L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -25%
PC portable GIGABYTE AERO 16 15.6” Ultra HD ...
Voir le deal
1499 €

    Wendy Brown, Resisting Left Melancholy

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 13062
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Wendy Brown, Resisting Left Melancholy Empty Wendy Brown, Resisting Left Melancholy

    Message par Johnathan R. Razorback Mer 25 Mai - 13:08

    http://www.commonhouse.org.uk/wp-content/uploads/2014/04/brown-melancholia-of-the-left.pdf

    "The irony of melancholia, of course, is that attachment to the object of one's sorrowful loss supersedes any desire to recover from this loss, to live free of it in the present, to be unburdened by it. This is what renders melancholia a persistent condition, a state, indeed, a structure of desire, rather than a transient response to death or loss. In Freud's 1917 meditation on melancholia, he reminds us of a second singular feature of melancholia: It entails "a loss of a more ideal kind [than mourning]. The object has not perhaps actually died, but has been lost as an object of love." Moreover, Freud suggests, the melancholic subject will often not know precisely what about the object has been loved and lost--"this would suggest that melancholia is in some way related to an object-loss which is withdrawn from consciousness, in contradistinction to mourning, in which there is nothing about the
    loss that is unconscious." The loss precipitating melancholia is more often than not unavowed and unavowable. Finally, Freud suggests that the melancholic subject -low in self-regard, despairing, even suicidal- has shifted the reproach of the once loved object (a reproach waged for not living up to the idealization by the beloved) onto itself, thus preserving the love or idealization of the object even as the loss of this love is experienced in the suffering of the melancholic." (pp.20-21)

    "We are awash in the loss of a unified analysis and unified movement, in the loss of labor and class as inviolable predicates of political analysis and mobilization, in the loss of an inexorable and scientific forward movement of history, and in the loss of a viable alternative to the political economy of capitalism. And on the backs of these losses are still others: We are without a sense of an international, and often even a local, left community ; we are without conviction about the truth of the social order; we are without a rich moral-political vision to guide and sustain political work. Thus, we suffer with the sense of not only a lost movement but a lost historical moment; not only a lost theoretical and empirical coherence but a lost way of life and a lost course of pursuits. [...]

    But in the hollow core of all these losses, perhaps in the place of our political unconscious, is there also an unavowed loss the promise that left analysis and left commitment would supply its adherents a clear and certain path toward the good, the right, and the true ? Is it not this promise that formed the basis for much of our pleasure in being on the Left, indeed, for our self-love as leftists and our fellow feeling toward other leftists ? And if this love cannot be given up without demanding a radical transformation in the very foundation of our love, in our very capacity for political love or attachment, are we not doomed to left melancholy, a melancholy that is certain to have effects that are not only sorrowful but self-destructive ? Freud again: "If the love for the object-a love which cannot be given up though the object itself is given up-takes refuge in narcissistic identification, then the hate comes into operation on this substitutive object, abusing it, debasing it, making it suffer and deriving sadistic satisfaction from its suffering." Now our challenge would be to figure out who or what is this substitutive object. What do we hate that we might preserve the idealization of that romantic left promise ? What do we punish that we might save the old guarantees of the Left from our wrathful disappointment ?" (p.22)

