L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -50%
Nike Sportswear Club Fleece – Sweat à ...
Voir le deal
29.97 €

    Stiletto heel + Italian Fashion: The History of High Heels

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 11356
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Stiletto heel + Italian Fashion: The History of High Heels Empty Stiletto heel + Italian Fashion: The History of High Heels

    Message par Johnathan R. Razorback Ven 14 Juin - 21:43

    https://en.wikipedia.org/wiki/Stiletto_heel

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Talon_(chaussure)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Talon_haut

    https://en.wikipedia.org/wiki/High-heeled_shoe#History

    Les longues marches destinées à protéger l'empire fatiguaient déjà les lombaires des légionnaires romains. Ils s'en plaignirent à César.
    Vini, vidi, finit par ordonner l'abandon de la sandale plate pour la chaussure à talon.
    Un pouce pour ces cohortes, deux pour celles-ci, trois et même quatre pour ces légions-là.
    Le reste était affaire de science. Mesurer la distance parcourue dans le temps imparti valida une nouvelle norme : le talon d'un pouce.
    Il permettait de parcourir deux fois plus de distance que la sandale plate ou la chaussure surélevée.
    Depuis, la chose s'est ébruitée.
    Même les barbares adoptèrent le talon réduit à 2,5 cm.

    https://web.archive.org/web/20151222104328/http://www.lifeinitaly.com/fashion/high-heels.asp

    "From Cavemen to the Catwalk
    Trying on a pair of stiletto Gucci boots, hard on the outside, buttery soft on the inside, can reduce the most sane and poised woman into a gooey mess. There are few experiences in life that can rival the sheer pleasure and excitement women feel when shopping for shoes at Fendi and Prada in Italy. Glancing at the shelves of possibilities, their eyes light up and their hearts flutter like that first time they fell in love.

    Italian High Heels and Fishnet Stockings
    Owning entire closets full of shoes may seem frivolous and superficial, but in reality women are merely paying homage to the bricklayers of our modern civilization. Shoes are one of the oldest inventions of our primitive ancestors. They were first created with a piece of hide or plaited grass to protect feet from sharp rocks and rugged terrain. Shoes are also constantly referred to in the Bible and depictions of high heels dating back to 4000BC  have been found on the walls of Egyptian temples and tombs.

    Most people know that fashion trends are cyclical. They peak in popularity and are then discarded until they  get re-introduced in another decade. But you might be surprised to learn that most of the shoe styles that are seen gliding down the runways in Milan and Paris have a long and fascinating history of several hundred or even thousands of years behind them.

    One mystery to men is why women would voluntarily torture their toes with pointy toed shoes or high heels, yet these continue to be the most popular styles for dress shoes today. This is because high heels work wonders for a woman’s figure. They make the legs look long and shapely, tuck in the tummy, lift the bottom, make hips sway. They make a woman look sexy and confident. What more can one want of a fashion accessory ?

    So fashion today just trumps comfort, not unlike the medieval period of Europe, when extravagance was more sought after than practicality. During this time, the Crackow was designed, which was a shoe with a 5-inch pointed toe, eventually prohibited by law because it was almost impossible to walk in.

    High Heeled Shoes in Italy
    Heels are a staple in the chic urban woman's wardrobe, but this wasn't always the case. In 1500’s, it was men, descendants of the European nobility, who began to wear heeled shoes in order to keep their feet in stirrups when riding. Although there are some references to heels in history prior to this, this is when it became populari for men of the courts and the term "well-heeled" came  to suggest “being wealthy” or “able to afford costly shoes.”

    In 1533, it was the wedding of the Italian born Catherine de Medici with the Duke of Orleans in France that brought high heels in vogue for women. Ladies can thank this fashion forward royal who insisted on having heels made for her in Florence prior to the wedding. The 14 year old vertically-challenged bride set the rage in Paris for the new "It" shoe.

    High Heel Shoe, Italy
    And just when you thought that Renaissance man Leonardo Da Vinci couldn't be credited with another brilliant endeavor, he is rumored to be the inventor of high heels.

