L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment :
Logitech Souris Gamer G502 Hero + Tapis de souris G240
Voir le deal
39.99 €

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Mar 1 Déc - 16:58

    https://polisci.wustl.edu/people/frank-lovett

    "This book owes its genesis to a conversation over coffee with Philip Pettit, to whom I must first give thanks for support, advice, and friendship during the ten years or so that it has been in progress." (p.IX)

    "In all societies, past and present, many persons and groups have been subject to domination. Properly understood, domination is a great evil, the suffering of which ought to be minimized so far as this is possible. Indeed, it is a grave objection to any political theory or doctrine that it would ignore, permit, or even encourage the avoidable domination of any person or group.
    Many, I think, would agree with these or similar assertions. This being so, one might expect the subject of domination to constitute a central topic of debate among contemporary political and social theorists and philosophers.

    In one respect, this expectation is duly satisfied, for many situations or states of affairs are described in the relevant literatures as involving domination. For example:
    - The practice of slavery, wherever and whenever it has appeared, has been described as a form of domination.
    - Regimes of systematic discrimination against minority groups—as, for example, those regimes certainly in the past, and to some extent perhaps today, disadvantaging European Jews, African Americans, and homosexuals nearly everywhere—have been described as forms of domination.
    - Despotic, totalitarian, and colonial political regimes have all, at various times, been described as forms of domination.
    - Entire modes of production—feudal, capitalist, and so forth—have been described as forms of domination, as have more narrowly defined methods of economic organization (e.g., unregulated wage–labor in the nineteenth century).
    - Institutional structures, such as the criminal incarceration or mental health systems—especially in the form that these institutions have taken over the past century or two in the West—have been described as forms of domination.
    " (p.1-2)

    "For the moment, I do not mean to claim that any or all of these are genuine instances of domination. Whether they are or not remains to be seen. Rather, I mean only to suggest the wide range of situations or states of affairs to which the concept has been applied.

    Given this diverse and widespread usage, it stands to reason that political and social theorists must have attempted something like a general analysis of the concept of domination—much as they have with power, equality, autonomy, community, and other basic concepts in social and political theory. In this second respect, however, our expectations are disappointed. General accounts of domination are, to say the least, few and far between. Those that can be found are, for the most part, brief, ad hoc, restricted to one or another aspect or form of domination, hopelessly vague, or some combination of the above. None, to my knowledge, discusses the relative advantages or disadvantages of two or more competing conceptions (as do discussions of negative versus positive liberty, causal versus dispositional accounts of power, and so on). This lacuna is striking [...] The present study aims to redress it.
    (p.2)

    "Domination should be understood as a condition experienced by persons or groups to the extent that they are dependent on a social relationship in which some other person or group wields arbitrary power over them; furthermore, it is terribly wrong for persons or groups to be subject to avoidable domination and thus, as a matter of justice, the political and social institutions and practices of any society should be organized so as to minimize domination, to the extent that this is possible.

    The first half of the above statement briefly describes what I refer to as the arbitrary power conception of domination. Part I develops this conception, and argues for its merits as against several possible alternatives. Nearly every aspect of the arbitrary power conception might be considered controversial, and yet nowhere in the literature can one find even a clear list of alternatives, much less a rigorous discussion of their relative merits and demerits. The presentation of alternatives in Part I should be interesting and useful, I hope, even to those who, in the end, remain unconvinced by my arguments for the arbitrary power conception in particular.

    The second half of the above statement briefly describes the main idea of justice as minimizing domination, a conception of social justice. Part II outlines justice as minimizing domination, and argues that it offers a better account of distributive justice, multicultural accommodation, and constitutional democracy than do some other well-known theories of social justice
    ." (p.2-3)

    "My interest concerns domination in its original meaning as a sort of personal rule or mastery. The term domination ultimately derives from dominus, the primitive Latin word for the master of a house. Eventually, the Romans came to understand domination generally as the opposite of freedom—a free person (liber) was someone not subject to the domination (dominatio) of another, and vice versa. My aim is to develop a theory of domination in roughly this original sense. Much later, of course, the word “domination” accumulated various subsidiary meanings, in English and other languages, derived from this original. Presumably, to describe athletic preeminence as domination, or to say that “pennies dominate her coin collection,” and so forth, was first to engage in metaphor, and only later to use the term in a semantically literal sense." (p.3)

    "One underlying theme of this study is that all forms of domination should be considered unjust, and that domination should be reduced whenever and wherever it occurs, at least so far as this is feasible." (p.4)

    "A successful theory should sit reasonably well with our relevant pre-existing intuitions concerning the concept of domination. Of course, it is not necessary that the theory vindicates all of our intuitions exactly as they presently are, and in any case people’s intuitions often differ ; but a successful theory must respect them at least to the extent that it is recognizably a theory of domination and not something else." (pp.4-5)

    "For some time, I have been dissatisfied with the liberal-contractualist doctrine that is pre-eminent in contemporary (Western) political theory and philosophy. The term liberal contractualism here refers to a loose tradition encompassing the ideas of figures such as John Locke, Jean-Jacques Rousseau, and Immanuel Kant, and in our own day John Rawls, Brian Barry, Thomas Nagel, T. M. Scanlon, and others. Roughly speaking, liberal contractualists contend that just political and social institutions and practices are those that reasonable people in a diverse or pluralistic society would agree can serve as the impartial basis for a fair system of cooperation. Admittedly, this is an extremely attractive political doctrine in many respects. For one thing, it is “political, not metaphysical,” as the slogan goes, because it does not appear to depend on the truth of any particular conception of the good or comprehensive doctrine. For another, it holds out the powerful vision of a perfectly voluntaristic society—that is, a society in which no one is forced to live under political and social institutions that they do not accept as reasonable and fair." (p.6)

    "Despite these important strengths, however, liberal contractualism has come under increasing criticism in recent years. Feminists have attacked the liberal-contractualist strategy of shielding the private sphere from public or political interference, which, they argue, masks considerable gender domination in the family and obstructs efforts to redress this persistent injustice. Deliberative democrats have attacked liberal contractualism for valuing individual rights too highly over the need for robust democratic participation, and for providing no more than weak, instrumental arguments on behalf of minimal representative democracy. Multiculturalists have attacked liberal contractualism for failing to perceive the various cultural injuries inflicted by liberal institutions, and for being unable or unwilling to do anything about them. There is some truth, in my view, to these (and other) criticisms. Each strikes at the very core of liberal-contractualist doctrine, for the difficulty in each case arises (albeit, in somewhat different ways) from the aspiration to achieve a voluntary consensus on shared political and social institutions and practices through the consignment of important moral and ethical disagreements to the private sphere of civil society." (pp.6-7)

    "Outside the academy, liberal contractualism faces a different set of challenges. In particular, an extremely important and perhaps underrated challenge is presented by what one might call common sense libertarianism. The need for a progressive political doctrine that can effectively compete with common-sense libertarianism has become especially pressing with the collapse of radical theories such as Marxism and socialism. So long as the latter were taken seriously, liberalism served as a sort of moderately progressive middle way between the far right and the far left. For many people, however, it is no longer possible to view liberalism in this way. The effect of this can be seen, for example, in the growing difficulty liberals now have in articulating the case for redistributive policies that would combat severe poverty and inequality. There is undoubtedly a variety of reasons for this rhetorical weakness in the face of common-sense libertarianism. One might be that it is increasingly difficult for people to view their society as a system of mutual cooperation, given the importance now placed on privacy, individualism, personal autonomy, and so on (values which, ironically, liberalism itself has partly been responsible for promoting). Certainly, there are others as well, but it is not important to elaborate. What is important is that justice as minimizing domination represents a possible progressive alternative." (p.7)

    "In recent years, there has been a remarkable resurgence of interest in the republican tradition of Western political thought. This tradition includes the writings of Machiavelli and his fifteenth-century Italian predecessors ; the English republicans Milton, Harrington, Sidney, and others ; Montesquieu and Blackstone ; the eighteenth-century English commonwealthmen ; and many Americans of the founding era such as Jefferson and Madison. These writers emphasize many common ideas and concerns, such as the importance of civic virtue and political participation, the dangers of corruption, the benefits of a mixed constitution, the rule of law, and so on. Often, they are called the “classical republican” (or sometimes, “neo-Roman”) political writers because they characteristically draw on classical examples—from Cicero and the Latin historians especially—in making their various arguments.
    One group of contemporary theorists, represented by Quentin Skinner, Philip Pettit, Maurizio Viroli, and others, has aimed to develop insights from this tradition into an attractive civic republican (or neo-republican) political doctrine. On their view, what ties together the classical republican writings is a deep commitment to the core value of political liberty or freedom, where this last idea is crucially understood, not as the absence of interference (as on the standard negative liberty view), but rather as the absence of domination. Political liberty, in other words, is a sort of independence—from slavery, from despotic or autocratic government, from colonial subjugation, and from other sorts of mastery or domination. Once understood in this light, it is clear that robust civic virtues, active political participation, a mixed constitution, the rule of law, etc., are cherished by the classical republicans as instrumental goods, useful in securing and maintaining political liberty so understood. What is more, their writings can thus be seen as contributing—admittedly in an often haphazard and inchoate manner—to the development of an attractive political doctrine that is independent and distinct from the mainstream liberal tradition that eventually supplanted it
    ." (p.Cool

    "This civic republican interpretation of classical republican tradition should thus be carefully distinguished from an earlier, and competing, civic humanist interpretation, as found for example in the work of Arendt (1990, 1993); Wood (1969); Pocock (1975); or Rahe (1992). On the civic humanist view, active political participation and civic virtue are understood to be constitutive of the best human life, and thus are valued intrinsically (not instrumentally). This is not my view, nor is it the view of Skinner, Pettit, Viroli, and the other civic republicans." (note 9 p.8 )

    "The mutual affinity between Pettit’s project and the conception of social justice as minimizing domination advanced in this study should be obvious. From one point of view, the latter could be seen as merely a redescribed and systematized version of the former. There are also, however, significant differences between the two—for instance, my inclusion of dependency in the conception of domination, our differing accounts of arbitrariness, and the different connections we draw between freedom from domination and democracy. Also, this study addresses in detail topics such as distributive justice and multicultural accommodation that have been given scant attention in the civic republican literature until recently." (p.9)

    "This story might be surprising because many are not in the habit of regarding republicanism as an especially progressive political doctrine. While I agree with Pettit that the progressive potential can be found in the classical republican writings, it is important to emphasize that—unlike Pettit—I am not interested in squaring my conclusions here with anything that one can find in the classical republican tradition. Indeed, the discussions that follow will often seem wholly detached from what many readers would regard as the typical concerns of the contemporary civic republicans." (p.9)

    "As Judith Shklar would say, we are on more solid ground when we begin with some concrete summum malum such as domination rather than some vague and hypothetical summum bonum." (p.10)

    "A robust theory of domination will be valuable even to those not particularly interested in or sympathetic with the contemporary civic republican agenda." (p.11)

    "Weber’s general definition of domination is stated only briefly, without elaboration, justification, or any consideration of alternatives." (p.11)

    "The term “domination” does not merit an entry in The Social Science Encyclopedia (1996), The Blackwell Encyclopedia of Political Science (1991), the Dictionary of Political Thought (1996), the Encyclopedia of Sociology (2000), nor any other comparable reference work of which I am aware." (pp.11-12)

    "Before studying the causes and effects of domination (or anything else, for that matter), one should have a clear idea of the thing itself whose causes and effects one intends to research." (p.16)

    "From the point of view of developing a conception of social justice as minimizing domination, we want to know not what some particular writer means in using the concept, but rather what the best available understanding of the concept is and why." (p.17)

    "The arbitrary power conception naturally divides into three primitive building blocks: the idea of being dependent on a social relationship, the idea of having social power over another person or group, and the idea of being able to exercise such power arbitrarily. These are the topics of Chapters 2, 3, and 4, respectively." (p.20)

    "This [normative] part of the argument can also be divided into three stages: first, an account of why non-domination should be regarded as an important human good; second, an account of how a conception of social justice based on this idea is best structured; and third, examples of how this conception would operate in practice. These are the topics of Chapters 5, 6, and 7, respectively. Chapter 7 argues, among other things, that justice as minimizing domination supports the public provision of an unconditional basic income, the extension of special cultural accommodations under some conditions, and constitutionally restrained democracy as the optimal form of government." (p.21)

    "I argue that domination should be defined structurally, according to a specific understanding of that term. I reject the idea that domination should be characterized in terms of the contingent outcomes or results of certain actions or events—as, for example, that one group dominates another when the former benefits at the latter’s expense.1 Rather, I argue that whenever persons or groups are structurally related to one another in a particular way, this situation in itself constitutes domination, regardless of the outcomes or results we happen to observe in any particular case. But at the same time, I reject the view that structures themselves dominate people, as if there can be subjects of domination without there also being agents. In other words, in my view, domination is always a relationship among different persons or groups, never a relationship between people and structures as such." (p.25)

    "A dispute between two competing conceptions of domination can be thought of as a dispute regarding which fact patterns should count as forms of domination. Now, if it were simply a question of my list versus yours, it would indeed be difficult to see how our dispute could ever be resolved in a reasonable manner. Of course, we often have fairly strong intuitions concerning what should count as domination, and these intuitions may serve as the basis for drawing up an initially plausible list of its forms. But when our intuitions differ—as often they do—there would seem to be no good reason for preferring one list to another as such.

    This is why we should think of a conception of domination as a rule or principle for sorting real or hypothetical fact patterns into sets. The conception is the sorting principle itself, whereas a list of domination’s various forms is merely the by-product of applying that principle to a range of possible examples.

    This important distinction, between a sorting principle and the list of forms that is its by-product, makes possible an answer to the question of how disputes concerning different conceptions can be resolved in a reasonable manner. The idea is to first propose a sorting principle, and then to test it against a range of cases. Assuming that our intuitions regarding some of those cases (specifically, whether they should count as genuine instances of domination) do not correspond with the results generated by the proposed sorting principle, we will have to make revisions in the former, the latter, or both. In making these revisions, our judgments are guided by the relative strength of our various intuitions, and by the power and utility of alternate sorting principles: roughly speaking, one sorting principle is better than another if it captures more of our stronger intuitions with greater conceptual efficiency. After an iterated process of testing and revising, we eventually arrive at a conclusion we are happy with—in other words, we end up with a sorting principle that sits well with the intuitions we have decided, after reflection, to keep. This approach is sometimes called the
    case method of analysis. When successful, it results in what John Rawls calls a “reflective equilibrium” with respect to the concept at issue." (p.27)

    "Consider, therefore, the following reasonably typical passages:

    [1] Absolutism was essentially just this: a redeployed and recharged apparatus of feudal domination, designed to clamp the peasant masses back into their traditional social position—despite and against the gains they had won by the widespread commutation of dues.

    [2] Slavery is one of the most extreme forms of the relation of domination, approaching the limits of total power from the viewpoint of the master, and of total powerlessness from the viewpoint of the slave.

    [3] As a little economy and a little state, ruled by a father-king, the family has long been a setting for the domination of wives and daughters (sons, too). It isn’t difficult to collect stories of physical brutality or to describe customary practices and religious rites that seem designed, above all, to break the spirits of young women.

    [4] Up to now, we know only two authentic forms of totalitarian domination: the dictatorship of National Socialism after 1938, and the dictatorship of Bolshevism since 1930. These forms of domination differ basically from other kinds of dictatorial, despotic, or tyrannical rule." (p.29)

    "While these uses of the concept of domination are not uncontroversial, they represent fairly central cases of what one would intuitively expect an acceptable conception of domination to cover. One thing we might gather from these passages is that the authors seem to think of domination as a sort of relationship between persons or groups. The instances of domination we have include: the apparatus of feudalism, the institution of slavery, certain sorts of familial arrangements, and totalitarianism. In each case, what is being described as domination is a particular manner in which persons or groups might stand in relation to one another.

    I will argue that this view is fundamentally correct, and that our conception of domination should indeed be based on this idea. In order to argue this, however, I first need to explain the general idea of a social relationship
    ." (p.30)

    "Like ethical egoism, psychological egoism is almost certainly false." (note 10 p.33)

    "Whenever what we want to do, if we are going to be rational, depends in part on what others are likely to do, this is called a strategic situation." (p.34)

    "Whenever two or more persons or groups are, in some significant respect, fully related to one another strategically, let us say they are engaged in a social relationship. Or, in Max Weber’s words:

    The term “social relationship” will be used to denote the behavior of a plurality of actors insofar as, in its meaningful content, the action of each takes into account that of the others and is oriented in these terms.

    Not all relations among people are social relationships, so defined. Sometimes, this is simply because our actions have no significant effect on other people. Even when some significant outcome is the joint product of many people’s actions, however, the individuals involved still might not be engaged in a social relationship. A classic example is the so-called tragedy of the commons scenario. Imagine a group of families sharing a common lake. Each family can, with some degree of effort, properly dispose of their waste, or else, with no effort, merely dump it in the lake. In the former case, each family must bear the entire cost of proper disposal themselves; in the latter case, since their waste is dissipated throughout the lake, each family hardly notices its marginal contribution to lake pollution. Every family faces exactly the same trade-offs in favor of dumping. In such scenarios, the outcome (a level of lake pollution) will be the joint product of the actions of all. But from each individual family’s point of view, it does not matter what the other families do: regardless of whether the others pollute the lake or not, the trade-offs facing each family individually favor polluting. This, of course, is ultimately worse for everyone (hence the tragedy). But the relevant observation here is a narrow one. Since the preferred course of action for each individual in such scenarios does not depend on what the others do, they are not engaged in a social relationship." (p.35)

    "Situations that are non-strategic in this way are sometimes called parametric. In a parametric situation, even if what I want to do is, in a technical sense, dependent on what others do, for the most part I need not take this into account, since the relevant aggregate outcomes of their actions are highly predictable and unaffected by my own decisions. Thus, when I am related to others parametrically, I need not worry how their decisions will strategically interact with my decisions." (pp.35-36)

    "Many other situations would, however. Relations of domination provide a notable example. Consider one of the core cases mentioned earlier in this chapter—early modern European feudalism. Peasants must anticipate the punishments nobles are likely to dish out if they do not receive their feudal dues, and the former must plan their purposeful action accordingly. Nobles, for their part, must consider what peasants are likely to do if excessive demands are imposed on them. This is true even if the peasants are too weak as a class to seriously threaten the social position of the nobility: if the nobles’ demands are too great, for example, the peasants might plausibly believe that they will be punished no matter what they do, and thus the threat of punishment will no longer have its desired incentive effect. This is a fully strategic situation, and so the imagined peasants and nobles are engaged in a social relationship. Similar stories could be told in each of the other core cases of domination mentioned earlier." (p.36)

    "Might there be subjects of domination without there being agents? In my view, the best answer is no—or, at any rate, not unless we want to use the term domination metaphorically." (p.37)

    "Let us call the degree to which a person or a group’s continued membership in some social relationship is not voluntary their level of dependency on that social relationship. Dependency should be thought of as a sliding scale, varying according to the net expected costs (i.e., expected costs less any expected gains) of exiting, or attempting to exit, a social relationship. It should go without saying that dependency on a given social relationship need not be symmetric (my dependency is not necessarily high just because yours is), nor zero-sum (my dependency is not necessarily low just because yours is high). From the degree of dependency of one member in a given social relationship, nothing can be inferred about the extent of the dependency of the other members.

    To forestall any confusion later on, let me emphasize that I will not distinguish between an exit attempt’s being (relatively) costly and its being (relatively) involuntary. On some conceptions of what is voluntary and involuntary, these might not be the same. For example, suppose a border patrolman points his gun at someone trying to flee her country, and shouts “Stop right there, or I’ll shoot!” Clearly, continuing in her exit attempt should be regarded as costly, but if she decides to stop this might nevertheless be thought a voluntary decision in the sense that, strictly speaking, it remains within her power to assume the risk. [Contrairement à Hobbes] I do not regard this as a useful conception of what it means for something to be voluntary or involuntary. Accordingly, I will simply define the degree to which membership in a social relationship is involuntary as equivalent to the relative expected costs (less the relative expected gains) of attempting to exit.

    Exit costs must be understood broadly here. They are not limited to material costs alone. Quite the contrary, exit costs are often to some extent psychological, and thus subjective. The dependency of a person on a particular social relationship depends on her (true or false) beliefs about the dangers of an exit attempt, together with her (true or false) beliefs about the merits of any outside options relative to the merits of her present situation. Sometimes, it is in the interest of some members of a social relationship that others in the same relationship not attempt to exit: in such cases, the former have every reason to increase the dependency of the latter. This they might do simply by explicitly raising the direct costs of exit—making the punishment for attempted flight more severe, say. Alternatively (or in addition), they might propagate the belief that the current arrangement is beneficial and natural, that the alternatives are much worse than they seem, or even that the (apparent) alternatives do not exist at all. Any of these strategies, to the extent that they succeed, would increase levels of dependency on the social relationship. In short, what determines dependency is the cost of exit from the subjective point of view of the person or the group in question.

    Imagine that a person is engaged in a social relationship she regards as exceptionally valuable. Perhaps she is the personal advisor of a powerful king, or she holds an unusually lucrative job. If she values her current position highly enough, she might subjectively regard her exit costs as severe, even if her next best option is—at least by objective standards—not bad at all. (We must factor in diminishing marginal returns here, of course: in order to generate equivalent exit costs, the absolute difference between two relatively good
    options must usually be greater than the absolute difference between two relatively bad options.) She is “bound by golden fetters,” so to speak. Should we regard her dependency as correspondingly high ? For the purposes of developing a conception of domination, the best answer is yes. [...] But it is worth pointing out here that dependency as such is not necessarily a bad thing. Many of the most valuable connections among human beings—partnerships of friendship or love, parental relationships, and so on—are unavoidably relationships of dependency. Dependency is a problem, however, when conjoined with certain other factors that, taken together, constitute domination.
    " (pp.39-40)

    "Particular masters and slaves will make different choices within their respective opportunity sets. For example, one master might be unusually harsh in the treatment of his slaves, whereas another (who faces, by assumption, more or less the same opportunity set) is comparatively lenient. It follows that even when two social relationships have roughly the same structure, the outcomes or results of each might differ substantially. Something similar, of course, can be said of marriages in nineteenth-century England or America. While the structural environment defined by traditional Anglo-American family law and custom was broadly similar for all marriages, each individual marriage played itself out very differently. Many husbands treated their wives with respect, even if they were not constrained to do so by traditional law and custom ; others did not.

    Certainly, slavery counts as an instance of domination, if anything does. Many would also say (rightly, in my view) that women were subject to domination at the hands of their husbands under traditional family law and custom. Now suppose we thought that domination had something to do with the outcomes or results of a particular social relationship. In this case, we would have to examine how each social relationship happens to play itself out in order to determine whether anyone is actually subject to domination or not. For example, if we define domination as one person or group benefiting at the expense of another, then to determine whether a particular slave is subject to domination, we must determine whether that slave’s master has actually benefited at his expense. Likewise, we would have to look and see whether a particular husband benefited at the expense of his wife in order to determine whether she was subject to domination. Since different people, even when faced with similar opportunity sets, will make different choices, the results will vary from case to case, and so too will our findings of domination. Let us call this an outcome-based conception of domination.

    Of course, I have been talking about specific individuals here—particular masters and slaves, particular husbands and wives. One might interpret the outcome-based conception somewhat differently, on the level of groups. We might say, for instance, that one group (e.g., women) is subject to domination if another group (men) generally benefits at the former’s expense through a particular institution (traditional marriage). This would not alter the main point. On this revised definition, we must still examine the aggregate results of the institution, and not its internal structure, in order to determine whether it constitutes domination or not. If it should turn out that women on
    the whole benefited from the traditional institution of marriage, then it would follow—whatever structure traditional marriage relationships happened to have—that women were not, by definition, the subjects of domination.

    Now suppose we take a different view, according to which domination refers not to any specific pattern of outcomes or results, but rather to the structure of social relationships as such. From this viewpoint, it would not matter how a particular relationship happened to play out: we would be committed to saying that, other things being equal, the slave of a lenient master is a subject of domination no less than the slave of a harsh master (though, of course, their situations may certainly differ in other respects, such as in their respective levels of health, happiness, and so forth).

    Let us call this second view a structure-based conception of domination. Which of these two views is better ? Different readers may have different intuitions.
    My view, however, and the view probably of a majority of those who have reflected on this question, is that the second is better. In other words, on the best view, domination should be understood to refer to the structure of a social relationship itself, and not to the specific ways in which it happens to play out in some particular case observable results are not always a good indicator of what is really going on in a given social relationship. This is because persons and groups subject to domination sensibly adjust many of their actions to minimize its ill effects. For example, they might adopt a public persona that does not challenge the established system of domination.

    To the extent that such strategies succeed, the slave might seem not much worse off than some free persons. Indeed, the outcome-based view would seem to commit us to saying that, as a slave comes to understand his master’s psychological dispositions better and better, and thereby increasingly succeeds in avoiding overt abuse, he is less and less subject to domination. This does not seem right. The same point holds in other cases. For example, when traditional family law grants husbands excessive power over their wives, it will often be difficult to say whether a particular husband has failed to exercise his powers out of self-restraint, or merely because his wife (sensibly) has avoided challenging them. “There would be infinitely more” women complaining of ill usage, Mill points out, if complaint “were not the greatest of all provocatives to a repetition and increase of the ill usage.” James Scott’s Domination and the Arts of Resistance is essentially an extended catalog of these sorts of anticipatory moves on the part of persons and groups who are subject to domination. In focusing on outcomes and results, therefore, we often misunderstand the real character of these social relationships.

    To be subject to domination is, among other things, to be engaged in a social relationship structured in such a way that one must often employ the arts of deference in order to secure reasonably good outcomes or results. Whether particular slaves or wives, for example, choose to avail themselves of those tactics is neither here nor there; and, by the same logic, whether particular masters or husbands act benevolently because they are intrinsically good-natured, or rather because they have been suitably ingratiated, is irrelevant. The domination lies in the structure of the relationship itself, not in its results or outcomes
    ." (pp.44-47)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.






