L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

-38%
Le deal à ne pas rater :
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To 2,5″ SATA III à 64,99€
64.99 € 104.99 €
Voir le deal

    Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11090
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction Empty Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction

    Message par Johnathan R. Razorback Mer 9 Juin - 19:55

    https://fr.1lib.fr/book/491345/b7a6bc?dsource=recommend

    https://fr.1lib.fr/book/2371118/cfd1b7?dsource=recommend

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Mumford

    "Metaphysics is one of the traditional four main branches of philosophy, alongside ethics, logic, and epistemology. It is an ancient subject but one that continues to arouse curiosity."

    "Many introductions to the topic begin with a consideration of what metaphysics is and how its truths can be known. But this itself is one of the most difficult and contentious questions, and the reader could quickly become bogged down and lose interest. This book is therefore written back to front. The question of what metaphysics is and how it is justified will be left to the very last. The best way to understand an activity is often through doing it rather than theorizing about it. In that case, we start by doing some metaphysics: considering some seemingly simple little questions but which concern the fundamental nature of reality."

    "Often, the ideas, concepts, and questions of metaphysics sound easy–childish even. What are objects? Do colours and shapes have some form of existence? What is it for one thing to cause another rather than just being associated with it? What is possible? Does time pass? Do absences, holes, lackings, and nothingnesses have any form of positive existence at all? To some, these seem like silly questions, but for others they are at the core of what philosophy is all about. And those who see it that way often get a sense that the issues these questions raise are the most fundamental and profound about which humans can think."

    "Chapter 1 : What is a table?

    When I look at the world around me, I see that I am surrounded by all sorts of things. I see a table and two chairs, buildings, an aeroplane, a box of paper clips, pens, a dog, people, and a wide variety of other kinds of things. But this is a book about metaphysics, and in metaphysics we are concerned with the nature of things in very general terms. I am tempted to say, as a metaphysician, that all of these things I have listed are particular things, or groups or kinds of them. The notion of a particular is very important to us. I want to know that the pen on the table is my particular one rather than someone else’s, or that the woman in the room really is my wife rather than her identical twin sister. To understand the importance of these issues, we need to probe them more deeply.

    In front of me stands a table that I can see, feel, and hear if I rap my knuckles on it. I have no doubt that it–the table–exists. But now I will start the philosophical questions. What is this thing? What is the nature of its existence? Is the table something I know through experience or do my senses reveal to me something else? After all, when I look at it, I see its colour: the brownness of the wood. And when I feel it, I feel its hardness. Brownness, hardness, four-leggedness, and so on, are the qualities or properties of the table. One might then be tempted to say that I do not know the table itself but only its properties. Does that then mean that the table is an underlying something about which I know nothing? Its properties seem wrapped around it and impossible to strip away.

    What goes for tables, goes for other particular things too. There is nothing special in the choice of a table as my example. In the cases of coins, motor cars, books, cats, and trees, I know them only through knowing their qualities. I see their shape, their colour, I can feel their texture, smell their fragrance, and so on. The nature of these properties of things–redness, roundness, hardness, smelliness, and so on–will be the topic of the next chapter. But we really cannot avoid mentioning properties as soon as we mention the particulars to which they attach."

    "Now why would I suggest that the table is something other than the brownness, hardness, and four-leggedness that I can see in front of me? One reason is that I could imagine these properties changing while the table remains the same particular that it was. I could paint the table white, for instance, because it fits in better with the decor of my office. If I did that, then it would still be one and the same table, it would simply have changed its appearance. Something will have changed, while something has remained the same.

    In philosophy, we see that all sorts of confusion can reign if we speak loosely of it being the same table, so we employ an important distinction. We can say that something has changed qualitatively even though it has remained numerically the same. So the table can be different in its qualities–it was brown and now it is white–but it remains one and the same thing. The table that was brown is now the table that is white. Imagine if a visitor comes into my room and asks what’s happened to my old brown table. It’s perfectly acceptable for me to respond that it’s still here: it’s just that they didn’t recognize it because I had painted it. Being one and the same, despite such changes in qualities, is what we mean by numerical sameness (the topic of change will be explored more in Chapter 4).

    It is this consideration that leads me to think that the table itself cannot be the same thing as its properties. At least some of them could change and yet it would still be the same table. So when I look at and feel the properties of the table, I am observing just that–its properties–and not the table itself. But what, then, is the table, if it is not its properties?

    Here is a suggestion. The table is something that underlies the properties and holds them all together in one place. It is something I cannot see or touch, because all I experience is a thing’s properties, but I know it is there through my rational thinking. When I move the table across the room, for instance, all of its properties move with it. They are clustered together in a semi-permanent way. It is not as if the brownness and hardness of the table can move but the four-leggedness can get left behind. I say that the properties are clustered only semi-permanently, though. As we have seen, some properties can be shed from the cluster and new ones take their place, so we cannot be absolutely strict and say that the properties are bound together inseparably. The brownness can be shed and replaced by whiteness.

