L'Académie nouvelle

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
L'Académie nouvelle

Forum d'archivage politique et scientifique

Le Deal du moment : -37%
Fire TV Stick Lite avec télécommande ...
Voir le deal
18.99 €

    Jérôme Ballet, Damien Bazin, Jérôme Pelenc, Justice environnementale et approche par les capabilités

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin


    Messages : 9901
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jérôme Ballet, Damien Bazin, Jérôme Pelenc, Justice environnementale et approche par les capabilités Empty Jérôme Ballet, Damien Bazin, Jérôme Pelenc, Justice environnementale et approche par les capabilités

    Message par Johnathan R. Razorback Ven 5 Juin - 14:19

    https://www.cairn.info/revue-de-philosophie-economique-2015-1-page-13.htm

    "Imaginons trois enfants qui se disputent pour l’attribution d’une flûte. Anne est la seule qui sait jouer de la flûte et pour cette raison revendique le droit de l’obtenir. Bob défend au contraire le fait qu’il est pauvre et qu’il n’a aucun jouet et devrait être le possesseur de la flûte. Enfin, Carla indique qu’elle a fabriqué cette flûte et donc qu’elle en est la légitime utilisatrice. Les trois arguments avancés par les enfants semblent légitimes."

    "Les capabilités fournissent une base informationnelle plus large que le revenu ou l’utilité ou les biens premiers (« à la Rawls ») (Sen, 2010). La justice n’est plus réduite à l’enjeu de la distribution des ressources rares mais inclut aussi la liberté de choix. L’enjeu n’est pas de définir une justice idéale, mais de savoir comment procéder de façon juste dans notre vie quotidienne. Une approche comparative de la justice requiert une évaluation de l’ensemble de capabilités des personnes ou des groupes sociaux et de sa progression . Elle se situe dans une idée de progrès vers la justice. Dans cette perspective, l’injustice peut être considérée comme une inégalité des capabilités dans le temps et dans l’espace (Ballet et al., 2013). L’approche des capabilités offre une base pour une justice comparative, sans qu’il ne soit nécessaire de se référer à une théorie de la justice. Or précisément, la question de la justice environnementale n’est pas posée sur la base d’une théorie de la justice mais à partir de cas concrets."

    "Sen insiste en effet sur le fait que les capabilités à prendre en compte sont celles que les individus ont des raisons de valoriser. Pour cette raison, l’approche des capabilités insiste sur la capacité à être agent de sa situation. Cette capacité à être agent dépend bien sûr du degré de liberté que possède l’individu. Plus il sera libre d’agir, plus il sera en position d’être agent de sa vie. Les personnes qui n’exercent pas leur agencéité sont passives, soumises aux situations dans lesquelles elles se trouvent, ou sous l’influence des autres."

    "Réduire la torture ou vaincre la faim dans le monde peuvent être des objectifs auxquels la personne consacre de la valeur. Sa capacité d’agence est dans ce cas aussi relative à sa capacité d’exercer un contrôle direct sur cet objectif et/ou à avoir un pouvoir effectif à atteindre ces objectifs. Elle ne concerne pas seulement le bien-être de la personne, mais l’ensemble des objectifs que cette dernière se fixe."
    -Jérôme Ballet, Damien Bazin, Jérôme Pelenc,  « Justice environnementale et approche par les capabilités », Revue de philosophie économique, 2015/1 (Vol. 16), p. 13-39. DOI : 10.3917/rpec.161.0013. URL : https://www.cairn.info/revue-de-philosophie-economique-2015-1-page-13.htm



    _________________
    « La question n’est pas de constater que les gens vivent plus ou moins pauvrement, mais toujours d’une manière qui leur échappe. »
    -Guy Debord, Critique de la séparation (1961).

    « Rien de grand ne s’est jamais accompli dans le monde sans passion. »
    -Hegel, La Raison dans l'Histoire.


      La date/heure actuelle est Lun 29 Nov - 21:43