    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Jeu 27 Mai - 19:34

    "To say that domination refers to the structure of a social relationship is not to say that those structures themselves subject persons or groups to domination, and thus, by implication, that there could be domination without agents. This latter possibility should be distinguished from the observation that domination sometimes arises unintentionally, without anyone having deliberately set out to subject others to domination." (p.47)

    "Imagine a society in which the law of property recognizes the possibility of ownership in human beings, but in which it just happens that there are as yet no slaves. After some time, however, slaves are imported, and the law duly supports their masters’ rights of ownership. Later still, the masters repent, and manumit their slaves. The laws, however, remain unchanged throughout these events. Only in the middle period is it accurate to say that anyone is subject to domination. During that middle period, while it is absolutely correct to say that the institution of property played a significant role in enabling domination, it is not correct to say that the slaves were dominated by that institution. The actual experience of domination here is the experience of particular slaves, facing their particular masters.
    Thus, it is important not to confuse the sensible claim that persons or groups dominate one another under certain structural conditions with the obscure and dubious claim that structures themselves dominate persons or groups. Structures define the respective roles of agent and subject in all relations of domination, but real persons or groups must occupy those roles for the experience of domination to exist
    ." (p.48)

    "Another core example of domination is autocratic government. All things considered, it is far from easy for most people to leave one society for another. This means that the dependency of a society’s members is quite high, and it follows that any domination they suffer at the hands of their government will be rather severe indeed. As we would expect, totalitarian and despotic states often deliberately attempt to raise the costs of attempted emigration, precisely in order to strengthen the grip of their domination. [...]
    Given two social relationships with otherwise equivalent structural environments, the domination suffered will be worse in the one where the dependency of the subjects is higher
    ." (pp.51-52)

    "Suppose a person has her choice among a wide range of different masters in alternative social relationships G1, G2, ... ,Gn. Further suppose that the costs and risks of leaving one for another are quite low, but that her prospects with any are more or less equally dismal. Now it might seem that, despite her poor prospects with the master she does eventually select, her dependency on him in particular is nevertheless low, for she is always free to exchange him for another. It might then seem to follow (by my argument) that she cannot suffer much by way of domination.

    But this conclusion is too hasty. Perhaps the masters have successfully colluded to keep the prospects of servants low in general. In this case the relevant choice is not among G1, G2, ... , Gn, which should be regarded a single social relationship G including all the masters as members, but rather between G and H—say, where H is not having a master at all. Her prospects under H might be very low indeed (perhaps starvation). If so, then we have an instance of what might be called decentralized domination, the nature of which is partially obscured until our analysis comprehends how the membership of the relevant social relationship is defined. One might easily imagine a Marxist analysis of the wage–labor system along these lines. Sometimes, decentralized domination of this sort is described as impersonal, in the sense that no individual servant or worker is dependent on any one master or employer in particular, and thus it is mistakenly thought to be an instance of agent-less domination. Once the relevant social relationship has been properly defined, however, we see this is not the case
    ." (pp.52-53)

    "Dependency in itself is not necessarily a bad thing. Nevertheless, to the extent that it does contribute in maintaining relations of domination, easing dependency can be one tool among others for reducing domination. [...]
    For example, a public provision of unemployment benefits reduces the dependency of workers, and thus reduces any domination they might suffer at the hands of their employers. Employers, for their part, have historically tried to increase the dependency of their workers artificially, for instance by collusive practices such as blacklisting. Restricting these practices might further reduce worker dependency. Similarly, as Mill observed, opening employment opportunities for women reduces their dependency on their husbands, thus reducing domination in the family. Precisely in order to maintain their domination over women, it was necessary for men to prevent this from happening, which they did both formally (by creating legal barriers to women’s employment) and informally (by propagating the ideology that women were naturally unsuited to anything other than the duties of motherhood). And so on. Reducing dependency, in most cases, reduces domination. Since it will not always be possible or desirable to do so, however, there are (fortunately) other strategies for accomplishing this aim as well, as we shall see.
    " (pp.53-54)

    "The most common view of domination may be that it simply is power—or, to be more precise, that it is any social relationship structured such that one person or group in that relationship has more power than another. [...] Michel Foucault seems to more or less use the terms “domination” and “power” interchangeably. [...] I refer to this as the imbalance of power conception of domination.
    My aim is to show that the imbalance of power conception is inadequate, and that it ought to be rejected.
    " (p.56)

    "Hobbes describes power as the ability to obtain “future apparent goods.” [...] We must be careful to understand power in desireindependent terms. Power is not the ability to obtain what we actually happen to want, but rather the ability to obtain whatever we might happen to want. If power were not understood to be desire-independent in this way, a person could become more powerful merely by tailoring what she wants to fit what she can already accomplish. I have the power to jump off a bridge, even if I do not want to, but I do not have the power to fly, nor can I make myself more powerful merely by convincing myself that I do not want to." (p.68)

    "To be wealthy is to have, relatively speaking, more money than other people." (p.69)

    "One person or group has power over another if the former has the ability to change what the latter would otherwise prefer to do." (p.75)

    "There are two principal methods by which one person or group might change what another would otherwise prefer to do. Either the former can raise or lower the costs and benefits attached by the latter to different options in their opportunity set, or else the former can influence the latter’s preferences over those options. This is roughly the difference between reducing the cost of a television set, and making me want one more." (p.76)

    "An imbalance of social power is indeed a necessary condition of domination, and thus the imbalance of power conception captures some part of the truth about domination. Also, as we have seen, power is what is sometimes called a “dispositional concept”: to have power over someone is to have the ability to change what they otherwise prefer to do, whether one happens to make use of this ability or not. The extent to which a person or group has this ability is, to a large extent, determined by the surrounding structural environment. Thus, the imbalance of power conception would count, in the language of Chapter 2, as a structure-based, and not an outcome-based conception of domination. So far, so good.
    But is an imbalance of social power sufficient to constitute a relationship of domination ? At the opening of this chapter, I noted a few social and political theorists who seemed to answer yes. On reflection, however, this cannot be correct. The owner of a restaurant has the ability to refuse me service if I am rude to the servers: Supposing that I had wanted to dine there, this constitutes having power over me. Similarly, my aerobics instructor (if I had one) has the power to tell me what exercises to perform if I want to avoid being humiliated in front of the class, and this too might constitute having power over me. But we are not inclined to view either of these as genuine instances of domination. Why not ?One reason might be that my dependency on either relationship is quite low: I can always find another restaurant or another aerobics class more to my liking, and indeed, I need not dine out or take aerobics classes at all. This only goes to show that, at the very least, we must regard both an imbalance of social power and some degree of dependency as independently necessary conditions of domination
    ." (pp.82-83)

    "Consider a college student with library fines. As per its standard policy, the university library has the power to block the conferral of this student’s degree until such fines are paid in full. Certainly, this represents a power over the student; indeed, considering the value of the degree, we might say this power is considerable. Furthermore, having already sunk huge costs in attending this particular university, the student is hardly in a position to walk away and enroll somewhere else; accordingly, we would also want to say that his dependency is quite high. This would seem to satisfy the two requirements of the revised imbalance of power conception. But do we want to say that the student is subject to domination at the hand of his university librarian ? Perhaps not. Something is still missing from our conception. In Chapter 4 I argue that what is missing is a third condition—namely, arbitrariness." (p.84)

    "We should instead characterize domination as a particular manner or mode by which social power (of any form) can be exercised over others." (p.94)

    "Suppose we were to contrast the system of criminal law enforcement in the contemporary United States with that of a totalitarian dictatorship—say, Stalin’s Russia or Romania under Ceausescu. Two aspects of this comparison stand out. First, the imbalance of power between the state and its citizens is clearly great in all three cases. (Arguably, in terms of the state’s material capacity to coerce its citizens, the United States is more powerful than the others.) Second, the costs of attempting to escape the reach of state power are again, in all cases, quite high. (Perhaps it is somewhat easier exiting the United States than it is a state ruled by a totalitarian regime, but for most ordinary persons the difficulty is still very great—especially once one has come under the suspicion of law enforcement.) According to our definition of dependency as exit costs, citizens in general should be regarded as highly dependent on their respective states. The upshot is that on the imbalance of power conception, even if revised by the addition of a dependency condition, the citizens of Stalin’s Russia or Ceaucescu’s Romania on the one hand and those of the United States on the other are apparently subject to a comparable degree of domination when it comes to their status under the criminal law.
    This cannot be right. Of course I do not mean to suggest that the system of criminal law of the United States is without its problems (far from it). The point is only that, whatever one might think about its failings, surely one would want to say that—with respect to the degree of domination experienced by ordinary citizens at least—it represents something of an improvement over totalitarian dictatorship.
    To further press the point, many would argue that the burden of American criminal law does not fall equally on all, but rather falls more heavily on some than others: blacks and other minorities seem to be subject to greater domination than whites, for example. The imbalance of power conception (revised or not) is even less helpful in making this second comparison than the first, since the levels of power imbalance and dependency are here more or less constant.
    These are, of course, mere intuitions, whose only point is to illustrate a serious difficulty with the imbalance of power conception when measured against an important desideratum discussed in Chapter 1: practical usefulness. For a conception of domination to be useful, it should be able to do more than say whether some situation or state of affairs counts as an instance of domination or not. Specifically, it should be descriptively contoured, in the sense that it should be capable of making clear statements about comparative levels or degrees of domination when one scenario is contrasted with another.
    The illustrations I have considered suggest that the imbalance of power conception is not as descriptively contoured as we would like it to be.
    " (p.95)

    "Let us consider the conception of domination proposed by Philip Pettit and others. He argues, roughly, that domination exists whenever one person or group has the “power of interference on an arbitrary basis” over another person or group. It is the second part of this definition that is interesting here: namely, the idea of arbitrariness. Now since the expression “arbitrary” can have different meanings in different contexts, it is important to be clear about the meaning intended here.
    Sometimes, arbitrary is used to mean “random or unpredictable.” In the case of slavery, for example, it is often true that slaves cannot accurately predict when their owners will beat them and when they will leave them alone. This cannot be what makes the imbalance of social power between masters and slaves an instance of domination, however. With long experience, a slave might gradually become better able to predict when his master is likely to abuse him, and thus his master’s decisions will appear to him less and less random over time. This will be better for the slave, of course. But surely it does not follow that he is subject to less and less domination. Rather, we should say, he is better able to cope with the domination to which he is (and remains) subject to. This, then, is not the relevant meaning of arbitrary for our purposes.
    " (pp.95-96)

    "Traditionally, social power was said to be arbitrary when it could be exercised merely according to the “will or pleasure” of the person or group holding that power. This is the sense of the term relevant for our discussion. More precisely, let us define social power as arbitrary to the extent that its potential exercise is not externally constrained by effective rules, procedures, or goals that are common knowledge to all persons or groups concerned." (p.96)

    "Adding an arbitrariness condition to the revised imbalance of power conception yields what I call the arbitrary power conception of domination. On this view, a person or group experiences domination to the extent that they are dependent on a social relationship in which some other person or group wields arbitrary power over them. [...]
    How does this conception fit with our core cases of domination ? Slavery again provides an easy case: in most slave systems, there was little a slave master was not permitted to do to those slaves in his possession. Moreover, what few limitations were imposed by law were frequently ineffective. For example, Frederick Douglass points out that laws protecting slaves in the antebellum American South were almost never enforced for the simple reason that slaves did not have the legal standing to bring cases to court themselves. The other examples we have been using also fit without difficulty. Until comparatively recently in the United States and England, the wielding of arbitrary power within the family was protected by various common-law barriers to action against family members. In the earlier stages of capitalism, employers (especially through their foremen) wielded an arbitrary power to hire and fire employees at will. The situation of the peasantry in early modern Europe is somewhat less clear on this point, but it is interesting to note a general trend, from the early Middle Ages through to the French Revolution, for each group to press against its superiors (the peasants on the nobles, the nobility on the monarchs, etc.) for a more and more explicit specification of rights and duties, so as to reduce the degree of arbitrary rule.
    And what of despotic, authoritarian, or totalitarian political regimes ? Particularly at the totalitarian extreme, these may seem at first to present a counter-example, insofar as, in the words of Hannah Arendt, such regimes attempt to eliminate “spontaneity itself as an expression of human behavior” by smothering their citizens under a system of rules so dense and comprehensive as to render citizen action entirely predictable. Is this not the very opposite of arbitrariness? On closer examination, the arbitrary power conception is vindicated once again. It is only the citizens that a totalitarian regime wishes to render predictable, precisely (as Arendt makes very clear) in order to remove any obstacles to the arbitrary power of the rulers. What counts is rather the degree to which the agents of domination are constrained, and it is clear that the rulers in despotic, authoritarian, and totalitarian political regimes attempt to free themselves from the constraints of law and other social conventions as much as they can. These core examples are enough, I think, to make at least a prima facie case for connecting domination with arbitrary power. But some other cases are not so easy to reconcile. I am thinking in particular of a rigorously legal system of discrimination. Real-world systems of discrimination—as, for example, Jim Crow laws in the American South, apartheid, or the legal liabilities once imposed on European Jews—are not always characterized by a strict adherence to explicit rules and procedures, of course, but one might imagine a case in which there was genuine procedural non-arbitrariness. Moreover, one might reasonably have the intuition that this should count as another instance of domination. This would seem to count against the arbitrary power conception
    ."(pp.100-101)

    "Shared habits are easily converted into social conventions, the moment some public approbation or disapprobation is attached to observance or non-observance of the general pattern. This might happen with rules of etiquette and customs of dress, for example: what originally arises as a shared habit of acting in particular ways or wearing particular sorts of clothing evolves into a norm backed by public opinion regarding what is appropriate (and what is not appropriate) to do and to wear. In other words, social conventions are distinguished from shared habits by the fact that participants in the former but not the latter have to some extent an external, desire-independent reason for observing the accepted practice." (p.106)

    "To the extent that social power is not externally constrained by effective rules, procedures, or goals that are common knowledge to all persons or groups concerned, I have said that we can define it as arbitrary. Arbitrariness, so defined, arises when there are gaps in the network of effective social conventions (social norms, coordination conventions, laws, etc.) governing the possible exercise of social power. Sometimes these gaps are accidental or unintended, and sometimes they exist merely because appropriate social conventions have not yet been introduced. Other times, however, these gaps are explicitly created and sheltered by the surrounding configuration of social conventions. An example of the latter is traditional family law, which was specifically designed to prevent external interference with the authority of husbands and parents. This created a zone within which husbands and parents could exercise power over their wives and children according to their unchecked arbitrary will or pleasure." (p.111)

    "Arbitrary power, in the relevant sense, is social power wielded according to the will or pleasure of the power holder. But this somewhat elliptical expression is open to two possible interpretations. On the one hand, we might say that the potential exercise of social power is left to the will or pleasure of a person or group just in case it is not somehow externally and effectively constrained. On the other hand, we might say that the potential exercise of social power is left to the will or pleasure of a person or group when it can be used by them without regard to the relevant interests of the affected parties.
    The definition stipulated earlier, according to which social power is arbitrary to the extent that it is not externally constrained by effective rules, procedures, or goals that are common knowledge to all persons or groups concerned, obviously represents an example of the first sort of interpretation. This has the effect, very roughly, of equating non-arbitrariness with the traditional ideal of the rule of law, provided of course that we are willing to loosen and extend this idea considerably. Often, however, and especially in some legal contexts, the term arbitrary is used rather differently. It is commonly said, for example, that it is arbitrary to base hiring decisions on irrelevant criteria such as race or gender; or (more generally) that it is arbitrary for one person to be made worse off than another through no fault of her own. These uses of the term arbitrary represent an example of the second sort of interpretation, which emphasizes the specific thought that decisions made according to the will or pleasure of a power holder often do not reflect the relevant interests of the affected parties. (Everyone presumably has a justifiable interest in being assessed and rewarded according to morally relevant criteria such as merit and effort, and not morally irrelevant criteria such as race, gender, or brute luck.) Let us refer to these as the procedural and the substantive conceptions of arbitrariness, respectively. On the substantive view it is not enough that power holders be constrained in their exercise of social power, unless they are constrained specifically in a way that compels them to track “the welfare and worldview” of the persons affected.
    Which conception is better ? Obviously, from a normative point of view, we would want power to be non-arbitrary in both the substantive and the procedural sense. A rigorously legal system of discrimination might be non-arbitrary in the procedural sense, but it cannot, presumably, be non-arbitrary in the substantive sense, since it does not compel power holders to track the welfare and worldview (however defined) of the persons discriminated against. But this is not our present concern. Our concern is rather the narrower one of determining which interpretation of arbitrariness is more suitable in the context of developing a conception of domination.
    The principal consideration in favor of the substantive view is our strong intuition that systems of institutionalized discrimination, no matter how carefully framed in scrupulously observed public rules and regulations, must count as instances of domination—along with slavery, autocratic government, and our other core cases
    ." (pp.112-113)

    "In order to fairly assess the substantive interpretation of arbitrariness, we need first to say what the welfare and worldview (or relevant interests, etc.) of the affected parties amounts to. Absent such an account, of course, the substantive view would add nothing to the procedural view. In this connection, three alternatives have been suggested. On the first, we should understand the welfare and worldview of persons or groups to mean their objectively defined, normatively justifiable interests; on the second, their subjectively expressed preferences or desires; and on the third, their ideas about their interests as expressed through suitably designed deliberative procedures. These can be called the common good, welfarist, and democratic accounts, respectively. Let us consider each alternative in turn.
    The principal consideration arguing in favor of the substantive view of arbitrariness, as I have said, is our strong intuition that a rigorously legal system of discrimination ought to count as an instance of domination. Since institutionalized discrimination manifestly works against the objectively defined, normatively justifiable interests of the persons discriminated against, the common good account would characterize such a system as substantively arbitrary, and thus capture our intuition with ease.
    But degree of fit with our prior intuitions is only one of the criteria laid down in Chapter 1 for a successful conception of domination. Among other things, it is also important that a conception of domination be useful, and I have argued that a conception will not be useful unless it observes the separation thesis: in other words, with the best conception of domination, it must be possible for us to determine whether or not given persons or groups are subject to domination strictly on the basis of certain purely descriptive facts about their situation. The common good account of substantive arbitrariness obviously does not meet this condition. We would not be able to determine whether one person or group subjects another to domination until we first established whether the social power of the former is constrained to track the objectively defined, normatively justifiable interests of the latter. It follows that an attempt to argue that we should alleviate domination, so defined, will degenerate into the unhelpful truism that we should promote people’s objectively defined, normatively justifiable interests, whatever these turn out to be. Given the choice, then, between a procedural understanding of arbitrariness that is useful and captures most of our prior intuitions on the one hand, and a common good substantive understanding that, while capturing nearly all our prior institutions, is useless on the other hand, surely we must opt for the former. This is especially so when, as I try to show in Section 4.4.3, we can provide a plausible explanation for the recalcitrant intuitions in question.

    Perhaps one of the other two accounts of substantive arbitrariness will do better, however. On the welfarist account, we should understand the welfare and worldview of persons or groups to mean their subjectively expressed preferences or desires. Since the subjective preferences or desires that people have are, in principle, descriptive facts, the welfarist account would not fall afoul the separation thesis. Unfortunately, the welfarist account is completely unworkable for other reasons. To begin with, there will be the well-known problems of interpersonal measurement and preference aggregation, which need not be rehearsed here. Let us imagine these could be overcome. The main point of the substantive view of arbitrariness is to capture our intuition that a rigorously legal system of discrimination ought to count as an instance of domination. The welfarist account of substantive arbitrariness would accomplish this, presumably, on the assumption that most people prefer not to be discriminated against—this would show that institutionalized discrimination was substantively arbitrary, and thus an instance of domination. But people cannot always be relied on to have the expected preferences. When they do not, our intuitions cannot so easily be captured. Thus it would seem that, on the welfarist view, a person or a group is not subject to domination whenever they happen to believe—rightly or wrongly—that their relevant interests are being taken into account by those wielding power over them. (This was precisely the situation, no doubt, with respect to a great many married women under the traditional system of family law and custom.)
    When the members of a group disagree on this score, the welfarist account apparently commits us to the view that, though identically situated in all other relevant respects, some of those members are subject to domination and others are not. Indeed, we would apparently be able to render a person subject to domination simply by convincing him that his relevant interests were not being respected, even if this were not true. None of this makes any sense.
    In short, the welfarist account of substantive arbitrariness might, unlike the common good account, satisfy the separation thesis, but it is no better than the procedural understanding—and, indeed, probably much worse—at capturing our prior intuitions about domination. What we need, apparently, is an account that is strictly descriptive, but free of the difficulties facing the welfarist account, of what it means for social power to be constrained to track the welfare and worldview of a person or a group.

    The democratic account of substantive arbitrariness is supposed to fit the bill: on this view, social power is arbitrary unless it is compelled to track the affected persons’ or groups’ ideas about their interests as expressed through suitably designed deliberative procedures. Once filtered through such procedures, it is extremely unlikely that people would endorse their own systematic discrimination. No doubt moved by considerations similar to those discussed earlier, and hoping thus to reliably capture the intuition that institutionalized discrimination counts as an instance of domination, Pettit and others take precisely this line on substantive arbitrariness. The issue is whether the democratic account can indeed square the circle. In my view, it cannot.
    The central issue is as follows. Rather than contrast a rigorously legal system of discrimination with the absence of such discrimination, we must contrast a rigorously legal system of discrimination with alternative methods for securing similar levels of material advantage and disadvantage. Suppose that for various historical, economic, and cultural reasons, one group in some society manages to acquire a preponderance of social power, which it wields over the other groups in that society directly and without constraint, much to its own benefit (naturally). Since the disadvantaged groups are in no position to directly challenge the social position of the powerful group, they instead demand only that the various rights and privileges of the latter be written down, codified, and impartially enforced by independent judges. Let us suppose that, in time, the powerful group accedes to this demand, on the view that since the rules will, after all, be designed to benefit itself, there will be no significant cost in doing so.
    Now according to the democratic account of substantive arbitrariness, it would seem that this change does nothing to affect the levels of domination present in the society. This is because the powerful group is in no way compelled by the newly introduced rules to wield social power specifically so as to track the interests disadvantaged groups would express through suitably designed deliberative procedures. But in my view, the situation has indeed changed, and in an important way. Members of the disadvantaged groups now at least know exactly where they stand: they can develop plans of life based on reliable expectations ; provided they follow the rules, they need not go out of their way to curry favor with members of the powerful group; and so on. [...] These are important experiential differences, best captured by saying that the introduction of externally effective constraints on the holders of power constitutes in and of itself a reduction of domination. This is not to say, of course, that the advantages of the powerful group are now perfectly fair. Far from it. Rather, it is only to say that not everything that is unfair must also constitute domination.
    Other considerations weigh against the substantive democratic account of arbitrariness as well. Among these is the fact that, without exactly defining domination and democracy as opposites (as Young and some others do), it nevertheless renders the connection between them more or less analytic. In my view, we should resist doing this. This is partly for pragmatic reasons. On the substantive democratic account, it will not be possible to say whether persons or groups are subject to domination until we first determine which interests they would express through suitably designed deliberative procedures. This may not be easy to do. But there are also normative reasons to resist this move. As discussed further in Chapter 7, one of the strongest arguments for democracy is that it tends to reduce domination. This argument is trivialized, however, if we define domination such that it becomes analytically true: the argument would then be analogous to saying that the reason to earn lots of money is because doing so will enable you to buy lots of things. Democracy is one thing, in my view, and non-domination is simply best understood as another
    ." (pp.113-117)

    "We can say that persons or groups are subject to domination to the extent that they are dependent on a social relationship in which some other person or group wields arbitrary power over them.
    Notice that domination, so defined, may come in degrees. Specifically, dependency is a matter of degree, the imbalances of power are a matter of degree, and the scope of arbitrariness left to the agent of domination by existing social norms, laws, and so forth is a matter of degree. It follows that the domination suffered by a person or group is, one might say, continuously variable in three dimensions. Formally, we might imagine a continuous function f: d*p*a => D that maps levels of dependency, power, and arbitrariness into levels of domination as follows:
    D= f (d ; p ; a).
    " (p.119)

    "Coercion might thus constitute a basis for domination—indeed, it might be the most common such basis. Since social power comes in many forms, however, it is not the only possible basis." (p.122)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Lun 21 Juin - 11:14

    "Part II. Normative Analysis." (p.125)

    "Domination and Humain Flourishing.

    Domination is a bad thing. It is terribly unjust if persons or groups are subject to avoidable domination, which is to say that anyone able to reduce such domination lies under a prima facie moral obligation to do so. These are strong claims that require explanation and justification. In this study, I have insisted on maintaining a strict separation between the descriptive and the normative aspects of a complete theory of domination. It follows that all the work of showing why we should regard non-domination as an important human good remains to be done. This chapter aims to undertake that task." (p.125)

    "That to show why we have compelling reasons to reduce domination is simply to show why non-domination should be regarded as an important human good." (p.127)

    "My argument for regarding non-domination as an important human good is not preference-based. This, of course, is consistent with believing that people generally prefer not to experience domination. Indeed, I do believe this, and I rely in various ways throughout this study on the assumption that it is generally true [...] The point here is only that non domination should not be regarded as a good because most people prefer it; on the contrary, most people prefer non-domination because it is, in fact, good.

    Domination is bad because, given the sorts of creatures we are, it presents a serious obstacle to human flourishing. Put another way, enjoying some significant degree of non-domination is a crucial condition of human flourishing (along with health, education and care, sufficient material goods, cultural membership, and so on).
    " (p.131)

    "I merely stipulate without further elaboration that human flourishing can roughly be understood as success in achieving autonomously formulated, reasonable life plans, through fellowship or community with others, over a complete life.

    In what ways does domination present an obstacle to human flourishing ? The direct material harms of domination are perhaps the most obvious: these are the actual injuries that result when one person or group wields arbitrary power over another. Typically, the agents of domination take advantage of their situation to coercively extract valued social goods from those subject to them: for example, slave masters extract productive labor from their slaves, members of the class of nobles extract feudal dues from members of the peasant class, husbands extract household and/or sexual services from their wives, and so on. In a manner reminiscent of Marx, we might refer to this common feature of domination as exploitation. Insofar as they suffer exploitation, those subject to domination will find their success in carrying out their own life plans diminished.

    This, however, is only typically the case. Though the temptation to exploit others may often be difficult to resist, there will of course be some benevolent agents of domination who decline such opportunities. But it is important not to restrict the scope of exploitation to the valued social goods actively coerced from those suffering under domination.
    " (p.131)

    "Relationships of domination are thus “infused by an element of personal terror,” as James Scott writes, such that, even when the agent’s powers are not exercised, “the ever present knowledge that they might [be] seems to color the relationship as a whole.” (The tendency of those subject to domination to apparently conspire, as it were, in their own exploitation has often been observed.) If this is correct, then it will turn out that the subjects even of benevolent masters will, to some extent, lead less flourishing lives than they might have otherwise.

