L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox sans fil Pulse Red
48.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

    David Benatar, The Second Sexism: Discrimination Against Men and Boys + Noah Berlatsky, When Men Experience Sexism

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 10137
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    David Benatar, The Second Sexism: Discrimination Against Men and Boys + Noah Berlatsky, When Men Experience Sexism Empty David Benatar, The Second Sexism: Discrimination Against Men and Boys + Noah Berlatsky, When Men Experience Sexism

    Message par Johnathan R. Razorback Mer 9 Oct - 16:34

    https://en.wikipedia.org/wiki/David_Benatar

    https://www.academia.edu/32979789/The_Second_Sexism_Discrimination_Against_Men_and_Boys

    "Contrairement à l'idée répandue selon laquelle seules les femmes et les filles sont victimes de discrimination fondée sur le sexe, la discrimination à l'égard des hommes et des garçons peut également se produire et, dans certains cas, elle peut être encore plus évidente. C'est l'argument principal de David Benatar dans son nouveau livre, The Second Sexism.

    Par "second sexisme", Benatar désigne la discrimination injustifiée à l'égard des hommes et des garçons, qu'il prétend être "une discrimination non reconnue (...) dont la simple mention va paraître risible pour certains" (p. 2). Le but premier de ce livre est de rendre ce type de sexisme visible et de présenter le second sexisme comme un nouvel ajout aux préoccupations des décideurs politiques, activistes des droits humains et féministes.
    Benatar reconnaît que le sexisme contre les femmes et les filles (qu'il appelle le premier sexisme) demeure un problème plus grave dans la plupart des régions du monde. Toutefois, il fait valoir que, contrairement à la croyance populaire, les hommes et les garçons peuvent aussi être victimes de discriminations.

    Par exemple, il discute des politiques de l'État et/ou des normes sociales qui encouragent principalement les hommes, mais rarement les femmes, à faire la conscription militaire et à combattre, causant la mort ou la souffrance physique et psychologique de millions d'hommes. Dans les quelques pays où les femmes sont enrôlées, comme Israël, les femmes sont traitées avec beaucoup plus de clémence. Selon lui, les hommes sont également victimes de violence domestique et d'agressions sexuelles, mais les institutions de l'État et la société en général prennent ces violences moins au sérieux en raison des attitudes qui prévalent à l'égard des hommes, comme la conviction que les hommes sont presque inaptes à la peur, qu'ils supportent bien mieux la souffrance et sont davantage aptes à l'autodéfense. Il cite une étude qui a montré que " les psychologues cliniciens étaient plus susceptibles d'émettre l'hypothèse d'une agression sexuelle chez les femmes que chez les hommes " (p. 37).

    Il cite également certaines études qui montrent que les femmes sont susceptibles d'être traitées avec plus de clémence que les hommes lorsqu'elles sont condamnées par un tribunal, et, lorsque la victime est une femme, le délinquant est plus susceptible d'être arrêté s'il est lui-même un homme. […]

    Benatar soutient que les agressions sexuelles sont sous-déclarées par les deux sexes ; mais le taux de signalement est encore plus faible lorsque la victime est un homme et, s'il est signalé, les gens sont moins réceptifs vis-à-vis des victimes masculines. Une étude sur le harcèlement sexuel dans le système carcéral américain a révélé que " le taux de fréquence de violence sexuelle chez les hommes était de 22 %, contre 7 % chez les femmes " (p.39). Cependant, on peut objecter que ce sont souvent les hommes eux-mêmes qui commettent des agressions sexuelles sur des hommes, et non des femmes.

    Benatar note que dans les pays développés occidentaux, les garçons sont également de plus en plus désavantagés sur le plan de l'éducation : ils abandonnent l'école à des taux plus élevés que les filles et ont moins de chances de recevoir une éducation de niveau universitaire. Cela conduit Benatar à soutenir que "si les sexes étaient inversés dans ces statistiques, les féministes considéreraient cela comme la preuve d'un désavantage global pour les femmes" (p.49). D'autres exemples de second sexisme dont l'auteur parle incluent le désavantage masculin en termes de garde d'enfants dans les cas de divorce, le congé de paternité, et l'espérance de vie plus courte des hommes que des femmes.

    Mais ces différents désavantages constituent-ils du sexisme à l'égard des hommes et des garçons ? Bien qu'il faille reconnaître à l'auteur le mérite d'avoir mis sous les feux de la rampe certains désavantages liés au fait d'être un homme, qualifier ces désavantages de second sexisme impliquerait que les femmes sont responsables de la discrimination contre les hommes, ce qui n'est souvent pas le cas.