    "Here the conventional charge from one portion of the Left is that political movements rooted in cultural identity- racial, sexual, ethnic, or gendered - not only elide the fundamental
    structure of modernity, capitalism, and its fundamental formation, class, but fragment left political energies and interests such that coalition building is impossible. The second culprit also has various names-poststructuralism, discourse analysis, postmodernism, trendy literary theory got up as political analysis. The murder charges here are also familiar: Postfoundational theories of the subject, truth, and social processes undermine the possibility of a theoretically coherent and factually true account of the world, and also challenge the putatively objective grounds of left norms. Together or separately, these two phenomena are held responsible for the weak, fragmented, and disoriented character of the contemporary Left. This much is old news. But if read through the prism of left melancholy, the element of displacement in both sets of charges may appear more starkly, since we would be forced to ask: What aspects of left analysis or orthodoxy have wilted on the vine for its adherents but are safeguarded from this recognition through the scornful attention heaped on identity politics and poststructuralism ? Indeed, what narcissistic identification with that orthodoxy is preserved in the lament over the loss of its hold on young leftists and the loss of its potency in the political field ? What love for the promises and guarantees that a left analysis once held is preserved, as responsibility for the tattered condition of those promises and guarantees is distributed onto debased others ? And do we here also see a certain thingness of the Left take shape, its reification as something that "is," the fantastical memory that it once "was," at the very moment that it so clearly is not/one ?" (p.23)

    "If the contemporary Left often clings to the formations and formulations of another epoch, one in which the notion of unified movements, social totalities, and class-based politics appeared to be viable categories of political and theoretical analysis, this means that it literally renders itself a conservative force in history-one that not only misreads the present but installs traditionalism in the very heart of its praxis, in the place where commitment to risk and upheaval belongs." (p.25)

    -Wendy Brown, "Resisting Left Melancholy", boundary 2 26:3, 1999.

    "L'ironie de la mélancolie [...] c'est que l'attachement à l'objet de la perte douloureuse supplante tout désir de se remettre de cette perte, de vivre sans elle dans le présent, d'être soulagé de cette perte. C'est ce qui fait de la mélancolie une condition persistante, un état, voire une structure de désir, plutôt qu'une réponse transitoire à la mort ou à la perte. Dans sa méditation de 1917 sur la mélancolie, Freud nous rappelle une deuxième caractéristique singulière de la mélancolie : Elle entraîne "une perte d'un type plus idéal [que le deuil]. L'objet n'est peut-être pas réellement mort, mais il a été perdu en tant qu'objet d'amour". De plus, selon Freud, le sujet mélancolique ne sait souvent pas précisément ce qui, dans l'objet, a été aimé et perdu - "cela suggère que la mélancolie est en quelque sorte liée à une perte d'objet qui est soustraite à la conscience, contrairement au deuil, dans lequel rien de la perte n'est inconscient".

    La perte qui précipite la mélancolie est le plus souvent inavouée et inavouable. Enfin, Freud suggère que le sujet mélancolique - qui a peu d'estime de soi, qui est désespéré, voire suicidaire - a déplacé sur lui-même le reproche de l'objet autrefois aimé (reproche adressé pour ne pas avoir été à la hauteur de l'idéalisation par l'être aimé), préservant ainsi l'amour ou l'idéalisation de l'objet alors même que la perte de cet amour est vécue dans la souffrance du mélancolique. " (pp.20-21)

    "Nous sommes submergés par la perte d'une analyse unifiée et d'un mouvement unifié, par la perte du travail et de la classe comme prédicats inviolables de l'analyse politique et de la mobilisation, par la perte d'un mouvement inexorable et scientifique de l'histoire, et par la perte d'une alternative viable à l'économie politique du capitalisme. Et sur le dos de ces pertes, il y en a encore d'autres : Nous n'avons pas le sentiment d'une communauté de gauche internationale, et souvent même locale ; nous sommes sans convictions sur ce qu'est réellement l'ordre social ; nous n'avons pas une riche vision politico-morale pour guider et soutenir le combat politique. Ainsi, nous souffrons du sentiment d'avoir perdu non seulement un mouvement, mais aussi un moment historique ; non seulement une cohérence théorique et empirique perdue, mais aussi un mode de vie et un parcours perdus. [...]