    While many women today take pride in their ease and speed as they rush around in their 5" Manolos, it's likely that the 16th century women of France, Spain, and Italy could  have literally given the modern beauties  a run for their money. In the mid 1500's, Chopines became popular, particularly in Venice. Chopines are extremely tall shoes that reached heights of 24".

    The higher the woman was in social status, the more restricted her movement, forcing women to carry canes or take servants to help them. High heels stayed in style until the late 18th Century, but during the midst of the French Revolution it was considered in bad taste to show any sign of opulence. Ironically, Marie Antoinette ascended the scaffold for her young and tragic execution in a pair of 2" heels in 1793.

    High Heels In Italy
    Finally, heels emerged again as factories began to open in Italy and other parts of Europe in the late 19th century. The US was not far behind as it opened its first high heel factory in 1888. Women favored modest styles until the Roaring 20's, when hemlines rose and elegant shoes showcased bare legs. In 1954, Roger Vivier designed the first stiletto heel with its infamous bold arch for the house of Dior.  

    “Stiletto”is an Italian word for a small metal dagger. Stiletto shoes became extremely fashionable in Italy and had a diameter of 5mm for nearly all of their length, although the heel sometimes flared out a little at the tip. They went out of fashion for a while, but have made a comeback on the ramps since the turn of the new century.

    ontent-image-div aligncenter">
    Stiletto Croc
    Italy has become the home of numerous luxury shoe brands, because they are known for their combination of stunning looks, great quality, exquisite craftsmanship, and undeniable comfort. It's  natural to pick an Italian brand like Ferragamo, Tods, Prada, Giuseppe Zanotti, Dolce and Gabbana: Italy is the land of Le Belle Scarpe.

    For fashionistas on the hunt for a pair that will turn a roomful of women green with envy, Italy is the first and last destination. The hard part: Moschino or Miu Miu? Gucci or Prada? The choice is yours, but you can be sure your shoes are knockouts if they cost a bomb, and are made in Italy."
    -Meredith Paslawsky, "Italian Fashion: The History of High Heels", 06/01/2012.

    https://www.fashions-addict.com/Regard-sur-un-classique-l-Escarpin_372___8641.html

    "Toutes les shoes addict vous le diront, l’escarpin est sans aucun doute LA chaussure incontournable d’un vestiaire féminin. Quelle femme n’a pas eu un jour un escarpin dans ses pieds ? Cendrillon elle-même fait dans l’escarpin, comment voulez-vous que les petites filles ne rêvent pas un jour d’en porter. Mais l’escarpin s’il fait fantasmer de nombreuses femmes n’est pas né d’hier. Cette chaussure a son histoire. C’est pourquoi Fashions-addict.com vous propose dans la thématique « Regard sur un classique » de découvrir un peu mieux ce soulier pas comme les autres.
    Depuis que l’homme est homme, et que la station debout est devenue son quotidien, il a toujours voulu protéger d’une façon ou d’une autre ses pieds. Il faut dire qu’ils prenaient d’un coup une certaine valeur. Même si on a peu de traces des premières « chaussures » on peut estimer que la première représentation de ce qui pourrait être une chaussure date de 3 000 ans av. J.C…

    A partir de là cet objet n’a cessé d’évoluer et de devenir dans un premier temps un symbole de puissance puis le signe d’un certain goût. Egyptiens, grecques et romaines se contenteront de sandales. Des chaussures qui traverseront les siècles jusqu’au premier modèle avec beaucoup plus de cuir porté par les Carolingiens. Une fois la maîtrise du cuir acquise, la chaussure évoluera très vite. Le bout s’allonge et s’affine, la semelle de bois s’impose. Le cuir de Cordoue, à qui l’on doit le nom de cordonnier, est le symbole du luxe de l’époque.