    C'est une position académique acceptée que le sexisme est systématique et structurel, et qu'il implique la subordination d'un groupe dans son ensemble par un autre groupe qui jouit du pouvoir et des avantages dans le système. Le sexisme se produit dans le contexte d'un ensemble spécifique d'arrangements institutionnels et d'une idéologie spécifique qui crée et maintient un système dans lequel le pouvoir politique, économique et social est concentré entre les mains des hommes (Wasserstrom 1997). De même, la théoricienne féministe bien connue Marilyn Frye croit que "le lieu du sexisme se trouve principalement dans le système et le cadre, et non dans l'acte particulier." (1983, p.19). En outre, il est également vrai que les hommes eux-mêmes semblent être responsables de la discrimination contre les hommes dans la plupart des exemples cités par Benatar.

    Benatar a essayé par anticipation de répondre à ces objections en disant que (1) la discrimination n'a pas besoin d'atteindre le niveau systématique pour qu'elle constitue du sexisme, et (2) tous les hommes ne sont pas au pouvoir et peu importe qui en sont les auteurs.

    Cependant, on peut demander à Benatar : qui est responsable du second sexisme du système ou des individus ? Benatar ne semble pas avoir de réponse claire. Il répartit la responsabilité du second sexisme de façon incohérente entre ces deux sources. Benatar ne répond jamais complètement à l'accusation selon laquelle c'est le système patriarcal lui-même qui impose des responsabilités supplémentaires à l'homme, et c'est peut-être le prix que certains hommes paient pour leur position globalement avantageuse dans la société. En raison de la nature controversée du sujet, l'auteur n'a pas encore répondu à un certain nombre de contre-arguments. Cependant, on peut convenir avec lui que la sévérité accrue du premier sexisme n'implique pas que le deuxième sexisme doive être nié, ignoré ou toléré.

    La principale force de l'ouvrage réside dans le fait qu'il s'agit de la première tentative systématique de mettre en évidence les aspects jusqu'ici négligés de la discrimination contre les hommes et les garçons sous ses différentes formes. D'après son titre, le livre peut sembler faire partie d'une réaction contre le féminisme, mais il pourrait fonctionner à la fois comme un complément et un supplément aux objectifs féministes. Il y a certainement beaucoup de choses dans le livre que les féministes trouveraient profitable. Par exemple, l'auteur rejette le déterminisme biologique et le conservatisme social qui ont été la cible des écrits féministes depuis ses débuts. En fait, Benatar appelle à une alliance entre féministes et militants des droits de l'homme pour lutter ensemble contre toutes les formes de sexisme (le premier et le second). Tout comme le livre de Beauvoir Le Deuxième Sexe, le Second Sexisme de Benatar a le potentiel pour devenir un classique dans les études de genre. Bien que les étudiants en sciences sociales, en particulier en sociologie, anthropologie et études de genre, ne soient pas tenus d'être d'accord avec les arguments présentés par l'auteur, ils sont assurément encouragés à lire le livre.
    -Noor Sanauddin (University of Glasgow).

    https://www.theatlantic.com/sexes/archive/2013/05/when-men-experience-sexism/276355/

    Les hommes peuvent-ils être victimes du sexisme ?

    Un rapport du NPR Morning Edition de cette semaine suggère fortement que la réponse est "oui". Comme le rapporte Jennifer Ludden, après un divorce, les hommes peuvent se voir imposer de lourdes pensions alimentaires, même lorsque leur ex-femme est capable de travailler et de gagner un revenu substantiel. Même dans les cas où une pension alimentaire temporaire a du sens -comme lorsqu'un conjoint a quitté son emploi pour élever ses enfants- il est difficile de comprendre la nécessité de verser une pension alimentaire à vie, étant donné les niveaux actuels de participation des femmes à la population active. Comme le dit un ex-mari qui verse une pension alimentaire : "La théorie était bonne dans les années 50, quand tout le monde était femme au foyer et restait au foyer." Mais aujourd'hui, cela ressemble à une persistance désuète des rôles sexuels rétrogrades - une persistance qui, de façon disproportionnée, nuit aux hommes.

    Ce n'est pas le seul cas où les hommes peuvent souffrir de discrimination genrée. David Benatar, dans sa monographie Le Second Sexisme de 2012, discute de toute une série d'autres façons dont les hommes en tant qu'hommes sont désavantagés. Les hommes, par exemple, ne reçoivent la garde des enfants que dans environ 10 % des cas de divorce aux États-Unis. Les hommes aussi, comme l'écrit Benatar, sont soumis à "une longue histoire de pressions sociales et juridiques... pour combattre durant les guerres" - pressions que les femmes ne subissent généralement pas de la même manière. Dans le même ordre d'idées, la violence physique contre les hommes est souvent minimisée ou considérée comme normale. Benatar fait référence à l'histoire des châtiments corporels, qui ont été infligés beaucoup plus souvent aux garçons qu'aux filles. La tolérance scandaleuse de la société à l'égard du viol en prison semble également liée à l'indifférence générale, voire à l'amusement, à l'égard des violences sexuelles commises contre les hommes.