    In addition to the harms of exploitation, the subjects of domination are likely to suffer the additional harms of insecurity. So long as the agents of domination possess arbitrary social powers over their subjects, the latter will be severely restricted in their ability to autonomously formulate their own life plans. This is because it is obviously difficult, and at the extreme impossible, to plan in the face of uncertainty. An ongoing sense of insecurity has both material and psychological consequences. On the one hand, insecurity necessitates precautionary measures. Ever concerned that they might face coercion, the subjects of domination must adopt a defensive posture—overcompensating and taking evasive measures against these dangers, hoarding goods as insurance, and lowering life expectations as required [...] On the other hand, those subject to domination additionally suffer from psychological anxiety and a sort of paralytic sense of helplessness. At the extreme, this may result in complete resignation and social withdrawal: recognizing the improbability that even modest life plans will come to fruition, the victims of domination may give up the idea of formulating goals or aims for themselves at all.

    Finally, consider the impact of domination on self-respect. Relationships characterized by domination develop a distinctive symbolic or ritual structure in addition to their more “objective” structure of exploitation and uncertainty. The symbolic face of domination—which Scott refers to as the “public transcript”—involves rituals of respect, deference, and debasement on the part of the subject, and rituals of disrespect, dishonoring, and contempt on the part of the agent. The reason for this particular pattern may be obvious: on the one hand, the subjects of domination hope to secure lighter treatment through flattery; on the other hand, the agents of domination seek to rationalize their advantageous position (to themselves, at the very least). Whatever the causes, however, both aspects to the symbolic structure of domination tend to undermine the subjects’ self-respect or sense of personal worth. At the milder end of the spectrum, we might consider the effects of the “courtier spirit” encouraged by absolutism: whereas “a king must be ador’d like a Demigod,” according to John Milton, the citizens of a free commonwealth “are not elevated above thir brethren” and “may be spoken to freely, familiarly, friendly, without adoration.” Alexis de Tocqueville was concerned lest an unrestricted power of the majority might introduce something like the courtier spirit even in democratic republics. This symbolic structure of deference on the one side and disrespect on the other suppresses free expression on the part of those subject to domination: consider, in this light, how Victorian society regarded quiet deference a virtue of women and of members of the lower classes. As domination becomes more severe, some subjects’ habitual self-debasement may lead them to inflict psychological violence on themselves—to believe in their own lack of worth, if only in order to come to terms with their unhappy condition. In relatively severe cases such as slavery, the fear of speaking incorrectly can produce stammering in those who suffer no true speech impediment. And at the limit, we may find what is called the Stockholm syndrome, a phenomenon named after a group of hostages in Sweden who developed unexpected positive feelings for their captors. This sort of personal debasement not only hampers a person’s success in achieving his or her goals or aims, it also stands in the way of genuine fellowship or community with others, which at some level is predicated on a mutual recognition of personal worth
    ." (pp.132-133)

    "Possible additions might include the tendency of domination to atomize the members of subject groups and to encourage in-group hostility." (p.134)

    "One might ask where the chain of moral reasons ends. Must there be a “first reason” analogous to Aristotle’s prime mover unmoved for the argument to get off the ground ? Not necessarily. Just as progress in the social and natural sciences does not require agreement on what the first cause was, progress in moral and political philosophy does not depend on our establishing what the first reason is." (p.136)

    "Perhaps the fact that domination is also sometimes bad for its agents gives us an additional (comparatively weaker) reason for reducing it." (p.139)

    "It is obvious that people value lots of different things to differing degrees. Historically, however, many philosophers and others have believed this diversity to be illusory. Why might they have thought so ? Some have thought there is, in fact, only one truly valuable thing—salvation, say—and that other things only falsely appear valuable. Others have thought that all the many different things people seem to value are, in fact, only valuable insofar as they instrumentally contribute to some single overarching good—happiness, say. Those holding a unified theory of the good of either sort are moral monists. While this was not always the case, moral monism is today the minority view.

    Most people now believe that there are many different valuable things, whose respective independent values cannot be reduced to a single overarching good. Moral pluralism is, in other words, now the majority view. Moral pluralism comes in different varieties, however. For example, one might believe that, although there are many different valuable things, their value can be ranked and that this ranking is absolute. Thus, when one thing is more valuable (say, respecting individual rights), no amount of some other, less valuable thing (say, securing greater equality of opportunity), is worth even a slight loss in the first. When a set of options are equivalent with respect to the more valuable thing, however, the less valuable thing can act as a tiebreaker. This is called a lexical ranking or ordering of human goods. Moral pluralism combined with a strict lexical ordering of goods is really a sort of weak monism in disguise. If the lexical ordering is complete, then there will be one most valuable thing at the top that trumps all the others, and admitting other lesser goods in by way of breaking ties amounts to a minor concession. The early Stoics were strong monists, believing that the only valuable thing was virtue, and that all other things (wealth, health, family, etc.) were, strictly speaking, indifferent. Later Stoics realized that they could admit other goods as having secondary value in the lexical sense without having to greatly modify their overall system.

    Two other forms of moral pluralism are not versions of monism in disguise. According to the first, there are many different and independently valuable things, and their relative value is simply incommensurable. This view might be called strong moral pluralism, and it can be contrasted with the view that, although there are many different and independently valuable things, these values can in principle be compared and reasonable trade-offs can be made among them. This latter view might be called weak moral pluralism. Note that weak moral pluralism is consistent with believing that some goods are more valuable than others: this only means that the more important goods should be given greater weight when it comes to making trade-offs. In other words, even if one good is (let us say) twice as important as another, it is still reasonable to trade 100 units of the first for 250 of the second.

    Strong moral pluralism is implausible as a moral or political philosophy. It would commit us to some incredible and unacceptable beliefs. Suppose, for example, we thought liberty and equality to be incommensurable goods. That is to say, we might believe that there is no answer as to whether a substantial improvement in equality is worth a significant loss of liberty or vice versa. Given the complexity of many social and political problems, the appeal of this belief is understandable. But notice that, if taken literally, it commits us also to the view that there is no answer as to whether a substantial improvement in equality is worth a trivial—even imperceptible—loss of liberty (or vice versa). This cannot be right. Unfortunately, there is no way to avoid making choices that entail trade-offs among different values, and it would be irresponsible not to at least try to make those choices as reasonably as we can. To accept this responsibility is to concede that different goods must be compared with one another, and ergo that they are, at least in principle, comparable. The attractiveness of incommensurability stems, no doubt, from the fact that making these comparisons—which is to say, assigning relative weights to the many different and independently valuable things—can be very difficult, and sometimes can entail having to make agonizingly tragic choices. But denying that such choices can be made as a matter of principle is just burying one’s head in the sand. It is the coward’s way out.

    This leaves us with weak moral pluralism. There are many different and independently valuable things, but their value can in principle be compared, and thus better and worse trade-offs can be made among them. Of course, reasonable people disagree as to how these trade-offs should be made, which is to say, as to what relative weights should be assigned to each of the many human goods. This is pluralism of a different sort—what, following Rawls, is generally called “reasonable pluralism.” Reasonable pluralism arises from the fact that people hold differing conceptions of the good. This is not unlike the sort of reasonable pluralism that exists among scientists who disagree as to the age of the universe, or the validity of string theory. Reasonable disagreement as such does not entail that there are not better and worse answers, only that we must learn to be content, for now, with different answers. Fortunately, reasonable disagreement of this sort is not all that difficult to live with.
    " (pp.140-142)

    "Suppose there is a trade-off between non-domination and national security, and suppose that two societies have made different choices with respect to this trade-off: society A has opted for relatively more non-domination at the price of somewhat less national security, while society B has opted for relatively more national security at the price of somewhat less non-domination. First, observe that the fact that society B has opted for more national security does not demonstrate that it does not regard non-domination as a good. If it could enjoy greater non-domination for free (i.e., without any loss in national security), presumably it would. This is just what it means to say that we always have a reason to reduce domination, other things being equal. The difficulty is that other things are not equal: further reductions in domination would come at a price, and society B has opted not to pay that price. Second, observe that it does not even follow in this example that societies A and B disagree with respect to the relative value of non-domination; indeed, it might be that they place exactly the same weights on the two values. The difference in their choice might instead be due to differing circumstances: society B might face a more dangerous security environment than society A, from which it follows that the cost of reducing national security is greater for B. Faced with similar circumstances, society A might make an identical trade-off.
    Analogously, women in the nineteenth century often accepted marriage, together with the domination it entailed, rather than face the severely limited prospects of “spinsterhood,” given that these were the only two choices available to them. It does not follow that they necessarily valued their non-domination less than do women today, who benefit from broader opportunities. Or again, Andrea might choose to accept some domination at the hands of a harsh employer rather than refuse the job and starve, if these are the only choices she has; it does not follow from this that she values non-domination less than Bob, who, being well off, has a wider range of choices open to him. Many apparent differences of opinion regarding the value of non-domination can be explained simply with reference to differences in circumstances like these. And, naturally, these do not detract from the claim that it is always better to have more non-domination rather than less, other things being equal.
    " (pp.143-144)

    "Are there situations in which domination might actually be a good thing ? My claim is that there are not, but some have argued otherwise. This argument is most commonly presented through the example of a benevolent caregiving relationship. Parents clearly possess some degree of arbitrary power over their dependent children, and so it would seem that children suffer under some degree of domination as I have defined it. But surely, one might suppose, the parent–child relationship is (at least in most cases) an extremely valuable one. Isn’t this sort of domination a good thing ? More generally, one might argue that certain sorts of goods can be obtained only through the experience of suffering under domination: for example, the nearly absolute respect for authority required of a good soldier might be impossible to obtain except through the humiliating experience of basic training under the arbitrary power of a commanding officer. If these or other similar examples are sound, then it would seem that non-domination is not something a reasonable person would always want more of rather than less.

    There are three possible responses to this observation. The first is to redefine domination so as to exclude such cases. Our revised conception might look something like this: persons or groups suffer under domination if and only if they are dependent on a social relationship in which some other person or group wields arbitrary power over them contrary to the former’s overall interests. Since loving parents presumably wield arbitrary power over their children in their children’s interests, this and similar cases would be handily excluded by definition, and the claim that we always have a reason to reduce domination so defined could be retained. The second possible response is to retain the conception of domination roughly as developed in Part I, and instead weaken the claim that non-domination is something we would always want more of rather than less, other things being equal. We might then think of non-domination as an instrumental good in the stronger sense described in Section 5.1.3—as something that is good only under the right circumstances. Given the benefits of being raised under loving parental authority, such caregiving relationships are one of those circumstances in which we would not want more non-domination rather than less. Both of these first two responses should be emphatically rejected
    ." (p.145)

    "The alleged problem arises only due to an elementary conceptual error—what philosophers call confusing the part for the whole. It is undeniable, at least in the ordinary course of things, that parent–child relationships are extremely valuable on the whole. But it does not follow from this that they are valuable in each and every part. Their benefits stem from the value of intimacy, love and respect, personal warmth, particularized familiarity, etc., on the one hand, and from the disadvantages of raising children in any other fashion on the other. These benefits outweigh the costs in terms of the child’s being subject to some degree of domination. It does not follow, however, that this domination is, as such, a good thing. On the contrary, if the benefits of parental care could be obtained without subjecting children to any domination at all, that would be better still. In other words, the case of benevolent domination is simply another instance of the need to make trade-offs among competing goods. The only real difference from the examples discussed in Section 5.3.2 is that, in this case, the competing goods are so closely entwined that it is easy to miss the fact that they are indeed distinct.

    It should be clear now what the third and correct response is—namely, to reject the intuition that the domination of children under parental authority is a good thing, as such. The importance of adopting this position can be seen if we consider the general history of Western family law. Under the traditional view, children were regarded as the property of their parents, more or less to be dispensed with according to the wishes of the latter. The legal consequences of this view varied, of course. Under Roman law, a father theoretically held the power of life and death over his children. In Anglo-American common law, children were effectively regarded as family assets, to be exploited as their parents saw fit. And so on. Gradually, however, this older view gave way to the modern idea that parents are merely the temporary trustees of their children’s welfare during the period in which children cannot effectively care for themselves. In family law, this led to the gradual recognition of various rights on the part of children, and obligations on the part of parents, which are both common knowledge and (at least to some extent) publicly enforced both in law and convention. According to the arbitrary power conception, this represents a reduction in parental domination. Further more, we would surely want to say that this change was a good thing, even if eliminating parental domination altogether is impossible. It might be impossible either because other goods like privacy or efficiency begin to take priority at the margin; or because further reductions in the domination of children cannot be had without introducing greater domination at the hands of state agencies; or because of some combination of these, and other, considerations
    ." (pp.145-147)

    "Sometimes, people agree to suffer under domination. For example, migrant laborers, who will inevitably find themselves exposed to the arbitrary power of their employers in the United States and elsewhere, nevertheless volunteer to work under such conditions. Traditional Anglo-American family law granted husbands extensive arbitrary power over their wives, and yet millions of women agreed to marriage. Whole societies have apparently embraced autocratic governments whose establishment might have been avoided (e.g., in Weimar Germany, or perhaps in Russia today). And many cultures seem to endorse the view that women should be strictly subordinate to men, children to their parents, etc.—so much so that they would not want to abolish these forms of domination, even if they had the opportunity." (p.147)

    "Should we, then, aim to reduce the domination even of those persons or groups who have, by assumption, genuinely consented to live under that domination ? Broadly speaking, there are two quite different reasons a person or group might consent to domination. The first and more obvious reason is that they happen to have unusual preferences—that is to say, either they do not particularly dislike being subject to domination, or else they perhaps even enjoy it. Persons or groups with such preferences would happily agree to suffer under domination so as to obtain other goods, or perhaps even for its own sake. Such preferences are “unusual” in the sense of being strange, of course, only from the point of view of those (like myself) who have a strong preference for non-domination. As it happens, I believe they are also unusual in the sense of being statistically rare, but of course this is irrelevant from a philosophical point of view.

    Not all cases of genuinely consensual domination, however, can be explained with reference to unusual preferences. This brings us to the second reason a person or group might consent to domination, namely, that they happen to face a dismal choice scenario in which they must choose between domination and other alternatives they consider even worse. As important as avoiding domination is to many people, it is not the only important thing. Even perfectly reasonable people with the usual sorts of strong preferences for non-domination will choose to suffer domination rather than starve, for instance. Given the limited options open to women before the twentieth century, it is perfectly understandable that nearly all chose marriage—even though this entailed accepting some degree of domination. In exceptional circumstances, societies as a whole might also face dismal choice scenarios. Faced with the prospect of defeat and conquest by a brutal enemy, societies might accept nearly any burden—including subjecting themselves to extensive government or military domination. A lack of acceptable alternatives is, I think, the most common explanation of consensual domination.
    " (p.148)

    "Let us first consider the case of persons or groups with usual preferences, who face dismal choice scenarios. Should we aim to reduce their domination ? Obviously, we should. That this does not always seem obvious is only due to the (unwarranted) assumption that aiming to reduce their domination must mean interfering with their choices—in particular, prohibiting those choices that would entail their subjecting themselves to domination. It is natural to want to respect the choices that people make. It would seem unfair and disrespectful to interfere with the choices of people who, after all, are only trying to do the best they can for themselves under difficult circumstances. Indeed, not permitting people to do the best they can for themselves under difficult circumstances adds insult to injury. I agree with this sentiment. We should not restrict the choices of persons or groups who face dismal choice scenarios (except perhaps in a few cases, as a matter of policy, if necessary to prevent fraud and intimidation). But aiming to reduce their domination does not require that we do this. On the contrary, it is far more likely that we will succeed in reducing their domination if we improve the choice scenarios they face. Given better options, people with usual sorts of preferences will likely not opt for domination, and the overall domination suffered will thereby be reduced. We should try to do this. The reason we should is because non-domination is an important human good that it is always better to have more of rather than less. To argue that we have no good reason to provide a person with the new options C, D, and E simply because among options A and B she happened to choose B is perfectly non sequitur.

    In subsequent chapters, I discuss some ways in which we might try to improve people’s choice scenarios so as to reduce their domination. The important point here is that my main claim stands—that we always have a reason to reduce domination if we can, other things being equal. But what if the persons or groups facing these dismal choice scenarios happen to have unusual preferences, such that they endorse their own domination? This is the third possibility mentioned earlier. Should we aim to reduce their domination ? Again, at least provided that our strategy is to expand their options rather than restrict them, the answer is clearly yes. If they genuinely prefer domination, providing additional options will not at any rate do them any harm
    ." (p.148)

    "Our obligation to reduce avoidable domination entails that we try to improve their opportunities so that they might (gradually, perhaps) begin to choose non-domination for themselves. That they do not presently desire non-domination is not, it seems to me, a reason for refusing to give them the choice." (p.150)

    "Domination is not the only thing that detracts from human flourishing, and it might well be that we cannot eliminate the last degree of domination except at a cost (in terms of personal autonomy, perhaps) we are not prepared to accept." (p.151)

    "The subject of a conception of social justice is the basic structure of an independent and ongoing society. This idea obviously derives from John Rawls. Let us say that the basic structure of a society (as discussed in Chapter 2) consists of the complete set of political and social institutions and practices that constitute the relatively stable background conditions or expectations against which the members of that society live out their lives. This includes, but is not limited to, what people ordinarily think of as political institutions in the narrow sense (the form of government and the system of laws); it also includes, for example, the mode of economic production, the configuration of many public policies, significant social norms and conventions, and so on. Since the basic structure of a society will often have a substantial impact on how well or badly the lives of its members tend to go in the long run, its organization will obviously be a matter of great importance. A conception of social justice, then, is simply an account of what sort of basic structure would be best, from the point of view of justice." (p.158)

    "Before considering arguments for and against justice as minimizing domination (JMD), it is worth first clarifying what sort of conception of social justice it is. Obviously, it is similar in structure to utilitarianism, with the important difference that non-domination has taken the place of happiness as the object of maximization. It follows from this substitution that JMD is not a welfarist theory: whereas utilitarianism directs us to maximize the sum total happiness (generally understood as the satisfaction of preferences), JMD directs us to minimize domination as such, whether people happen to prefer this or not. On the assumption that most people strongly prefer not being subject to domination, lowering the sum total domination will often incidentally raise the sum total happiness, but this is neither the aim nor the justification of the theory." (p.160)

    "In practical or ethical philosophy, it is common to distinguish conceptions of the good from conceptions of the right. A conception of the good is, roughly speaking, an account of what makes a human life go better or worse ; a complete theory of the good would thus be a complete account of human flourishing. By contrast, a conception of the right is roughly an account of morality—that is, an account of right and wrong, or of what human beings owe to one another in their capacity as morally responsible agents [...]

    Some theories of social justice start from the assumption that the right derives its justification independent of any particular conception of the good, and thus that the former has a certain sort of priority over the latter—that the right limits or constrains the acceptable conceptions of the good, perhaps. These sorts of theories are generally called deontological theories. Rawls’s theory of justice as fairness is a clear example. By contrast, other theories of social justice start from the contrary assumption that the right derives its justification from some independently established conception of the good, and thus that the latter has a certain sort of priority over the former. These are generally called teleological theories. Among the latter, some theories specifically define social justice as the maximization of some independently established good (or, equivalently, as the minimization of some independently established bad), and so they might be called strictly teleological. Other teleological theories might define the right as the honoring of an independently established good in some way other than by maximizing it. Both JMD and utilitarianism are strictly teleological theories of social justice: both start with an independently established good (non-domination and welfare, respectively), and define social justice as its maximization
    ." (pp.160-161)

    "Theories of social justice also make assumptions about how a complete conception of the good itself ought to be specified. One might, for example, assume that there is a single sort of human life that is best or most excellent for everyone: theories based on this assumption are generally called perfectionist theories. Two examples frequently discussed in the contemporary literature are civic humanism and liberal perfectionism. According to civic humanism, the best human life is one of active citizenship and civic virtue in a broadly democratic community; according to liberal perfectionism, the best human life is one based on autonomous self-reflection." (p.161)

    "Utilitarianism is not a perfectionist theory because it defines the good in a way that is (within limits) agnostic toward what gives people happiness: it directs us to maximize the degree to which individuals’ preferences are satisfied, regardless of what those preferences happen to be.9 JMD is not a perfectionist theory because it makes only the limited assumption that an acceptable conception of the good must include freedom from domination as an important condition of human flourishing. Among the many possible conceptions of the good meeting this requirement, JMD is generally agnostic." (p.163)

    "According to JMD, the domination of all persons should count equally, regardless of when they happen to live." (p.183)

    "A complete moral philosophy would not only specify and define all the goods relevant to human flourishing, but also provide an account of their relative importance and weights. It is not my aim in this study, however, to outline a complete moral philosophy. In any case, moral philosophy is not, in my view, sufficiently advanced at present to carry out this project." (p.188)

    "Societies are just to the extent that their basic structure is organized so as to minimize the expected sum total domination experienced by their (present and future) members, counting the domination of each member equally.
    Suppose we accept this view. What are its implications ? This chapter considers the implications of justice as minimizing domination in three areas of persistent debate among contemporary political theorists and philosophers, namely, the demands of distributive justice, the appropriate bounds of toleration and accommodation, and the value of democracy. By no means do these topics exhaust the potential applications of the theory
    ." (p.191)

    "The aim of minimizing domination provides powerful reasons for regarding serious socioeconomic inequality and poverty as unjust, and compelling grounds for doing something (indeed, something in particular) about them." (p.191)

    "Let us reflect on the connection between justice and the distribution of goods. On the theory of social justice I have proposed, the connection is straightforward: a distribution of goods will be just when it arises from the operation of those political and social institutions or practices most likely, given our present knowledge and expectations, to minimize domination in the long run. The issue, then, is simply one of determining which institutions and practices are most likely to do this.

    It is useful in this respect to start with some baseline for comparison, and an obvious candidate is the common-sense libertarian ideal of a perfectly free market and minimal state. The libertarian baseline is a good one for several reasons. First, it represents (superficially, at any rate) what many people would regard as the simplest and most efficient set of social policies and institutions for governing the distribution of goods. Second, it represents the most serious challenge to the view (shared by many progressives) that severe inequality and poverty are unjust even when they arise from purely voluntary exchanges in a perfectly free market
    ." (p.193)

    "Like many other socioeconomic goods, one’s freedom from domination can be voluntarily exchanged. For example, a person might trade away contractual protections against the arbitrary power of his employer for higher pay; in patriarchal societies, women might prefer dependency on a husband’s arbitrary will to remaining unmarried, given all the social and economic consequences that accompany the latter ; people might sell themselves into slavery in exchange for protection ; and so on. In other words, there is nothing special about the good of non-domination that necessarily places it outside the system of market exchange, broadly understood.

    Now to be sure, most people (as I have argued) regard their freedom from domination as a particularly important good, and so we would not expect many to trade it away lightly. But there are other especially important goods to consider as well. People have what might be called basic needs—for an adequate level of nutrition and health, minimal clothing and shelter, an education sufficient to function in their community, and so on. In order to satisfy these basic needs, a person must have entitlements to the goods or services that doing so requires. If someone needs a life-saving heart bypass operation, for example, then she must have either the money to pay for it, or else an insurance plan that covers it, or else a publicly funded entitlement to receive it, or else some other equivalent. When it comes to basic needs, reasonable people do not typically regard failing to meet them as an option, and it follows that they might even be willing to trade away their freedom from domination—highly valued as that may be—in order to do so. Thus, a poor laborer living in the early days of unregulated market capitalism might accept employment on extremely disadvantageous terms, if his choice was between this employment and starvation
    ." (p.194)

    "Severe poverty renders people vulnerable to domination. Because we do not regard the satisfaction of basic needs below some minimum level as optional, when unable to satisfy them on our own we become dependent on the charity of those with the ability to do so for us. “Private charity breeds personal dependence,” Michael Walzer writes, “and then it breeds the familiar vices of dependence: deference, passivity, and humility on the one hand; arrogance on the other.” On the arbitrary power conception developed in this study, domination must be understood structurally, not in terms of how things happen to turn out. It follows that being dependent on a person or group who has the power to arbitrarily withhold the goods or services necessary to meet one’s basic needs, whose satisfaction one does not regard as optional, amounts to domination. The fact that the person or group in question happens to charitably supply them, if indeed they do, is neither here nor there. The point is that, as Thomas Scanlon suggests, severe inequalities “give some people an unacceptable degree of control over the lives of others.”

    For the second step of the argument, let us return to the proposed libertarian baseline and imagine that we let a perfectly free market run for several
    generations. Naturally, there will be winners and losers. Some people will make bad choices—such as investing in a business that fails, or choosing a career in an industry that moves overseas; and some will suffer bad luck— such as developing a debilitating medical condition, or losing their home in a tornado. Conversely, others will make good choices or enjoy good luck—they will invent an incredibly popular new product, or happen to be born with highly valued natural talents. Thus, even if we start out with equal shares of goods, socioeconomic inequalities will inevitably arise
    ." (p.195)

    "While our direct aim should always be the reduction of domination, sometimes the most practical means of achieving this aim lies in expanding opportunities, thus making it easier for people to avoid domination if they so desire. Whenever this is the case, we can reduce domination and respect people’s autonomy at the same time. In such cases, the paternalism objection (even supposing it is valid) makes no difference, so our obligation to minimize domination must be decisive. The relevant question, then, is whether we can reduce the domination arising out of serious socioeconomic inequality and poverty simply by expanding opportunities. I will argue that we can." (p.196)

    "Under libertarian policies and institutions, people would arguably experience little domination at the hands of the state, but (I have argued) the inexorable accumulation of socioeconomic inequality would lead, through the ordinary operation of the market system, to considerable domination in the private." (pp.196-197)

    "The most reliable and least intrusive way to discourage people from trading away their freedom from domination is have the public meet the basic needs of those unable to do so for themselves. Not having to trade away their freedom from domination in order to meet their basic needs, few would probably choose to do so, thus considerably lowering the aggregate domination experienced. Moreover, unlike either the blocked exchange or the regulatory approach, this approach would continue to respect the choices that people make, and thus not fall afoul the paternalism objection. Given these advantages, it is worth considering whether some configuration of policies and institutions could accomplish this without introducing new forms of domination as against the libertarian baseline.