    Au fil des siècles, la mode évolue et se diversifie, les modèles de chaussures sont de plus en plus nombreux. La Renaissance marque un temps de liberté pour la chaussure. Au XIVe siècle la mode du soulier à l’ours s’impose. Ces souliers sont manufacturés en cuir ou en riches étoffes. L’eschapin, provenant de l’italien « scapino » se généralise, le futur escarpin, désigne un soulier élégant, léger, non lacé et à semelle mince. A la fin du XVIe siècle le talon fait enfin son apparition, mais uniquement sur les chaussures d’homme. Ce talon servant à bloquer les étriers sur les chevaux. Très vite on remarque que marcher avec ces chaussures à talon donne du style et une certaine tenue. Très vite les femmes ont compris quels avantages elles pouvaient tirer de cette élégance. Le talon fit lui aussi son apparition sur les chaussures de femmes et notamment les escarpins. Au XVIIe le talon est devenu la référence. Mais à la Révolution Française tout est remis en cause et le talon disparait pour des modèles plus sobres. Au 19ème siècle l’escarpin richement brodé refait son apparition et le talon s’impose de nouveau comme signe d’élégance. L’escarpin redevient à nouveau tendance. A partir de là la chaussure ne cesse d’évoluer et de se diversifier. Les formes sont de plus en plus nombreuses. Bottes, bottines, souliers, sandales, richelieu, le choix est de plus en plus vaste, et la chaussure est devenue un vraie commerce. L’escarpin en tant que tel se définit alors comme une chaussure élégante dépourvue de système de fermeture. Ouvert ou fermé en son bout, il peut avoir ou pas une bride. Le talon doit être au minimum de 4 centimètres. Plus tard avec des talons plus haut on parlera de talon-aiguilles et de stiletto. Dans tous les cas il se doit d’être facile à enfiler.

    De belles réussites et de belles histoires naissent autour de l’escarpin. Dans les années 30, André Pérugia, fils de cordonnier italien, installé à Nice connait un beau succès avec ses créations, remarqué par l’industriel Alfred Heyraud il décide de travailler ensemble et ouvre boutique à Paris. Très vite le tout Paris de Mistinguett à Joséphine Baker succombe aux charmes des chaussures signées Pérugia. Pourtant cette réussite ne durera pas. Mais d’autres évitent les écueils des guerres et autres crises industrielles comme Thomas Bata qui révolutionnent le monde de la chaussure en créant de vraies usines avec de nombreuses machines. La Mode elle aussi s’intéresse de près à la chaussure. Monsieur Christian Dior ne s’y trompe et engage le génie de l’époque en matière de chaussures, le français Roger Vivier qui chaussa pendant de longues années les mannequins de Dior avant que Charles Jourdan ne fasse de même quelques temps après. A l’époque de Roger Vivier, un autre créateur de chaussures fait parler de lui, l’italien Salvatore Ferragamo s’impose comme la référence. Ces escarpins sont appréciés des plus grandes stars notamment aux Etats-Unis où il a émigré à seize ans. Des actrices comme Greta Garbo ou Marlène Dietrich sont ses clientes. L’escarpin symbolise le glamour hollywoodien. Plus tard il révolutionne la chaussure avec les talons compensés.
    Pour la femme l’escarpin demeure encore aujourd’hui la chaussure de références. Les créateurs stars d’aujourd’hui (Christian Louboutin, Pierre Hardy, Manolo Blahnik …) lui doivent leur succès. Un créateur de chaussure digne de ce nom se doit de proposer des escarpins d’exception. Même si à son origine l’escarpin n’était pas dédié aux femmes, il est aujourd’hui le symbole même de la féminité et de la séduction."
    -MJK, "Regard sur un classique : l’Escarpin", 26/09/2011.

    http://www.les-modes-au-fil-du-temps.com/Kesako-talons-leur-histoire_59.html

    Les talons en France dateraient de 1533, lorsque Catherine de Médicis très menue, fait venir d'Italie ses talons à l'occasion de son mariage avec le duc d'Orléans et se voit aussitôt imitée par les dames de la cour.
    Louis XIV portait des talons de bois de 10 à 12 cm de hauteur, recouverts de cuir rouge, comme il était de mode en Europe depuis le début du 17ème siècle. Ces talons pouvaient être décorés de scènes diverses en miniature.
    Cette mode de talons appelés « venez y voir » se répand très vite chez les courtisans.
    Les talons hauts, fins et cambrés français étaient concurrencés par les talons robustes anglais.
     