    Ce qui est peut-être le plus hideux, c'est que les hommes ont été victimes, tout au long de l'histoire, d'actes de violence génocidaire qui les visent précisément parce qu'ils sont des hommes. Au cours des dernières décennies, des écrivaines comme Susan Brownmiller ont aidé à montrer comment les viols et les violences sexuelles de masse contre les femmes font souvent délibérément partie de génocide ; de même, ces dernières années, on a pris de plus en plus conscience du fait que les avortements sélectifs et des infanticides dans des pays comme l'Inde et la Chine conduisent à un génocide en fonction du sexe. Mais la manière dont le sexisme génocidaire peut être dirigée contre les hommes est beaucoup moins discutée. L'un des pires exemples récents de ce phénomène a été la guerre des Balkans, où, selon Adam Jones, chercheur sur les génocides, "toutes les plus grandes atrocités... visaient presque exclusivement les hommes, et pour la plupart, des hommes ayant l'âge se battre". De même, au Rwanda selon Judy El-Bushra (cité par Jones) :

    ce sont principalement les hommes des populations ciblées qui ont perdu la vie ou qui, terrorisés, ont pris la fuite vers d'autres pays ... Ce ciblage des hommes destinés à l'abattage ne s'est pas limité aux adultes : les garçons ont été décimés de la même façon, ce qui laisse entrevoir la possibilité que le déséquilibre démographique se poursuive pendant des générations. Un grand nombre de femmes ont également perdu la vie ; cependant, les mutilations et les viols sont les principales stratégies utilisées contre les femmes, et elles n'entraînent pas nécessairement la mort.

    Bon nombre de ces exemples -en particulier les points concernant les iniquités en matière de garde et de conscription- sont populaires auprès des militants des droits des hommes. Les ARM ont tendance à invoquer ces arguments comme preuve que les hommes sont opprimés par les femmes et, surtout, par les féministes. Pourtant, ce qui est frappant dans les cas de sexisme contre les hommes, c'est la fréquence à laquelle les auteurs ne sont pas des femmes, mais d'autres hommes. Les génocides en Serbie et au Rwanda ont été commis contre des hommes, non pas par des féministes, mais par d'autres hommes. Le viol en prison est, encore une fois, commis en très grande majorité par des hommes contre d'autres hommes -avec des gardiens de prison (souvent des hommes) assis et haussant les épaules. Aux États-Unis, la conscription a été mise en œuvre en très grande majorité par des hommes politiques civils et des autorités militaires, et non par des femmes.

    Même dans les cas où les femmes bénéficient clairement du sexisme, cela n'implique généralement pas que les femmes, en tant que classe, sont celles qui causent les discriminations. Ni la pension alimentaire ni les discussions sur la garde des enfants ne sont au cœur des théories féministes actuelles. Il n'y a aucun engagement idéologique féministe à l'égard de l'une ou l'autre de ces discussions, contrairement, par exemple, à ce qui concerne le droit à l'avortement ou l'équité sur le lieu de travail. Au contraire, les iniquités actuelles en matière de pensions alimentaires et de garde des enfants semblent surtout fondées, non pas sur le féminisme progressiste, mais plutôt sur l'image réactionnaire de la domesticité féminine contre laquelle le féminisme a passé la majeure partie des quelque 60 dernières années à lutter.

    Lorsque les hommes souffrent de sexisme, ils le subissent à peu près de la même façon que les femmes. C'est-à-dire qu'ilss ne souffrent pas parce que les femmes gouvernent le monde et ciblent les hommes, ni parce que le féminisme a en quelque sorte triomphé et lavé le cerveau de tous nos élus (dont la plupart sont encore des hommes) dans une misandrie idéologique. Au contraire, les hommes souffrent à cause des stéréotypes sexistes qui blessent et limitent les femmes - bien que les hommes, étant d'un sexe différent, se heurtent à ces stéréotypes de différentes manières. Les femmes sont censées être passives et leur vie familiale et sexuelle - leurs possibilités d'emploi et leur autonomie sont donc limitées et elles sont fétichisées et ciblées par des agressions sexuelles et de l'exploitation sexuelle. Les hommes sont censés être actifs et violents, de sorte que leurs revendications en matière de droits domestiques sont dénigrées et que la violence dirigée contre eux est considérée comme naturelle ou non significative.

    "Pour moi, a écrit Heather McRobie dans un excellent article de 2008 sur génocide en fonction du sexe, le féminisme a toujours porté sur la façon dont les rôles de genre rigides nuisent à tout le monde, même si les victimes sont avant tout les femmes". Parler du sexisme contre les hommes est souvent perçu par les ARM et les féministes comme une attaque contre le féminisme. Mais ça ne devrait pas l'être. Reconnaître plutôt que, par exemple, les idées stéréotypées sur la domesticité nuisent aux hommes dans les conflits de garde ainsi qu'aux femmes sur le marché du travail devrait être un incitatif à créer des alliances et non des fissures. Les femmes luttent contre le sexisme depuis longtemps. Si les hommes peuvent apprendre d'elles, ce sera dans l'intérêt de tous.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. »
    -Hegel, La Raison dans l'Histoire.


      La date/heure actuelle est Lun 17 Jan - 4:14