    Such a view of particulars may be best understood through the metaphor of a pin cushion that is used to hold pins together in one place. The pins represent the properties of an object and the cushion represents the particular itself. Some call this a substratum view of particulars, where the pin cushion is the substratum that underlies all the properties on view. One pin stands for the brownness of the table, another stands for its hardness, and a third stands for its weight, another its height, and so on for every single property the table has. And if we could strip these away–mentally, through a process of abstraction–we would come to understand that the thing itself is separate from them and is that in which they all inhere. Of course, when you remove all the pins from a real pin cushion, you are still left with something that you can see and touch. But remember that our metaphorical pin cushion, when all its pins have been removed, is a particular that has been stripped of all its properties so that we can think of what the table itself is. And without properties, it couldn’t therefore look or feel like anything.

    Consider, for instance, a cat. We can think of it without its blackness ; for that is a property and we want to know what the thing is that underlies all its properties. But removing its blackness isn’t like skinning a cat. As well as removing its colour, we also have to take away its shape, as that is just another property like the rest, and so is its four-leggedness, smelliness, and furriness. Take all those away and we could well wonder what this underlying substratum really is. It would have to be invisible. It would have no length, breadth, or height, and no colour or solidity. There would be a bareness to it that may really make us start to wonder whether we have anything at all.

    Philosophers are notorious for working out all the implications of an idea. But they don’t necessarily always accept those implications. Sometimes a consequence is so ridiculous that it can be taken as good grounds for rejecting the initial supposition. Such a counterintuitive consequence will have reduced the supposition from which it sprang to absurdity. Perhaps we can say that’s happened in this case. It was suggested that the particular had to be something other than its properties. But once we started to abstract away the properties of the cat from the cat itself, we realized that it would leave hardly anything. Our substratum-cat seems to be nothing at all. It has no weight, no colour, no extension in space, and so on. And this starts to look like a non-thing. Isn’t it the case that everything that exists has properties ? It is not as if ‘bare’ particulars could exist and that some of them were just fortunate enough to accidentally acquire properties. Certainly every physical thing that ever has and ever will exist has some shape or weight or feature. And to talk as if the thing can in some way exist independently of those properties was perhaps the mistake that led us to absurdity."

    "Bundles of properties.

    Let us, in that case, consider a different approach. If there can be no ‘bare’ particulars, existing without having properties, then we might want to think again of the cluster or bundle of properties with which we began. When in our minds we stripped away those properties, in a process of abstraction, the fear was that we were left with nothing at all. So shouldn’t we then just countenance the possibility that there is nothing more to a particular than that bundle of properties? If there really is no remainder once all the properties have been removed, then we know that our particular cannot be more than them. The bundle view is that particulars can be accounted for in terms only of properties. How plausible is this view ?

    There are a couple of problems associated with it, which come from the problem of change that we already discussed. If a thing were just a collection of properties, it couldn’t survive any change. If one property were lost and another gained, we would have a different collection: for I am assuming that what makes a collection the same thing at different times is that it is composed of the same component things. Consequently, two collections are different if the things collected within them are different. And clearly, the particulars that interest us change all the time while remaining (numerically) the same. A cat changes its shape frequently. Sometimes it is lying out flat, other times it is rolled up in a ball, and then it might be running around, changing its shape continuously. How can the cat be just a collection of properties when they change all the time?

    It may be possible to answer this objection, though. Perhaps we should think of a thing as a series of bundles of properties, united by a degree of continuity. So while the table can be changed and painted white, it keeps roughly the same weight, height, and physical position. I am assuming the physical position of an object is one of its properties, and clearly it is a pretty important one in this context. I am confident the white table is the same thing as the previous brown table in no small part because I find it in the same room. And if it has moved, I expect that it did so gradually by passing through a series of locations between where it started out and where it ended up. While the cat changes shape rapidly, it keeps the same colour, furriness, smell, and, importantly, it is in the same place; or if it has changed its position, it has done so through a series of locations. We could say, therefore, that while the bundles of properties come and go, a particular thing is a succession of such bundles with an appropriate continuity running throughout.

    There are a number of other difficulties to be faced, but before going on to consider one of them, it is worth mentioning what might be a big advantage of this bundle view. The first account we considered was one in which particulars were underlying substrata that held the properties of a thing together. To account for particular objects such as a table, a chair, a dog, and a tree, we had two kinds of ingredients. We had a thing’s properties and its substratum. But with this new bundle theory, it seems that we need only one kind of thing. We just have the properties and, when they come in a bundle or a continuous sequence of such bundles, we say that we thereby have a particular object. So where we previously needed two elements, we now have only one. Another way of looking at this is to say that the notion of substratum has been reduced away entirely in other terms. Objects would just be nothing more than bundles of properties, appropriately arranged.

    The second theory is thus a simpler one in so far as it invokes fewer kinds of entity. The unknowable formless substratum seemed to give us nothing extra: if the bundle theory is correct, then the substratum is dispensable. Now there is no particular reason why a simpler and more economical theory is more likely to be true than a complex and uneconomical one, but philosophers prefer the simple ones. Certainly, there seems no reason to tolerate redundancy in one’s theory of the world because any redundant elements are clearly not needed for the account to work. They serve no purpose.

    Identical twins

    The bundle theory looks simpler than a substratum view, therefore. But is it too simple? Would it have enough resources to deliver all we want of a particular thing? There is one consideration that suggests not. A particular, we are told by this theory, is just a collection of properties. A snooker ball, for instance, is just a bundle of the properties red, spherical, shiny, 52.5 millimetres in diameter, and so on. The problem for the theory, however, is that there could be another object with exactly those properties. Indeed, for the game of snooker to be fair, there should be many red balls with those same properties: they are standardized. The theory has a difficulty here, however. It tells us that a particular just is the bundle. But then, if we have the same bundle, it implies that we have the same object. In other words, there could not, on this theory, be more than one object that is the same bundle of properties.