    Voici à gauche une chaussure de fabrication française vers 1710-1725 en brocart d'or avec un talon haut recouvert de chevreau noir (Bayerisches Nationalmuseum) et à droite une chaussure de fabrication anglaise vers 1700-1725 à languette dentelée et à pattes se fermant par un ruban (Powerhouse Muséum de Sydney)

    Cachés par les robes longues, qu'elles soient à paniers, de ligne Empire, à crinoline ou à tournure, les talons de femme ne reviendront à la mode que dans le dernier quart du 19ème siècle.
    Les bottiers reprennent alors la forme cintrée et évasée des talons Louis XV, d'une hauteur moyenne, en bois recouvert de cuir ou de tissu. Seules les chaussures du soir s'autorisent la couleur, elles deviennent plus confortables par l'utilisation après 1870 d'une forme pour chaque pied, permettant une production de chaussures conformes à l'anatomie du pied.
    Ci-dessus une paire de chaussures vers 1868-1875 de la maison CHAUSSURES POUR DAMES J.A. PETIT, rue Saint-Honoré à PARIS, en chevreau bleu.
    En 1888, s'ouvre la première usine américaine de fabrication industrielle de talons et grâce à leurs brevets de machines à coudre révolutionnaires, les fabricants américains sont les premiers à produire à la chaîne nombre de leurs créations, rendant accessible à un large public leurs modèles de chaussures.
    Par contre, les bottiers français et anglais ont une longue tradition de fabrication manuelle de chaussures, mais ce seront cependant d'habiles artisans jusqu'à la fin du 19ème siècle.
    La chaussure tango fait fureur en 1911 et annonce les escarpins fantaisie des années 20 emprunts du style ART DECO.

    https://www.madmoizelle.com/histoire-mode-chaussures-talons-322773

    "Les talons, un accessoire qui existe depuis la nuit des temps
    Les chaussures à talons sont apparues sur la surface de la Terre il y a bien des années. Aussi loin qu’on puisse remonter dans l’histoire de ces accessoires, on les retrouve en premier dans l’Égypte Ancienne, où les bouchers portaient des pantoufles à très hautes plateformes… pour éviter  de se mettre du sang plein les pieds. Ambiance.
    Des souliers à talons ressemblant à ceux que l’on connaît aujourd’hui étaient portés par les cavaliers mongols : ils leur permettaient de mieux tenir sur leurs étriers.
    D’abord chaussures singulières à certaines époques, sans jamais être vraiment répandus, ces premiers escarpins vont devenir une mode sous une forme particulière à Venise, à partir du XVème siècle et jusqu’au règne de Catherine de Médicis. Importées d’Orient et réservées aux dames, ces chaussures (appelées chopines) étaient des espèces de pantoufles ou sandales surmontées de hautes plateformes (allant parfois jusqu’à 60 cm !), tout à fait impraticables.

    Elles avaient pour première vocation de garder les robes des courtisanes propres, en ne les laissant pas traîner par terre. Elles étaient aussi signes d’appartenance à la haute société, puisque ces dames devaient se tenir à un ou deux serviteurs pour se déplacer, ou encore au bras d’un galant homme, comble du chic.
    Mais leur côté légèrement casse-gueule permettait aussi de tenir les femmes de vertu loin d’activités mal vues, comme la danse, dans la prude Venise du XVème et XVIème siècle. Pas question donc de twerker sur la Coum-Coum Mania : c’est vulgaire, on vous dit !
    Au fur et à mesure, les chausseurs abaissent le premier talon des chopines (celui de devant, sinon c’est pas logique), pour les rendre bien plus praticables, et donner à ces chaussures une forme similaire à celles que l’on connaît aujourd’hui.

