L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -33%
PC portable DELL GAMING G3 15-3500
Voir le deal
599.99 €

    Pierre de La Gorce, Louis-Philippe

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 8919
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Pierre de La Gorce, Louis-Philippe Empty Pierre de La Gorce, Louis-Philippe

    Message par Johnathan R. Razorback Sam 15 Nov - 17:31

    http://books.google.fr/books?id=ohq-AgAAQBAJ&pg=PT272&dq=tocqueville+correspondance&hl=fr&sa=X&ei=nI1nVMafAsnoaJmhgaAH&ved=0CE4Q6AEwBzge#v=onepage&q=tocqueville%20correspondance&f=false

    "Dès la première heure, entre le prince et les députés, organes de la bourgeoisie française, une alliance se forme, dissimulée bien plutôt qu'avouée, mais reposant sur une remarquable communauté des vues et des intérêts. Les nouveaux élus, tout submergés sous les événements, demeurent, au fond, consternés, comme des enfants en face d'un jouet qu'ils ont rêvé de raccommoder à leur fantaisie, et que, tout à fait sans le vouloir, ils ont cassé. Ce qu'ils souhaitent maintenant, ce n'est point poursuivre mais limiter au plus vite la victoire. Et dans le brisement de l'ancien lien monarchique, ils se tournent vers celui qui peut encore figurer la royauté, une royauté mise à leur taille, mais tout de même protectrice de leur personne, de leur fortune. Tel est le mandat tacite, très secret, mais éperdument suppliant, confié au chef futur. Un sentiment très sensé, mais un peu subalterne, celui de la peur, tel est le fondement du règne. Et là peut-être résidera la fragilité du règne lui-même, car il est rare que Dieu accorde aux œuvres que la peur a suscitées le privilège de la durée."
    -Pierre de La Gorce, Louis-Philippe, 2014.


    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).


      La date/heure actuelle est Dim 25 Juil - 18:57