    It might be said that this objection is a mere technicality that doesn’t really matter. Couldn’t it just be that, as a matter of fact, two distinct objects never really do share all the same properties? Even tables that are mass-manufactured will have some very slight difference in weight, colour, or even just the pattern of fine, microscopic scratches on the surface. Our snooker balls need only be close enough in their properties for the game to be playable fairly so they too can have some slight differences. This response misses the point of a philosophical theory, however. This was supposed to be an account of what it is to be a particular thing. The truth of that theory should not have to rely on luck working out for it, such that every particular thing just happens to be a different bundle. It does seem at least a possibility that two things could share all their properties. And if, as the theory states, particulars are only and nothing more than bundles of properties, then it is inconsistent with that possibility. Two particulars with the same properties collapse into one.

    There are two possible ways out for the bundle theorist but both have problems. The first apparent solution is to say that there is a reason in principle why two particulars could not share all their properties. If one allows relational properties, then these arguably must differ because they allow spatiotemporal location to come into the equation. The following example illustrates what is meant by a relational property. Even if all the red snooker balls are indistinguishable when you inspect them, perhaps one is just 20 centimetres from the bottom-right pocket of the snooker table, while the other is 30 centimetres from it. One ball has the relational property of being 20 centimetres from the pocket, while the other has the relational property of being 30 centimetres from the same pocket. Assuming no two entirely distinct particulars can occupy the same space at the same time, then it seems that all things will bear a unique set of relational properties.

    Here is the problem with this proposal. There is no guarantee that distinct things really will have different relational properties unless we reintroduce particulars into our metaphysics. This is why. Should we think of position in space (and time) as an absolute or relative matter? If it were absolute, it would suggest that there is some kind of particularity to spatial positions. A position would be a particular. The notion of a particular–one that is not defined as a bundle of qualities–will have come back into the theory. That’s no good because we were looking to eliminate particulars in terms of bundles of properties.

    So do we instead define spatial positions in relation to each other? The problem with doing so is that there is at least the possibility that the space of a universe has a line of symmetry; and thus places in corresponding positions either side of the line of symmetry would bear an and thus places in corresponding positions either side of the line of symmetry would bear an identical set of relations to all the other places within the whole of that space. If we then position two of our snooker balls at those corresponding points within our symmetrical universe, then it remains a theoretical possibility that two distinct particulars nevertheless are identical in all their non-relational and relational properties. (This sounds a bit complicated, but Figure 1 shows what’s meant.) On the bundle theory, they again collapse into each other.

    This is a complicated argument. A short summary might help. We tried to separate indistinguishable particulars on the basis of them having different locations. But either those locations are themselves particulars, in which case we have not succeeded in eliminating particulars, or locations are just distinguished by their relations to each other. And in the latter case, the possibility of a symmetrical structure means that we could have two particulars that were not distinguishable even on the basis of location.

    What we just had was a proposed first way for the bundle theorist to avoid the implication that particulars with all the same properties collapse into one. As that didn’t seem to work, here is a second proposal. The objection, that the theory entails bundles with all the same properties must be one and the same, strikes only if the properties are to be understood in a certain way: as nothing like particulars. But there are other conceptions, as we will see in Chapter 2. Perhaps those properties are particularized in some way. Hence, the red in this bundle might be a different thing or instance from the red in another bundle. There might then be the possibility that there are distinct particulars with all the same properties. They consist of the same types of property but different instances of them. Isn’t this what we think of all the red snooker balls? The red of this ball is not the same as the red of that ball. They are two different instances of red.

    But there is again a problem with this apparent solution. We have saved the bundle theory but at a cost. An advantage of the bundle theory, it was noted, was that it accounted for particulars entirely in terms of properties. Particularity was reduced away in terms of properties. But it now seems that we are able to salvage the bundle theory from the objection that two identical bundles would collapse into one only if we understand properties in some way as particulars. We spoke of having two distinct instances of red and a property instance looks like some kind of particular. So to make our bundles behave more like the particulars that we take objects to be, we have had to make our properties like particulars. Particularity has managed to sneak back into the theory.

    There are countless mistakes that we may have made along the way. But it looks like we might be forced to conclude that particularity is an irreducible feature of reality, for there could, in theory, be two distinct particulars whose distinctness did not consist in them having different properties.

    So what, then, is a table? After the considerations in this chapter, it seems that we have to say it is a particular that bears certain properties but is not identical with, nor reducible to, those properties. The table was chosen arbitrarily as the object we examined, and it thus seems safe to generalize from it. We should then give the same answer for any other object.

    The properties of particulars have been mentioned throughout this chapter. We need next to consider what these things are supposed to be, if indeed they are things at all. We move on, therefore, to this topic."
    -Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2012.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11090
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction Empty Re: Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction

    Message par Johnathan R. Razorback Lun 12 Juil - 16:33

    "La métaphysique est l'une des quatre grandes branches traditionnelles de la philosophie, avec l'éthique, la logique et l'épistémologie. C'est un sujet ancien mais qui continue à susciter la curiosité."

