L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

    Yves-Alain Favre, Ephraïm Mikhaël et le thème de l'automne en 1886

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 9917
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Yves-Alain Favre, Ephraïm Mikhaël et le thème de l'automne en 1886 Empty Yves-Alain Favre, Ephraïm Mikhaël et le thème de l'automne en 1886

    Message par Johnathan R. Razorback Dim 20 Jan - 13:34

    https://www.persee.fr/doc/litts_0563-9751_1991_num_24_1_1541

    "L'année 1886, que l'on considère généralement comme l'année de naissance du symbolisme, mérite à plus d'un titre d'être étudiée. Non seulement le manifeste de Moréas, en date du 18 septembre, donne au mouvement une existence officielle, et le Traité du Verbe de René Ghil un corps de doctrine, mais encore de nombreux livres de poèmes, imprégnés de l'esthétique nouvelle, voient alors le jour. Quelle floraison en effet, en cette année 1886: sans parler de Rimbaud dont les Illuminations paraissent enfin ; Laforgue publie L'Imitation de Notre-Dame la Lune et le Concile féérique, Moréas Les Cantilènes, et Régnier Apaisement. Quatre jeune poètes donnent leur premier livre: Rodenbach avec La Jeunesse blanche, Mockel avec Poèmes minuscules, Viélé-Griffin avec Cueille d'avril, enfin Ephraïm Mikhaël avec L'Automne."
    (p.71)

    "Les deux maîtres qui ont préparé l'éclosion du symbolisme, Mallarmé et Verlaine." (p.71-72)

    "La pluie et le brouillard estompent les formes et les lignes ; le monde s'efface et se transforme. L'automne est, par excellence le domaine de la nuance." (p.79)
    -Yves-Alain Favre, Ephraïm Mikhaël et le thème de l'automne en 1886, Littératures, Année 1991, 24, pp. 71-81.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. »
    -Hegel, La Raison dans l'Histoire.


      La date/heure actuelle est Ven 3 Déc - 10:26