    En 1533, Catherine de Médicis fit d’ailleurs venir de Florence une paire de ces « nouvelles chopines », à l’occasion de son mariage avec le Duc d’Orléans, et lance ainsi la mode à la Cour de France.
    Une coquetterie adoptée par les femmes de la Cour… mais aussi par les hommes !
    À la Cour du Roi Soleil, les nobles se hissent sur des talons d’au moins 12 cm, d’abord pour se différencier du petit peuple — puisque qu’ils sont surélevés, plus hauts, ils se rapprochent donc du Ciel et du Pouvoir Suprême. De plus, ces chaussures pas très faciles à porter au quotidien (car le soulier est haut et il n’y a pas de différence entre soulier gauche ou droit) empêchent tout travail, ce qui montre, autant que leur teint blanc, qu’ils font partie de l’aristocratie.
    Cette mode des talons pour hommes est renforcée avec le règne du Roi Soleil, puisque Louis XIV, plutôt petit de taille aimait à porter ces accessoires pour se rajouter quelques centimètres, en plus de sa perruque. Et montrer ainsi qui c’est le patron, eh oh.

    De plus, comme les cavaliers mongols avant eux, ces messieurs de la Cour tenaient mieux sur les étriers de leur cheval quand ils chaussaient une paire de souliers à talons !
    Pour les femmes, le port de ces chaussures est aussi à la mode dans les hautes sphères de la société, pour les mêmes raisons d’apparat que les hommes, mais aussi pour montrer un pied plus petit et plus délicat.
    Ces accessoires deviennent vite une vitrine de l’étendue de la richesse du porteur : on les orne de rubans, de boucles serties de pierre précieuses, de dentelles… bref, on se la pète via ses pompes.

    Mais les hommes se lassent assez vite de cette mode, et elle devient peu à peu uniquement féminine, à partir du règne de Louis XV. La Révolution Française sonnera le glas du port des talons : tout le monde (y compris les femmes) se met à porter les bottillons, et tout le monde redescend au même niveau du sol.
    La réapparition des talons au XIXème siècle
    Ils alors vont disparaître de la surface mode en France, jusqu’au du XIXème siècle, où les dames de la bourgeoisie vont se réapproprier peu à peu ces souliers qui restent d’une hauteur raisonnable.
    À la fin de ce même siècle, les talons commencent à prendre toute la dimension sensuelle, voire érotique, qu’on leur connaît aujourd’hui : portés plus hauts par les prostituées et les danseuses de French Cancan, ils deviennent un symbole de désir et de sexualité.

    À l’étranger, et notamment aux États-Unis, on les considère même comme diaboliques, car chaussés dans les bordels, mais aussi par ces sulfureuses danseuses parisiennes qui montrent leur dessous à qui veut bien les voir !
    Les ornements ne quittent plus les souliers féminins, et survivent à toutes les modes.
    Les talons dans l’époque contemporaine
    Les talons ont connu bien des péripéties, mais depuis leur retour sur le devant de la scène à la moitié du XIXème siècle ils n’ont pas vraiment quitté le vestiaire féminin. Et jusqu’à leur arrivée aux pieds de certaines femmes de 2015, ils ont encore fait un peu de chemin !
    Ils marquent encore une fois une période : celle du début du XXème siècle. À cette époque, on assiste à de grands changements sociaux pour les femmes, qui deviennent plus fortes, manifestent, et expriment un désir de faire avancer les choses au niveau politique. Mais elles continuent de porter des talons, dans une volonté de montrer que même si elles s’intéressent aux mêmes activités que les hommes, elles restent féminines, et adoptent ainsi une nouvelle identité.
    Puis, ils continuent de faire leur chemin, en restant toujours à la mode : dans les années 30 avec l’avènement du cinéma, on imite les grandes actrices en portant ces escarpins. Dans les années 40, en plein Seconde Guerre Mondiale, les femmes les chaussent le soir, pour aller danser et oublier leurs soucis, mais aussi parce que le travail à l’usine ou dans les champs le jour ne leur permettait pas des les porter toute la journée.

    Enfin, les années 1950 marquent un tournant dans l’histoire de la chaussure féminine, puisque c’est à cette époque que les talons aiguilles furent inventés !
    Aiguilles en 1950, et de toutes les formes aujourd’hui
    C’est donc à l’époque de l’après-guerre que l’aiguille se forge sur les souliers, peu à peu. Les femmes ne travaillant en général plus, la société se soucie à nouveau de leur apparence, et les affuble de ces nouvelles chaussures au talon fait d’acier, qui mettent en valeur les courbes.