    Broadly speaking, there are two ways to publicly meet the basic needs of those unable to do so on their own. The first is to adopt a means-testing approach. For example, we could set up a program or bundle of programs that would address individuals’ basic need requirements on a case-by-case basis. If someone were unable to meet her nutritional needs, for example, she could appeal to the public nutrition agency, which would then supply the shortfall; if she were unable to meet her health needs, she could appeal to the public health agency, and so on. Alternatively, we could set up a defined income minimum that would roughly correspond to a level of income deemed sufficient to meet all reasonable basic needs. Individuals whose income fell short of the defined minimum would receive a public handout equivalent to the difference. The advantage of either of these means-testing methods is that the public pays to meet the basic needs of only those who cannot do so on their own. But this advantage is also a potential flaw, for it is doubtful whether means testing can be carried out in a suitably non-arbitrary manner: practical experience suggests that state welfare agencies must inevitably employ extensive bureaucratic discretion in carrying out such policies, and that the particular vulnerability of persons in need of public assistance renders the usual sorts of constraints on such discretion more or less ineffective. From a domination-minimizing point of view, it will not do to replace the arbitrary charity of private individuals and groups with the arbitrary charity of state welfare agencies, for this would merely substitute one form of domination for another. We would then want to know whether, compared against the libertarian baseline, a means-tested basic needs guarantee eliminates (from the economic sphere) as much domination as it introduces (in the public sphere). In my view it probably would, but this remains an open question. Fortunately, we do not have to answer it.

    The second approach would ensure that everyone’s basic needs are met through the public provision of an unconditional basic income, such as that proposed by Van Parijs and others. This unconditional basic income might take the form of cash, or else a combination of cash and vouchers for certain defined benefits (health care, education, and so on); and the cash portion of the unconditional basic income might be delivered either through regular government handouts, or else through some version of a negative income tax. Although important, resolving these issues is not essential for the argument at hand. What is essential is that we understand the basic income grant to be unconditional, both in the sense that everyone receives the same basic income regardless of means, and in the sense that everyone receives it automatically, without having to satisfy some sort of participation or contribution requiremen
    t." (pp.198-199)

    "The social practice of closing most employment opportunities to women, for example, is not itself necessarily an instance of domination (or at least not if the exclusion is systematic and non-arbitrary in its application) ; however, it is an effective consequence of doing so that most women will be severely dependent on their husbands, and thus subject to greater domination in the family. JMD cannot tolerate practices directly or indirectly involving domination. Indeed, if strictly applied in every case, JMD would require eliminating such practices, so far as this is pragmatically feasible, despite the fact that this may lead to some reduction in diversity. This simply follows from our assumption that the aim of reducing domination should take priority over the aim of encouraging diversity." (p.206)

    "Existing practices often carry positive subjective value for their participants. Now in certain situations, this might create a certain vulnerability. Consider the following parallel: imagine a worker who has been trained for work in a particular sort of industry that subsequently goes into irreversible decline. It is true that the worker could retrain for work in a new industry, but this might not be very easy to do. Her training investment in the first industry is a sunk cost, so to speak. This makes her economically vulnerable to exploitation: if the hurdles to retraining are great enough, she might voluntarily choose to trade away some of her freedom from domination in order to obtain work with whatever skills she already has. If we are interested in reducing domination, we might want to temporarily prop up the declining industry until we are able to ease this danger. Note that our doing so has nothing to do with any intrinsic value we place in the industry itself, but strictly with our desire to protect workers from domination.

    Sometimes a group of people sharing many overlapping and interconnected social practices distinct from those of the broader society can find themselves in an analogous position. We might think of a group of unassimilated recent immigrants as analogous to a group of specialized workers in a declining industry: just as a specialized worker cannot easily change industries, recent immigrants cannot always assimilate without substantial effort. Cultural differences are sunk costs, so to speak, and as such they can be exploited by others. For example, persons who do not speak English cannot easily become American citizens, making them vulnerable to domination in a variety of ways. People employing non-English speaking workers, for example, wield tremendous arbitrary power over them. This being the case, reducing the domination of recent immigrants might entail special public measures to help overcome the problem of sunk cultural costs. These measures might take the form of special exceptions to general laws, public legal assistance, and so on. As in the case of protected industries, it should be clear that these measures stem from a desire to reduce domination, and not from an inclination to protect some intrinsically valuable culture.
    " (p.209)

    "It is in the interest of those who would dominate recent immigrants to exacerbate their sunk cultural costs as much as possible, raising the barriers to assimilation. This is quite common. [...] in some cases, such tactics might be encouraged by elites with those minority groups themselves, when they have incentives to increase the dependency of a captive clientele." (pp.209-210)

    "Democratic government might also, just as well as a dictatorship, constitute a form of domination. In a democracy, the “will of the people” exercises social power over each citizen considered individually, and if that power is not externally constrained, it counts as arbitrary from the latter’s point of view. [...] The civic virtues argument. In outline, the idea is, first, that we are most likely to succeed, practically speaking, in our aim of minimizing domination if both citizens and public officials are generally imbued with an appropriate set of reasonably robust civic-minded dispositions; and second, that democratic political and legal institutions are far more likely to cultivate such civic-minded dispositions." (p.216)

    "It is clear that no matter how detailed and carefully crafted it is, a system of explicit rules and regulations cannot possibly cover all contingencies and circumstances. It follows that discretionary authority must inevitably be left in the hands of courts, public agencies, and administrative bureaucracies. Even apart from this, there additionally remains extensive discretion in the hands of legislatures to set public law and policy in the first place: a daily changing system of rules is not much better than having no rules at all. If discretionary authority of either sort is not to count as arbitrary, it is essential that it be externally constrained by common-knowledge procedures and goals. For these external constraints to be effective, citizens and public officials must be willing and able to exercise some degree of discretionary oversight. Thus, the second sort of instrumentally valuable civic-minded disposition is the disposition to keep tabs on discretionary public authorities, and to undertake oversight interventions when necessary. This includes the general responsibility of citizens to stay informed and participate in elections on a regular basis." (p.217)

    "That our aim of minimizing domination would be better served by constitutional, and not maximal, democracy: only a constitutional democracy would not itself constitute a source of domination. [...] Historically speaking, there were many reasonably stable and, at least to some extent, effectively limited monarchies. As was often pointed out by the classical republicans and other critics, however, it has been the inevitable tendency of such monarchs to strive against, evade, and undermine those limits whenever possible. Having once accepted the principle of single-person rule, it is often difficult to resist following the logic of that principle out in every sphere of political and legal authority. This suggests that constitutional government will be most stable when based on popular sovereignty, and this may be a further argument for democracy.)"" (p.219-220)

    "Possible modes of resistance, in turn, can be usefully distinguished into three types. The first is what might be called passive resistance or conscientious refusal: this occurs when a person merely refuses to obey or comply with a Applications of Minimizing Domination command, as for example, when a person refuses to present himself for military service when drafted. The second is what might be called active non-violent resistance or civil disobedience: this occurs when a person (often, though not necessarily, in concert with others) performs public, non-violent acts contrary to law or political authority, usually with the intention of engaging public sympathy. The third is what might be called active violent resistance or rebellion: this occurs when a person (often, though not necessarily, in concert with others) takes up arms, and is prepared—if necessary—to use them, against the prevailing social and political order." (p.222)

    "The negative impact of violent rebellion on the general maintenance of personal security through law and order is obviously severe; what is worse, this negative impact is nearly always further exacerbated by the efforts of political and legal authorities to suppress it. Considering these effects, the bar to rebellion must be set very high indeed. I can imagine two situations in which it could possibly be met. The first arises in societies subject to autocratic regimes, especially when such regimes are highly stable (as were, e.g., the old feudal orders of Europe). In cases of severe domination, when there is no reasonable chance of ordinary political action leading to reform, violent resistance may be a permissible option. The great social revolutions of France, Russia, and so on might be examples of this scenario. The second situation arises in societies where reasonably democratic political regimes are in danger of transitioning to autocracy. Examples might be the destruction of the Wiemar democracy by the Nazis, or the military coups in Argentina, Chile, and so on. In this type of situation, violent resistance in defense of democracy might be permissible, given that a failure to resist at the outset would foreclose the possibility of reform through ordinary political action in the future." (pp.223-224)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Dim 27 Juin - 16:45

    "Ce livre doit sa genèse à une conversation autour d'un café avec Philip Pettit, à qui je dois avant toute chose adresser mes remerciements pour le soutien, les conseils et l'amitié qu'il m'a apportés pendant les quelque dix années où il était en cours d'élaboration." (p.IX)

    "Dans toutes les sociétés, passées et présentes, de nombreuses personnes et de nombreux groupes ont été soumis à la domination. Bien comprise, la domination est un grand mal, dont les souffrances doivent être réduites autant que possible. En effet, c'est une objection grave à l'encontre de toute théorie ou doctrine politique que d'ignorer, de permettre ou même d'encourager la domination d'une personne ou d'un groupe, lorsqu'elle celle-ci est évitable.

    Bien des gens, je pense, seraient d'accord avec ces affirmations ou d'autres du même genre. Dans ces conditions, on pourrait s'attendre que le sujet de la domination constitue un thème central de débat parmi les théoriciens et philosophes politiques et sociaux contemporains.

    D'une certaine manière, cette attente est dûment satisfaite, car de nombreuses situations ou états de fait sont décrits dans la littérature spécialisée comme impliquant la domination. Par exemple :
    - La pratique de l'esclavage, lorsqu'elle est apparue, a été décrite comme une forme de domination.
    - Les régimes de discrimination systématique à l'encontre des groupes minoritaires - comme, par exemple, les régimes qui, certainement dans le passé, et dans une certaine mesure peut-être aujourd'hui, défavorisent les Juifs européens, les Afro-Américains et les homosexuels presque partout - ont été décrits comme des formes de domination.
    - Les régimes politiques despotiques, totalitaires et coloniaux ont tous, à diverses époques, été décrits comme des formes de domination.
    - Des modes de production entiers - féodaux, capitalistes, etc. - ont été décrits comme des formes de domination, tout comme des méthodes d'organisation économique plus étroitement définies (par exemple, le travail salarié non réglementé au XIXe siècle).
    - Les structures institutionnelles, telles que les systèmes d'incarcération criminelle ou de santé mentale - surtout dans la forme que ces institutions ont prise au cours des deux derniers siècles en Occident - ont été décrites comme des formes de domination
    ." (p.1-2)

    "Pour l'instant, je ne prétends pas que l'un ou l'autre de ces cas soit un véritable cas de domination. Il reste à voir s'ils le sont ou non. Je veux seulement suggérer le large éventail de situations ou d'états de fait auxquels le concept a été appliqué.

    Étant donné cette utilisation diverse et répandue, il va de soi que les théoriciens politiques et sociaux ont dû tenter une sorte d'analyse générale du concept de domination, comme ils l'ont fait pour le pouvoir, l'égalité, l'autonomie, la communauté et d'autres concepts fondamentaux de la théorie sociale et politique.

    Sur ce deuxième point, cependant, nos attentes sont déçues. Les analyses générales de la domination sont, pour le moins, rares et isolées. Celles que l'on peut trouver sont, pour la plupart, brèves, ad hoc, limitées à tel ou tel aspect ou forme de la domination, désespérément vagues, ou une combinaison de ces éléments. Aucune, à ma connaissance, ne discute des avantages ou des inconvénients relatifs de deux ou plusieurs conceptions concurrentes (comme le font les discussions sur la liberté négative par rapport à la liberté positive, les comptes causaux par rapport aux comptes dispositionnels du pouvoir, et ainsi de suite). Cette lacune [théorique] est frappante [...] La présente étude vise à la combler
    . (p.2)

    "La domination doit être comprise comme une condition vécue par des personnes ou des groupes dans la mesure où ils dépendent d'une relation sociale dans laquelle une autre personne ou un autre groupe exerce un pouvoir arbitraire sur eux ; en outre, il est terriblement mauvais pour des personnes ou des groupes d'être soumis à une domination évitable et donc, par souci de justice, les institutions et les pratiques politiques et sociales de toute société devraient être organisées de manière à minimiser la domination, dans la mesure où cela est possible.

    La première moitié de la déclaration ci-dessus décrit brièvement ce que j'appelle la conception de la domination selon le critère du pouvoir arbitraire. La première partie [de mon livre] développe cette conception et en défend les mérites par rapport à plusieurs alternatives possibles. Presque tous les aspects de la conception du pouvoir arbitraire peuvent être considérés comme controversés, et pourtant on ne trouve nulle part dans la littérature une liste claire des alternatives, et encore moins une discussion rigoureuse de leurs mérites et démérites relatifs. La présentation des alternatives dans la première partie devrait être intéressante et utile, je l'espère, même pour ceux qui, en fin de compte, ne sont pas convaincus par mes arguments en faveur de la conception du pouvoir arbitraire en particulier.

    La seconde moitié de la déclaration ci-dessus décrit brièvement l'idée principale de la justice comme minimisant la domination, une conception de la justice sociale. La deuxième partie [de mon livre] expose une théorie de la justice comme minimisation de la domination
    ." (p.2-3)

    "Mon intérêt porte sur la domination dans son sens originel, comme une sorte de loi privé ou de maîtrise personnelle. Le terme de domination dérive finalement de dominus, le mot latin primitif désignant le maître d'une maison. Finalement, les Romains en sont venus à comprendre la domination comme le contraire de la liberté - une personne libre (liber) est une personne qui n'est pas soumise à la domination (dominatio) d'une autre, et vice versa. Mon objectif est de développer une théorie de la domination dans ce sens original. Bien plus tard, bien sûr, le mot "domination" a accumulé diverses significations subsidiaires, en anglais et dans d'autres langues, dérivées de ce sens original. Vraisemblablement, décrire la prééminence athlétique comme une domination, ou dire que "les pennies dominent sa collection de pièces de monnaie", et ainsi de suite, c'était d'abord s'engager dans une métaphore, et seulement plus tard utiliser le terme dans un sens sémantiquement littéral." (p.3)

    "Une théorie couronnée de succès devrait s'adapter raisonnablement bien à nos intuitions pertinentes préexistantes concernant le concept de domination. Bien sûr, il n'est pas nécessaire que la théorie justifie toutes nos intuitions exactement telles qu'elles sont actuellement, et de toute façon les intuitions des gens diffèrent souvent ; mais une théorie convaincante doit les respecter au moins dans la mesure où elle est reconnaissable comme une théorie de la domination et pas autre chose. " (pp.4-5)

    "Depuis un certain temps, je suis insatisfait de la doctrine "libérale"-contractualiste qui est prééminente dans la théorie et la philosophie politiques contemporaines (occidentales). Le terme de contractualisme "libéral" fait ici référence à une tradition assez large qui englobe les idées de personnalités telles que John Locke, Jean-Jacques Rousseau et Emmanuel Kant, et, de nos jours, John Rawls, Brian Barry, Thomas Nagel, T. M. Scanlon et d'autres. En gros, les contractualistes "libéraux" soutiennent que les institutions et pratiques politiques et sociales justes sont celles dont les personnes raisonnables dans une société diverse ou pluraliste conviendraient qu'elles peuvent servir de base impartiale à un système de coopération équitable. Certes, il s'agit d'une doctrine politique extrêmement séduisante à bien des égards. D'une part, elle est "politique et non métaphysique", comme le dit le slogan, car elle ne semble pas dépendre de la vérité d'une conception particulière du bien ou d'une philosophie globale. D'autre part, elle offre la vision puissante d'une société parfaitement volontariste - c'est-à-dire une société dans laquelle personne n'est forcé de vivre sous des institutions politiques et sociales qu'il n'accepte pas comme raisonnables et justes." (p.6)

    "Malgré ces atouts importants, cependant, le contractualisme "libéral" a fait l'objet de critiques croissantes ces dernières années. Les féministes ont attaqué la stratégie "libérale"-contractualiste consistant à protéger la sphère privée de toute interférence publique ou politique, ce qui, selon elles, masque une domination considérable des sexes dans la famille et entrave les efforts visant à redresser cette injustice persistante. Les démocrates délibératifs ont attaqué le contractualisme "libéral" pour avoir accordé une trop grande valeur aux droits individuels par rapport à la nécessité d'une participation démocratique robuste, et pour n'avoir fourni que des arguments faibles et instrumentaux en faveur d'une démocratie représentative minimale. Les multiculturalistes ont attaqué le contractualisme "libéral" parce qu'il ne percevait pas les diverses blessures culturelles infligées par les institutions libérales, et parce qu'il ne pouvait ou ne voulait rien faire pour y remédier. Il y a une part de vérité, à mon avis, dans ces critiques (et d'autres). Chacune d'entre elles frappe au cœur même de la doctrine "libérale"-contractualiste, car la difficulté dans chaque cas découle (bien que de manière quelque peu différente) de l'aspiration à obtenir un consensus volontaire sur des institutions et des pratiques politiques et sociales partagées en renvoyant les désaccords moraux et éthiques importants à la sphère privée de la société civile. " (pp.6-7)

    "En dehors de l'université, le contractualisme "libéral" est confronté à un ensemble différent de défis. En particulier, un défi extrêmement important et peut-être sous-estimé est présenté par ce que l'on pourrait appeler le libéralisme ordinaire. La nécessité d'une doctrine politique progressiste capable de concurrencer efficacement le libéralisme ordinaire est devenue particulièrement pressante avec l'effondrement des théories radicales telles que le marxisme et le socialisme. Tant que ces dernières étaient prises au sérieux, le libéralisme constituait une sorte de moyen terme modérément progressiste entre l'extrême droite et l'extrême gauche. Pour beaucoup de gens, cependant, il n'est plus possible de considérer le libéralisme de cette manière. On peut en voir l'effet, par exemple, dans la difficulté croissante qu'éprouvent aujourd'hui les "libéraux" à défendre des politiques de redistribution qui permettraient de lutter contre la grande pauvreté et les inégalités. Les raisons de cette faiblesse rhétorique face à un libéralisme banalisé sont sans doute multiples. L'une d'entre elles pourrait être qu'il est de plus en plus difficile pour les gens de considérer leur société comme un système de coopération mutuelle, étant donné l'importance accordée aujourd'hui à la vie privée, à l'individualisme, à l'autonomie personnelle et ainsi de suite (des valeurs que, ironiquement, le libéralisme lui-même a été en partie responsable de promouvoir). Il y en a certainement d'autres, mais il n'est pas important de les développer. Ce qui est important, c'est que la justice en tant que minimisation de la domination représente une alternative progressiste possible." (p.7)

    "Ces dernières années, on a assisté à un remarquable regain d'intérêt pour la tradition républicaine de la pensée politique occidentale. Cette tradition comprend les écrits de Machiavel et de ses prédécesseurs italiens du XVe siècle, les républicains anglais Milton, Harrington, Sidney et d'autres, Montesquieu et Blackstone, les commonwealthmen anglais du XVIIIe siècle et de nombreux Américains de l'époque de la fondation de la république, comme Jefferson et Madison. Ces auteurs mettent l'accent sur de nombreuses idées et préoccupations communes, telles que l'importance de la vertu civique et de la participation politique, les dangers de la corruption, les avantages d'une constitution mixte, l'État de droit, etc. On les appelle souvent les auteurs politiques "républicains classiques" (ou parfois "néo-romains") parce qu'ils s'appuient sur des exemples classiques, notamment ceux de Cicéron et des historiens latins, pour présenter leurs divers arguments.

    Un groupe de théoriciens contemporains, représenté par Quentin Skinner, Philip Pettit, Maurizio Viroli et d'autres, a cherché à développer les idées de cette tradition en une doctrine politique républicaine civique (ou néo-républicaine) attrayante. Selon eux, ce qui lie les écrits républicains classiques est un engagement profond envers la valeur fondamentale que représente la liberté politique, cette dernière notion est comprise -et c'est une nuance cruciale- non pas comme l'absence d'interférence (comme dans la vision standard de la liberté négative), mais plutôt comme l'absence de domination. La liberté politique, en d'autres termes, est une sorte d'indépendance - par rapport à l'esclavage, à un gouvernement despotique ou autocratique, à l'asservissement colonial et à d'autres types de contrôle ou de domination. Une fois compris sous cet angle, il est clair que les républicains classiques chérissent les vigoureuses vertus civiques, la participation politique active, une constitution mixte, l'État de droit, etc. comme des biens instrumentaux, utiles pour garantir et maintenir la liberté politique ainsi comprise. En outre, leurs écrits peuvent donc être considérés comme contribuant - certes d'une manière souvent désordonnée et inachevée - à l'élaboration d'une doctrine politique attrayante, indépendante et distincte de la tradition libérale dominante qui l'a finalement supplantée.
    " (p.Cool

    "Cette interprétation républicaine civique de la tradition républicaine classique doit donc être soigneusement distinguée d'une interprétation humaniste civique antérieure et concurrente, que l'on trouve par exemple dans les travaux d'Arendt (1990, 1993), de Wood (1969), de Pocock (1975) ou de Rahe (1992). Selon l'interprétation humaniste civique, la participation politique active et la vertu civique sont considérées comme des éléments constitutifs de la meilleure vie humaine, et sont donc valorisées de manière intrinsèque (et non instrumentale). Ce n'est pas mon point de vue, ni celui de Skinner, Pettit, Viroli et des autres républicains civiques." (note 9 p.8 )

    "L'affinité mutuelle entre le projet de [Philip] Pettit et la conception de la justice sociale comme minimisant la domination avancée dans cette étude devrait être évidente. D'un certain point de vue, cette dernière pourrait être considérée comme une simple version remaniée et systématisée de la première. Cependant, il existe également des différences significatives entre les deux - par exemple, mon inclusion de la dépendance dans la conception de la domination, nos conceptions différentes de l'arbitraire, et les différents liens que nous établissons entre la liberté comme non-domination et la démocratie. En outre, cette étude aborde en détail des sujets tels que la justice distributive et l'accommodement multiculturel qui n'ont reçu que peu d'attention dans la littérature républicaine civique jusqu'à récemment." (p.9)

    "Cette histoire peut surprendre car beaucoup n'ont pas l'habitude de considérer le républicanisme comme une doctrine politique particulièrement progressiste. Bien que je sois d'accord avec Pettit pour dire qu'un contenu potentiellement progressiste peut être trouvé dans les écrits républicains classiques, il est important de souligner que, contrairement à Pettit, je ne suis pas intéressé à faire correspondre mes propositions avec ce que l'on peut trouver dans la tradition républicaine classique. En effet, les discussions qui suivent sembleront souvent totalement détachées de ce que de nombreux lecteurs considéreraient comme les préoccupations typiques des républicains civiques contemporains. " (p.9)

    "Comme le dirait Judith Shklar, nous sommes sur un terrain plus solide lorsque nous commençons par un summum malum [plus grand mal] concret comme la domination plutôt que par un summum bonum vague et hypothétique." (p.10)

    "Une théorie robuste de la domination sera précieuse même pour ceux qui ne sont pas particulièrement intéressés ou sympathisants de l'agenda républicain civique contemporain." (p.11)

    "La définition générale de la domination donnée par Weber n'est énoncée que brièvement, sans élaboration, sans justification, ni aucune considération des alternatives." (p.11)

    "Le terme "domination" ne possède pas d'entrée dans The Social Science Encyclopedia (1996), The Blackwell Encyclopedia of Political Science (1991), le Dictionary of Political Thought (1996), l'Encyclopedia of Sociology (2000), ni dans aucun autre ouvrage de référence comparable dont j'ai connaissance." (pp.11-12)

    "Avant d'étudier les causes et les effets de la domination (ou de toute autre chose, d'ailleurs), il faut avoir une idée claire de la chose elle-même dont on entend rechercher les causes et les effets." (p.16)

    "La conception de la domination selon le critère du pouvoir arbitraire se divise naturellement en trois éléments constitutifs primitifs : l'idée d'être dépendant d'une relation sociale, l'idée d'avoir un pouvoir social sur une autre personne ou un groupe, et l'idée de pouvoir exercer ce pouvoir de manière arbitraire. Ce sont les sujets des chapitres 2, 3 et 4, respectivement." (p.20)

    "Cette partie [normative] de l'argumentation peut également être divisée en trois étapes : premièrement, un exposé des raisons pour lesquelles la non-domination doit être considérée comme un bien humain important ; deuxièmement, un exposé de la meilleure façon de structurer une conception de la justice sociale fondée sur cette idée ; et troisièmement, des exemples de la façon dont cette conception fonctionnerait en pratique. Ce sont les thèmes des chapitres 5, 6 et 7, respectivement. Le chapitre 7 affirme, entre autres, que la justice en tant que minimisation de la domination implique le versement public d'un revenu de base inconditionnel, l'extension d'accommodements culturels spéciaux dans certaines conditions, et la démocratie restreinte par la constitution comme forme optimale de gouvernement. " (p.21)

    "Je soutiens que la domination doit être définie de manière structurelle, en fonction d'une compréhension spécifique de ce terme. Je rejette l'idée que la domination devrait être caractérisée en termes de résultats contingents de certaines actions ou événements - comme, par exemple, qu'un groupe en domine un autre lorsque le premier en profite aux dépens du second.

    Je soutiens plutôt que chaque fois que des personnes ou des groupes sont structurellement liés les uns aux autres d'une manière particulière, cette situation constitue en soi une domination, indépendamment des résultats que nous observons dans un cas particulier. Mais en même temps, je rejette l'idée que les structures elles-mêmes dominent les gens, comme s'il pouvait y avoir des sujets de domination sans qu'il y ait aussi des agents. En d'autres termes, à mon avis, la domination est toujours une relation entre différentes personnes ou groupes, jamais une relation entre les personnes et les structures en tant que telles
    ." (p.25)

    "Un différend entre deux conceptions concurrentes de la domination peut être considéré comme un différend concernant les configurations de faits qui devraient être considérées comme des formes de domination. Maintenant, s'il s'agissait simplement d'opposer ma liste à la vôtre, il serait en effet difficile de voir comment notre différend pourrait être résolu de manière raisonnable. Bien sûr, nous avons souvent des intuitions assez fortes concernant ce qui devrait être considéré comme une domination, et ces intuitions peuvent servir de base pour dresser une liste initialement plausible de ses formes. Mais lorsque nos intuitions diffèrent - comme c'est souvent le cas - il ne semble pas y avoir de bonne raison de préférer une liste à une autre en tant que telle.

    C'est pourquoi nous devrions considérer une conception de la domination comme une règle ou un principe permettant de trier des modèles de faits réels ou hypothétiques en ensembles. La conception est le principe de tri lui-même, tandis qu'une liste des diverses formes de domination n'est que le sous-produit de l'application de ce principe à une série d'exemples possibles.

