'ai accepté. Si j'enfreins l'une de ces règles, je suis punie, généralement par une fessée.

    L'une des principales leçons du féminisme pour moi est de prendre le temps d'examiner comment les attentes de la société en matière de genre vous ont façonnées en tant que personne. Dans mon cas, j'ai résisté à la soumission parce que j'y voyais une dichotomie rigide entre les sexes qui me priverait de tout pouvoir et me rendrait impuissante et faible. Au lieu de cela, cela a fait de moi une femme plus consciente de ses émotions et plus confiante. Je négocie activement les termes de ma relation en fonction de mes désirs et de mes besoins. En outre, ma relation D/s est très positive sur le plan sexuel, dans la mesure où nous travaillons activement à m'aider à surmonter mes complexes corporels et à renforcer ma confiance en moi pour réaliser mes fantasmes sexuels.

    Ce qui me rendait si anxieuse au début, c'était de penser au slogan féministe classique "Le privé est politique". Lorsque j'étais assise aux pieds de mon Dom, cela signifiait-il que je faisais une déclaration politique sur l'inégalité générale des femmes par rapport aux hommes ? Quand il m'appelait sa salope, cela signifiait-il qu'il ne me respectait pas comme son égale intellectuelle ? Quand il me fait jouir en disant que je lui appartiens, est-ce que j'insulte la mémoire de toutes les féministes qui se sont battues pour mes droits politiques ? Et puis j'ai réalisé à quel point c'était ridicule. Choisir d'entrer en relation en tant que soumise n'enlève rien au fait que je suis en tous points l'égale de mon Dom ; nous devons tous deux consentir et participer pour pouvoir jouer avec la dynamique du pouvoir comme nous le faisons."
    -Rachel Kramer Bussel, "My life as a feminist submissive", 13 février 2015: http://www.elle.com/life-love/sex-relationships/a26753/my-life-as-a-feminist-submissive-part-two/



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. »
    -Hegel, La Raison dans l'Histoire.


      La date/heure actuelle est Mer 19 Jan - 22:57