    Roger Vivier, un chausseur travaillant notamment pour le couturier Christian Dior, reprend le principe de fabrication en bois, mais y insère une tige de métal au milieu afin de rendre les talons plus résistants, mais aussi plus légers que ceux en acier. Ces chaussures « terminent la silhouette d’un coup de crayon » dira le créateur, qui inventera ensuite des souliers aux formes  diverses.
    Depuis les années 1950, les talons sont passés par toutes formes les et toutes les extravagances, et restent un véritable objet de fantasme pour le public, mais aussi une inspiration sans cesse renouvelée pour les créateurs et les artistes !"
    -JulietteVonGeschenk, "Histoire de la mode — Les chaussures à talons",  17 février 2015.

    https://leshautstalons.fr/trucs-et-astuces/lhistoire-du-haut-talon/

    L’histoire de la chaussure à talon est bien plus ancienne que l’on ne pourrait l’imaginer, en effet il semble que pour trouver les origines de ce type de soulier il faille remonter à l’ancienne Egypte, soit, tenez vous bien, 3500 ans avant J.-C. . A cette époque ce type de chaussure était portée par des personnes du plus haut statut. Ces chaussures étaient représentées par des pièces de cuir attachées ensemble par un lacet. Il existe également quelques descriptions d’hommes et de femmes portant des hauts talons, probablement pour des cérémonies.
    Durant le Moyen Age, les hommes et les femmes portaient des sabots, ou des soles en bois, clairement précurseurs des talons hauts. A cette époque les sabots étaient considérés comme chers et fragiles, ils devaient être gardés hors du contact de la boue.
    La Naissances des Hauts Talons.
    Au XVème  siècle, les chopines font leur apparition, un type de chaussure à semelle haute, elles ont été créées en Turquie de sont vite devenues populaires à travers toute l’Europe a milieu du XVllème siècle. La taille des chopines pouvait varier de 17 à 20 cm jusqu’à, accrochez vous, 70 centimètres (30 pouces), ce qui forçait parfois les femmes à utiliser une cane ou une domestique pour pouvoir marcher.
    Tout comme les sabots, les chopines possédaient une grande taille, mais à l’inverse des sabots, elles étaient exclusivement réservées aux femmes.
    C’est vers 1533 que les hommes reportent à nouveau des talons. Catherine de Médicis, la femme d’Henri ll, roi de France, à même fait fabriquer une paire de chaussures à talon haut inspirée de la mode. Ces chaussures étaient en une adaptation entre les chopines et les sabots, elles protégeaient le pied contre la boue et la saleté.
    Ce type de chaussures élevées était porté en tant que mode en Italie, par contre les lois somptuaires à Venise bannissaient le port des chaussures à semelles hautes de style chopine au début des années 1430.
    Au fil du XVllème et du XVlllème siècle, les hommes et les femmes continuent de porter des talons en signe de noblesse. Lorsque la Révolution française approche, au plus tard fin du XVlllème siècle, le port des talons décline en France en raison de sa comparaison avec la richesse et l’aristocratie.
    Durant le XlXème siècle, les sandales et les chaussures ordinaires étaient portées par les deux sexes, mais la mode des talons refait surface au plus tard fin du XlXème siècle, presque exclusivement réservée aux femmes.

    "Plus que par l'érudition du Pape [Pie VII], il est frappé par son menton volontaire, ses mules rouges à gland d'or fatiguées d'avoir été portées par un vieillard."
    -Michel Leymarie, La Preuve par deux. Jérôme et Jean Tharaud, Paris, CNRS Éditions, 2014, 399 pages, p.170.



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. » -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. » -Hegel, La Raison dans l'Histoire.

    « Mais parfois le plus clair regard aime aussi l’ombre. » -Friedrich Hölderlin, "Pain et Vin".


      La date/heure actuelle est Lun 26 Sep - 23:27