    Mais dans le noyau creux de toutes ces pertes, peut-être à la place de notre inconscient politique, y a-t-il aussi une perte inavouée : la promesse que l'analyse et l'engagement de la gauche fourniraient à ses adhérents un chemin clair et certain vers le bien, le juste et le vrai ? N'est-ce pas cette promesse qui a constitué la base d'une grande partie de notre plaisir d'être à gauche, en fait, de notre amour de soi en tant que militants de gauche et de nos sentiments envers les autres personnes de gauche ? Et si cet amour ne peut être abandonné sans exiger une transformation radicale de la base même de notre amour, de notre capacité d'amour ou d'attachement politique, ne sommes-nous pas condamnés à la mélancolie de gauche, une mélancolie qui aura certainement des effets non seulement douloureux mais aussi autodestructeurs ? De nouveau Freud : "Si l'amour pour l'objet - amour qui ne peut être abandonné si l'objet lui-même est abandonné - se réfugie dans l'identification narcissique, alors la haine entre en action sur cet objet substitutif, l'abusant, l'avilissant, le faisant souffrir et tirant de sa souffrance une satisfaction sadique." Notre défi serait maintenant de déterminer qui ou quoi est cet objet substitutif. Que détestons-nous pour préserver l'idéalisation de cette promesse romantique ? Qu'est-ce que nous punissons pour pouvoir sauver les anciennes garanties de la gauche de notre déception courroucée ?" (p.22)

    "Ici, l'accusation conventionnelle d'une partie de la gauche est que les mouvements politiques ancrés dans l'identité culturelle - raciale, sexuelle, ethnique ou de genre - non seulement éludent la structure fondamentale de la modernité, le capitalisme, et sa formation fondamentale, la classe, mais fragmentent les énergies et les intérêts politiques de la gauche de sorte que la construction de coalitions est impossible.

    Le deuxième coupable porte également plusieurs noms : post-structuralisme, analyse du discours, post-modernisme, théorie littéraire à la mode qui se fait passer pour une analyse politique. Les accusations de meurtre sont ici aussi familières : Les théories postfondationnelles du sujet, de la vérité et des processus sociaux sapent la possibilité d'un récit du monde théoriquement cohérent et factuellement vrai, et remettent également en question les fondements putativement objectifs des normes de gauche. Ensemble ou séparément, ces deux phénomènes sont tenus pour responsables du caractère faible, fragmenté et désorienté de la gauche contemporaine.

    Tout cela n'est pas nouveau. Mais si on les lit à travers le prisme de la mélancolie de la gauche, l'élément de déplacement dans les deux séries d'accusations peut apparaître de manière plus frappante, puisque nous serions forcés de nous demander : quels aspects de l'analyse ou de l'orthodoxie de gauche se sont flétris sur la vigne pour ses adhérents, mais sont protégés de cette reconnaissance par l'attention méprisante accordée à la politique identitaire et au poststructuralisme ? En effet, quelle identification narcissique avec cette orthodoxie est préservée dans les lamentations sur la perte de son emprise sur les jeunes militants de gauche et la perte de sa puissance dans le champ politique ? Quel amour pour les promesses et les garanties qu'une analyse de gauche avait autrefois est préservé, alors que la responsabilité de l'état en lambeaux de ces promesses et garanties est distribuée à d'autres personnes avilies ? Et est-ce que nous voyons ici aussi une certaine chosification de la gauche prendre forme, sa réification comme quelque chose qui "est", le souvenir fantasmatique qu'elle "était" autrefois, au moment même où elle n'est clairement pas/une ?" (p.23)

    "Si la gauche contemporaine s'accroche souvent aux formations et aux formulations d'une autre époque, une époque où la notion de mouvements unifiés, de totalités sociales et de politiques basées sur les classes apparaissait comme des catégories viables d'analyse politique et théorique, cela signifie qu'elle se transforme littéralement en une force conservatrice de l'histoire - une force qui non seulement interprète mal le présent mais installe le traditionalisme au cœur même de sa praxis, à l'endroit où doit se trouver l'engagement envers le risque et le bouleversement." (p.25)
    -Wendy Brown, "Resisting Left Melancholy", boundary 2 26:3, 1999.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Lun 6 Fév - 7:20