    Cette distinction importante, entre un principe de tri et la liste des formes qui en est le sous-produit, permet de répondre à la question de savoir comment résoudre de manière raisonnable les différends concernant les différentes conceptions. L'idée est d'abord de proposer un principe de tri, puis de le tester sur une série de cas. En supposant que nos intuitions concernant certains de ces cas (en particulier, s'ils doivent être considérés comme de véritables cas de domination) ne correspondent pas aux résultats générés par le principe de tri proposé, nous devrons apporter des révisions au premier, au second, ou aux deux. En effectuant ces révisions, nos jugements sont guidés par la force relative de nos diverses intuitions, ainsi que par la puissance et l'utilité des principes de tri alternatifs : en gros, un principe de tri est meilleur qu'un autre s'il capture davantage de nos intuitions les plus fortes avec une plus grande efficacité conceptuelle. Après un processus itératif de tests et de révisions, nous arrivons finalement à une conclusion qui nous satisfait - en d'autres termes, nous nous retrouvons avec un principe de tri qui correspond bien aux intuitions que nous avons décidé, après réflexion, de conserver. Cette approche est parfois appelée la méthode d'analyse des cas. Lorsqu'elle réussit, elle aboutit à ce que John Rawls appelle un "équilibre réfléchi" par rapport au concept en question
    ." (p.27)

    "Considérons donc les quelques exemples suivants, raisonnablement typiques :

    1) L'absolutisme était essentiellement cela : un appareil de domination féodale redéployé et renforcé, conçu pour ramener les masses paysannes à leur position sociale traditionnelle - malgré et contre les gains qu'elles avaient obtenus par la remise généralisée des droits.

    2) L'esclavage est l'une des formes les plus extrêmes de la relation de domination, approchant les limites du pouvoir total du point de vue du maître et de l'impuissance totale du point de vue de l'esclave.

    3) En tant que petite économie et petit État, dirigé par un roi-père, la famille a longtemps été le cadre de la domination des épouses et des filles (et des fils). Il n'est pas difficile de recueillir des récits de brutalités physiques ou de décrire des pratiques coutumières et des rites religieux qui semblent avant tout destinés à briser l'esprit des jeunes femmes.

    4] Jusqu'à présent, nous ne connaissons que deux formes authentiques de domination totalitaire : la dictature du national-socialisme après 1938 [?] et la dictature du bolchevisme depuis 1930. Ces formes de domination diffèrent fondamentalement des autres types de régime dictatorial, despotique ou tyrannique. " (p.29)

    "Bien que ces utilisations du concept de domination ne soient pas incontestables, elles représentent des cas assez centraux de ce que l'on s'attendrait intuitivement à ce qu'une conception acceptable de la domination couvre. Une chose que l'on peut retenir de ces passages est que les auteurs semblent considérer la domination comme une sorte de relation entre des personnes ou des groupes. Les exemples de domination dont nous disposons comprennent : le système féodal, l'institution de l'esclavage, certains types d'arrangements familiaux et le totalitarisme. Dans chaque cas, ce qui est décrit comme une domination est une manière particulière dont les personnes ou les groupes se situent les uns par rapport aux autres.

    Je soutiendrai que ce point de vue est fondamentalement correct, et que notre conception de la domination devrait effectivement être basée sur cette idée. Cependant, afin d'argumenter, je dois d'abord expliquer l'idée générale d'une relation sociale
    ." (p.30)

    "Comme l'égoïsme éthique, l'égoïsme psychologique est presque certainement faux." (note 10 p.33)

    "Dès lors que ce que nous voulons faire, si nous voulons être rationnels, dépend en partie de ce que les autres sont susceptibles de faire, on appelle cela une situation stratégique. " (p.34)

    "Chaque fois que deux ou plusieurs personnes ou groupes sont, à certains égards significatifs, entièrement liés les uns aux autres sur le plan stratégique, disons qu'ils sont engagés dans une relation sociale. Ou, pour reprendre les mots de Max Weber :

    Le terme "relation sociale" sera utilisé pour désigner le comportement d'une pluralité d'acteurs dans la mesure où, dans son contenu significatif, l'action de chacun tient compte de celle des autres et est orientée en ces termes.

    Toutes les relations entre les personnes ne sont pas des relations sociales, ainsi définies. Parfois, c'est simplement parce que nos actions n'ont pas d'effet significatif sur les autres personnes. Cependant, même lorsqu'un résultat significatif est le produit conjoint des actions de nombreuses personnes, les individus impliqués peuvent ne pas être engagés dans une relation sociale. Le scénario de la soi-disant "tragédie des biens communs" en est un exemple classique. Imaginez un groupe de familles partageant un lac commun. Chaque famille peut, avec un certain degré d'effort, se débarrasser correctement de ses déchets, ou bien, sans effort, les déverser dans le lac. Dans le premier cas, chaque famille doit supporter elle-même l'intégralité du coût de l'élimination appropriée ; dans le second cas, comme leurs déchets sont dissipés dans le lac, chaque famille remarque à peine sa contribution marginale à la pollution du lac. Chaque famille est confrontée exactement aux mêmes arbitrages en faveur de la mise en décharge. Dans de tels scénarios, le résultat (un niveau de pollution du lac) sera le produit conjoint des actions de tous. Mais du point de vue de chaque famille, ce que font les autres familles n'a aucune importance : que les autres polluent ou non le lac, les compromis auxquels chaque famille est confrontée favorisent la pollution. Bien entendu, cette situation est finalement pire pour tout le monde (d'où la tragédie). Mais l'observation pertinente ici est une observation étroite. Puisque la ligne de conduite préférée de chaque individu dans de tels scénarios ne dépend pas de ce que font les autres, ils ne sont pas engagés dans une relation sociale." (p.35)

    "Les situations qui ne sont pas stratégiques de cette manière sont parfois appelées paramétriques. Dans une situation paramétrique, même si ce que je veux faire dépend, dans un sens technique, de ce que font les autres, pour la plupart, je n'ai pas besoin d'en tenir compte, puisque les résultats agrégés pertinents de leurs actions sont hautement prévisibles et non affectés par mes propres décisions. Ainsi, lorsque je suis lié aux autres de manière paramétrique, je n'ai pas à me préoccuper de la manière dont leurs décisions vont interagir stratégiquement avec les miennes." (pp.35-36)

    "De nombreuses autres situations le feraient cependant. Les relations de domination en fournissent un exemple notable. Considérons l'un des cas centraux mentionnés plus tôt dans ce chapitre - le féodalisme européen du début des temps modernes. Les paysans doivent anticiper les punitions que les nobles sont susceptibles de leur infliger s'ils ne reçoivent pas leur dû féodal, et les premiers doivent planifier leurs actions en conséquence. Les nobles, pour leur part, doivent envisager ce que les paysans sont susceptibles de faire si des exigences excessives leur sont imposées. Cela est vrai même si les paysans sont trop faibles en tant que classe pour menacer sérieusement la position sociale de la noblesse : si les exigences des nobles sont trop importantes, par exemple, les paysans pourraient croire de manière plausible qu'ils seront punis quoi qu'ils fassent, et donc la menace de punition n'aura plus l'effet incitatif souhaité. Il s'agit d'une situation pleinement stratégique, et les paysans et les nobles imaginés sont donc engagés dans une relation sociale. On pourrait raconter des histoires similaires dans chacun des autres cas centraux de domination mentionnés précédemment." (p.36)

    "Appelons "dépendance" le degré auquel le maintien d'une personne ou d'un groupe dans une relation sociale donnée n'est pas volontaire. La dépendance doit être considérée comme une échelle mobile, variant en fonction des coûts nets attendus (c'est-à-dire les coûts attendus moins les gains attendus) de la sortie ou de la tentative de sortie d'une relation sociale. Il va sans dire que la dépendance à l'égard d'une relation sociale donnée ne doit pas être symétrique (ma dépendance n'est pas nécessairement élevée parce que la vôtre l'est), ni à somme nulle (ma dépendance n'est pas nécessairement faible parce que la vôtre est élevée). Le degré de dépendance d'un membre dans une relation sociale donnée ne permet pas de déduire l'étendue de la dépendance des autres membres.

    Pour éviter toute confusion par la suite, permettez-moi de souligner que je ne ferai pas de distinction entre le fait qu'une tentative de sortie soit (relativement) coûteuse et son caractère (relativement) involontaire. Selon certaines conceptions de ce qui est volontaire et involontaire, ces deux notions peuvent ne pas être les mêmes. Par exemple, supposons qu'un agent de la police des frontières pointe son arme sur une personne qui tente de fuir son pays, et lui crie "Arrêtez-vous là, ou je tire !". Il est clair que la poursuite de sa tentative de sortie doit être considérée comme coûteuse, mais si elle décide de s'arrêter, on peut néanmoins penser qu'il s'agit d'une décision volontaire dans le sens où, à proprement parler, elle a toujours le pouvoir d'assumer le risque. Contrairement à Hobbes, je ne considère pas qu'il s'agisse d'une conception utile de ce que signifie le caractère volontaire ou involontaire d'une chose. Par conséquent, je définirai simplement le degré d' "involontarité" de l'adhésion à une relation sociale comme équivalent aux coûts relatifs attendus (moins les gains relatifs attendus) de la tentative de sortie.

    Les coûts de sortie doivent être compris au sens large. Ils ne se limitent pas aux seuls coûts matériels. Bien au contraire, les coûts de sortie sont souvent, dans une certaine mesure, psychologiques, et donc subjectifs. La dépendance d'une personne à l'égard d'une relation sociale particulière dépend de ses croyances (vraies ou fausses) quant aux dangers d'une tentative de sortie, ainsi que de ses croyances (vraies ou fausses) quant aux mérites de toute option extérieure par rapport aux mérites de sa situation actuelle. Parfois, il est dans l'intérêt de certains membres d'une relation sociale que d'autres membres de la même relation ne tentent pas de sortir : dans ce cas, les premiers ont toutes les raisons d'accroître la dépendance des seconds. Ils peuvent le faire simplement en augmentant explicitement les coûts directs de la sortie - en rendant plus sévère la punition pour une tentative de fuite, par exemple. Alternativement (ou en plus), ils peuvent propager la croyance que l'arrangement actuel est bénéfique et naturel, que les alternatives sont bien pires qu'elles ne le semblent, ou même que les alternatives (apparentes) n'existent pas du tout. Toutes ces stratégies, dans la mesure où elles réussissent, augmenteraient les niveaux de dépendance à la relation sociale. En bref, ce qui détermine la dépendance est le coût de la sortie du point de vue subjectif de la personne ou du groupe en question.

    Imaginons qu'une personne soit engagée dans une relation sociale qu'elle considère comme exceptionnellement précieuse. Elle est peut-être le conseiller personnel d'un roi puissant ou occupe un emploi exceptionnellement lucratif. Si elle accorde une valeur suffisante à sa position actuelle, elle peut subjectivement considérer que ses coûts de sortie sont élevés, même si la meilleure option qui lui reste n'est pas mauvaise du tout, du moins selon des critères objectifs. (Nous devons bien sûr tenir compte des rendements marginaux décroissants : pour générer des coûts de sortie équivalents, la différence absolue entre deux options relativement bonnes doit généralement être supérieure à la différence absolue entre deux options relativement mauvaises). Elle est "coincée dans un cage dorée", pour ainsi dire. Devons-nous considérer que sa dépendance est élevée en conséquence ? Dans le but de développer une conception de la domination, la meilleure réponse est: oui.

    [...] Mais il convient de souligner ici que la dépendance en tant que telle n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Bon nombre des liens les plus précieux entre les êtres humains -partenariats d'amitié ou d'amour, relations parentales, et ainsi de suite- sont inévitablement des relations de dépendance. La dépendance pose toutefois un problème lorsqu'elle est associée à certains autres facteurs qui, pris ensemble, constituent une domination
    ." (pp.39-40)

    "Des maîtres et des esclaves particuliers feront des choix différents dans le cadre de leurs opportunités respectives. Par exemple, un maître peut être exceptionnellement dur concernant le sort réservé à ses esclaves, tandis qu'un autre (qui est confronté, par hypothèse, à plus ou moins la même série d'opportunités) est comparativement indulgent. Il s'ensuit que même lorsque deux relations sociales ont à peu près la même structure, les résultats de chacune d'elles peuvent différer considérablement. On peut dire la même chose, bien sûr, des mariages dans l'Angleterre ou l'Amérique du XIXe siècle. Alors que l'environnement structurel défini par la loi et la coutume familiales anglo-américaines traditionnelles était globalement similaire pour tous les mariages, chaque mariage individuel se déroulait de manière très différente. De nombreux maris traitaient leurs femmes avec respect, même s'ils n'y étaient pas contraints par la loi et la coutume traditionnelles ; d'autres ne le faisaient pas.

    Il est certain que l'esclavage est un exemple de domination, s'il en est. Beaucoup diraient également (à juste titre, à mon avis) que les femmes étaient soumises à la domination de leurs maris en vertu du droit et de la coutume traditionnels de la famille. Supposons maintenant que nous pensions que la domination a quelque chose à voir avec les résultats d'une relation sociale particulière. Dans ce cas, nous devrions examiner comment chaque relation sociale se déroule afin de déterminer si quelqu'un est réellement soumis à la domination ou non. Par exemple, si nous définissons la domination comme le fait pour une personne ou un groupe de bénéficier d'un avantage aux dépens d'une autre personne ou d'un autre groupe, alors pour déterminer si un esclave particulier est soumis à la domination, nous devons déterminer si le maître de cet esclave en a effectivement bénéficié à ses dépens. De même, pour déterminer si une femme est soumise à la domination, il faudrait voir si un mari en a profité aux dépens de sa femme. Étant donné que des personnes différentes, même lorsqu'elles sont confrontées à des opportunités similaires, feront des choix différents, les résultats varieront d'un cas à l'autre, de même que nos conclusions sur la domination. Appelons cela une conception de la domination basée sur les résultats.

    Bien sûr, j'ai parlé ici d'individus spécifiques - des maîtres et des esclaves particuliers, des maris et des femmes particuliers. On pourrait interpréter la conception fondée sur les résultats de manière quelque peu différente, au niveau des groupes. Nous pourrions dire, par exemple, qu'un groupe (par exemple, les femmes) est sujet à la domination si un autre groupe (les hommes) bénéficie généralement aux dépens du premier par le biais d'une institution particulière (le mariage traditionnel). Cela ne changerait rien à l'essentiel. Selon cette définition révisée, nous devons toujours examiner les résultats globaux de l'institution, et non sa structure interne, afin de déterminer si elle constitue une domination ou non. S'il s'avérait que les femmes bénéficient dans l'ensemble de l'institution traditionnelle du mariage, il s'ensuivrait - quelle que soit la structure des relations matrimoniales traditionnelles - que les femmes ne sont pas, par définition, des sujets de la domination.

    Supposons maintenant que nous adoptions un point de vue différent, selon lequel la domination ne se réfère pas à un type spécifique de résultats, mais plutôt à la structure des relations sociales en tant que telles. De ce point de vue, la façon dont une relation particulière se déroule n'a pas d'importance : nous nous engagerions à dire que, toutes choses égales par ailleurs, l'esclave d'un maître indulgent n'est pas moins sujet de domination que l'esclave d'un maître sévère (même si, bien sûr, leurs situations peuvent certainement différer à d'autres égards, tels que leurs niveaux respectifs de santé, de bonheur, etc.)

    Appelons ce deuxième point de vue une conception de la domination basée sur la structure. Laquelle de ces deux conceptions est la meilleure ? Les lecteurs peuvent avoir des intuitions différentes.
    Cependant, mon point de vue, et probablement celui d'une majorité de ceux qui ont réfléchi à cette question, est que la seconde conception est meilleure. En d'autres termes, selon le meilleur point de vue, la domination doit être comprise comme se référant à la structure d'une relation sociale en soi, et non aux façons spécifiques dont elle se manifeste dans un cas particulier Les résultats observables ne sont pas toujours un bon indicateur de ce qui se passe réellement dans une relation sociale donnée. En effet, les personnes et les groupes soumis à la domination adaptent judicieusement nombre de leurs actions pour en minimiser les effets néfastes. Par exemple, ils peuvent adopter une personnalité publique qui ne remet pas en cause le système de domination établi.

    Dans la mesure où ces stratégies réussissent, l'esclave peut sembler ne pas être beaucoup plus mal loti que certaines personnes libres. En effet, le point de vue fondé sur les résultats semblerait nous obliger à dire qu'à mesure qu'un esclave comprend de mieux en mieux les dispositions psychologiques de son maître, et qu'il parvient ainsi à éviter les abus manifestes, il est de moins en moins sujet à la domination. Cela ne semble pas pertinent. Il en va de même dans d'autres cas. Par exemple, lorsque le droit traditionnel de la famille accorde aux maris un pouvoir excessif sur leurs femmes, il sera souvent difficile de dire si un mari particulier n'a pas exercé ses pouvoirs par retenue ou simplement parce que sa femme a (raisonnablement) évité de les remettre en question. "Il y aurait infiniment plus de femmes qui se plaindraient d'un mauvais traitement, fait remarquer Mill, si la plainte "n'était pas la plus grande de toutes les incitations à la répétition et à la multiplication des mauvais traitements". L'ouvrage de [l'anthropologue] James Scott,
    Domination and the Arts of Resistance, est essentiellement un catalogue étendu de ce type de démarches anticipatives de la part des personnes et des groupes soumis à la domination. En nous concentrant sur les résultats, nous nous méprenons souvent sur le caractère réel de ces relations sociales.

    Être soumis à la domination, c'est, entre autres, être engagé dans une relation sociale structurée de telle sorte que l'on doit souvent recourir à des techniques de servilité afin d'obtenir un sort à peu près humain. Le fait que des esclaves ou des épouses particulières, par exemple, choisissent de recourir à ces tactiques n'a aucune importance ; et, selon la même logique, le fait que des maîtres ou des maris particuliers agissent avec bienveillance parce qu'ils sont intrinsèquement de bonne personne, ou plutôt parce qu'ils ont été convenablement amadoués, n'a aucune importance. La domination réside dans la structure de la relation elle-même, et non dans ses résultats
    ." (pp.44-47)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Dim 27 Juin - 18:12

    "Dire que la domination renvoie à la structure d'un rapport social ne signifie pas que ces structures elles-mêmes soumettent des personnes ou des groupes à la domination, et donc, implicitement, qu'il pourrait y avoir domination sans agents. Cette dernière possibilité doit être distinguée du constat que la domination survient parfois de manière non intentionnelle, sans que personne n'ait délibérément entrepris de soumettre autrui à la domination." (p.47)

    "Imaginons une société dans laquelle le droit des biens reconnaît la possibilité de la propriété chez les êtres humains, mais dans laquelle il se trouve qu'il n'y a pas encore d'esclaves. Après quelque temps, cependant, des esclaves sont importés, et la loi soutient dûment le droit de propriété de leurs maîtres. Plus tard encore, les maîtres se repentent et procèdent à l'affranchissement de leurs esclaves. Les lois, cependant, restent inchangées tout au long de ces événements. Ce n'est que dans la période intermédiaire qu'il est exact de dire que quiconque est soumis à la domination. Au cours de cette période intermédiaire, s'il est tout à fait correct de dire que l'institution de la propriété a joué un rôle important en permettant la domination, il n'est pas correct de dire que les esclaves ont été dominés par cette institution. L'expérience réelle de la domination est ici l'expérience d'esclaves particuliers, confrontés à leurs maîtres particuliers.
    Il est donc important de ne pas confondre l'affirmation sensée selon laquelle des personnes ou des groupes se dominent mutuellement dans certaines conditions structurelles avec l'affirmation obscure et douteuse selon laquelle les structures elles-mêmes dominent des personnes ou des groupes. Les structures définissent les rôles respectifs de l'agent et du sujet dans toutes les relations de domination, mais des personnes ou des groupes réels doivent occuper ces rôles pour que l'expérience de la domination existe.
    " (p.48)

    "Un autre exemple fondamental de domination est le régime autocratique. Tout bien considéré, il est loin d'être facile pour la plupart des gens de quitter une société pour une autre. Cela signifie que la dépendance des membres d'une société est assez élevée, et il s'ensuit que toute domination qu'ils subissent de la part de leur gouvernement sera d'autant plus sévère. Comme on peut s'y attendre, les États totalitaires et despotiques tentent souvent d'augmenter délibérément les coûts des tentatives d'émigration, précisément pour renforcer le poids de leur domination. [...]
    Étant donné deux relations sociales dont les environnements structurels sont par ailleurs équivalents, la domination subie sera pire dans celle où la dépendance des sujets est plus élevée
    ." (pp.51-52)

    "Supposons qu'une personne ait le choix entre un large éventail de maîtres différents dans des relations sociales alternatives G1, G2, .... ,Gn. Supposons en outre que les coûts et les risques liés au fait de quitter l'un pour l'autre soient assez faibles, mais que ses perspectives avec l'un ou l'autre soient plus ou moins aussi sombres. Il pourrait alors sembler que, malgré ses perspectives médiocres avec le maître qu'elle finit par choisir, sa dépendance vis-à-vis de lui en particulier est néanmoins faible, car elle est toujours libre de l'échanger contre un autre. On pourrait alors penser [....] qu'elle ne peut pas souffrir beaucoup de la domination.

    Mais cette conclusion est trop hâtive. Peut-être les maîtres ont-ils réussi à s'entendre pour maintenir les perspectives des domestiques à un bas niveau en général. Dans ce cas, le choix pertinent n'est pas entre G1, G2, .... , Gn, qui devraient être considérés comme une seule relation sociale G incluant tous les maîtres comme membres, mais plutôt entre G et H - disons, où H signifie ne pas avoir de maître du tout. Ses perspectives sous H pourraient être très pauvres en effet (peut-être la famine). Si c'est le cas, nous avons alors un exemple de ce que l'on pourrait appeler une domination décentralisée, dont la nature est partiellement obscurcie jusqu'à ce que notre analyse comprenne comment l'appartenance à la relation sociale pertinente est définie. On pourrait facilement imaginer une analyse marxiste du système de travail salarié selon ces lignes. Parfois, la domination décentralisée de ce type est décrite comme impersonnelle, dans le sens où aucun serviteur ou travailleur individuel ne dépend d'un maître ou d'un employeur en particulier, et on pense donc à tort qu'il s'agit d'un exemple de domination sans agent. Une fois que la relation sociale pertinente a été correctement définie, cependant, nous voyons que ce n'est pas le cas.
    " (pp.52-53)

    "En soi, la dépendance n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Néanmoins, dans la mesure où elle contribue au maintien des relations de domination, la réduction de la dépendance peut être un outil parmi d'autres pour réduire la domination. [...]
    Par exemple, une prestation publique d'allocations de chômage réduit la dépendance des travailleurs, et donc la domination qu'ils pourraient subir de la part de leurs employeurs. Les employeurs, pour leur part, ont historiquement essayé d'augmenter artificiellement la dépendance de leurs travailleurs, par exemple par des pratiques collusoires telles que l'établissement de listes noires [contre les "fortes-têtes", les syndiqués, etc.]. La restriction de ces pratiques pourrait permettre de réduire encore davantage la dépendance des travailleurs. De même, comme l'a observé Mill, l'ouverture d'opportunités d'emploi pour les femmes réduit leur dépendance à l'égard de leurs maris, réduisant ainsi les possibilités de domination au sein de la famille. C'est précisément pour maintenir leur domination sur les femmes que les hommes ont dû empêcher ce phénomène, ce qu'ils ont fait de manière formelle (en créant des obstacles juridiques à l'emploi des femmes) et informelle (en propageant l'idéologie selon laquelle les femmes sont naturellement inaptes à faire autre chose que leur travail de mère). Et ainsi de suite. Réduire la dépendance, dans la plupart des cas, réduit la domination. Mais comme il ne sera pas toujours possible ou souhaitable de le faire, il existe (heureusement) d'autres stratégies pour atteindre cet objectif, comme nous allons le voir.
    " (pp.53-54)

    "La vision la plus courante de la domination est peut-être qu'il s'agit simplement du pouvoir - ou, pour être plus précis, qu'il s'agit de toute relation sociale structurée de telle sorte qu'une personne ou un groupe dans cette relation a plus de pouvoir qu'un autre. [...] Michel Foucault semble utiliser plus ou moins indifféremment les termes "domination" et "pouvoir". [...] J'appelle cela la conception de la domination basée sur le déséquilibre du pouvoir.
    Mon objectif est de montrer que cette manière de concevoir la domination est inadaptée, et qu'elle doit être rejetée.
    " (p.56)

    "Hobbes décrit le pouvoir comme la capacité d'obtenir des "biens apparents futurs". [...] Nous devons faire attention à comprendre le pouvoir en termes indépendants du désir. Le pouvoir n'est pas la capacité d'obtenir ce que nous voulons réellement, mais plutôt la capacité d'obtenir ce que nous pourrions vouloir. Si le pouvoir n'était pas compris comme étant indépendant du désir de cette manière, une personne pourrait devenir plus puissante simplement en adaptant ce qu'elle veut à ce qu'elle peut déjà accomplir. J'ai le pouvoir de sauter d'un pont, même si je ne le veux pas, mais je n'ai pas le pouvoir de voler, et je ne peux pas non plus me rendre plus puissant simplement en me convainquant que je ne le veux pas. " (p.68)

    "Être riche, c'est avoir, relativement parlant, plus d'argent que les autres personnes." (p.69)

    "Une personne ou un groupe a du pouvoir sur une autre si la première a la capacité de changer ce que la seconde préférerait faire." (p.75)

    "Il existe deux méthodes principales par lesquelles une personne ou un groupe peut modifier ce qu'une autre personne ou un autre groupe préférerait faire. Soit la première peut augmenter ou diminuer les coûts et les avantages attachés par la seconde à différentes options dans son ensemble d'opportunités, soit la première peut influencer les préférences de la seconde sur ces options. C'est à peu près la différence entre réduire le coût d'un téléviseur et me donner envie d'en avoir un de plus." (p.76)

    "Un déséquilibre du pouvoir social est en effet une condition nécessaire de la domination, et donc la conception du déséquilibre du pouvoir capture une partie de la vérité sur la domination. De plus, comme nous l'avons vu, le pouvoir est ce que l'on appelle parfois un " concept dispositionnel " : avoir du pouvoir sur quelqu'un, c'est avoir la capacité de changer ce qu'il préfère faire par ailleurs, que l'on se trouve à faire usage de cette capacité ou non. La mesure dans laquelle une personne ou un groupe possède cette capacité est, dans une large mesure, déterminée par l'environnement structurel environnant. Ainsi, la conception du déséquilibre du pouvoir correspondrait, dans le langage du chapitre 2, à une conception de la domination basée sur la structure, et non sur les résultats. Jusque-là, tout va bien.