    "De nombreuses introductions au sujet commencent par une réflexion sur ce qu'est la métaphysique et comment ses vérités peuvent être connues. Mais cette question elle-même est l'une des plus difficiles et des plus controversées, et le lecteur pourrait rapidement s'enliser et perdre tout intérêt. C'est pourquoi ce livre est écrit d' "avant en arrière". La question de savoir ce qu'est la métaphysique ; savoir comment elle se justifie sera laissée pour la toute dernière partie. La meilleure façon de comprendre une activité est souvent de la pratiquer plutôt que de la théoriser. Dans ce cas, on commence par faire de la métaphysique : considérer des petites questions apparemment simples mais qui concernent la nature fondamentale de la réalité."

    "Souvent, les idées, les concepts et les questions de la métaphysique semblent faciles, voire enfantins. Que sont les objets ? Les couleurs et les formes ont-elles une forme d'existence ? Qu'est-ce qui fait qu'une chose en cause une autre au lieu d'être simplement associée à elle ? Qu'est-ce qui est possible ? Le temps passe-t-il ? Les absences, les trous, les manques et les néants ont-ils une quelconque forme d'existence positive ? Pour certains, il s'agit de questions stupides, mais pour d'autres, elles sont au cœur de la philosophie. Et ceux qui le voient ainsi ont souvent le sentiment que les problèmes que ces questions soulèvent sont les plus fondamentaux et les plus profonds auxquels les humains puissent penser."

    "Chapitre 1 : Qu'est-ce qu'une table ?

    Lorsque je regarde le monde qui m'entoure, je constate que je suis entouré de toutes sortes de choses. Je vois une table et deux chaises, des bâtiments, un avion, une boîte de trombones, des stylos, un chien, des gens et toutes sortes d'autres choses. Mais ce livre traite de métaphysique, et en métaphysique, nous nous intéressons à la nature des choses en termes très généraux. Je suis tenté de dire, en tant que métaphysicien, que toutes ces choses que j'ai énumérées sont des choses particulières, ou des groupes ou des sortes de choses. La notion de particulier est très importante pour nous autres métaphysiciens. Je veux savoir que le stylo sur la table est mon stylo particulier plutôt que celui de quelqu'un d'autre, ou que la femme dans la pièce est vraiment ma femme plutôt que sa sœur jumelle identique. Pour comprendre l'importance de ces questions, nous devons les sonder plus profondément.

    Devant moi se trouve une table que je peux voir, sentir et entendre si je tape dessus avec mes doigts. Je n'ai aucun doute sur le fait qu'elle - la table - existe. Mais maintenant, je vais entamer les questionnements philosophiques. Quelle est cette chose ? Quelle est la nature de son existence ? La table est-elle quelque chose que je connais par expérience ou mes sens me révèlent-ils quelque chose d'autre ? Après tout, quand je la regarde, je vois sa couleur : le brun du bois. Et quand je la sens, je sens sa dureté. La couleur brune, la dureté, le fait d'avoir quatre pieds, etc. sont les qualités ou les propriétés de la table. On pourrait alors être tenté de dire que je ne connais pas la table elle-même mais seulement ses propriétés. Cela signifie-t-il alors que la table est une chose sous-jacente dont je ne sais rien ? Ses propriétés semblent l'envelopper et il est impossible de s'en défaire.

    Ce qui vaut pour les tables vaut aussi pour d'autres choses particulières. Le choix d'une table comme exemple n'a rien de spécifique. Dans le cas des pièces de monnaie, des voitures, des livres, des chats et des arbres, je ne les connais que par leurs qualités. Je vois leur forme, leur couleur, je peux sentir leur texture, leur parfum, etc. La nature de ces propriétés des choses - rougeur, rondeur, dureté, odeur, etc. - fera l'objet du chapitre suivant. Mais on ne peut vraiment pas éviter de mentionner les propriétés dès que l'on mentionne les entités particulières auxquelles elles s'attachent."

    "Maintenant, pourquoi suggérerais-je que la table je peux voir devant moi est autre chose que la couleur brune, la dureté et le fait d'avoir quatre pieds ? L'une des raisons est que je peux imaginer que ces propriétés changent alors que la table reste la même qu'avant. Je pourrais peindre la table en blanc, par exemple, parce qu'elle s'intègre mieux au décor de mon bureau. Si je fais cela, il s'agira toujours de la même table, elle aura simplement changé d'apparence. Quelque chose aura changé, alors que quelque chose sera resté identique.

    En philosophie, nous voyons que toutes sortes de confusions peuvent régner si nous parlons vaguement du fait qu'il s'agit de la même table, nous employons donc une distinction importante. Nous pouvons dire qu'une chose a changé qualitativement même si elle est restée numériquement la même. Ainsi, la table peut être différente dans ses qualités - elle était marron et maintenant elle est blanche - mais elle reste une seule et même chose. La table qui était brune est maintenant la table qui est blanche. Imaginez qu'un visiteur entre dans ma chambre et me demande ce qu'il est advenu de ma vieille table marron. Il est parfaitement acceptable que je réponde qu'elle est toujours là : c'est juste qu'il ne l'a pas reconnue parce que je l'avais peinte. Être un et le même, malgré de tels changements de qualités, c'est ce que nous entendons par similarité numérique (le sujet du changement sera exploré plus en détail au chapitre 4).

