L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment :
One Piece TCG: où précommander la ...
Voir le deal

    Benjamin Torterat, Sur la notion de bourgeoisie compradore d’après Nicos Poulantzas

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11472
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Benjamin Torterat, Sur la notion de bourgeoisie compradore d’après Nicos Poulantzas Empty Benjamin Torterat, Sur la notion de bourgeoisie compradore d’après Nicos Poulantzas

    Message par Johnathan R. Razorback Jeu 4 Nov - 19:26

    "La notion de bourgeoisie compradore se situe au croisement des réflexions sur l’impérialisme et l’oligarchie. Le mot compradore qui vient du portugais et signifie « acheteur » désignait à l’époque coloniale une personne d’un pays colonisé, fondé de pouvoir d’une firme étrangère, qui servait d’intermédiaire dans des opérations financières et marchandes. Le terme a été utilisé avant tout par les marxistes pour décrire en premier lieu la bourgeoisie portuaire d’Amérique Latine directement liée aux capitaux internationaux. La théorie marxiste de l’impérialisme reconnaît classiquement deux types de bourgeoisie : la bourgeoisie nationale avec des intérêts et une culture propres, et dont l’existence est liée à un État-nation ; et la bourgeoisie compradore liée au capital étranger et tirant sa position dominante du commerce avec les capitaux internationaux. Les analyses du marxiste Nicos Poulantzas nous serviront de fil rouge, étant l’un des rares à avoir travaillé précisément sur cette notion."
    -Benjamin Torterat, « Sur la notion de bourgeoisie compradore d’après Nicos Poulantzas », Droits, 2019/1 (n° 69), p. 99-111. DOI : 10.3917/droit.069.0099. URL : https://www.cairn.info/revue-droits-2019-1-page-99.htm




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Ven 7 Oct - 13:20