    Mais un déséquilibre du pouvoir social est-il suffisant pour constituer une relation de domination ? Au début de ce chapitre, j'ai noté quelques théoriciens sociaux et politiques qui semblaient répondre par l'affirmative. A la réflexion, cependant, cela ne peut être correct. Le propriétaire d'un restaurant a la possibilité de me refuser le service si je suis impoli envers les serveurs : en supposant que j'aie voulu y dîner, cela constitue un pouvoir sur moi. De même, mon professeur d'aérobic (si j'en avais un) a le pouvoir de me dire quels exercices effectuer si je veux éviter d'être humilié devant la classe, et cela pourrait aussi constituer un pouvoir sur moi. Mais nous ne sommes pas enclins à considérer ces deux situations comme de véritables exemples de domination. Une raison pourrait être que ma dépendance à l'égard de l'une ou l'autre de ces relations est assez faible : je peux toujours trouver un autre restaurant ou un autre cours d'aérobic plus à mon goût, et en fait, je n'ai pas besoin de dîner au restaurant ou de prendre des cours d'aérobic du tout. Cela ne fait que montrer que, pour le moins, nous devons considérer à la fois un déséquilibre du pouvoir social et un certain degré de dépendance comme des conditions à la fois indépendante l'une de l'autre mais également nécessaires pour que la domination puisse survenir.
    " (pp.82-83)

    "Prenons le cas d'un étudiant universitaire qui a des amendes à payer à la bibliothèque. Conformément à sa politique habituelle, la bibliothèque de l'université a le pouvoir de bloquer la délivrance du diplôme de cet étudiant jusqu'à ce que ces amendes soient payées en totalité. Cela représente certainement un pouvoir sur l'étudiant ; en effet, compte tenu de la valeur du diplôme, on pourrait dire que ce pouvoir est considérable. En outre, ayant déjà engagé des frais considérables pour fréquenter cette université particulière, l'étudiant n'est guère en mesure de s'en aller et de s'inscrire ailleurs ; par conséquent, nous pourrions également dire que sa dépendance est assez élevée. Cela semble satisfaire aux deux exigences de la conception révisée du déséquilibre des pouvoirs. Mais voulons-nous dire que l'étudiant est soumis à la domination du bibliothécaire de son université ? Peut-être pas. Il manque encore quelque chose à notre conception. Dans le chapitre 4, je soutiens que ce qui manque est une troisième condition, à savoir l'arbitraire." (p.84)

    "Nous devrions plutôt caractériser la domination comme une manière ou un mode particulier par lequel le pouvoir social (de quelque forme que ce soit) peut être exercé sur les autres." (p.94)

    "Supposons que nous devions comparer le système d'application du droit pénal dans les États-Unis contemporains avec celui d'une dictature totalitaire -par exemple, la Russie de Staline ou la Roumanie sous Ceausescu. Deux aspects de cette comparaison ressortent. Premièrement, le déséquilibre du pouvoir entre l'État et ses citoyens est clairement important dans les trois cas. (On peut soutenir qu'en termes de capacité matérielle de l'État à contraindre ses citoyens, les États-Unis sont plus puissants que les autres). Deuxièmement, le coût de la tentative d'échapper à l'emprise de l'État est, dans tous les cas, assez élevé. (Il est peut-être un peu plus facile de sortir des États-Unis que d'un État dirigé par un régime totalitaire, mais pour la plupart des personnes ordinaires, la difficulté reste très grande, surtout une fois que l'on est soupçonné par les forces de l'ordre). Selon notre définition de la dépendance en tant que coûts de sortie, les citoyens en général devraient être considérés comme très dépendants de leurs États respectifs. Il en résulte que, selon la conception du déséquilibre du pouvoir, même révisée par l'ajout d'une condition de dépendance, les citoyens de la Russie de Staline ou de la Roumanie de Ceaucescu, d'une part, et ceux des États-Unis, d'autre part, sont apparemment soumis à un degré comparable de domination en ce qui concerne leur statut au regard du droit pénal.

    Cela ne peut pas être vrai. Bien entendu, je ne veux pas suggérer que le système de droit pénal des États-Unis est sans problème (loin de là). Ce que je veux dire, c'est que, quelle que soit l'opinion que l'on peut avoir sur ses faiblesses, on peut certainement admettre que, du moins en ce qui concerne le degré de domination exercé sur les citoyens ordinaires, il représente une amélioration par rapport à une dictature totalitaire.

    [...] Il s'agit, bien sûr, de simples intuitions, dont le seul but est d'illustrer une difficulté sérieuse avec la conception du déséquilibre du pouvoir lorsqu'elle est mesurée par rapport à un desideratum important discuté au chapitre 1 : l'utilité pratique. Pour qu'une conception de la domination soit utile, elle doit être capable de faire plus que de dire si une situation ou un état de fait compte comme un cas de domination ou non. Plus précisément, elle devrait avoir un contour descriptif, en ce sens qu'elle devrait être capable de faire des déclarations claires sur les niveaux ou degrés comparatifs de domination lorsqu'un scénario est mis en contraste avec un autre.
    Les illustrations que j'ai considérées suggèrent que la conception du déséquilibre du pouvoir n'a pas les contours descriptifs que nous souhaiterions
    ." (p.95)

    "Considérons la conception de la domination proposée par Philip Pettit et d'autres. Il soutient, en gros, qu'il y a domination chaque fois qu'une personne ou un groupe dispose d'un "pouvoir d'ingérence sur une base arbitraire" sur une autre personne ou un autre groupe. C'est la deuxième partie de cette définition qui est intéressante ici : à savoir, l'idée d'arbitraire. Or, l'expression "arbitraire" pouvant avoir des significations différentes selon les contextes, il est important de bien préciser le sens recherché ici.

    Parfois, le terme arbitraire est utilisé pour signifier "aléatoire ou imprévisible". Dans le cas de l'esclavage, par exemple, il est souvent vrai que les esclaves ne peuvent pas prédire avec précision quand leurs propriétaires les battront et quand ils les laisseront tranquilles. Toutefois, ce n'est pas ce qui fait du déséquilibre du pouvoir social entre maîtres et esclaves un cas de domination. Avec une longue expérience, un esclave pourrait progressivement devenir plus apte à prédire quand son maître est susceptible de le maltraiter, et ainsi les décisions de son maître lui paraîtront de moins en moins aléatoires avec le temps. Ce sera bien sûr mieux pour l'esclave. Mais il ne s'ensuit pas pour autant qu'il soit de moins en moins soumis à la domination. Nous devrions plutôt dire qu'il est mieux à même de faire face à la domination à laquelle il est (et reste) soumis. Ce n'est donc pas le sens pertinent de l'arbitraire pour notre propos.
    " (pp.95-96)

    "Traditionnellement, le pouvoir social était dit arbitraire lorsqu'il ne pouvait être exercé que selon la "volonté ou le bon plaisir" de la personne ou du groupe qui détenait ce pouvoir. C'est le sens de ce terme qui est pertinent pour notre discussion. Plus précisément, définissons le pouvoir social comme arbitraire dans la mesure où son exercice potentiel n'est pas contraint de l'extérieur par des règles, des procédures ou des objectifs efficaces qui sont connus de toutes les personnes ou de tous les groupes concernés. " (p.96)

    "En ajoutant une condition d'arbitraire à la conception révisée du déséquilibre du pouvoir, on obtient ce que j'appelle la conception de la domination comme exercice arbitraire du pouvoir. Selon cette conception, une personne ou un groupe subit une domination dans la mesure où elle dépend d'une relation sociale dans laquelle une autre personne ou un autre groupe exerce un pouvoir arbitraire sur elle. [...]

    Comment cette conception s'accorde-t-elle avec nos principaux cas de domination ? L'esclavage fournit à nouveau un cas facile : dans la plupart des systèmes esclavagistes, il y avait peu de choses qu'un maître d'esclaves n'était pas autorisé à faire aux esclaves qu'il possédait. De plus, les quelques limitations imposées par la loi étaient souvent inefficaces. Par exemple, Frederick Douglass souligne que les lois protégeant les esclaves dans le Sud américain d'avant la guerre de Sécession n'étaient presque jamais appliquées pour la simple raison que les esclaves n'avaient pas la capacité juridique de porter eux-mêmes des plaintes devant les tribunaux. Les autres exemples que nous avons utilisés s'adaptent également sans difficulté. Jusqu'à une date relativement récente aux États-Unis et en Angleterre, l'exercice d'un pouvoir arbitraire au sein de la famille était protégé par divers obstacles de
    common law à l'action contre les membres de la famille. Dans les premiers stades du capitalisme, les employeurs (surtout par l'intermédiaire de leurs contremaîtres) exerçaient un pouvoir arbitraire pour embaucher et licencier les employés à volonté. La situation de la paysannerie dans l'Europe des débuts de l'ère moderne est un peu moins claire sur ce point, mais il est intéressant de noter une tendance générale, depuis le début du Moyen Âge jusqu'à la Révolution française, à ce que chaque groupe fasse pression sur ses supérieurs (les paysans sur les nobles, les nobles sur les monarques, etc.

    Et que dire des régimes politiques despotiques, autoritaires ou totalitaires ? Particulièrement dans le cas extrême du totalitarisme, ils peuvent sembler à première vue présenter un contre-exemple, dans la mesure où, selon les mots de Hannah Arendt, ces régimes tentent d'éliminer "la spontanéité elle-même en tant qu'expression du comportement humain" en étouffant leurs citoyens sous un système de règles si dense et si complet qu'il rend l'action du citoyen entièrement prévisible. N'est-ce pas là le contraire même de l'arbitraire ?

    Si l'on y regarde de plus près, la conception du pouvoir arbitraire est une fois de plus justifiée. Ce ne sont que les citoyens qu'un régime totalitaire souhaite rendre prévisibles, précisément (comme Arendt l'explique très clairement) afin de supprimer tout obstacle à l'arbitraire des dirigeants. Ce qui compte, c'est plutôt le degré de contrainte auquel sont soumis les agents de la domination, et il est clair que les dirigeants des régimes politiques despotiques, autoritaires et totalitaires tentent de se libérer autant que possible des contraintes de la loi et des autres conventions sociales. Ces exemples fondamentaux sont suffisants, je pense, pour établir au moins un commencement de preuve pour relier la domination au pouvoir arbitraire. Mais d'autres cas ne sont pas aussi faciles à concilier. Je pense en particulier à un système de discrimination rigoureusement légal. Les systèmes de discrimination du monde réel - comme, par exemple, les lois Jim Crow dans le Sud des États-Unis, l'apartheid, ou les responsabilités légales imposées autrefois aux Juifs européens - ne sont pas toujours caractérisés par une adhésion stricte à des règles et procédures explicites, bien sûr, mais on pourrait imaginer un cas dans lequel il y aurait une véritable non-arbitraire procédurale. En outre, on pourrait raisonnablement avoir l'intuition que cela devrait compter comme un autre exemple de domination. Cela semble aller à l'encontre de la conception du pouvoir arbitraire.
    " (pp. 100-101).

    "Les habitudes partagées se transforment facilement en conventions sociales, dès lors qu'une certaine approbation ou désapprobation publique s'attache à l'observation ou à la non-observation du modèle général. C'est ce qui se passe avec les règles de l'étiquette et les coutumes vestimentaires, par exemple : ce qui est à l'origine une habitude partagée d'agir de telle ou telle manière ou de porter tel ou tel type de vêtement se transforme en une norme soutenue par l'opinion publique concernant ce qu'il est approprié (et ce qui ne l'est pas) de faire et de porter. En d'autres termes, les conventions sociales se distinguent des habitudes partagées par le fait que les participants aux premières, mais pas aux secondes, ont dans une certaine mesure une raison externe, indépendante du désir, d'observer la pratique acceptée. " (p.106)

    "Dans la mesure où le pouvoir social n'est pas contraint de l'extérieur par des règles, des procédures ou des objectifs efficaces qui sont connus de toutes les personnes ou de tous les groupes concernés, j'ai dit que nous pouvons le définir comme arbitraire. L'arbitraire, ainsi défini, apparaît lorsqu'il y a des lacunes dans le réseau de conventions sociales efficaces (normes sociales, conventions de coordination, lois, etc.) régissant l'exercice possible du pouvoir social. Parfois, ces lacunes sont accidentelles ou involontaires, et parfois elles existent simplement parce que les conventions sociales appropriées n'ont pas encore été introduites. D'autres fois, cependant, ces lacunes sont explicitement créées et protégées par la configuration environnante des conventions sociales. Un exemple de ce dernier cas est le droit familial traditionnel, qui a été spécifiquement conçu pour empêcher toute interférence externe avec l'autorité des maris et des parents. Cela a créé une zone à l'intérieur de laquelle les maris et les parents pouvaient exercer leur pouvoir sur leurs femmes et leurs enfants selon leur volonté ou leur plaisir arbitraire non contrôlé." (p.111)

    "Le pouvoir arbitraire [...] est un pouvoir social exercé selon la volonté ou le bon plaisir de celui qui le détient. Mais cette expression quelque peu elliptique se prête à deux interprétations possibles. D'une part, nous pourrions dire que l'exercice potentiel du pouvoir social est laissé à la volonté ou au plaisir d'une personne ou d'un groupe, pour autant qu'il ne soit pas, d'une manière ou d'une autre, contraint de l'extérieur et efficacement. D'autre part, nous pourrions dire que l'exercice potentiel du pouvoir social est laissé à la volonté ou au plaisir d'une personne ou d'un groupe lorsqu'il peut être utilisé par eux sans tenir compte des intérêts fondamentaux des parties concernées.

    La définition stipulée plus haut, selon laquelle le pouvoir social est arbitraire dans la mesure où il n'est pas contraint de l'extérieur par des règles, des procédures ou des objectifs efficaces connus de toutes les personnes ou de tous les groupes concernés, représente évidemment un exemple du premier type d'interprétation. Cela a pour effet, très approximativement, d'assimiler l'absence d'arbitraire à l'idéal traditionnel de l'État de droit, à condition bien sûr que nous soyons disposés à élargir considérablement cette idée. Souvent, cependant, et surtout dans certains contextes juridiques, le terme arbitraire est utilisé de manière assez différente. On dit couramment, par exemple, qu'il est arbitraire de fonder des décisions d'embauche sur des critères [...] tels que la race ou le sexe ; ou (plus généralement) qu'il est arbitraire qu'une personne soit plus mal lotie qu'une autre sans qu'elle en soit responsable. Ces utilisations du terme arbitraire représentent un exemple du deuxième type d'interprétation, qui met l'accent sur l'idée spécifique que les décisions prises selon la volonté ou le bon plaisir d'un détenteur de pouvoir ne reflètent souvent pas les intérêts fondamentaux des parties concernées. (On peut supposer que chacun a un intérêt légitime à être évalué et récompensé selon des critères moralement pertinents tels que le mérite et l'effort, et non selon des critères moralement non pertinents tels que la race, le sexe ou la chance brute). Appelons ces conceptions de l'arbitraire, respectivement, la conception procédurale et la conception substantielle. Selon la conception substantielle, il ne suffit pas que les détenteurs de pouvoir soient limités dans l'exercice de leur pouvoir social, à moins qu'ils ne soient limités spécifiquement d'une manière qui les oblige à prendre en compte "le bien-être et la vision du monde" des personnes concernées.

    Quelle conception est la meilleure ? Il est évident que, d'un point de vue normatif, nous souhaitons que le pouvoir soit non arbitraire, tant sur le fond que sur la forme. Un système de discrimination rigoureusement légal peut être non arbitraire au sens procédural, mais il ne peut vraisemblablement pas l'être au sens substantiel, puisqu'il n'oblige pas les détenteurs du pouvoir à suivre le bien-être et la vision du monde (quelle qu'en soit la définition) des personnes discriminées. Mais ce n'est pas notre préoccupation actuelle. Notre préoccupation est plutôt de déterminer quelle interprétation de l'arbitraire est la plus appropriée dans le contexte du développement d'une conception de la domination.

    La principale considération en faveur du point de vue substantiel est notre forte intuition que les systèmes de discrimination institutionnalisée, même s'ils sont soigneusement encadrés par des règles et des règlements publics scrupuleusement observés, doivent être considérés comme des exemples de domination, au même titre que l'esclavage, les gouvernements autocratiques et nos autres cas fondamentaux
    ." (pp.112-113)

    "Pour évaluer équitablement l'interprétation substantielle de l'arbitraire, nous devons d'abord dire ce que représentent le bien-être et la vision du monde (ou les intérêts pertinents, etc.) des parties concernées. En l'absence d'un tel compte rendu, bien sûr, le point de vue substantiel n'ajouterait rien au point de vue procédural. A cet égard, trois alternatives ont été suggérées. Dans la première, nous devrions comprendre le bien-être et la vision du monde des personnes ou des groupes comme étant leurs intérêts objectivement définis et normativement justifiables ; dans la deuxième, leurs préférences ou désirs subjectivement exprimés ; et dans la troisième, leurs idées sur leurs intérêts telles qu'elles sont exprimées par des procédures délibératives convenablement conçues. On peut les appeler respectivement l'approches de l'intérêt comme bien commun, l'approche welfariste et l'approche démocratique. Examinons chaque alternative à tour de rôle.

    Comme je l'ai dit, la principale considération qui plaide en faveur de la vision substantielle de l'arbitraire est notre forte intuition qu'un système de discrimination rigoureusement légal doit être considéré comme un exemple de domination. Puisque la discrimination institutionnalisée va manifestement à l'encontre des intérêts objectivement définis et normativement justifiables des personnes discriminées, l'approche de l'intérêt comme bien commun caractériserait un tel système comme étant substantiellement arbitraire, et capturerait ainsi facilement notre intuition.

    Mais le degré d'adéquation avec nos intuitions antérieures n'est qu'un des critères énoncés au chapitre 1 pour une conception réussie de la domination. Entre autres choses, il est également important qu'une conception de la domination soit utile, et j'ai soutenu qu'une conception ne sera utile que si elle respecte la thèse de la séparation scientifique des faits et des valeurs : en d'autres termes, avec la meilleure conception de la domination, il doit nous être possible de déterminer si oui ou non des personnes ou des groupes donnés sont soumis à la domination strictement sur la base de certains faits purement descriptifs de leur situation. Définir l'arbitraire comme la violation de l'intérêt des dominés, et cet intérêt comme relevant d'un bien objectif, ne remplit évidemment pas cette condition. Nous ne serions pas en mesure de déterminer si une personne ou un groupe en soumet un autre à la domination avant d'avoir établi si le pouvoir social de la première est contraint de suivre les intérêts objectivement définis et normativement justifiables du second. Il s'ensuit qu'une tentative d'argumenter que nous devrions atténuer la domination, ainsi définie, dégénérera en un truisme inutile selon lequel nous devrions promouvoir les intérêts objectivement définis et normativement justifiables des personnes, quels qu'ils soient. Étant donné le choix, alors, entre une compréhension procédurale de l'arbitraire qui est utile et qui capture la plupart de nos intuitions antérieures d'une part, et une compréhension substantielle du bien commun qui, tout en capturant presque toutes nos intuitions antérieures, est inutile d'autre part, nous devons certainement opter pour la première. C'est particulièrement vrai lorsque, comme j'essaie de le montrer dans la section 4.4.3, nous pouvons fournir une explication plausible pour les intuitions récalcitrantes en question.

    Peut-être l'une des deux autres conceptions de l'arbitraire substantiel donnera-t-elle de meilleurs résultats. Selon l'approche welfariste, nous devrions comprendre le bien-être et la vision du monde des personnes ou des groupes comme étant leurs préférences ou leurs désirs exprimés subjectivement. Puisque les préférences ou les désirs subjectifs des personnes sont, en principe, des faits descriptifs, l'approche welfariste n'enfreindrait pas la thèse de la séparation. Malheureusement, le compte welfariste est totalement inapplicable pour d'autres raisons. Pour commencer, il y a les problèmes bien connus de la mesure interpersonnelle et de l'agrégation des préférences, qui n'ont pas besoin d'être répétés ici. Imaginons qu'ils puissent être surmontés. Le point principal du point de vue de l'arbitraire substantiel est de capturer notre intuition qu'un système de discrimination rigoureusement légal doit être considéré comme un exemple de domination. L'approche welfariste de l'arbitraire substantif y parviendrait, vraisemblablement, en partant du principe que la plupart des gens préfèrent ne pas être discriminés -ce qui montrerait que la discrimination institutionnalisée est substantivement arbitraire, et donc une instance de domination. Mais on ne peut pas toujours compter sur les gens pour avoir les préférences attendues. Lorsqu'ils ne le font pas, nos intuitions ne peuvent pas être aussi facilement saisies. Il semblerait donc que, selon le point de vue welfariste, une personne ou un groupe n'est pas soumis à la domination lorsqu'il lui arrive de croire - à tort ou à raison - que ses intérêts pertinents sont pris en compte par ceux qui exercent le pouvoir sur lui. (C'était précisément la situation, sans doute, d'un grand nombre de femmes mariées dans le système traditionnel du droit et de la coutume de la famille).

    Lorsque les membres d'un groupe ne sont pas d'accord sur ce point, l'approche welfariste nous engage apparemment à considérer que, bien que se trouvant dans une situation identique à tous les autres égards pertinents, certains de ces membres sont soumis à la domination et d'autres non. En effet, nous serions apparemment capables de rendre une personne sujette à la domination simplement en la convainquant que ses intérêts pertinents ne sont pas respectés, même si cela n'est pas vrai. Tout cela n'a aucun sens.
    [...] Ce dont nous avons besoin, apparemment, c'est d'un compte rendu strictement descriptif, mais exempt des difficultés auxquelles est confronté l'approche welfariste, de ce que signifie pour le pouvoir social d'être contraint de suivre le bien-être et la vision du monde d'une personne ou d'un groupe.

    L'approche démocratique de l'arbitraire substantiel est censée convenir : selon ce point de vue, le pouvoir social est arbitraire à moins qu'il ne soit contraint de suivre les idées des personnes ou des groupes concernés sur leurs intérêts, telles qu'elles sont exprimées dans le cadre de procédures délibératives conçues de manière appropriée. Une fois filtrées par de telles procédures, il est extrêmement improbable que les gens approuvent leur propre discrimination systématique. Sans doute poussés par des considérations similaires à celles discutées précédemment, et espérant ainsi capturer de manière fiable l'intuition que la discrimination institutionnalisée compte comme une instance de domination, Pettit et d'autres adoptent précisément cette ligne sur l'arbitraire substantiel. La question est de savoir si l'approche démocratique peut effectivement résoudre la quadrature du cercle. À mon avis, ce n'est pas le cas.

    La question centrale est la suivante. Plutôt que d'opposer un système de discrimination rigoureusement légal à l'absence d'une telle discrimination, nous devons opposer un système de discrimination rigoureusement légal à des méthodes alternatives permettant d'obtenir des niveaux similaires d'avantages et de désavantages matériels. Supposons que, pour diverses raisons historiques, économiques et culturelles, un groupe dans une société donnée parvienne à acquérir une prépondérance de pouvoir social, qu'il exerce directement et sans contrainte sur les autres groupes de cette société, à son propre avantage (naturellement). Les groupes défavorisés n'étant pas en mesure de contester directement la position sociale du groupe puissant, ils se contentent de demander que les différents droits et privilèges de ce dernier soient écrits, codifiés et appliqués de manière impartiale par des juges indépendants. Supposons qu'avec le temps, le groupe puissant accède à cette demande, en se disant que puisque les règles seront, après tout, conçues à son avantage, il n'y aura pas de coût significatif à le faire.

    Selon l'approche démocratique de l'arbitraire substantiel, il semblerait que ce changement n'affecte en rien les niveaux de domination présents dans la société. En effet, le groupe puissant n'est nullement contraint par les règles nouvellement introduites d'exercer son pouvoir social de manière à suivre les intérêts que les groupes défavorisés exprimeraient au moyen de procédures délibératives convenablement conçues. Mais à mon avis, la situation a effectivement changé, et de manière importante. Les membres des groupes défavorisés savent maintenant au moins exactement où ils en sont : ils peuvent élaborer des plans de vie fondés sur des attentes fiables ; à condition de respecter les règles, ils n'ont pas besoin de faire des pieds et des mains pour s'attirer les faveurs des membres du groupe puissant ; et ainsi de suite. [...] Il s'agit de différences vécues importantes, dont la meilleure façon de rendre compte est de dire que l'introduction de contraintes efficaces de l'extérieur sur les détenteurs du pouvoir constitue en soi une réduction de la domination. Cela ne veut pas dire, bien sûr, que les avantages du groupe puissant sont maintenant parfaitement équitables. Loin de là. Il s'agit plutôt de dire que tout ce qui est injuste ne doit pas nécessairement constituer une domination.

    D'autres considérations pèsent également contre l'approche démocratique l'arbitraire substantiel. Parmi celles-ci, il y a le fait que, sans définir exactement la domination et la démocratie comme opposées (comme le font Young et d'autres), cela rend néanmoins le lien entre elles plus ou moins analytique. À mon avis, nous devrions résister à cette démarche. C'est en partie pour des raisons pragmatiques. Dans le cadre de l'approche démocratique, il ne sera pas possible de dire si des personnes ou des groupes sont soumis à la domination tant que nous n'aurons pas déterminé les intérêts qu'ils exprimeraient dans le cadre de procédures délibératives convenablement conçues. Cela peut ne pas être facile à faire. Mais il existe également des raisons normatives de résister à cette démarche. Comme nous le verrons plus loin au chapitre 7, l'un des arguments les plus forts en faveur de la démocratie est qu'elle tend à réduire la domination. Cet argument est cependant banalisé si nous définissons la domination de telle sorte qu'elle devienne analytiquement vraie : l'argument serait alors analogue à celui qui consiste à dire que la raison de gagner beaucoup d'argent est que cela vous permettra d'acheter beaucoup de choses. La démocratie est une chose, à mon avis, et la non-domination est simplement mieux comprise comme une autre
    ." (pp.113-117)

    "Nous pouvons dire que des personnes ou des groupes sont soumis à la domination dans la mesure où ils dépendent d'une relation sociale dans laquelle une autre personne ou un autre groupe exerce un pouvoir arbitraire sur eux.

