L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -45%
Nike Air Zoom SuperRep 3 – chaussures de HIIT ...
Voir le deal
71.47 €

    Nicolas Berdiaeff

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11356
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Nicolas Berdiaeff Empty Nicolas Berdiaeff

    Message par Johnathan R. Razorback Jeu 16 Avr - 12:54

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Berdiaev

    http://classiques.uqac.ca/classiques/Berdiaeff_Nicolas/Berdiaeff_Nicolas.html

    "On se sert de l’infortuné et tragique Nietzsche afin de trouver une justification suprême de la « blonde-bestia ». Peu nombreux sont ceux qui tendent vers une divino-humanité, — surhumanité authentique, mais ils sont nombreux ceux qui tendent vers le bestialisme, — la bestialité divinisée." (p.24)

    "Les courants qui se dessinent actuellement laissent apparaître l’influence profonde de deux penseurs du XIXe siècle : Marx et Nietzsche, qui tous deux marquent la fin de l’humanisme. Marx et Nietzsche luttent l’un contre l’autre et se partagent le monde. L’influence de Nietzsche est évidente dans le fascisme et le national-socialisme, dans l’apothéose du chef moderne, dans la formation du nouveau type de la jeunesse, — cruelle et fermée à la pitié. Nietzsche, penseur solitaire et aristocratique, se serait sans doute détourné avec horreur des conséquences sociales de son enseignement ; il n’avait point de goût pour le pangermanisme et n’était guère un nationaliste allemand ; il n’eût éprouvé que de la répugnance devant l’esprit plébéien moderne, dénué de toute noblesse. Mais les influences idéologiques s’exercent dans une sphère souterraine ou subconsciente, et déchaînent souvent des forces que l’initiateur n’avait nulle intention d’éveiller. […]
    Il n’en est pas moins vrai que Marx et Nietzsche agissent dans le sens d’une déshumanisation de la culture, et c’est en même temps une déchristianisation.
    " (p.28)

    "des idées périmées de la révolution française." (p.99)
    -Nicolas Berdiaeff, Destin de l’homme dans le monde actuel. Pour comprendre notre temps, Paris, Librairie Stock, 1936, 147 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Lun 26 Sep - 23:22