    C'est cette considération qui m'amène à penser que la table elle-même ne peut pas être la même chose que ses propriétés. Au moins certaines d'entre elles pourraient changer et pourtant, la table serait toujours la même. Ainsi, lorsque je regarde et ressens les propriétés de la table, je n'observe que cela - ses propriétés - et non la table elle-même. Mais alors, qu'est-ce que la table, si elle n'est pas ses propriétés ?

    Voici une suggestion. La table est quelque chose qui sous-tend les propriétés et les maintient toutes ensemble en un seul endroit. C'est quelque chose que je ne peux ni voir ni toucher, car tout ce que j'expérimente, ce sont les propriétés d'une chose, mais je sais qu'elle est là grâce à ma pensée rationnelle. Lorsque je déplace la table à travers la pièce, par exemple, toutes ses propriétés se déplacent avec elle. Elles sont regroupées d'une manière semi-permanente. Ce n'est pas comme si la couleur brune et la dureté de la table pouvaient se déplacer mais que les quatre pattes pouvaient rester derrière. Je dis que les propriétés ne sont regroupées que de manière semi-permanente, cependant. Comme nous l'avons vu, certaines propriétés peuvent être retirées de l'amas et de nouvelles propriétés peuvent prendre leur place, nous ne pouvons donc pas être absolument stricts et dire que les propriétés sont liées entre elles de manière inséparable. La couleur brune peut être éliminée et remplacée par la couleur blanche."

    "Une telle vision des particuliers peut être mieux comprise à travers la métaphore d'une pelote à épingles qui est utilisée pour maintenir les épingles ensemble en un seul endroit. Les épingles représentent les propriétés d'un objet et la pelote représente le particulier lui-même. Certains appellent cela une "vision substantive des particuliers", où la pelote d'épingles est le substrat qui sous-tend toutes les propriétés visibles. Une épingle représente la couleur brune de la table, une autre sa dureté, une troisième son poids, une autre sa hauteur, et ainsi de suite pour chaque propriété de la table. Et si nous pouvions nous débarrasser de ces éléments - mentalement, par un processus d'abstraction - nous comprendrions que la chose elle-même est distincte de ces éléments et qu'elle est ce en quoi ils sont tous inhérents. Bien sûr, lorsque vous retirez toutes les épingles d'une vraie pelote à épingles, il vous reste quelque chose que vous pouvez voir et toucher. Mais rappelez-vous que notre pelote à épingles métaphorique, une fois toutes ses épingles retirées, est un particulier qui a été dépouillé de toutes ses propriétés afin que nous puissions penser à ce qu'est la table elle-même. Et sans propriétés, elle ne pourrait donc pas ressembler à quoi que ce soit ni se sentir comme telle.

    Considérons, par exemple, un chat. Nous pouvons le considérer sans sa noirceur, car il s'agit d'une propriété et nous voulons savoir quelle est la chose qui sous-tend toutes ses propriétés. Mais supprimer sa noirceur n'est pas comme dépecer un chat. En plus d'enlever sa couleur, il faut aussi enlever sa forme, qui n'est qu'une propriété comme les autres, ainsi que son caractère quadrupède, son odeur et sa fourrure. Si on enlève tout cela, on peut se demander ce qu'est vraiment ce substrat sous-jacent. Il devrait être invisible. Il n'aurait ni longueur, ni largeur, ni hauteur, ni couleur, ni solidité. Il serait d'une nudité telle que nous pourrions vraiment nous demander si nous avons quoi que ce soit.

    Les philosophes sont connus pour leur capacité à étudier toutes les implications d'une idée. Mais ils n'acceptent pas nécessairement toujours ces implications. Parfois, une conséquence est si ridicule qu'elle peut être considérée comme une bonne raison de rejeter la supposition initiale. Une telle conséquence contre-intuitive aura réduit à l'absurdité la supposition dont elle est issue. On peut peut-être dire que c'est ce qui s'est passé dans ce cas. Il a été suggéré que le particulier devait être autre chose que ses propriétés. Mais dès que l'on a commencé à abstraire les propriétés du chat du chat lui-même, on s'est rendu compte que cela ne laissait presque rien. Notre chat-substrat semble n'être rien du tout. Il n'a pas de poids, pas de couleur, pas d'extension dans l'espace, et ainsi de suite. Et cela commence à ressembler à une non-chose. N'est-il pas vrai que tout ce qui existe a des propriétés ? Ce n'est pas comme si des particuliers "nus" pouvaient exister et que certains d'entre eux avaient la chance d'acquérir accidentellement des propriétés. Il est certain que toute chose physique qui a existé et existera jamais a une forme, un poids ou une caractéristique. Et parler comme si la chose pouvait en quelque sorte exister indépendamment de ces propriétés était peut-être l'erreur qui nous a conduits à l'absurdité."

    "Des faisceaux de propriétés:

    Dans ce cas, envisageons une approche différente. S'il ne peut y avoir de particuliers "nus", existant sans avoir de propriétés, alors nous pourrions vouloir repenser à l'ensemble ou au faisceau de propriétés avec lequel nous avons commencé. Lorsque, dans notre esprit, nous avons dépouillé ces propriétés, dans un processus d'abstraction, nous avons craint de nous retrouver avec rien du tout. Ne devrions-nous pas alors accepter la possibilité qu'il n'y ait rien de plus que ce faisceau de propriétés pour un particulier ? S'il n'y a vraiment rien de plus une fois que toutes les propriétés ont été retirées, alors nous savons que notre particulier ne peut pas être plus qu'elles. Le point de vue du faisceau est que les particuliers peuvent être comptabilisés uniquement en termes de propriétés. Dans quelle mesure ce point de vue est-il plausible ?

