L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique


    Sandro Landi, Multitude, peuple, populisme chez Machiavel

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 18908
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Sandro Landi, Multitude, peuple, populisme chez Machiavel Empty Sandro Landi, Multitude, peuple, populisme chez Machiavel

    Message par Johnathan R. Razorback Ven 18 Mar - 14:59

    https://www.cairn.info/revue-la-pensee-2021-2-page-12.htm?contenu=article

    https://www.academia.edu/61474160/MULTITUDE_PEUPLE_POPULISME_CHEZ_MACHIAVEL

    "Dans une série de textes publiés entre le début des années 1990 et la fin des années 2000, Negri identifie en Machiavel, théoricien des tumultes, l’origine du projet de la multitude comme« pouvoir constituant ». Dans cette interprétation, la « multitude » est une notion-clé parce qu’elle permet d’établir un lien entre Machiavel, Spinoza et les multitudes spontanément mobilisées aujourd’hui contre le capitalisme mondialisé."

    "La deuxième interprétation est une variante de gauche de l’école d’histoire intellectuellede Cambridge. Dans deux contributions récentes, John McCormick a proposé une lecture de Machiavel « fondamentalement populiste […] et antiélitiste ». Selon McCormick, Machiavel est plus démocrate que républicain, du moins pas dans le sens que ce terme a acquis pour John Pocock, Quentin Skinner et leurs disciples. Là encore, la référence à Machiavel a une valeur fondatrice : remplacer Rousseau comme figure héroïque dans l’histoire de la démocratie moderne et doter la théorie démocratique d’un modèle plus ancien, plus conforme à l’exemple romain et, surtout, plus radical. Dans ce cas également, Machiavel devient central grâce à une lecture de ses écrits qui met en valeur le rôle de la multitude. McCormick utilise ce terme comme synonyme de « peuple » (common people), à son tour conçu comme « classe » et comme « corps de citoyens » (body of citizens) pourvu de pouvoirs constituants.

    Bien que distinctes, les interprétations opéraïste et populiste de Machiavel partagent un bon nombre de traits communs. Tout d’abord, la multitude est conçue comme une communauté éthique, un tout dépositaire de valeurs d’égalité, de justice sociale et de prudence. La multitude est aussi un tout contre un autre tout, selon une logique binaire, de classe (multitude vs capital pour Negri ; peuple vs élites pour McCormick). Enfin, la« multitude » ou le « peuple », quoique présents dans le lexique machiavélien, sont utilisés dans les deux cas à la lumière de leur usage dans le débat contemporain. « Multitude » est un mot-clé de l’horizon politique postlibéral : en opposition à la notion régressive de« foule », la « multitude » est synonyme de l’énergie vitale qui émane d’un collectif."
    -Sandro Landi, « Multitude, peuple, populisme chez Machiavel », La Pensée, 2021/2 (N° 406), p. 12-26. DOI : 10.3917/lp.406.0012. URL : https://www.cairn.info/revue-la-pensee-2021-2-page-12.htm




    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Ven 23 Fév - 2:50