    Notez que la domination, ainsi définie, peut se décliner en degrés. Plus précisément, la dépendance est une question de degré, les déséquilibres de pouvoir sont une question de degré, et la portée de l'arbitraire laissé à l'agent de la domination par les normes sociales existantes, les lois, etc. est une question de degré. Il s'ensuit que la domination subie par une personne ou un groupe est, pourrait-on dire, continuellement variable en trois dimensions. Formellement, nous pourrions imaginer une fonction continue f : d*p*a => D qui fait correspondre les niveaux de dépendance, de pouvoir et d'arbitraire aux niveaux de domination de la manière suivante :

    D= f (d ; p ; a).
    " (p.119)

    "La violence pourrait donc constituer une base de la domination -en fait, elle pourrait être la base la plus courante. Mais comme le pouvoir social se présente sous de multiples formes, elle n'est pas la seule base possible." (p.122)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Ven 9 Juil - 13:48

    "Partie II. Analyse normative". (p.125)

    "Domination et épanouissement de l'être humain.

    La domination est un mal. Il est terriblement injuste que des personnes ou des groupes soient soumis à une domination évitable, ce qui revient à dire que quiconque est en mesure de réduire cette domination a une obligation morale prima facie de le faire.
    Des affirmations aussi fortes demandent à être expliquées et justifiées. Dans cette étude, j'ai insisté pour maintenir une séparation stricte entre les aspects descriptifs et normatifs d'une théorie complète de la domination. Il s'ensuit que tout le travail consistant à montrer pourquoi nous devrions considérer la non-domination comme un bien humain important reste à faire. Le présent chapitre vise à entreprendre cette tâche.
    " (p.125)

    "Mon argument pour considérer la non-domination comme un bien humain important n'est pas fondé sur les préférences des agents. Bien entendu, il est raisonnable de supposer que les gens préfèrent généralement ne pas subir de domination. En fait, je le crois, et je m'appuie de diverses manières tout au long de cette étude sur l'hypothèse que c'est généralement vrai [...] Le point ici est seulement que la non-domination ne devrait pas être considérée comme un bien parce que la plupart des gens la préfèrent ; au contraire, la plupart des gens préfèrent la non-domination parce qu'elle est, en fait, bonne.

    La domination est mauvaise parce que, étant donné le type de créatures que nous sommes, elle constitue un obstacle sérieux à l'épanouissement humain. En d'autres termes, jouir d'un certain degré significatif de non-domination est une condition cruciale pour le bonheur des êtres humains (au même titre que la santé, l'éducation et les soins, des biens matériels suffisants, l'appartenance à une communauté culturelle, etc.)
    ." (p.131)

    "Je me contente de suggérer, sans plus de précisions, que l'épanouissement humain peut être compris, en gros, comme le fait de réussir à réaliser des projets de vie raisonnables, formulés de manière autonome, par le biais de la fraternité ou de la communauté avec les autres, au cours une vie entière.

    En quoi la domination constitue-t-elle un obstacle à l'épanouissement humain ? Les préjudices matériels directs de la domination sont peut-être les plus évidents : il s'agit des blessures réelles qui résultent du fait qu'une personne ou un groupe exerce un pouvoir arbitraire sur une autre. En général, les agents de la domination profitent de leur situation pour extraire de manière coercitive des biens sociaux précieux de ceux qui leur sont soumis : par exemple, les maîtres d'esclaves extraient le travail productif de leurs esclaves, les membres de la classe des nobles extraient les droits féodaux des membres de la classe des paysans, les maris extraient les services domestiques et/ou sexuels de leurs épouses, etc. D'une manière qui rappelle Marx, nous pourrions appeler cette dimension fréquente de la domination
    l'exploitation. Dans la mesure où elles sont exploitées, les personnes soumises à la domination verront leur capacité à réaliser leurs propres projets de vie diminuée.

    Toutefois, ce n'est là qu'un cas de figure typique. Bien qu'il soit souvent difficile de résister à la tentation d'exploiter les autres, il y aura bien sûr des agents de domination bienveillants qui refuseront de telles occasions. Mais il est important de ne pas restreindre la portée de l'exploitation aux biens sociaux valorisés et activement arrachés à ceux qui souffrent de la domination
    ." (p.131)

    "Les relations de domination sont [...] "imprégnées d'un élément de terreur personnelle", comme l'écrit [l'anthropologue] James Scott, de sorte que, même lorsque les pouvoirs de la personne détenant la domination ne sont pas exercés, "la conscience toujours présente qu'ils pourraient [l'être] semble colorer la relation dans son ensemble". [...] Si cela est exact, il s'avérera que les sujets, même ceux des maîtres bienveillants, mèneront, dans une certaine mesure, des vies moins florissantes qu'elles ne l'auraient été autrement.

    En plus des méfaits de l'exploitation, les sujets de la domination sont susceptibles de subir les méfaits supplémentaires de l'insécurité. Tant que les agents de la domination possèdent des pouvoirs sociaux arbitraires sur leurs sujets, ces derniers seront sévèrement limités dans leur capacité à formuler de manière autonome leurs propres plans de vie. En effet, il est évidemment difficile, et à l'extrême impossible, de planifier dans un contexte d'incertitude. Un sentiment permanent d'insécurité a des conséquences tant matérielles que psychologiques. D'une part, l'insécurité nécessite des mesures de précaution. Craignant toujours d'être soumis à la coercition, les sujets de la domination doivent adopter une position défensive - compenser et prendre des mesures d'évitement contre ces dangers, accumuler des biens en guise d'assurance et réduire leurs attentes dans la vie si nécessaire [...] D'autre part, les sujets de la domination souffrent en plus d'une anxiété psychologique et d'une sorte de sentiment paralysant d'impuissance. À l'extrême, cela peut se traduire par une résignation totale et un retrait social : reconnaissant l'improbabilité de la réalisation de projets de vie, même modestes, les victimes de la domination peuvent renoncer à l'idée de formuler des objectifs ou des buts pour elles-mêmes.

    Enfin, considérez l'impact de la domination sur le respect de soi. Les relations caractérisées par la domination développent une structure symbolique ou rituelle distincte en plus de leur structure plus "objective" d'exploitation et d'incertitude. La face symbolique de la domination - que Scott appelle la "transcription publique" - implique des rituels de respect, de déférence et d'avilissement de la part du sujet, et des rituels d'irrespect, de déshonneur et de mépris de la part de l'agent. La raison de ce schéma particulier peut être évidente : d'une part, les sujets de la domination espèrent obtenir un traitement plus léger par la flatterie ; d'autre part, les agents de la domination cherchent à rationaliser leur position avantageuse (pour eux-mêmes, à tout le moins). Quelles que soient les causes, les deux aspects de la structure symbolique de la domination tendent à miner le respect de soi ou le sentiment de valeur personnelle des sujets. À l'extrémité la plus douce du spectre, nous pourrions considérer les effets de "l'esprit courtisan" encouragé par l'absolutisme : alors qu'"un roi doit être adoré comme un demi-dieu", selon John Milton, les citoyens d'une république libre "ne sont pas élevés au-dessus de leurs frères" et "on peut leur parler librement, familièrement, amicalement, sans adoration". Alexis de Tocqueville craignait qu'un pouvoir illimité de la majorité n'introduise quelque chose comme l'esprit courtisan même dans les républiques démocratiques. Cette structure symbolique de déférence d'un côté et d'irrespect de l'autre supprime la libre expression de ceux qui sont soumis à la domination : considérez, dans cette optique, comment la société victorienne considérait la déférence tranquille comme une vertu des femmes et des membres des classes inférieures. Lorsque la domination s'aggrave, l'autodévalorisation habituelle de certains sujets peut les conduire à s'infliger une violence psychologique - à croire en leur propre manque de valeur, ne serait-ce que pour accepter leur condition malheureuse. Dans des cas relativement graves, comme celui de l'esclavage, la peur de mal parler peut produire un bégaiement chez des personnes qui ne souffrent pas d'un véritable trouble de la parole. Et à la limite, on peut trouver ce qu'on appelle le syndrome de Stockholm, un phénomène nommé d'après un groupe d'otages en Suède qui ont développé des sentiments positifs inattendus pour leurs ravisseurs. Ce type d'avilissement personnel n'empêche pas seulement une personne d'atteindre ses objectifs ou ses buts, il fait également obstacle à une véritable camaraderie ou communauté avec les autres, qui, à un certain niveau, repose sur une reconnaissance mutuelle de la valeur personnelle.
    " (pp.132-133)

    "Les autres conséquences nuisibles possibles pourraient inclure la tendance de la domination à atomiser les membres des groupes assujettis et à encourager l'hostilité au sein du groupe." (p.134)

    "On peut se demander où s'arrête la chaîne des raisons morales. Faut-il qu'il y ait une "première raison" analogue au moteur premier d'Aristote pour que l'argument prenne forme ? Pas nécessairement. Tout comme le progrès dans les sciences sociales et naturelles ne nécessite pas un accord sur ce qu'était la première cause, le progrès dans la philosophie morale et politique ne dépend pas de notre établissement de ce qu'est la première raison." (p.136)

    "Peut-être que le fait que la domination soit aussi parfois mauvaise pour ses agents nous donne une raison supplémentaire (comparativement plus faible) de la réduire." (p.139)

    "Il est évident que les gens accordent de la valeur à beaucoup de choses différentes, à des degrés divers. Historiquement, cependant, de nombreux philosophes et autres personnes ont cru que cette diversité était illusoire. Pourquoi ont-ils pensé cela ? Certains ont pensé qu'il n'y avait, en fait, qu'une seule chose qui avait vraiment de la valeur - le salut, par exemple - et que les autres choses n'avaient qu'une fausse apparence de valeur. D'autres ont pensé que toutes les choses différentes auxquelles les gens semblent attacher de la valeur n'ont, en fait, de la valeur que dans la mesure où elles contribuent de manière instrumentale à un bien unique et primordial - le bonheur, par exemple. Les tenants d'une théorie unifiée du bien, quelle qu'elle soit, sont des monistes moraux. Bien que cela n'ait pas toujours été le cas, le monisme moral est aujourd'hui une opinion minoritaire.

    La plupart des gens croient aujourd'hui qu'il existe de nombreuses choses précieuses différentes, dont les valeurs indépendantes respectives ne peuvent être réduites à un seul bien suprême. En d'autres termes, le pluralisme moral est désormais l'opinion majoritaire. Le pluralisme moral se décline toutefois en plusieurs variantes. Par exemple, on peut croire que, bien qu'il existe de nombreuses choses de valeur différente, leur valeur peut être classée et que ce classement est absolu. Ainsi, lorsqu'une chose a plus de valeur (par exemple, le respect des droits individuels), aucune quantité d'une autre chose de moindre valeur (par exemple, assurer une plus grande égalité des chances) ne vaut même une légère perte de la première. Toutefois, lorsqu'un ensemble d'options sont équivalentes en ce qui concerne la chose la plus précieuse, la chose la moins précieuse peut servir à départager les deux. C'est ce qu'on appelle un classement ou un ordre lexical des biens humains. Le pluralisme moral associé à un classement lexical strict des biens est en réalité une sorte de monisme faible déguisé. Si l'ordre lexical est complet, il y aura une chose de plus grande valeur au sommet qui l'emportera sur toutes les autres, et admettre d'autres biens de moindre valeur pour briser les liens équivaut à une concession mineure. Les premiers stoïciens étaient des monistes convaincus, estimant que la seule chose de valeur était la vertu, et que toutes les autres choses (richesse, santé, famille, etc.) étaient, à proprement parler, indifférentes. Les stoïciens ultérieurs ont compris qu'ils pouvaient admettre d'autres biens comme ayant une valeur secondaire au sens lexical du terme sans avoir à modifier considérablement leur système global.

    Deux autres formes de pluralisme moral ne sont pas des versions déguisées du monisme. Selon la première, il existe de nombreuses choses différentes et indépendamment valables, et leur valeur relative est simplement incommensurable. On pourrait appeler ce point de vue un pluralisme moral fort, et on peut l'opposer à l'opinion selon laquelle, bien qu'il existe de nombreuses choses différentes et ayant une valeur indépendante, ces valeurs peuvent en principe être comparées et des compromis raisonnables peuvent être faits entre elles. Ce dernier point de vue pourrait être appelé pluralisme moral faible. Notez que le pluralisme moral faible est compatible avec le fait de croire que certains biens ont plus de valeur que d'autres : cela signifie seulement que les biens les plus importants doivent avoir plus de poids lorsqu'il s'agit de faire des compromis. En d'autres termes, même si un bien est (disons) deux fois plus important qu'un autre, il est toujours raisonnable d'échanger 100 unités du premier contre 250 du second.

    Un pluralisme moral fort est peu plausible en tant que philosophie morale ou politique. Il nous engagerait dans des croyances inouïes et inacceptables. Supposons, par exemple, que nous pensions que la liberté et l'égalité sont des biens incommensurables. En d'autres termes, nous pourrions croire qu'il n'y a pas de réponse à la question de savoir si une amélioration substantielle de l'égalité vaut une perte significative de liberté ou vice versa. Étant donné la complexité de nombreux problèmes sociaux et politiques, l'attrait de cette croyance est compréhensible. Mais remarquez que, si elle est prise au pied de la lettre, elle nous engage également à penser qu'il n'y a pas de réponse à la question de savoir si une amélioration substantielle de l'égalité vaut une perte de liberté insignifiante, voire imperceptible (ou vice versa). Cela ne peut être juste. Malheureusement, il n'y a aucun moyen d'éviter de faire des choix qui impliquent des compromis entre différentes valeurs, et il serait irresponsable de ne pas essayer au moins de faire ces choix aussi raisonnablement que possible. Accepter cette responsabilité, c'est concéder que des biens différents doivent être comparés les uns aux autres, et donc qu'ils sont, au moins en principe, comparables. L'attrait de l'incommensurabilité vient sans doute du fait qu'il peut être très difficile d'effectuer ces comparaisons - c'est-à-dire d'attribuer un poids relatif à des choses très différentes et de valeur indépendante - et qu'il faut parfois faire des choix atrocement tragiques. Mais nier que de tels choix puissent être faits par principe, c'est pratiquer la politique de l'autruche. C'est la solution de la lâcheté.

    Cela nous laisse avec un faible pluralisme moral. Il y a beaucoup de choses différentes et indépendamment valables, mais leur valeur peut en principe être comparée, et donc des compromis meilleurs et pires peuvent être faits entre elles. Bien sûr, les personnes raisonnables ne sont pas d'accord sur la manière dont ces compromis doivent être faits, c'est-à-dire sur le poids relatif à attribuer à chacun des nombreux biens humains. Il s'agit là d'un pluralisme d'un autre type - ce que, à la suite de Rawls, on appelle généralement le "pluralisme raisonnable". Le pluralisme raisonnable découle du fait que les gens ont des conceptions différentes du bien. Cela n'est pas sans rappeler le type de pluralisme raisonnable qui existe entre les scientifiques qui ne sont pas d'accord sur l'âge de l'univers ou sur la validité de la théorie des cordes. Le désaccord raisonnable en tant que tel n'implique pas qu'il n'y ait pas de meilleures et de pires réponses, mais seulement que nous devons apprendre à nous contenter, pour l'instant, de réponses différentes. Heureusement, un désaccord raisonnable de ce type n'est pas si difficile à vivre.
    " (pp.140-142)

    "Supposons qu'il existe un arbitrage à faire entre maximiser la non-domination et maximiser la sécurité nationale, et supposons que deux sociétés aient fait des choix différents par rapport à cet arbitrage : la société A a opté pour relativement plus de non-domination au prix d'un peu moins de sécurité nationale, tandis que la société B a opté pour relativement plus de sécurité nationale au prix d'un peu moins de non-domination. Tout d'abord, observez que le fait que la société B ait opté pour plus de sécurité nationale ne démontre pas qu'elle ne considère pas la non-domination comme un bien. Si elle pouvait bénéficier gratuitement d'une plus grande non-domination (c'est-à-dire sans aucune perte de sécurité nationale), elle le ferait sans doute. C'est exactement ce que signifie l'affirmation selon laquelle nous avons toujours une raison de réduire la domination, toutes choses égales par ailleurs. La difficulté est que les autres choses ne sont pas égales : de nouvelles réductions de la domination auraient un prix, et la société B a choisi de ne pas payer ce prix.

    Deuxièmement, observez qu'il ne s'ensuit même pas, dans cet exemple, que les sociétés A et B sont en désaccord sur la valeur relative de la non-domination ; en effet, il se peut qu'elles accordent exactement le même poids à ces deux valeurs. La différence dans leur choix pourrait plutôt être due à des circonstances différentes : la société B pourrait être confrontée à un environnement sécuritaire plus dangereux que la société A, d'où il découle que le coût de la réduction de la sécurité nationale est plus élevé pour B. Face à des circonstances similaires, la société A pourrait faire un compromis identique.

    De même, les femmes du XIXe siècle ont souvent accepté le mariage, ainsi que la domination qu'il impliquait, plutôt que d'être confrontées aux perspectives très limitées de la "vie de vieille fille", étant donné que c'étaient les deux seuls choix qui s'offraient à elles. Il ne s'ensuit pas qu'elles accordaient nécessairement moins de valeur à leur non-domination que les femmes d'aujourd'hui, qui bénéficient d'opportunités plus larges. Ou encore, Andrea pourrait choisir d'accepter une certaine domination de la part d'un employeur sévère plutôt que de refuser le travail et de mourir de faim, si ce sont les seuls choix qui s'offrent à elle ; il ne s'ensuit pas qu'elle accorde moins de valeur à la non-domination que Bob, qui, étant aisé, dispose d'un éventail de choix plus large. De nombreuses divergences d'opinion apparentes concernant la valeur de la non-domination s'expliquent simplement par des différences de circonstances comme celles-ci. Et, naturellement, elles n'enlèvent rien à l'affirmation selon laquelle il est toujours préférable d'avoir plus de non-domination plutôt que moins, toutes choses égales par ailleurs.
    " (pp.143-144)

    "Existe-t-il des situations dans lesquelles la domination peut être une bonne chose ? Je prétends qu'il n'y en a pas, mais certains ont soutenu le contraire. Cet argument est le plus souvent présenté à travers l'exemple d'une relation de soins bienveillante. Les parents possèdent manifestement un certain degré de pouvoir arbitraire sur leurs enfants à charge, et il semblerait donc que les enfants souffrent d'un certain degré de domination tel que je l'ai défini. Mais il est certain, pourrait-on supposer, que la relation parent-enfant est (du moins dans la plupart des cas) extrêmement précieuse. Ce type de domination n'est-il pas une bonne chose ? De manière plus générale, on pourrait soutenir que certains types de biens ne peuvent être obtenus que par l'expérience de la souffrance liée à la domination : par exemple, le respect presque absolu de l'autorité exigé d'un bon soldat pourrait être impossible à obtenir sans l'expérience humiliante de la formation de base sous le pouvoir arbitraire d'un commandant. Si ces exemples ou d'autres exemples similaires sont valables, il semblerait alors que la non-domination ne soit pas quelque chose qu'une personne raisonnable souhaiterait toujours plus plutôt que moins.

    Il y a trois réponses possibles à cette objection. La première consiste à redéfinir la domination de manière à exclure de tels cas. Notre conception révisée pourrait ressembler à ceci : les personnes ou les groupes souffrent de domination si et seulement si elles dépendent d'une relation sociale dans laquelle une autre personne ou un autre groupe exerce sur elles un pouvoir arbitraire contraire à leurs intérêts généraux. Puisque des parents aimants exercent vraisemblablement un pouvoir arbitraire sur leurs enfants dans l'intérêt de ces derniers, ce cas et d'autres cas similaires seraient facilement exclus par définition, et l'affirmation selon laquelle nous avons toujours une raison de réduire la domination ainsi définie pourrait être conservée. La deuxième réponse possible consiste à conserver la conception de la domination telle qu'elle a été développée dans la première partie, mais en affaiblissant l'affirmation selon laquelle la non-domination est quelque chose que nous souhaitons toujours plus que moins, toutes choses égales par ailleurs. Nous pourrions alors considérer la non-domination comme un bien instrumental dans le sens plus fort décrit à la section 5.1.3 - comme quelque chose qui n'est bon que dans les bonnes circonstances. Étant donné les avantages d'être élevé sous l'autorité parentale aimante, de telles relations de soins sont l'une des circonstances dans lesquelles nous ne voudrions pas plus de non-domination plutôt que moins. Ces deux premières réponses doivent être catégoriquement rejetées
    ." (p.145)

    "Ce prétendu problème n'est dû qu'à une erreur conceptuelle élémentaire - ce que les philosophes appellent la confusion entre la partie et le tout. Il est indéniable, du moins dans le cours ordinaire des choses, que les relations parents-enfants sont extrêmement précieuses dans leur ensemble. Mais il ne s'ensuit pas qu'elles soient précieuses dans chacune de leurs parties. Leurs avantages découlent, d'une part, de la valeur de l'intimité, de l'amour et du respect, de la chaleur personnelle, de la familiarité particulière, etc. et, d'autre part, des inconvénients d'élever les enfants d'une autre manière. Ces avantages l'emportent sur les coûts liés à la soumission de l'enfant à un certain degré de domination. Il ne s'ensuit pas, cependant, que cette domination soit, en tant que telle, une bonne chose. Au contraire, si les avantages des soins parentaux pouvaient être obtenus sans soumettre les enfants à une quelconque domination, ce serait encore mieux. En d'autres termes, le cas de la domination bienveillante est simplement un autre exemple de la nécessité de faire des compromis entre des biens concurrents. La seule différence réelle avec les exemples examinés à la section 5.3.2 est que, dans ce cas, les biens concurrents sont si étroitement liés qu'il est facile de ne pas voir qu'ils sont effectivement distincts.

    Il devrait être clair maintenant quelle est la troisième et bonne réponse - à savoir, rejeter l'intuition que la domination des enfants sous l'autorité parentale est une bonne chose, en tant que telle. L'importance d'adopter cette position peut être perçue si l'on considère l'histoire générale du droit de la famille occidental. Selon la conception traditionnelle, les enfants étaient considérés comme la propriété de leurs parents, dont on pouvait plus ou moins disposer selon la volonté de ces derniers. Les conséquences juridiques de ce point de vue variaient, bien sûr. En droit romain, le père avait théoriquement le pouvoir de vie et de mort sur ses enfants. Dans la
    common law anglo-américaine, les enfants étaient effectivement considérés comme des biens familiaux, à exploiter comme leurs parents l'entendaient. Et ainsi de suite. Peu à peu, cependant, cette vision ancienne a cédé la place à l'idée moderne selon laquelle les parents ne sont que les dépositaires temporaires du bien-être de leurs enfants pendant la période où ceux-ci ne peuvent pas s'occuper efficacement d'eux-mêmes. En droit de la famille, cela a conduit à la reconnaissance progressive de divers droits de la part des enfants et d'obligations de la part des parents, qui sont à la fois connus de tous et (du moins dans une certaine mesure) appliqués publiquement par le droit et les conventions sociales. Selon la conception du pouvoir arbitraire, cela représente une réduction de la domination parentale. De plus, nous voudrions sûrement reconnaître que ce changement est une bonne chose, même si l'élimination totale de la domination parentale est impossible. Cela pourrait être impossible soit parce que d'autres biens, comme la vie privée ou l'efficacité, s'avèrent d'une importance prioritaire pour l'épanouissement humain, soit parce que de nouvelles réductions de la domination des enfants ne peuvent être obtenues sans introduire une plus grande domination aux mains des agences de l'État, soit en raison d'une combinaison de ces considérations et d'autres encore." (pp.145-147)

    "Parfois, les gens acceptent de souffrir de la domination. Par exemple, les travailleurs migrants, qui se trouveront inévitablement exposés au pouvoir arbitraire de leurs employeurs aux États-Unis et ailleurs, se portent néanmoins volontaires pour travailler dans de telles conditions. Le droit familial traditionnel anglo-américain accorde aux maris un pouvoir arbitraire étendu sur leurs épouses, et pourtant des millions de femmes ont accepté de se marier. Des sociétés entières ont apparemment adopté des gouvernements autocratiques dont l'établissement aurait pu être évité (par exemple, dans l'Allemagne de Weimar, ou peut-être en Russie aujourd'hui). Et de nombreuses cultures semblent approuver l'idée que les femmes doivent être strictement subordonnées aux hommes, les enfants à leurs parents, etc... - à tel point qu'elles ne voudraient pas abolir ces formes de domination, même si elles en avaient la possibilité." (p.147)

    "Faut-il alors chercher à réduire la domination même des personnes ou des groupes qui ont, par hypothèse, véritablement consenti à vivre sous cette domination ? En gros, il y a deux raisons très différentes pour lesquelles une personne ou un groupe peut consentir à la domination. La première raison, la plus évidente, est qu'ils ont des préférences inhabituelles, c'est-à-dire qu'ils ne détestent pas particulièrement être soumis à la domination, ou peut-être même qu'ils l'apprécient. Les personnes ou les groupes qui ont de telles préférences accepteraient volontiers de souffrir de la domination pour obtenir d'autres biens, ou peut-être même pour elle-même. De telles préférences sont "inhabituelles" dans le sens d'étranges, bien sûr, seulement du point de vue de ceux (comme moi) qui ont une forte préférence pour la non-domination. Il se trouve que je pense qu'elles sont également inhabituelles dans le sens où elles sont statistiquement rares, mais bien sûr, cela n'est pas pertinent d'un point de vue philosophique.