    Elle pose quelques problèmes, qui découlent du problème du changement que nous avons déjà évoqué. Si une chose n'était qu'une collection de propriétés, elle ne pourrait survivre à aucun changement. Si une propriété était perdue et une autre gagnée, nous aurions une collection différente : car je suppose que ce qui fait qu'une collection est la même chose à différents moments est qu'elle est composée des mêmes éléments constitutifs. Par conséquent, deux collections sont différentes si les choses qui y sont rassemblées sont différentes. Et il est clair que les particularités qui nous intéressent changent tout le temps tout en restant (numériquement) les mêmes. Un chat change fréquemment de forme. Parfois, il est couché à plat, d'autres fois il est roulé en boule, et puis il peut courir partout, changeant continuellement de forme. Comment le chat peut-il être une simple collection de propriétés alors qu'elles changent tout le temps ?

    Il est peut-être possible de répondre à cette objection. Peut-être devrions-nous considérer une chose comme une série de faisceaux de propriétés, unis par un certain degré de continuité. Ainsi, même si la table peut être changée et peinte en blanc, elle conserve à peu près le même poids, la même hauteur et la même position physique. Je suppose que la position physique d'un objet est l'une de ses propriétés, et il est clair qu'elle est assez importante dans ce contexte. Je suis convaincu que la table blanche est la même que la table marron précédente, notamment parce que je la trouve dans la même pièce. Et si elle a bougé, je m'attends à ce qu'elle l'ait fait progressivement en passant par une série d'endroits entre son point de départ et son point d'arrivée. Alors que le chat change rapidement de forme, il garde la même couleur, la même fourrure, la même odeur et, ce qui est important, il est au même endroit ; ou s'il a changé de position, il l'a fait en passant par une série d'endroits. Nous pourrions donc dire que si les ensembles de propriétés vont et viennent, une chose particulière est une succession de tels ensembles avec une continuité appropriée."

    "Il y a un certain nombre d'autres difficultés à affronter, mais avant d'examiner l'une d'entre elles, il convient de mentionner ce qui pourrait être un grand avantage de cette vision du faisceau. Le premier compte rendu que nous avons examiné était celui dans lequel les particuliers étaient des substrats sous-jacents qui maintenaient ensemble les propriétés d'une chose. Pour rendre compte des objets particuliers tels qu'une table, une chaise, un chien et un arbre, nous avions deux types d'ingrédients. Nous avions les propriétés d'une chose et son substrat. Mais avec cette nouvelle théorie des faisceaux, il semble que nous n'ayons besoin que d'un seul type de chose. Nous avons simplement les propriétés et, lorsqu'elles se présentent sous la forme d'un faisceau ou d'une séquence continue de tels faisceaux, nous disons que nous avons ainsi un objet particulier. Ainsi, alors que nous avions auparavant besoin de deux éléments, nous n'en avons plus qu'un seul. Une autre façon de voir les choses est de dire que la notion de substrat a été entièrement réduite en d'autres termes. Les objets ne seraient rien d'autre que des faisceaux de propriétés, disposés de manière appropriée.

    La seconde théorie est donc plus simple dans la mesure où elle fait appel à moins de types d'entités. Le substrat informe et inconnaissable semblait ne rien nous apporter de plus : si la théorie des faisceaux est correcte, le substrat est superflu. Il n'y a pas de raison particulière pour qu'une théorie plus simple et plus économique ait plus de chances d'être vraie qu'une théorie complexe et peu économique, mais les philosophes préfèrent les plus simples. En tout cas, il n'y a aucune raison de tolérer la redondance dans sa théorie du monde, car les éléments redondants ne sont manifestement pas nécessaires au bon fonctionnement de la théorie. Ils ne servent à rien.

    Jumeaux identiques

    La théorie du faisceau semble donc plus simple que la vision du substrat. Mais est-elle trop simple ? Disposerait-elle de suffisamment de ressources pour fournir tout ce que nous voulons d'une chose particulière ? Il y a une considération qui suggère que non. Un particulier, nous dit cette théorie, est juste une collection de propriétés. Une boule de snooker, par exemple, n'est qu'un ensemble de propriétés : rouge, sphérique, brillante, 52,5 millimètres de diamètre, etc. Le problème pour la théorie, cependant, est qu'il pourrait y avoir un autre objet ayant exactement ces propriétés. En effet, pour que le jeu de snooker soit équitable, il devrait y avoir de nombreuses boules rouges ayant ces mêmes propriétés : elles sont standardisées. La théorie présente toutefois une difficulté à ce niveau. Elle nous dit qu'un simple particulier est le faisceau. Mais alors, si nous avons le même faisceau, cela implique que nous avons le même objet. En d'autres termes, il ne peut y avoir, selon cette théorie, plus d'un objet qui soit le même ensemble de propriétés.

