L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -56%
-56% sur le PLAYMOBIL – Calendrier de ...
Voir le deal
19.99 €

    Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 9917
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel Empty Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel

    Message par Johnathan R. Razorback Jeu 14 Juin - 22:07

    "[Hegel:] A l'encontre de la connaissance qui maintient l'homme dans une quiétude passive, le Désir le rend in-quiet et le pousse à l'action. Étant née du Désir, l'action tend à le satisfaire, et elle ne peut le faire que par la "négation", la destruction ou tout au moins la transformation de l'objet désiré: pour satisfaire la faim, par exemple, il faut détruire ou, en tout cas, transformer la nourriture. Ainsi, toute action est "négatrice". Loin de laisser le donné tel qu'il est, l'action le détruit ; sinon dans son être, du moins dans sa forme donnée. [...] Mais l'action négatrice n'est pas purement destructrice. Car si l'action qui naît du Désir détruit, pour le satisfaire, une réalité objective, elle crée à sa place, dans et par cette destruction même, une réalité subjective. L'être qui mange, par exemple, crée et maintient sa propre réalité par la suppression de la réalité autre en réalité sienne, par l' "assimilation", l' "intériorisation" d'une réalité "étrangère", "extérieure". D'une manière générale, le Moi du Désir est un vide qui ne reçoit un contenu positif réel que par l'action négatrice qui satisfait le Désir en détruisant, transformant et "assimilant" le non-Moi désiré. Et le contenu positif du Moi, constitué par la négation, est une fonction du contenu positif du non-Moi nié." (p.14)

    "La Phénoménologie s'est révélée être une anthropologie philosophique. Plus exactement: une description systématique et complète, phénoménologique au sens moderne (husserlien) du terme, des attitudes existentielles de l'Homme, faite en vue de l'analyse ontologique de l'Etre en tant que tel, qui fait le thème de la Logik." (p.69)

    "Pour Hegel, l'Homme est effectivement "autre chose" que le Monde (Nature). Il diffère radicalement du monde extérieur naturel, dans la mesure où il est action (c'est-à-dire si l'on veut: néant qui néantit dans l'être donné de la Nature, en le niant par la lutte et le travail et en se réalisant dans et par cette négation)." (p.75)
    (pp.73-75)

    "Morale antique: l'homme doit réaliser un "idéal" (donné, éternel) dans la matière: Deviens ce que tu es. Cette morale antique est fausse, d'après Hegel, car l'homme n'a pas de "nature" éternelle, immuable, donnée une fois pour toutes. [...]
    La morale hégélienne pourrait avoir un autre commandement:
    Ne sois pas ce que tu es, sois le contraire de ce que tu es (Convertis-toi ; deviens un homme "nouveau")." (p.78)

    "
    (p.79)

    "La Religion sort l'homme du solipsisme, mais elle recrée un Maître (imaginaire: Dieu), parce que le solipsisme (pas de lutte !) est servile.
    L'Homme religieux est Maître et Esclave à la fois ; Maître dans la mesure où il est Esclave, Esclave dans la mesure où il est Maître: maître du monde - esclave de Dieu. (Forme laïcisée - et réelle: esclave du capital, mais de "son" capital.
    " (p.80)

    "L'homme doit agir réellement, dans le monde et pour la société. Il doit réaliser quelque chose de trans-individuel, d'universel, de transsubjectif." (p.83)
    (p.83)

    "On peut se complaire dans le malheur. D'où la possibilité d'une durée illimitée de la religion." (p.87)
    -Alexandre Kojève, Introduction à la lecture de Hegel. Leçons sur la Phénoménologie de l'esprit professées de 1933 à 1939 à l'École des Hautes Études, réunies et publiées par Raymond Queneau, Paris, Tel. Gallimard, 1947, 706 pages.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. »
    -Hegel, La Raison dans l'Histoire.


      La date/heure actuelle est Ven 3 Déc - 10:50