    Cependant, tous les cas de domination véritablement consensuelle ne peuvent pas être expliqués par des préférences inhabituelles. Cela nous amène à la deuxième raison pour laquelle une personne ou un groupe pourrait consentir à la domination, à savoir qu'ils se trouvent face à un ensemble de choix disponibles vraiment lamentables, dans lequel ils doivent choisir entre la domination et d'autres alternatives qu'ils considèrent comme encore pires. Aussi important que soit d'éviter la domination pour de nombreuses personnes, ce n'est pas la seule chose importante. Même des personnes parfaitement raisonnables ayant les préférences habituelles pour la non-domination choisiront de subir la domination plutôt que de mourir de faim, par exemple. Étant donné les options limitées qui s'offraient aux femmes avant le vingtième siècle, il est parfaitement compréhensible que presque toutes aient choisi le mariage, même si cela impliquait d'accepter un certain degré de domination. Dans des circonstances exceptionnelles, les sociétés dans leur ensemble peuvent également être confrontées à des scénarios de choix lugubres. Face à la perspective d'une défaite et d'une conquête par un ennemi brutal, les sociétés pourraient accepter presque n'importe quel fardeau, y compris celui de se soumettre à une domination gouvernementale ou militaire étendue. Un manque d'alternatives désirables est, je pense, l'explication la plus courante de la domination consensuelle
    ." (p.148)

    "Considérons d'abord le cas de personnes ou de groupes aux préférences habituelles, qui font face à des scénarios de choix lamentables. Devrions-nous chercher à réduire leur domination ? De toute évidence, oui. Le fait que cela ne semble pas toujours évident n'est dû qu'à l'hypothèse (injustifiée) que viser à réduire leur domination doit signifier interférer avec leurs choix - en particulier, interdire les choix qui impliqueraient qu'ils se soumettent à la domination. Il est naturel de vouloir respecter les choix que font les gens. Il semblerait injuste et irrespectueux d'interférer avec les choix de personnes qui, après tout, essaient seulement de faire de leur mieux dans des circonstances difficiles. En effet, ne pas permettre aux gens de faire de leur mieux dans des circonstances difficiles ajoute l'insulte à la blessure. Je suis d'accord avec ce sentiment. Nous ne devrions pas restreindre les choix des personnes ou des groupes qui font face à des scénarios de choix lamentables (sauf peut-être dans quelques cas, en tant que question de politique, si nécessaire pour prévenir la fraude et l'intimidation). Mais viser à réduire leur domination n'exige pas que nous le fassions. Au contraire, il est beaucoup plus probable que nous réussissions à réduire leur domination si nous améliorons les choix dont ils disposent. Si on leur propose de meilleures options, les personnes ayant les préférences habituelles n'opteront probablement pas pour la domination, et la domination globale subie s'en trouvera réduite. C'est ce que nous devrions essayer de faire. La raison en est que la non-domination est un bien humain important qu'il est toujours préférable d'avoir en plus grande quantité plutôt qu'en moins grande quantité. Affirmer que nous n'avons aucune bonne raison de proposer à une personne les nouvelles options C, D et E simplement parce que, parmi les options A et B, elle a choisi B, est parfaitement illogique.

    Dans les chapitres suivants, je discute de certaines façons dont nous pourrions essayer d'améliorer les scénarios de choix des personnes afin de réduire leur domination.
    " (p.148)

    "La domination n'est pas la seule chose qui nuit à l'épanouissement humain, et il se pourrait bien que nous ne puissions pas éliminer le dernier degré de domination, sauf à un coût (en termes d'autonomie personnelle, peut-être) que nous ne sommes pas prêts à accepter." (p.151)

    "L'objet d'une conception de la justice sociale est la structure de base d'une société indépendante et continue. Cette idée dérive évidemment de John Rawls. Disons que la structure de base d'une société (comme nous l'avons vu au chapitre 2) consiste en l'ensemble complet des institutions et des pratiques politiques et sociales qui constituent les conditions de fond relativement stables ou les attentes par rapport auxquelles les membres de cette société vivent leur vie. Cela inclut, mais ne se limite pas à ce que les gens considèrent habituellement comme des institutions politiques au sens strict (la forme de gouvernement et le système de lois) ; cela inclut également, par exemple, le mode de production économique, la configuration de nombreuses politiques publiques, les normes et conventions sociales importantes, etc. Puisque la structure de base d'une société aura souvent un impact substantiel sur la façon dont la vie de ses membres tend à se dérouler à long terme, son organisation sera évidemment une question de grande importance. Une conception de la justice sociale est donc simplement un compte rendu de la structure de base qui serait la meilleure, du point de vue de la justice." (p.158)

    "Avant d'examiner les arguments pour et contre la justice comme minimisation de la domination (JMD), il convient d'abord de clarifier de quelle sorte de conception de la justice sociale il s'agit. De toute évidence, sa structure est similaire à celle de l'utilitarisme, à la différence importante que la non-domination a pris la place du bonheur comme objet de maximisation. Il découle de cette substitution que la JMD n'est pas une théorie welfariste : alors que l'utilitarisme nous pousse à maximiser la somme totale du bonheur (généralement compris comme la satisfaction des préférences), la JMD nous pousse à minimiser la domination en tant que telle, que les gens la préfèrent ou non. En supposant que la plupart des gens préfèrent fortement ne pas être soumis à la domination, la réduction de la somme totale de la domination augmentera souvent incidemment la somme totale du bonheur, mais ce n'est ni le but ni la justification de la théorie." (p.160)

    "En philosophie pratique ou éthique, il est courant de distinguer les conceptions du bien des conceptions du juste. Une conception du bien est, grosso modo, un compte rendu de ce qui fait qu'une vie humaine se déroule mieux ou moins bien ; une théorie complète du bien serait donc un compte rendu complet de l'épanouissement humain. En revanche, une conception du juste est grosso modo un compte rendu de la moralité - c'est-à-dire un compte rendu du bien et du mal, ou de ce que les êtres humains doivent les uns aux autres en leur qualité d'agents moralement responsables [...].

    Certaines théories de la justice sociale partent de l'hypothèse que le juste tire sa justification indépendamment de toute conception particulière du bien, et donc que le premier a une certaine sorte de priorité sur le second - que le juste limite ou contraint les conceptions acceptables du bien, peut-être. Ces types de théories sont généralement appelés théories déontologiques. La théorie de Rawls sur la justice en tant qu'équité en est un exemple clair. En revanche, d'autres théories de la justice sociale partent de l'hypothèse contraire selon laquelle le juste tire sa justification d'une conception du bien établie de manière indépendante, et donc que cette dernière a une certaine priorité sur le juste. Ces théories sont généralement appelées théories téléologiques. Parmi ces dernières, certaines théories définissent spécifiquement la justice sociale comme la maximisation d'un bien établi de manière indépendante (ou, de manière équivalente, comme la minimisation d'un mal établi de manière indépendante), et elles peuvent donc être qualifiées de strictement téléologiques. D'autres théories téléologiques pourraient définir le juste comme le respect d'un bien établi indépendamment d'une manière autre que sa maximisation. La JMD et l'utilitarisme sont tous deux des théories strictement téléologiques de la justice sociale : tous deux partent d'un bien établi de manière indépendante (la non-domination et le bien-être, respectivement), et définissent la justice sociale comme sa maximisation
    ." (pp.160-161)

    "Les théories de la justice sociale font également des hypothèses sur la façon dont une conception complète du bien lui-même devrait être spécifiée. On peut, par exemple, supposer qu'il existe un seul type de vie humaine qui est le meilleur ou le plus excellent pour tous : les théories fondées sur cette hypothèse sont généralement appelées théories perfectionnistes. Deux exemples fréquemment discutés dans la littérature contemporaine sont l'humanisme civique et le perfectionnisme libéral. Selon l'humanisme civique, la meilleure vie humaine est celle de la citoyenneté active et de la vertu civique dans une communauté démocratique au sens large ; selon le perfectionnisme libéral, la meilleure vie humaine est celle fondée sur l'autoréflexion autonome. " (p.161)

    "L'utilitarisme n'est pas une théorie perfectionniste parce qu'il définit le bien d'une manière qui est (dans certaines limites) agnostique à l'égard de ce qui donne le bonheur aux gens : il nous ordonne de maximiser le degré de satisfaction des préférences des individus, indépendamment de ce que ces préférences se trouvent être. La JMD n'est pas une théorie perfectionniste parce qu'elle ne fait que l'hypothèse limitée qu'une conception acceptable du bien doit inclure la liberté de la domination comme une condition importante de l'épanouissement humain. Parmi les nombreuses conceptions possibles du bien répondant à cette exigence, la JMD est généralement agnostique." (p.163)

    "Selon la JMD, la domination de toutes les personnes doit compter de manière égale, indépendamment du moment où elles se trouvent vivre." (p.183)

    "Une philosophie morale complète ne se contenterait pas de spécifier et de définir tous les biens pertinents pour l'épanouissement humain, mais rendrait également compte de leur importance et de leur poids relatifs. Ce n'est cependant pas mon objectif dans cette étude d'esquisser une philosophie morale complète. En tout cas, la philosophie morale n'est pas, à mon sens, suffisamment avancée à l'heure actuelle pour mener à bien ce projet." (p.188)

    "Les sociétés sont justes dans la mesure où leur structure de base est organisée de manière à minimiser la somme totale attendue de la domination subie par leurs membres (présents et futurs), en comptant la domination de chaque membre de manière égale.
    Supposons que nous acceptions ce point de vue. Quelles sont ses implications ? Ce chapitre examine les implications de la justice en tant que minimisation de la domination dans trois domaines qui font l'objet d'un débat persistant parmi les théoriciens et philosophes politiques contemporains, à savoir les exigences de la justice distributive, les limites appropriées de la tolérance et de l'accommodation multiculturelle, et la valeur de la démocratie. Ces sujets n'épuisent nullement les applications potentielles de la théorie
    ." (p.191)

    "L'objectif de minimiser la domination fournit des raisons puissantes pour considérer les graves inégalités socio-économiques et la pauvreté comme injustes, et des raisons impérieuses pour faire quelque chose (en fait, quelque chose de particulier) à leur sujet." (p.191)

    "Réfléchissons au lien entre la justice et la distribution des biens. Dans la théorie de la justice sociale que j'ai proposée, le lien est simple : une distribution des biens sera juste lorsqu'elle découlera du fonctionnement des institutions ou des pratiques politiques et sociales les plus susceptibles, compte tenu de nos connaissances et de nos attentes actuelles, de minimiser la domination à long terme. La question est donc simplement de déterminer quelles institutions et pratiques sont les plus susceptibles d'y parvenir.

    Il est utile à cet égard de commencer par une base de comparaison, et un candidat évident est l'idéal libéral familier d'un marché parfaitement libre et d'un État minimal. La ligne de base libérale est intéressante pour plusieurs raisons. Premièrement, elle représente (superficiellement, en tout cas) ce que beaucoup de gens considéreraient comme l'ensemble le plus simple et le plus efficace de politiques et d'institutions sociales pour régir la distribution des biens. Deuxièmement, elle représente le défi le plus sérieux à l'opinion (partagée par de nombreux progressistes) selon laquelle les inégalités graves et la pauvreté sont injustes même lorsqu'elles résultent d'échanges purement volontaires dans un marché parfaitement libre.
    " (p.193)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11948
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Johnathan R. Razorback Lun 12 Juil - 14:58

    "Comme de nombreux autres biens socio-économiques, la liberté de ne pas être dominé peut être échangée volontairement. Par exemple, une personne peut échanger des protections contractuelles vis-à-vis du pouvoir arbitraire de son employeur contre un salaire plus élevé ; dans les sociétés patriarcales, les femmes peuvent préférer dépendre de la volonté arbitraire de leur mari plutôt que de rester célibataires, étant donné toutes les conséquences sociales et économiques qui accompagnent ce dernier choix ; les gens peuvent se vendre comme esclaves en échange d'une protection ; et ainsi de suite. En d'autres termes, il n'y a rien de spécial dans le bien de la non-domination qui le place nécessairement en dehors du système d'échange marchand, au sens large.

    Bien sûr, la plupart des gens (comme je l'ai dit) considèrent leur absence de domination comme un bien particulièrement important, et on ne s'attendrait donc pas à ce qu'ils l'échangent à la légère. Mais il y a aussi d'autres biens particulièrement importants à considérer. Les gens ont ce qu'on pourrait appeler des besoins fondamentaux - un niveau adéquat de nutrition et de santé, des vêtements et un abri minimaux, une éducation suffisante pour fonctionner dans leur communauté, etc. Afin de satisfaire ces besoins fondamentaux, une personne doit avoir droit aux biens ou services nécessaires. Si une personne a besoin d'un pontage cardiaque pour sauver sa vie, par exemple, elle doit avoir soit l'argent pour le payer, soit un régime d'assurance qui le couvre, soit un droit financé par l'État pour le recevoir, soit un autre équivalent. Lorsqu'il s'agit de besoins fondamentaux, les personnes raisonnables ne considèrent généralement pas le fait de ne pas les satisfaire comme une option, et il s'ensuit qu'elles pourraient même être prêtes à renoncer à leur liberté de ne pas être dominée - aussi précieuse soit-elle - pour y parvenir. Ainsi, un ouvrier pauvre vivant dans les premiers temps du capitalisme de marché non réglementé pourrait accepter un emploi à des conditions extrêmement désavantageuses, s'il avait le choix entre cet emploi et la famine
    ." (p.194)

    "La grande pauvreté rend les gens vulnérables à la domination. Parce que nous ne considérons pas la satisfaction des besoins fondamentaux en dessous d'un certain niveau minimum comme facultative, lorsque nous sommes incapables de les satisfaire par nous-mêmes, nous devenons dépendants de la charité de ceux qui ont la capacité de le faire pour nous. "La charité privée engendre la dépendance personnelle", écrit Michael Walzer, "et elle engendre ensuite les vices familiers de la dépendance : déférence, passivité et humilité d'une part, arrogance d'autre part". Selon la conception du pouvoir arbitraire développée dans cette étude, la domination doit être comprise de manière structurelle, et non en termes de la façon dont les choses se déroulent par hasard. Il s'ensuit que le fait d'être dépendant d'une personne ou d'un groupe qui a le pouvoir de retenir arbitrairement les biens ou les services nécessaires à la satisfaction de ses besoins fondamentaux, dont la satisfaction n'est pas considérée comme facultative, équivaut à une domination. Le fait que la personne ou le groupe en question se trouve à les fournir de manière charitable, si c'est le cas, n'y change rien. Le fait est que, comme le suggère Thomas Scanlon, les inégalités graves "donnent à certaines personnes un degré inacceptable de contrôle sur la vie des autres."

    Pour la deuxième étape de l'argument, revenons à la ligne de base libérale proposée et imaginons que nous laissons un marché parfaitement libre fonctionner pendant plusieurs générations.
    Naturellement, il y aura des gagnants et des perdants. Certaines personnes feront de mauvais choix - comme investir dans une entreprise qui échoue ou choisir une carrière dans un secteur qui se déplace à l'étranger - et d'autres n'auront pas de chance - comme développer une maladie débilitante ou perdre leur maison dans une tornade. À l'inverse, d'autres feront de bons choix ou auront de la chance : ils inventeront un nouveau produit incroyablement populaire ou naîtront avec des talents naturels très appréciés. Ainsi, même si nous partions avec des parts égales de biens, des inégalités socio-économiques apparaîtront inévitablement
    ." (p.195)

    "Dans le cadre de politiques et d'institutions libérales, les gens ne subiraient sans doute que peu de domination de la part de l'État, mais (j'ai soutenu que) l'accumulation inexorable des inégalités socio-économiques conduirait, par le fonctionnement ordinaire du système de marché, à une domination considérable dans les rapports privés." (pp.196-197)

    "Le moyen le plus fiable et le moins intrusif de décourager les gens de renoncer à leur liberté de ne pas être dominé est de faire en sorte que les pouvoirs publics répondent aux besoins fondamentaux de ceux qui ne sont pas en mesure de le faire eux-mêmes. S'ils n'étaient pas obligés de renoncer à leur liberté pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, peu d'entre eux choisiraient probablement de le faire, ce qui réduirait considérablement la domination globale subie. De plus, contrairement à l'échange bloqué ou à l'approche réglementaire, cette approche continuerait à respecter les choix des individus et ne tomberait donc pas sous le coup de l'objection du paternalisme. Compte tenu de ces avantages, il convient de se demander si une certaine configuration de politiques et d'institutions pourrait permettre d'atteindre cet objectif sans introduire de nouvelles formes de domination  [...]

    De manière générale, il existe deux façons de répondre publiquement aux besoins fondamentaux de ceux qui sont incapables de le faire par eux-mêmes. La première consiste à adopter une approche de mise sous condition de ressources. Par exemple, nous pourrions mettre en place un programme ou un ensemble de programmes qui répondraient aux besoins fondamentaux des individus au cas par cas. Si une personne n'était pas en mesure de satisfaire ses besoins nutritionnels, par exemple, elle pourrait faire appel à l'agence publique de nutrition, qui comblerait alors le déficit ; si elle n'était pas en mesure de satisfaire ses besoins de santé, elle pourrait faire appel à l'agence publique de santé, et ainsi de suite. Nous pourrions également établir un revenu minimum défini qui correspondrait approximativement à un niveau de revenu jugé suffisant pour satisfaire tous les besoins de base raisonnables. Les personnes dont le revenu est inférieur à ce minimum défini recevraient une aide publique équivalente à la différence. L'avantage de l'une ou l'autre de ces méthodes de vérification des ressources est que le public ne paie que pour satisfaire les besoins fondamentaux de ceux qui ne peuvent le faire par eux-mêmes. Mais cet avantage est aussi un défaut potentiel, car il n'est pas certain que la vérification des ressources puisse être effectuée de manière suffisamment non arbitraire : l'expérience pratique suggère que les organismes d'aide sociale de l'État doivent inévitablement faire preuve d'une grande discrétion bureaucratique dans la mise en œuvre de ces politiques, et que la vulnérabilité particulière des personnes ayant besoin d'une aide publique rend les contraintes habituelles sur cette appréciation arbitraire plus ou moins inefficaces. Du point de vue de la minimisation de la domination, il ne faut pas remplacer la charité arbitraire des individus et des groupes privés par la charité arbitraire des organismes d'aide sociale de l'État, car cela ne ferait que substituer une forme de domination à une autre. Nous voudrions alors savoir si, par rapport à la ligne de base libérale, une garantie des besoins de base sous condition de ressources élimine (de la sphère économique) autant de domination qu'elle en introduit (dans la sphère publique). À mon avis, ce serait probablement le cas, mais la question reste ouverte. Heureusement, nous n'avons pas à y répondre.

    La deuxième approche consisterait à garantir que les besoins fondamentaux de chacun soient satisfaits par l'octroi public d'un revenu de base inconditionnel, tel que proposé par Van Parijs et d'autres. Ce revenu de base inconditionnel pourrait prendre la forme d'argent liquide ou d'une combinaison d'argent liquide et de bons pour certains avantages définis (soins de santé, éducation, etc.) ; et la partie en argent liquide du revenu de base inconditionnel pourrait être fournie soit par des distributions régulières du gouvernement, soit par une version d'un impôt négatif sur le revenu. Bien qu'importante, la résolution de ces questions n'est pas essentielle pour l'argument qui nous occupe. Ce qui est essentiel, c'est que nous comprenions que l'octroi du revenu de base est inconditionnel, à la fois dans le sens où tout le monde reçoit le même revenu de base indépendamment de ses moyens, et dans le sens où tout le monde le reçoit automatiquement, sans avoir à satisfaire à une quelconque exigence de participation ou de contribution
    ." (pp.198-199)

    "Les pratiques existantes sont souvent porteuses d'une valeur subjective positive pour leurs participants. Or, dans certaines situations, cela peut créer une certaine vulnérabilité. Considérons le parallèle suivant : imaginez un travailleur qui a été formé pour travailler dans un type particulier d'industrie qui connaît ensuite un déclin irréversible. Il est vrai que le travailleur pourrait se recycler pour travailler dans une nouvelle industrie, mais cela pourrait ne pas être très facile à faire. L'investissement qu'il a consenti pour sa formation dans la première industrie est un coût irrécupérable, pour ainsi dire. Cela le rend économiquement vulnérable à l'exploitation : si les obstacles à la reconversion sont suffisamment importants, il pourrait choisir volontairement de renoncer à une partie de sa liberté de ne pas être dominé afin d'obtenir un travail avec les compétences qu'il possède déjà. Si nous souhaitons réduire la domination, nous pourrions soutenir temporairement l'industrie en déclin jusqu'à ce que nous soyons en mesure d'atténuer ce danger. Notez que cela n'a rien à voir avec la valeur intrinsèque que nous accordons à l'industrie elle-même, mais strictement avec notre désir de protéger les travailleurs de la domination.

    Parfois, un groupe de personnes partageant de nombreuses pratiques sociales qui se chevauchent et sont interconnectées, distinctes de celles de la société en général, peut se retrouver dans une position analogue. Nous pouvons considérer qu'un groupe d'immigrants récents non assimilés est analogue à un groupe de travailleurs spécialisés dans une industrie en déclin : tout comme un travailleur spécialisé ne peut pas facilement changer d'industrie, les immigrants récents ne peuvent pas toujours s'assimiler sans effort substantiel. Les différences culturelles sont des coûts irrécupérables, pour ainsi dire, et en tant que telles, elles peuvent être exploitées par d'autres. Par exemple, les personnes qui ne parlent pas anglais ne peuvent pas facilement devenir des citoyens américains, ce qui les rend vulnérables à la domination de diverses manières. Les personnes qui emploient des travailleurs non anglophones, par exemple, exercent un énorme pouvoir arbitraire sur eux. Dans ces conditions, réduire la domination des immigrants récents pourrait nécessiter des mesures publiques spéciales pour aider à surmonter le problème des coûts culturels irrécupérables. Ces mesures pourraient prendre la forme d'exceptions spéciales aux lois générales, d'une assistance juridique publique, etc. Comme dans le cas des industries protégées, il devrait être clair que ces mesures découlent d'un désir de réduire la domination, et non d'une inclination à protéger une culture intrinsèquement précieuse.
    " (p.209)

    "Il est dans l'intérêt de ceux qui veulent dominer les immigrants récents d'exacerber autant que possible leurs coûts culturels irrécupérables, en élevant les barrières à l'assimilation. Cela est assez courant. [...] Dans certains cas, ces tactiques peuvent être encouragées par les élites de ces groupes minoritaires elles-mêmes, lorsqu'elles ont intérêt à accroître la dépendance d'une clientèle captive." (pp.209-210)

    "Un gouvernement démocratique peut aussi, tout comme une dictature, constituer une forme de domination. Dans une démocratie, la "volonté du peuple" exerce un pouvoir social sur chaque citoyen considéré individuellement, et si ce pouvoir n'est pas contraint de l'extérieur, il compte comme arbitraire du point de vue de ce dernier. [...]
    L'argument des vertus civiques. En gros, l'idée est, premièrement, que nous avons le plus de chances de réussir, en pratique, à minimiser la domination si les citoyens et les fonctionnaires sont généralement imprégnés d'un ensemble approprié de dispositions civiques raisonnablement robustes ; et deuxièmement, que les institutions politiques et juridiques démocratiques ont beaucoup plus de chances de cultiver de telles dispositions civiques
    ." (p.216)

    "Il est clair qu'un système de règles et de règlements explicites, aussi détaillé et soigneusement élaboré soit-il, ne peut pas couvrir toutes les éventualités et toutes les circonstances. Il s'ensuit que le pouvoir discrétionnaire doit inévitablement être laissé entre les mains des tribunaux, des agences publiques et des bureaucraties administratives. Même en dehors de cela, les législateurs disposent toujours d'un large pouvoir discrétionnaire pour établir le droit public et la politique en premier lieu : un système de règles changeant quotidiennement n'est pas beaucoup mieux que de ne pas avoir de règles du tout. Pour que l'autorité discrétionnaire, quelle qu'elle soit, ne soit pas considérée comme arbitraire, il est essentiel qu'elle soit limitée de l'extérieur par des procédures et des objectifs de connaissance commune. Pour que ces contraintes externes soient efficaces, les citoyens et les fonctionnaires doivent vouloir et pouvoir exercer un certain degré de contrôle discrétionnaire. Ainsi, le deuxième type de disposition civique à valeur instrumentale est la disposition à surveiller les pouvoirs publics discrétionnaires et à entreprendre des interventions de surveillance si nécessaire. Cela inclut la responsabilité générale des citoyens de se tenir informés et de participer régulièrement aux élections." (p.217)

    "Notre objectif de minimiser la domination serait mieux servi par une démocratie constitutionnelle, et non maximale : seule une démocratie constitutionnelle ne constituerait pas elle-même une source de domination. [...] Historiquement parlant, il y a eu de nombreuses monarchies raisonnablement stables et, au moins dans une certaine mesure, effectivement limitées. Toutefois, comme l'ont souvent souligné les républicains classiques et d'autres critiques, la tendance inévitable de ces monarques a été de s'opposer à ces limites, de les contourner et de les saper chaque fois que possible. Une fois que l'on a accepté le principe du pouvoir d'une seule personne, il est souvent difficile de ne pas suivre la logique de ce principe dans toutes les sphères de l'autorité politique et juridique. Cela suggère que le gouvernement constitutionnel sera le plus stable lorsqu'il est basé sur la souveraineté populaire, ce qui peut constituer un argument supplémentaire en faveur de la démocratie)." (p.219-220)

    "Les modes de résistance possibles, à leur tour, peuvent être utilement distingués en trois types. Le premier est ce que l'on pourrait appeler la résistance passive ou le refus consciencieux : cela se produit lorsqu'une personne refuse simplement d'obéir ou de se conformer à un ordre, comme par exemple lorsqu'une personne refuse de se présenter au service militaire lorsqu'elle est enrôlée. La deuxième est ce qu'on pourrait appeler la résistance active non violente ou la désobéissance civile : elle se produit lorsqu'une personne (souvent, mais pas nécessairement, de concert avec d'autres) accomplit des actes publics non violents contraires à la loi ou à l'autorité politique, généralement dans l'intention d'attirer la sympathie du public. La troisième est ce qu'on pourrait appeler la résistance violente active ou la rébellion : elle se produit lorsqu'une personne (souvent, mais pas nécessairement, de concert avec d'autres) prend les armes, et est prête - si nécessaire - à les utiliser, contre l'ordre social et politique dominant." (p.222)

    "L'impact négatif de la rébellion violente sur le maintien général de la sécurité personnelle par la loi et l'ordre est évidemment grave ; pire encore, cet impact négatif est presque toujours encore exacerbé par les efforts des autorités politiques et juridiques pour la supprimer. Compte tenu de ces effets, la barre de la rébellion doit être placée très haut. Je peux imaginer deux situations dans lesquelles elle pourrait être atteinte. La première se produit dans les sociétés soumises à des régimes autocratiques, surtout lorsque ces régimes sont très stables (comme l'étaient, par exemple, les anciens ordres féodaux d'Europe). Dans les cas de domination sévère, lorsqu'il n'y a aucune chance raisonnable que l'action politique ordinaire mène à une réforme, la résistance violente peut être une option admissible. Les grandes révolutions sociales de France, de Russie, etc. pourraient être des exemples de ce scénario. La deuxième situation se présente dans les sociétés où des régimes politiques raisonnablement démocratiques sont en danger de transition vers l'autocratie. La destruction de la démocratie de Weimar par les nazis ou les coups d'État militaires en Argentine, au Chili, etc. en sont des exemples. Dans ce type de situation, la résistance violente pour défendre la démocratie pourrait être admissible, étant donné qu'un échec de la résistance au départ exclurait toute possibilité de réforme par une action politique ordinaire à l'avenir." (pp.223-224)
    -Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice, New York, Oxford University Press Inc., 2010, 273 pages.




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


    Contenu sponsorisé


    Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice Empty Re: Franck Lovett, A General Theory of Domination and Justice

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc - 20:46