    On pourrait dire que cette objection est un simple détail technique qui n'a pas vraiment d'importance. Ne pourrait-on pas dire qu'en réalité, deux objets distincts ne partagent jamais toutes les mêmes propriétés ? Même les tables fabriquées en série présentent de très légères différences de poids, de couleur, ou même simplement le motif des fines rayures microscopiques de leur surface. Nos boules de snooker doivent avoir des propriétés suffisamment proches pour que le jeu soit jouable de manière équitable, elles peuvent donc elles aussi présenter de légères différences. Cette réponse passe cependant à côté de l'intérêt d'une théorie philosophique. Celle-ci était censée être un compte rendu de ce que c'est que d'être une chose particulière. La vérité de cette théorie ne devrait pas dépendre de la chance, de sorte que chaque chose particulière se trouve être un paquet différent. Il semble au moins possible que deux choses puissent partager toutes leurs propriétés. Et si, comme l'affirme la théorie, les particuliers sont seulement et rien de plus que des paquets de propriétés, alors elle est incompatible avec cette possibilité. Deux particuliers ayant les mêmes propriétés s'effondrent en un seul.

    Il y a deux issues possibles pour le théoricien du faisceau, mais toutes deux présentent des problèmes. La première solution apparente consiste à dire qu'il existe une raison de principe pour laquelle deux particuliers ne pourraient pas partager toutes leurs propriétés. Si l'on autorise les propriétés relationnelles, on peut soutenir que celles-ci doivent différer parce qu'elles permettent à la localisation spatio-temporelle d'entrer dans l'équation. L'exemple suivant illustre ce que l'on entend par propriété relationnelle. Même si toutes les boules de snooker rouges sont indiscernables lorsque vous les examinez, il se peut que l'une d'entre elles se trouve à 20 centimètres de la poche inférieure droite de la table de snooker, tandis que l'autre en est à 30 centimètres. Une boule a la propriété relationnelle d'être à 20 centimètres de la poche, tandis que l'autre a la propriété relationnelle d'être à 30 centimètres de la même poche. En supposant qu'il n'y ait pas deux particuliers entièrement distincts qui puissent occuper le même espace en même temps, il semble alors que toutes les choses porteront un ensemble unique de propriétés relationnelles.

    Voici le problème que pose cette proposition. Il n'y a aucune garantie que des choses distinctes auront réellement des propriétés relationnelles différentes, à moins que nous ne réintroduisions les particuliers dans notre métaphysique. Voici pourquoi. Devons-nous considérer la position dans l'espace (et le temps) comme une question absolue ou relative ? Si elle était absolue, cela suggérerait qu'il y a une sorte de spécificité aux positions spatiales. Une position serait un particulier. Une notion du particulier - un particulier qui n'est pas défini comme un ensemble de qualités - sera revenue dans la théorie. Ce n'est pas bon, car nous cherchions à réduire les particuliers à des faisceaux de propriétés.

    Alors, devons-nous plutôt définir les positions spatiales les unes par rapport aux autres ? Le problème, c'est qu'il est au moins possible que l'espace d'un univers ait une ligne de symétrie ; et donc que les lieux situés dans des positions correspondantes de part et d'autre de la ligne de symétrie aient un ensemble identique de relations avec tous les autres lieux de cet espace. Si nous plaçons ensuite deux de nos boules de snooker à ces points correspondants de notre univers symétrique, il reste alors une possibilité théorique que deux particuliers distincts soient néanmoins identiques dans toutes leurs propriétés relationnelles et non relationnelles. [...] Selon la théorie du faisceau, ils s'effondrent l'un dans l'autre.

    C'est un argument compliqué. Un bref résumé pourrait être utile. Nous avons essayé de séparer des particuliers indiscernables sur la base de leur localisation différente. Mais soit ces emplacements sont eux-mêmes des particuliers, auquel cas nous n'avons pas réussi à éliminer les particuliers, soit les emplacements se distinguent simplement par leurs relations entre eux. Et dans ce dernier cas, la possibilité d'une structure symétrique signifie que nous pourrions avoir deux particuliers qui ne sont pas distinguables même sur la base de la localisation.

    Ce que nous venons d'avoir, c'est une première proposition de la part du théoricien du faisceau pour éviter l'implication que les particuliers ayant toutes les mêmes propriétés s'effondrent en un seul. Comme cela n'a pas semblé fonctionner, voici une deuxième proposition. L'objection, selon laquelle la théorie implique que les ensembles ayant toutes les mêmes propriétés doivent être un et le même, ne frappe que si les propriétés doivent être comprises d'une certaine manière : comme n'ayant rien à voir avec les particuliers. Mais il existe d'autres conceptions, comme nous le verrons au chapitre 2. Peut-être ces propriétés sont-elles particularisées d'une certaine manière. Ainsi, le rouge de ce paquet peut être une chose ou une instance différente du rouge d'un autre paquet. Il est alors possible qu'il existe des particuliers distincts possédant toutes les mêmes propriétés. Ils sont constitués des mêmes types de propriétés mais de différentes instances de celles-ci. N'est-ce pas ce que nous pensons de toutes les boules de snooker rouges ? Le rouge de cette boule n'est pas le même que le rouge de cette boule. Ce sont deux instances différentes de rouge.

    Mais il y a encore un problème avec cette solution apparente. Nous avons sauvé la théorie du faisceau, mais à un prix. L'un des avantages de la théorie du faisceau, a-t-on noté, était qu'elle rendait compte des particuliers entièrement en termes de propriétés. La particularité était réduite à un ensemble de propriétés. Mais il semble maintenant que nous soyons en mesure de sauver la théorie des faisceaux de l'objection selon laquelle deux faisceaux identiques s'effondreraient en un seul, uniquement si nous comprenons les propriétés comme étant d'une certaine manière particulière. Nous avons parlé d'avoir deux instances distinctes de rouge et une instance de propriété ressemble à une sorte de particulier. Ainsi, pour que nos paquets se comportent davantage comme les particuliers que nous considérons comme des objets, nous avons dû faire de nos propriétés des particuliers. La particularité a réussi à se faufiler à nouveau dans la théorie.

    Il y a d'innombrables erreurs que nous avons pu commettre en cours de route. Mais il semble que nous soyons obligés de conclure que la particularité est un trait irréductible de la réalité, car il pourrait, en théorie, y avoir deux particuliers distincts dont la particularité ne consisterait pas à avoir des propriétés différentes.

    Qu'est-ce donc qu'une table ? Après les considérations de ce chapitre, il semble que nous devions dire que c'est un particulier qui porte certaines propriétés, mais qui n'est pas identique à ces propriétés, ni réductible à celles-ci. La table a été choisie arbitrairement comme objet que nous avons examiné, et il semble donc sûr de généraliser à partir d'elle. Nous devrions alors donner la même réponse pour tout autre objet.

    Les propriétés des particuliers ont été mentionnées tout au long de ce chapitre. Il nous faut maintenant examiner ce que ces choses sont censées être, si tant est qu'elles soient des choses. Nous passons donc à ce sujet."
    -Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2012.




    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Ven 28 Jan - 16:22, édité 7 fois


    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11090
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction Empty Re: Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction

    Message par Johnathan R. Razorback Lun 12 Juil - 16:34


    -Stephen Mumford,


    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11090
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction Empty Re: Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction

    Message par Johnathan R. Razorback Lun 12 Juil - 16:41

    "Sometimes, very small differences can have huge effects."

    "Sometimes the proverbial minor detail is taken to be the difference between a world with some butterfly and an alternative universe that is exactly like the first, except that the butterfly is absent ; as a result of this small difference, the worlds soon come to differ dramatically from one another. The mathematical version of this concept is known as sensitive dependence. Chaotic systems not only exhibit sensitive dependence, but two other properties as well: they are deterministic, and they are nonlinear." (p.1)

    "One of the myths of chaos we will debunk is that chaos makes forecasting a useless task." (p.2)

    "The study of chaos is common in applied sciences like astronomy, meteorology, population biology, and economics. Sciences making accurate observations of the world along with quantitative predictions have provided the main players in the development of chaos since the time of Isaac Newton. According to Newton’s Laws, the future of the solar system is completely determined by its current state. The 19th-century scientist Pierre Laplace elevated this determinism to a key place in science. A world is deterministic if its current state completely defines its future." (p.3)

    "Scientists often say that any uncertainty in an observation is due to noise, without really defining exactly what the noise is, other than that which obscures our vision of whatever we are trying to measure, be it the length of a table, the number of rabbits in a garden, or the midday temperature. Noise gives rise to observational uncertainty, chaos helps us to understand how small uncertainties can become large uncertainties, once we have a model for the noise. Some of the insights gleaned from chaos lie in clarifying the role(s) noise plays in the dynamics of uncertainty in the quantitative sciences." (p.4)

    "Like every ship’s captain of the time, Fitzroy had a deep interest in the weather. He developed a barometer which was easier to use onboard ship, and it is hard to overestimate the value of a barometer to a captain lacking access to satellite images and radio reports. Major storms are associated with low atmospheric pressure ; by providing a quantitative measurement of the pressure, and thus how fast it is changing, a barometer can give life-saving information on what is likely to be over the horizon. Later in life, Fitzroy became the first head of what would become the UK Meteorological Office and exploited the newly deployed telegraph to gather observations and issue summaries of the current state of the weather across Britain. The telegraph allowed weather information to outrun the weather itself for the first time. Working with LeVerrier of France, who became famous for using Newton’s Laws to discover two new planets, Fitzroy contributed to the first international efforts at real-time weather forecasting. These forecasts were severely criticized by Darwin’s cousin, statistician Francis Galton, who himself published the first weather chart in the London Times in 1875." (p.6)

    "If uncertainty due to errors of observation provides the seed that chaos nurtures, then understanding such uncertainty can help us better cope with chaos. Like Laplace, Galton was interested in the ‘theory of errors’ in the widest sense. To illustrate the ubiquitous ‘bell-shaped curve’ which so often seems to reflect measurement errors, Galton created the ‘quincunx’, which is now called a Galton Board; the most common version is shown on the left side of Figure 2. By pouring lead shot into the quincunx, Galton simulated a random system in which each piece of shot has a 50:50 chance of going to either side of every ‘nail’ that it meets, giving rise to a bell-shaped distribution of lead. Note there is more here than the one-off flap of a butterfly wing: the paths of two nearby pieces of lead may stay together or diverge at each level. We shall return to Galton Boards in Chapter 9, but we will use random numbers from the bell-shaped curve as a model for noise many times before then." (p.Cool
    -Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2007, 180 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


    Contenu sponsorisé


    Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction Empty Re: Leonard Smith, Chaos: A Very Short Introduction + Stephen Mumford, Metaphysics - A Very Short Introduction

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 10 Aoû - 20:19